Événement
Le 04 sep 2014

Manifestons pour une autre rentrée littéraire !

Le cru de la rentrée littéraire 2014 est, vous l’avez compris, révolutionnaire. Les dix mêmes vedettes qu'il y a dix ans, on mélange et on recommence d’année en année. La question : où est la place des nouveaux auteurs ? Et quelle relève ?
Rentrée littéraire, on prend les mêmes et on recommence !Rentrée littéraire, on prend les mêmes et on recommence !

 

1. Ecrire est un droit. 

  • Loisir ou culture, le plaisir d’écrire est le même. Tout auteur a droit à une vitrine pour rencontrer ses lecteurs.

2. Le lecteur est seul juge. 

  • Seul compte son plaisir de lire pour élire les livres qu’il aime, loin des coteries, du marketing et du népotisme.

3. Tout écrivain a le droit d’être lu. 

  • Pour tester son écriture, échanger, progresser, partager avec les lecteurs. Il doit pouvoir se rendre visible, se promouvoir

4. La solidarité auteur-lecteur est au cœur de notre mission. 

  • Il faut lire pour être lu, il faut soutenir les auteurs pour porter la littérature indépendante. Il faut vivre et faire vivre la communauté des auteurs et lecteurs.

5. monBestSeller veut être le précurseur du nouveau monde éditorial 

  • et révéler les best-sellers de demain.

Sur les 650 auteurs de la rentrée, 630 vont passer à la trappe, sans compter ceux dont le lancement a été repoussé, 40 vont à peine être éclairés par les prix littéraires. El les autres ?

Quel système de promotion, quel regard sur leur travail ? Et pour ces dizaines de milliers d’auteurs qui n’ont pas accès à l’attachée de presse de Flammarion ou de Lattès, ceux qui ne sont pas à Paris, ou qui ne sont tout simplement pas connectés ?

Et le lecteur ? Où est sa place ?

A-t-on franchement envie d’acheter le dernier Nothomb quand on en a déjà lu quatre ? Beigbeder va-t-il autant nous amuser qu’au temps des champignons hallucinogènes des années 2000 (dix ans (déjà)) ? Mais chut, l’idée n’est pas ici de dénigrer.

Nous ne sommes pas naïfs. Tous les auteurs ne pourront pas être en vitrine des grandes librairies,

tous ne pourront pas trouver leurs 1000 lecteurs, tous ne pourront pas conquérir une audience. Pourtant chez monBestseller, nous voulons œuvrer contre cette injustice, à notre manière. Nous voulons que ces milliers d’auteurs aient une existence, la simple reconnaissance de leur travail. Nous voulons qu’ils puissent avoir la chance d’être lus par une autre personne que leur mère ou leur cousin. Nous voulons qu’ils partagent avec leurs pairs leurs sentiments, leur enthousiasme, leurs souffrances à écrire, leurs idées et leurs ouvrages. Et surtout le plus important, nous voulons que  les lecteurs soient les témoins ultimes, les juges et les arbitres de la qualité des écrits, et non pas une élite intellectuelle retranchée dans sa tour d’ivoire, ni des machines à vendre des abonnements de lecture sur le net sans guide et sans repère.

C’est pourquoi monBestSeller sort un Manifeste

Un manifeste pour qu’une plus grande équité règne dans le monde de la littérature, un manifeste qui utilise toute la puissance d’internet, et qui change les règles de ce monde, pour qu’il soit meilleur et plus juste, tout simplement.

Auteurs, lecteurs, téléchargez le Manifeste monBestSeller, postez-le, partagez-le, envoyez-le, faites-le circuler... C'est aussi le vôtre !
 

19 CommentairesAjouter un commentaire

Je me rends compte que j'ai 2 ans de retard, mais deux ans après le manifeste, la question reste en suspens.
On peut donc relancer le débat. D'autant que la rentrée 2016 n'a rien à envier à la rentrée 2014.
Il est toujours bénéfique que quelques-uns radotent !

Publié le 15 Octobre 2016

@mBS :
1 - Oui, à condition de définir le terme "écrire" avec précision. Il peut couvrir un domaine très vaste, mais pas n'importe quoi.
2 - Oui, à condition que le lecteur dispose d'un minimum de moyens l'autorisant à juger. Juger n'est pas un acte gratuit.
3 - Oui, à condition qu'il reste à l'intérieur des limites fixées par la définition du terme "écrire".
4 - et 5- Affirmation légitime, car mBS a déjà démontré sa véracité.

L'avocat du diable: Les maisons d'édition refusent nos manuscrits, la plupart du temps, parce qu'elles ne peuvent pas faire autrement. La fabrication et la commercialisation de l'Ecrit ont un coût élevé. L'éventualité de compenser ce coût et, à fortiori, de dégager un bénéfice ( condition sine qua non d'existence) est aléatoire, la prise de risque est grande.
Le numérique a engendré la prolifération d'auteurs. Le nombre de lecteurs ne suit pas la même pente, il aurait plutôt tendance à suivre une pente inverse.
Sommes-nous prêts à nous résigner au tout numérique ? Seule solution économiquement viable. Pas avant quelques dizaines d'années, probablement.

Publié le 15 Octobre 2016
Salut à tous. Je fais une proposition. Je remarque une chose, nous devrions nous soutenir mutuellement en nous lisant les uns les autres. Le faisons-nous? Avons nous le temps pour cela, prenons-nous le temps de le faire? Croyons-nous en nous? Les réponses à ces questions devraient permettre, à mon avis, de renforcer nos liens et consécutivement consolider notre démarche d'auteur libre, sans sujétion à l'assujettissement des maisons d'édition qui refusent, la plupart du temps, nos manuscrits. Par conséquent je vous propose de lire sur monBestSeller.com (mais pas en diagonale) un écrit court et un écrit long par semaine, sans prendre forcément le mieux classé. Nous sommes un grand nombre et nous serons encore plus nombreux si les écrivains que nous sommes et qui viendront sur monBestSeller.com seront encore plus nombreux, s'ils sont lus. Je propose aussi de refuser de lire les textes incomplets (là je ne vais pas me faire d'amis). Soit il s'agit d'un site pour publier gratuitement ses écrits soit c'est un site pour faire sa publicité et dans ce cas qu'on m'explique... N'oublions pas : le plaisir d'écrire mais aussi celui d'être lu. Sinon quel intérêt avons-nous de publier sur monBestSeller.com ou ailleurs?
Publié le 16 Mars 2015
La créativité ne saurait s’embarrasser des filtres d'éditeurs mercantiles. Patrick a tout à fait raison : osons faire connaître notre refus face à un diktat ne visant qu'à faire du fric en produisant du prémâché stérilisé au détriment de la spontanéité créatrice. L'art se doit autant d'être aimé que dérangeant par sa nouveauté. CC
Publié le 04 Décembre 2014
Bonjour, Cela faite 25 ans que j'écris, et j'ai envoyé trois manuscrits à divers maison d'édition, sans aucune réponses positive. Toujours le même document ( votre manuscrit ne fait pas partie de notre éditorial). J'ai donc publié à compte d'auteur. Mon premier a eu de la chance, car je faisais partie du club de Patrick Fiori qui m'a offert un coup de coeur sur son site, et les 600 livres ont tous été vendu. Les deux autres, il m'a fallu parcourir la France du nord au sud, pour les déposer dans les librairies. Etant varoise, et vivant en Basse Normandie. Puis quelques fans m'ont aidés pour qu'ils aillent en Belgique. Un an plus tard, j'ai du faire le même parcours pour récupérer.l'argent de leur vente, et les invendus. Au bout du compte, j'ai récupéré l'argent que j'avais dépensé pour leur publication, mais pas l'essence que j'ai consommé. Mais cela a été une expérience. Aujourd'hui, je n'ai plus les moyens de publier à compte d'auteur, et les maisons d'éditions nous boudent. Alors merci monBestSeller de nous offrir cette chance. Aujourd'hui j'en suis à 6 manuscrits écrits, et 4 sont sur ce site.
Publié le 13 Octobre 2014
@Alfred Robert Bonjour Alfred. Merci pour votre intervention et votre critique qui aurait pu être plus virulente, sait-on jamais . Pour votre information, nous sommes frais, mais nous nous sommes néanmoins donnés les moyens de diffuser l'information professionnellement. Cela s'est fait en trois volets : 1) Critique de la gestion de la rentrée littéraire, 2) lancement du manifeste et 3) le Prix concours comme incarnation de notre volonté d'éclairer les auteurs appréciés, tout cela avec moulte relances..Nous ne sommes pas des enfants de choeurs, mais si vous avez des idées provocantes et intelligentes pour défendre notre cause, nos oreilles sont grandes ouvertes. @ les autres Merci pour la viralisation, c'est comme cela que ça marche. Christophe lucius. Co-fondateur de monBestSeller.com
Publié le 06 Octobre 2014
Si nous voulons être crédibles dans notre critique des éditeurs qui ne lisent même pas notre manuscrit et se contentent de répondre par la formule "ne correspond pas à notre ligne éditoriale", il faudrait d'abord que chaque auteur de monbestseller soit aussi le lecteur d'au moins 10 textes ou extraits de textes publiés par monbestseller. Et quand je dis lecteur, je ne veux pas dire simplement cliquer sur la première page et faire défiler quelques pages. Est-ce le cas ? Je n'en suis pas si sûr...
Publié le 06 Octobre 2014
Excusez-moi si je vais, comme l'on dit, poser un pavé dans la mare. Les auteurs de ce manifeste (qu'ils soient ici remerciés de leur démarche) s'étonnent que leur appel aux médias soit resté sans réponse. Au vu de ce que j'ai lu du manifeste et si c'est tout ce qui a été transmis aux-dits médias, il est NORMAL qu'il n'y est aucun retour. Ce document ne pose aucune question, n'interpelle personne en particulier, ne revendique sur rien de manière clairement identifiable pour nos journalistes habitués à ce que tout le travail leur soit mâché. Aussi longtemps que le système de relais presse sera celui que nous connaissons aujourd'hui, il sera nécessaire d'être plus revendicatif si vous souhaitez être crédibles et, partant de là, pour être simplement lus par vos interlocuteurs. Lesquels sont noyés dans une masse telle d'information (ou de désinformation, la plupart du temps) qu'ils ne prendront même pas la peine de vous lire et le document a sans aucun doute fini dans la majeure partie des poubelles à mails de vos interlocuteurs, voire même avec tous les pourriels qu'ils reçoivent à longueur de journée. Dans un tel combat, il convient de s'adapter au mode de pensée de ceux que l'on souhaite sensibiliser et ne pas attendre d'eux qu'ils adoptent, dès l'abord, votre mode de pensée ou d'action.
Publié le 05 Octobre 2014
Excellent engagement de MonBestSeller dans l'approche Droit à l'édition et à la diffusion pour tous...Et le service suit...Bravo ! Soyons volontaires et actifs en ce mouvement... Diffusons ce manifeste..C'est le Nôtre... C'est ensemble que nous y arriverons !
Publié le 18 Septembre 2014
Bravo Patrick Letellier. J'aime, tu fonces et tu sais où tu va... Avec une solide expérience en plus. J'ai appris en lisant tes commentaires.Merci et solide amitié.
Publié le 16 Septembre 2014
Heureuse d'être parmi vous et merci bien.
Publié le 14 Septembre 2014
Bonjour les amis. J'espère que vous serez nombreux pour ce Manifeste. Best Seller doit être absolument protégé pour continuer à exister sans être inquiété. Merci de partager mes convictions.
Publié le 09 Septembre 2014
Je n'ai jamais aimé me mettre à genoux. Je déteste supplier ou quémander. Alors l'auto-édition me convient, totalement! Je ne gagne pas un sou, mais il faudrait être bien naïf , pour s'imaginer que l'on peut gagner de l'argent en écrivant des poèmes!!!!!
Publié le 07 Septembre 2014
On apprend qu'apres Duflot, et trieweiler, c'est Batho qui va y aller de son petit bouquin sur les turpitudes au sommet de l'etat. Publie chez Grasset. C'est sur que si Grasset et les autres publient les bouquins de tous les ancien(ne)s ministres/sous secretaires a la machine a cafe, il ne reste plus beaucoup de place pour les autres. Et du coup on recoit cette magnifique lettre qui indique que le manuscrit ne rentre pas dans la ligne editoriale etc... :D
Publié le 05 Septembre 2014
Bonjour Patrick, ô, je suis très loin d'être stressé, ce n'est pas mon genre, je dis seulement ce que pense ! Merci pour tes bonnes indications !
Publié le 05 Septembre 2014
J'écris, tu écris, nous écrivons ... ils écrivent, mais nous ne publions pas dans la même cour, mon tout petit éditeur n'a pas les moyens de faire de la promotion sur mes 15 ouvrages, bons ou mauvais, très peu les ont ou les auront lus, alors, à quoi bon écrire ..! Si ce n'est que par plaisir, le plaisir d'écrire mais aussi pour le plaisir d'être lu ... sans penser aux bénéfices ! Mais ce plaisir a ses limites, il arrive qu'il se lasse, un beau matin il vous abandonne, avalé par un monde de requins !
Publié le 05 Septembre 2014
Le plus grave n'est pas que les livres érotiques subissent le politiquement correct... mais que les livres politiques subissent le politiquement correct. A moins qu'un certain livre politique respecte "l'érotiquement correct". Ah, on en rêvait des scènes torrides entre un certain François H. et l'aimable Valérie T... Mais apparemment, rien... Quelle déception ! Pourtant le titre était aguicheur : "Merci pour ce moment".
Publié le 05 Septembre 2014
Ah pardon! V. trierweiler n'etait pas la il y a 10 ans... :) et comme l'a ecrit Zema, peut etre qu'un livre va eclipser les autres. Au moins dans les medias, puisque bien sur Musso, Gavalda, Nothomb vendront leurs oeuvres aux habituelles 500000 copies. :) Mince, ca doit faire plaisir de se dire que cette annee encore on n'aura pas de mal a boucler la fin de mois :)
Publié le 04 Septembre 2014
peut être qu'un seul "livre" va éclipser cette rentrée ....
Publié le 04 Septembre 2014