Interview
Le 20 aoû 2014

Patrick Letellier, lauréat du Prix Concours !

Patrick Letellier, auteur du Ciel en Enfer, lisible gratuitement sur monBestSeller.com

Un peu de boue, beaucoup de testostérone : les proportions varient, mais dans Le Ciel en Enfer, on ne retrouve son chemin qu'à condition d'être parti bien harnaché ! Patrick Letellier, qui s'offre ainsi le Prix du Livre Inédit'é du mois d'août 2014, s'est avoué coupable de talent littéraire devant l'état-major de la communauté monBestSeller. Au piquet ? Sûrement pas. Mais, quitte à le passer à la question, on lui en pose avec plaisir. En avant, marche !

Question: 

Les militaires, chez vous, ça sue, ça crache, ça souffre. Des souvenirs d’une vie en uniforme ?

Réponse: 

C’est évident. Oui, ce sont des souvenirs épars, vécus durant mes cinq années passées à la  Légion étrangère. Et j’ai très vite compris le fonctionnement des armées dans le monde : des hommes intelligents, instruits, psychologues et compétents dans le domaine militaire, modèlent des gamins et abêtissent les plus vieux pour leur faire faire ce à quoi ils sont destinés : de la chair à canon, au profit de ceux qui prônent les guerres dans leur fauteuil. Ordonner, c’est facile, quand on n’a pas à subir ce que l’on ordonne. Et comme le chantait si bien Yves Montant : « On part à la guerre avec un bâton de maréchal. On en revient avec un petit peu de linge sale ».

Question: 

« Un roman d’aventures vécues », c’est vous qui le dîtes. Alors, autofiction, fiction tout court, autobiographie, un peu de tout ça ?

Réponse: 

Ce roman est bien évidemment autobiographique. Tous mes personnages ont existé. J’ai vécu et souffert avec eux. Les histoires, pour la plupart,  sont vraies. Il y a très peu de fiction. J’ai bien entendu réinventé les dialogues. Les biographies sont faites pour mentir, dit-on ; la mienne est très en dessous de la réalité. 

Question: 

Il y a de la sécheresse dans votre écriture, et ce côté delirium tremens qu’on retrouve chez certains cinéastes. Un peu de Full Metal Jacket, d’Apocalypse Now derrière tout ça ?

Réponse: 

Derrière tout ça, il y a l’homme, qui n’est jamais sûr de rien, qui doute sans cesse, qui ne croit plus en l’humain, qui se pose sans cesse la question : à qui profite le crime ? Delirium tremens ? Certes non ! Informé, critique et lucide ! Apocalypse Now ? C’est « du pipi de chat » au regard de toutes les atrocités qui ont été commises depuis. Les SAS anglais n’ont-ils pas instruit les khmers rouges ? Avec les conséquences que l’on sait. Ils vomissaient tripes et boyaux quand leurs élèves embrochaient les bébés à la baïonnette. Allez donc visiter l’école musée (des horreurs) à Phnom Penh. Vous en sortirez avec les tripes dans la bouche. Je pourrais déballer ici mille histoires. Ce sont toujours les mêmes qui voyagent. L’aventure appelle l’aventure, en vous faisant rencontrer l’infréquentable qui parfois vous dévoile des secrets.

Question: 

Et question littérature, ou inspirations plus larges, des décorations à remettre ?

Réponse: 

Un grand nombre d’auteurs inconnus, bien meilleurs que moi, méritent une ou plusieurs décorations, mais non à la manière des supérieurs, qui s’accrochent une médaille pour chaque cadavre mort en héros. Je suis certain d’en découvrir sur monBestseller.com quand je pourrai les lire en ligne. Pour le moment c’est impossible, le temps me manque et ma connexion wifi est trop lente.

Question: 

Bientôt mille lectures en un petit mois et demi. Marche forcée vers la célébrité ! Qu’est-ce que les derniers réfractaires pourraient trouver dans votre texte qu’ils n’imaginaient pas ?

Réponse: 

Mes livres ont été lus un grand nombre de fois par des marins de rencontre. Ce qui m’a permis de corriger, de rectifier, de retirer aussi de nombreux passages flash back. Je n’ai pas peur de disparaître, mais je n’aimerais pas du vivant de ma mère… L’intérêt porté à ce livre ne m’étonne donc pas vraiment. Célébrité ? Non ! C’est mettre la charrue avant les bœufs. Et je ne la cherche pas. J’ai mis trente ans avant de me décider à m’auto publier. J’ai écrit pour moi, que pour moi, pour comprendre, pour expurger, et non pour que l’on m’aime. Nul n’est parfait. Moi, moins encore. Il y aura forcement des gens qui seront réfractaires à mes textes. Par peur des vérités. Ou pour les nier. Il y a les trois petits singes, et les autres avides de savoir. Après avoir lu Le Ciel en Enfer, un voisin de ponton m’a dit : « Je sais maintenant pourquoi ils construisent un énième stade de foot au nord de Lyon. »  Ma réponse : « Ceux qui nous veulent du bien savent planifier leurs intérêts. Rien ne les arrête, ils sont capables du pire, jamais du meilleur ! »

Patrick Letellier. Le Ciel en Enfer. Livre du mois monBestSeller.

Superbe
Publié le 15 Septembre 2014
Un roman d'aventure de puta madre, l'imaginaire et la réalité, c'est "la même". Combat en 15 reprises, violent, bestial, dépouillé, rapide et précis, knock-down assuré; prêt a remonter sur le ring ? deuxième rencontre : Patrick Letellier et le "blatnoi"
Publié le 20 Août 2014
Wow... Patrick Letellier appelle un chat un chat et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il ne fait pas de ronds de jambe ! On l'aime ou on le déteste... en tous cas il ne laisse pas indifférent. On le lit ou on le jette... perso j'ai choisi de le lire et je ne regrette pas. Finalement je dirai que son "Ciel en enfer" est à son image : authentique ! Sophie Angeli Chacoux (Chers équipiers)
Publié le 20 Août 2014