Actualité
Le 19 sep 2014

Manifeste monBestSeller #2 : Le lecteur est seul juge

Manifeste monBestSeller, acte deux : contre le népotisme, l’entre-soi, le formatage, nous nous élevons pour le partage équitable et divers des œuvres littéraires. Car votre cible, ce ne sont pas les comités éditoriaux, mais bien le public formé par vos lecteurs !
Seul compte le plaisir du lecteur pour élire les livres qu'il aime, loin des coteries, du marketing et du népotisme.Seul compte le plaisir du lecteur pour élire les livres qu'il aime, loin des coteries, du marketing et du népotisme.

Le sésame des maisons d’édition ! Le graal, attendu anxieusement depuis l’écran de l’ordinateur, la petite porte de la boîte aux lettres ! M’a-ton répondu ? Ai-je le droit de paraître ? Suis-je assez bon ? Assez bon, beaucoup semblent ne pas l’être d’après les statistiques de nos grands éditeurs, mais peuvent-ils en décider ? monBestSeller, et c’est un acte de bon sens, affirme que l’on compose à l’intention de son public. Par public, nous n’entendons pas — ou pas uniquement — le petit cercle d’un comité de critiques sans doute lettrés, mais souvent disposés à faire primer le récit de leurs connaissances sur les efforts d’un inconnu. Ce n’est pas pour eux, et quand bien même ils revendiquent le droit de refuser 99% de vos manuscrits, que vous écrivez des livres. Nous, monBestSeller, croyons que la satisfaction de votre public importe avant toute autre. Il convient donc de le mettre en prise directe avec les produits de votre art. Soyez juges, soyez jugés : il ne se trouvera personne pour vous refuser le droit de faire entendre les mots qui vous habitent !

Manifeste monBestSeller #1 : Écrire est un droit
Manifeste monBestSeller #3 : Tout écrivain a le droit d'être lu
Manifeste monBestSeller #4 : La solidarité auteur-lecteur est au cœur de notre mission
Manifeste monBestSeller #5 : monBestSeller veut être le précurseur du monde éditorial de demain

Télécharger le Manifeste monBestSeller

Pour approfondir, lire les articles
Manifestons pour une autre rentrée littéraire
Rentrée littéraire 2014 et révolution littéraire

Avec Victor Hugo, je me répète:"Rien en ce monde n'est aussi fort q'une idée dont l'heure est arrivée." Il en sera de même avec l'évolution numérique que nous vivons comme un drame maintenant. Le WEB apporte de grandes facilités de publication et de partage des idées. Il appartient aux lecteurs de garder l'esprit critique. Seul les gens qui ne savent rien ont peur de tout. Il n'y aura pas de réforme et de contre-réforme dans la diffusion du savoir. Malgré cette formidable force du partage du savoir, à regret il faut constater que l'ignorance, la méchanceté et la bêtise sont bien présentes en cette année 2014. Tout ça parce qu'il y a une guerre économique larvée. La guerre du prix du livre est importante mais heureusement elle reste dans le terrain des joutes oratoires. Tous journalistes. Tous photographes. Tous acteurs. Tous réalisateurs. Restera-t-il des lecteurs, des spectateurs? Le choix augmente mais notre disponibilité demeure bloquée à 24 heures, au quotidien. Il faut batailler pour être dans les premières places mais espérons que ce ne soit pas comme en politique.
Publié le 21 Septembre 2014
Tout à fait d'accord , d'ailleurs personne ne vendrait un mélange poésie , philosophie.
Publié le 19 Septembre 2014