Conseil
22 oct 2015

Concours de nouvelles, concours littéraires. Des opportunités de se faire repérer ?

Jetez vous à l'eau ! Les concours littéraires foisonnent. Pour les auteurs peu ou pas encore connus, c’est une matière excellente pour se plier à une discipline, tester ses capacités de travail et d’écriture, et progresser.

C’est aussi l’occasion de se confronter à ses premiers lecteurs et à un jury de véritables professionnels qui savent repérer les talents, même en herbe. De nombreux primo-romanciers ainsi révélés en témoignent. Bref, les concours de nouvelles : un vrai jeu d’écriture doublé d’une expérience qui enrichit votre capital d’écrivain. Alors avec le grand concours de l'été monBestSeller "Mon double a pris ma place", go !
 

Quelles formes prennent les concours de nouvelles ?

Les concours d'écriture de nouvelles se développent. Associations, ateliers d’écriture, éditeurs en ligne, éditeurs traditionnels, écoles, mairies…, en organisent régulièrement.
> Micro nouvelle de 1000 signes, short story de une à trois pages, ou récit jusqu’à une quarantaine de pages, chaque concours fixe son propre règlement.
> La cible peut en être un large public ou au contraire circonscrit à un âge, une profession ou une expérience  donnée.
> Le thème, parfois le genre littéraire (fantastique, policier, conte, poésie, romance...), la longueur du texte, la mise en forme (format du fichier, police de caractère…) sont imposés. Tout manquement aux spécifications autorise l’élimination du candidat.
> Le jury est désigné, et opère un choix selon une grille de critères qui lui est propre, en général défini dans le règlement du concours.

monBestSeller.com organise régulièrement des concours de nouvelles avec des jurés professionnels.

Des recueils des nouvelles sont publiés et peuvent être lus ou téléchargés gratuitement sur le site.
En ce moment et jusqu'au 30 Août 2016, concours de nouvelles "Mon double a pris ma place" :

 

Un concours de nouvelles, c’est déjà une discipline d’écriture.

À l’inverse de ce que l’on peut penser, un espace temps limité et un cadre contraignant de travail sont un véritable espace pour progresser, pour améliorer ses performances d’écriture. Longueur et délai imposés sont une manière de tester votre souplesse, votre adaptabilité à un cadre rigoureux.
Sur une longueur restreinte de signes, le travail et la persévérance semblent moins décourageants. Approcher de ce qui vous semble être la perfection sur 6 pages est psychologiquement plus facile que démonter votre roman de 300 pages pour la quatrième fois.
>> Une nouvelle, c’est une matière excellente pour tester ses capacités de travail et de réécriture.

S’inscrire à un concours d'écriture, c’est exposer ses écrits.

Quoi de plus évident pour un écrivain que de passer l’épreuve du feu par un concours de nouvelles ? Si l’on écrit (à part un journal intime), c’est pour se faire lire, se faire commenter et se faire évaluer que l'on écrive pour être édité ou que l'on pense à l'auto édition. Dans le cadre d’un concours d'écriture, vous le faites dans l’anonymat, ce qui vous permet de garder la tête haute, et de tirer des leçons de vos échecs ou de vos difficultés, car seul le nom des vainqueurs est en général publié. Vous pouvez aussi participer sous un pseudonyme si vous le souhaitez.
L’échéance vous permet de tenir une certaine discipline. Au-delà de celle-ci vous êtes hors jeu, alors que la remise d’un roman (ou d’une thèse) est ré-échelonnable à l’infini. Un alibi pour ne pas se confronter à la réalité.
>> Un concours d'écriture de nouvelles sur certaines plateformes vous permet de tirer profit des retours de lecteurs.

Participer à un concours littéraire, c’est se soumettre au regard de professionnels.

Un jury composé de professionnels ou d’experts, c’est aussi une manière de tirer un enseignement de son travail, et de cerner les champs de ce qui est améliorable : style, structure, champ lexical et surtout de comparer son travail à celui des lauréats pour avoir une vision réelle  de ce qui est apprécié.
Les concours de nouvelles se déroulent généralement dans un cadre de communauté ou de plateforme, c'est l'opportunité de partager et d’échanger avec des congénères qui vivent la même épreuve et de prendre confiance en soi, construire son style et se déterminer dans la sphère littéraire de l'édition classique ou de l'auto édition.
>> La participation, même à des concours de nouvelles, vous confère inconsciemment une habitude, une expérience qui fait partie de votre capital d’écrivain.

Pourquoi participer à un concours de nouvelles, short story, récit à thème, roman... ?

Les concours littéraires de nouvelles ou de romans s'adressent au grand public et peuvent être une voie pour chercher une maison d'édition et se faire éditer. Sur un marché de la littérature très encombré, de nombreux primo-romanciers ont bénéficié de cette porte. Car se faire primer à un concours est parfois plus facile que d’être élu par une maison d’édition, même si le talent doit être nécessairement au rendez-vous.
L’élection à un concours est un gage de sécurité pour un éditeur professionnel. Il n’est pas suffisant, mais il est sécurisant parce qu’exercé par un jury objectif qui n’a pas d’intérêts sous jacents.
>> Les concours de nouvelles sont donc à la fois un jeu d’écriture et une vraie façon de repérer des auteurs.

Quels concours d'écriture choisir ?

> Soyez simples et direct, vérifiez les nouvelles qui ont gagné aux précédents concours. Sur les bons sites elles sont en général accessibles. Vous vous rendrez ainsi compte du niveau qu’elles proposent, de leur exigence littéraire, du ludisme qu’elles offrent.
> Souvent il y a des gratifications, considérez-les ! Sont-elles un encouragement à écrire, une propension à se rendre plus visible dans la sphère littéraire ? Y-a-t’il des jurés qui peuvent être un levier pour votre statut d’écrivain ?
> Si vous participez à des concours, c’est pour vous amuser aussi. Le thème doit vous plaire, mais aussi vous amener à réfléchir et à concevoir une nouvelle intelligente. Les thèmes très larges sont parfois problématiques car ils sont sans garde fou. Un sujet avec une vraie thématique, mais un champ d’expression créatif d’envergure est souvent l’exercice le plus intéressant pour un auteur amateur averti.
> Bien sûr, il y a des grands prix comme le Prix Goncourt de la nouvelle, le prix Bouygues Telecom, mais si vous souhaitez vous mesurer au monde de l’écriture, participez plutôt aux concours de nouvelles ou concours littéraires qui vous donnent une vraie chance d’être remarqué.
>> Choisissez le concours dans lequel vous avez le plus de chances de vous valoriser.

Nombre d’écrivains se sont fait connaître par des concours de nouvelles ou concours littéraires.

Vincent Maston, l’insolite auteur de Germain dans le métro a publié son premier roman chez Lattès. Il a débuté par des ateliers d’écriture et des concours de nouvelles. Le travail assidu sur les personnages, l’exigence renouvelée sur des textes courts, lui ont donné un élan pour prolonger une nouvelle et en faire un roman, avec le succès qu’on lui connaît. Selon lui, ce travail et ces concours lui ont permis d’acquérir une méthodologie et une rigueur qu’il n’aurait pas su s’imposer à lui même, seul.
Alexandre Feraga, lui, est un routier de l’autoédition. Il raconte dans Le vieux con paru aux éditions Flammarion (son premier roman), la « fin » de vie d’un vieil homme « indigne » qui renoue par amitié, aux Primevères, sa maison de retraite, avec son passé de bandit. Pour lui, l’édition numérique est une bonne école ; il s’est mesuré, amélioré au fil de ces concours de nouvelles et des concours littéraires sur Internet.
On se fait remarquer grâce aux concours, mais il ne faut jamais oublier que Flaubert est passé avant vous…

Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Jamais je n'ai dérapé!!!! Lancez-moi donc une peau de banane. Il est vrai que si je confonds"glisser" et "déraper"c'est un premier dérapage. Mais pas de quoi en faire un fromage, même pas une nouvelle. D'ici décembre, je trouverai bien le moyen de déraper.
Publié le 18 Janvier 2016
Inscrivez-vous à la Newsletter
A lire dans les actualités