Séries
Le 30 jui 2016

TANAGA d'Alice Quinn - Saison 2 - Chap 12 : Les Portes

Nouvel épisode de TANAGA, la série d'héroïc fantasy d'Alice Quinn à retrouver et à lire en ligne gratuitement tous les mercredis et samedis sur le site. Saison 2 : TORFED - Chapitre 12 : LES PORTES.
Tanaga. Série héroïc fantasy d'Alice Quinn à lire gratuitement et en exclusivité sur monBestSeller.comTanaga. Série héroïc fantasy d'Alice Quinn à lire gratuitement et en exclusivité sur monBestSeller.com

Chapitre 12
Les portes

Ils débouchèrent dans une salle, guidés par Newo.
Ils ne s'étaient pas trompés. C'était bien la Galerie du Plenum, l'endroit où le Clairvoyant les attendait pour leur donner des directives.
Il était penché au-dessus d'une fontaine intérieure, que Théo n'avait pas remarquée les deux fois où elle était entrée dans cette pièce.
Nalyd, qu'elle n'avait plus vu depuis le début de la bataille et pour qui elle avait craint le pire, devisait avec le Clairvoyant. Ils semblaient lire quelque chose dans l'eau.
À leurs pieds, Zerda se reposait. Quand il vit Théo, il se précipita vers elle et se frotta à ses jambes. Elle s'accroupit devant le petit animal pour le câliner un peu, le regardant droit dans les yeux.
– Ah ? Vous êtes là ? s'exclama le vieux mage. Vous avez réussi à emmener la Reine avec vous ?
– Oui. Elle a presque perdu connaissance, c'est pourquoi cela a été un peu plus facile. Car elle ne voulait pas nous suivre, répondit Newo.
Le Clairvoyant s'approcha de la Reine avec inquiétude.
– Non. Ce n'est pas une perte de connaissance. Ils ont commencé à l'atteindre, à dévorer sa substance. Heureusement, vous l'avez enlevée à temps.
– Mais... Elle était protégée...
– Non. Ses protections sont usées jusqu'à la trame. Elle est affaiblie par la lutte et par les efforts qu'elle a menés afin de maintenir son sortilège en place. Mais il n'est pas trop tard.
Avec précipitation, il fit apparaître un flacon irisé dans sa main gauche qu'il plongea dans la fontaine pour le remplir. Nalyd suivait tous ses gestes avec concentration.
– Faites boire aussi l'Inspirée. Elle en a grand besoin.
Nalyd fut chargé de faire boire la Reine en veillant sur son retour à la vie consciente, tandis que le Grand Chat, épuisé, se traînait vers la fontaine pour boire et humidifier ses blessures. Zerda s'en écarta prudemment. Le Grand Chat était fatigué, certes, mais il valait mieux tout de même ne pas tenter son appétit.
Lully, sans un seul regard pour le petit renard, s'allongea les pattes en avant en s'étirant le plus possible et se transforma en Inspirée, identique à cette Lully que Théo avait vue un jour. Grande femme souple à la chevelure sombre emmêlée, vêtue de voiles légers aux reflets changeants.
Après un coup d'œil complice vers Théo, Lully s'approcha de la Reine pour la soutenir et lui prodiguer ses soins.
Le Clairvoyant, lui, entretenait les Pèlerins du plan qu'il avait élaboré.
Théo voulut s'approcher du mage pour mieux le comprendre, mais elle trébucha et, en voulant se retenir à son bras, elle s'aperçut qu'il n'était encore qu'une illusion.
– Vous n'êtes pas le Clairvoyant. Vous n'êtes que son mirage.
Les autres Pèlerins, choqués par le ton de Théo et par ce qu'elle venait de dire, fixèrent l'image du Clairvoyant avec méfiance.
– Bien sûr, répondit le Vieux. Le Secret que je transporte dorénavant avec moi et qui sera à jamais ma mission, est trop précieux pour que je risque de me déplacer en personne. Mais n'aie crainte, mon image me représente très bien. Et je vous vois parfaitement aussi. Oublie que ce que tu regardes n'est qu'une illusion et tout ira bien.
Les autres Pèlerins parurent immédiatement rassurés et Théo fut bien obligée de suivre le mouvement. Elle insista cependant encore sur un autre point qui la tracassait : Les Pèlerins Glorieux.
– Vous aviez dit que la Galerie du Plenum était là pour que je puisse communiquer avec les Cinq Pèlerins. Est-ce maintenant ? Pourtant nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde, si je peux m'exprimer ainsi. Ils sont d'ici et moi de là-bas. Les Cinq Pèlerins que nous sommes aujourd'hui, venant d'horizons différents, font-ils l'affaire pour ce que je dois atteindre ?
Le vieux sorcier sourit avec indulgence.
– Arodœht ? Je reconnais bien là ton impétuosité. Mais je suis navré de te préciser ce dont tu te doutes déjà. Tu es désormais dans notre Monde et tes compagnons ne sont pas exactement tout à fait tes Guerriers. Ce sont bien eux sans l'être tout à fait. Prends garde. Les interférences entre les deux Univers n'ont peut-être pas été suffisantes depuis ta venue pour t'empêcher de retourner dans ton monde, mais si tu continues à en parler de la sorte, avec légèreté, tu vas aggraver ta situation. Si tu parviens à rentrer chez toi, il te faudra encore, une autre fois, retrouver cette Galerie au moment où tes compagnons du Monde Nouveau seront prêts pour empêcher l'invasion des Écorcheurs, mais pour l'instant nous n'en sommes pas là. Sois présente à ce qui t'arrive aujourd'hui et à ce que tu fais, c'est tout ce que je te demande.
Songeuse et dubitative, Théo fit quelques pas en arrière pour laisser de nouveau à Newo la direction des actions. Elle se plaça aux côtés de Zerda et de Nalyd, cherchant obscurément appui auprès d'eux.
Newo, avec un regard de reproche à Théo, prit la parole avec lenteur et parla avec déférence au Clairvoyant.
– Clairvoyant, sage parmi les sages, dis-nous quelle est à présent notre tâche. Nous suivrons tes directives à la lettre.
– Les Écorcheurs savent qu'ils ne sont pas parvenus à anéantir les Pèlerins Glorieux, l'élite de protection de la Reine. Et tant que vous êtes vivants, en pleine possession de vos moyens, les richesses du royaume sont toujours en sécurité. Verbe Unique, sciences et arts, histoire et noms, en un mot : Lumière. Tant que vous êtes là, vos connaissances sont intactes avec vous. Vous emporterez partout, où que vous alliez, l'étincelle qui préside à vos pensées et l'art de chanter les légendes des vents, des pluies, des flammes, des airs et des terres. Car votre pouvoir réside justement dans votre science à extraire la sagesse de l'ignorance. Les Écorcheurs n'auront de cesse de vous retrouver et de vous écraser. Sachez utiliser vos savoirs, longuement acquis dans nos écoles. Je partirai avec la Reine pour la mettre à l'abri. Vous allez vous disperser. Vous devrez ensuite trouver le Passage pour vous cacher dans un autre monde. Nous savons, par des erreurs temporelles, qu'il s'agit du Monde Nouveau. Cette information vous aidera peut-être. Certains parmi vous vont y parvenir rapidement, d'autres auront besoin de plusieurs siècles dans le temps qui est celui de l'autre Monde. Mais qu'importe. Sachez que vous seuls aurez le pouvoir, quand le temps sera venu, d'agir. Vous devrez alors vous réunir, me retrouver, puis, grâce au Grand Secret dont je suis le dépositaire depuis des temps immémoriaux, rétablir le Verbe Unique, avant de rendre à notre Reine son Royaume Glorieux.
Les Pèlerins se mirent à parler tous en même temps.
– Le Monde Nouveau ? Mais où est-ce ? Comment y aller ? Comment allons-nous survivre dans un monde que nous ne connaissons pas ?
– Ayez confiance en vos talents. Vous êtes l'élite des Lumières. Vous puisez votre savoir et votre force au sein de ce que vous ignorez. N'oubliez jamais cette faculté qui est la vôtre.
Théo avait envie d'expliquer aux autres ce qu'était le Monde Nouveau, mais elle avait compris que plus elle en parlerait, plus elle mettrait en danger ses chances de pouvoir y retourner.
Elle savait que c'était un peu plus compliqué pour elle. Il ne s'agissait pas seulement d'y aller, mais de réintégrer sa vie. Pas de trouver le Passage mais de le retrouver.
Ce qui n'était pas gagné d'avance, étant donné les avertissements de l'Inspirée. Et la difficulté était d'autant plus grande qu'elle se demandait encore par quelle magie elle avait atterri ici, dans ce temps et dans ce monde, cette fois-là...
– Avant de partir, il faut que je vous mette en garde..., ajouta le Clairvoyant.
– Quoi encore ? marmonna Théo.
Mais elle se tut immédiatement sous le regard courroucé des autres.
– Ça va, je m’excuse !
– Quels que soient les passages que vous emprunterez, veillez à ce que jamais, jamais un Écorcheur ne vous observe et ne puisse l'emprunter à votre suite. Car, alors, vos chances de réussite seraient réduites à néant et au lieu d'avoir trouvé un refuge pour rétablir notre royaume, vous n'auriez fait qu'étendre à un autre Monde le Temps des Écorcheurs. Partez maintenant. Dispersez-vous.
Newo s'approcha du vieux et s'agenouilla devant lui. Mais il ne put, comme il en avait une forte envie, lui baiser les mains, car le Clairvoyant était sans consistance réelle.
Des larmes plein les yeux, il serra ses compagnons dans ses bras les uns après les autres, ce qui fut assez malaisé et ne rendit pas l'effet apaisant souhaité du fait des cuirasses qui les revêtaient.
Il serra aussi Nalyd, tapota la tête de Zerda et se prosterna, pour finir, aux pieds de la Reine, assise, absente, épuisée, dans un fauteuil de bois dans l'hémicycle. Le front sur les pieds tachés de sang de la Reine, il poussa un long soupir et se releva, ému. Puis, sans plus un regard pour les autres, il se dirigea vers l'arrière de l'estrade.
Théo remarqua alors seulement plusieurs portes dérobées, se confondant avec des boiseries, dans les parois de la salle.
Elle eut alors une idée. Puisqu'elle et elle seule, savait qu'ils allaient communiquer grâce à Internet, qu'ils pourraient y communiquer, même partiellement, il fallait qu'elle profite du fait qu'ils étaient tous réunis pour leur faire passer un message qu'ils pourraient utiliser dans le Monde Nouveau.
Elle savait aussi que toute tentative d'échange personnel d'adresse ou de données se solderait par une censure sur le Break-Space. S'il y avait une adresse à donner, c'était à présent qu'il fallait le faire.
En espérant qu'ils retrouveraient, là où ils allaient, l'information essentielle qu'elle leur ferait parvenir. Elle recherchait désespérément quoi utiliser quand Newo se retourna pour leur crier :
– Par Lug, Luz, Lup, Lud et Lun, les Pèlerins sont un et combattent sans faillir.
– Oui ! C'est ça ! Nos épées !
Tous la regardèrent, interloqués.
– Décidément, tu veux te faire remarquer, aujourd'hui, lui dit gentiment Nebur.
– Non, vous ne comprenez pas. Une fois dans le Monde Nouveau, quand nous désirerons entrer en contact, ce sera difficile, très difficile.
– Pourquoi ?
– Parce que nous ne serons peut-être pas sur les mêmes territoires. Des distances trop grandes nous sépareront.
– Nous les franchirons.
– Mais comment savoir où aller ? Comment nous fixer rendez-vous ?
– Nous utiliserons des messagers.
– Qui apportera ces missives et à quels endroits si nous ne savons pas où nous sommes ?
Cette question-là resta sans réponse.
– Laissez-moi vous le dire. Faites-moi confiance. Je sais que je suis bizarre aujourd'hui et vous saurez un jour pourquoi. Je vous en supplie, écoutez-moi.
– D'accord, parle, nous t'écoutons.
– Je vais vous donner une adresse qui contiendra les messages que nous nous ferons parvenir. Chacun aura la sienne. C'est un peu long à expliquer mais quand vous serez dans le Monde Nouveau, dans les années 2000, vous saurez parfaitement comment fonctionne cette messagerie. Il ne faudra communiquer ces..., appelez ça des... codes, à personne. Seuls nous cinq pourrons accéder aux messages ainsi émis. Vous devez juste vous souvenir que le premier mot en est le nom de votre épée, que vous seul connaissez. Ce nom qui est inscrit ici.
Et elle désigna la partie finement ciselée, sur le manche, où couraient les lettres qui composaient le nom de son épée : LUZ.
Chaque Chevalier regarda alors son épée.
– Souvenez-vous juste d'une formule : « at free point com ». Vous comprendrez quand vous y serez.
– C'est une formule magique ?
– C'est ce qui doit suivre le nom de votre épée. Répétez après moi. Et tous répétèrent :
– « At free point com » !
Comme une déclaration incantatoire. Théo continua :
– Chaque fois que vous utiliserez cette adresse, vous pourrez communiquer avec celui d'entre nous qui est propriétaire de cette épée. Et il sera le seul à pouvoir lire ce message.
Elle grava, à la pointe de la fibule qui retenait sa cape, sur des petites pierres friables son adresse électronique (Luz) en entier pour chacun d'eux et les glissa dans leur gibecière.
Elle en plaça aussi une dans son propre sac, avec les noms des autres épées, songeant avec inquiétude qu'elle ne savait pas dans quel état elle retrouverait le Monde Nouveau. Et si elle devenait amnésique ? Et si internet n’existait plus ? Elle ne saurait pas ce que voudraient dire ces noms. Et ils auraient perdu toute utilité.
– Le lire où ? Comment ? Par magie ? Dans l'eau ? Dans le sable ? Le feu ? Le cristal ?
– Vous comprendrez quand vous y serez.
– Vous avez assez tardé, annonça le Clairvoyant. Il faut y aller. Vexée, Théo protesta :
– Mais c'était important... je...
– Oui, oui, c'est bien, mais ça y est, tu leur as dit. Ils doivent partir maintenant.
À ces mots, sans rien ajouter, Newo se retira par la petite porte qui était juste derrière lui.
Le Clairvoyant disparut aussi, mais sans aller nulle part. Il s'évanouit simplement dans les airs, réduisant à rien son image. Cette fois, il emporta avec lui la fontaine, quelques objets qui traînaient par là et la Reine, qu'il tenait fermement par une main, tandis que Lully, l'Inspirée, serrait l'autre de toutes ses forces et la soutenait par les épaules.
Les quatre Pèlerins restants se regardèrent avec appréhension et, l'un après l'autre, se dirigèrent vers des portes distribuées autour de la salle. À la fin, il ne resta que Nalyd, Zerda et Théo, qui se regardèrent éberlués, un peu sous le choc.
– T'as compris quelque chose, toi ? demanda Théo à Nalyd.
– Autant que toi, je crois, lui répondit celui-ci.
– Qu'est-ce qu'on fait ? On essaie celle-là ? questionna encore Théo en désignant une porte qui n'avait encore été utilisée par personne.
– Pourquoi pas ? approuva Nalyd. Et ils franchirent la porte.

C’était Les portes, le chapitre 12 de TANAGA - Saison 2 – Torfed
© Alice Quinn - tous droits réservés – 2016

Rendez-vous mercredi pour le chapitre 13 de la Saison 2 de TANAGA !

J’ai voulu retrouver avec ce roman d’héroïc fantasy la joie de l’écriture de feuilletons, qui m’a toujours fascinée. J’espère que vous partagerez cette passion avec moi.Dans un premier temps, 2 tomes seront donc ainsi déclinés chapitre par chapitre, gratuitement, en ligne, le temps qu’il faudra, à raison de 2 chapitres par semaine, les mercredis et les samedis, à 10 heures.
Si des fautes, des incohérences ou des coquilles se sont glissées à mon insu dans le texte, je vous serais reconnaissante de m’en informer.
Vous pourrez trouver la saison 1, Les écorcheurs, sur Amazon.fr le 27 juillet 2016
Pour la saison 2, Torfed, ce sera le 27 Août 2016.
Vos remarques et retours me permettront de corriger ces détails avant la sortie.
Merci de votre aide et participation.

_____________________________________________________
Illustration couverture par Alex Tuis
Graphisme couverture réalisée par Kouvertures.com

Ca remue pas mal dans ce chapitre. Quelques incohérences et lourdeurs ont gêné ma lecture, ainsi que des répétitions trop marquées. Je ne comprends pas quelle distinction vous faites entre vent et air dans "les légendes des 5 éléments", en parlant "des vents et des airs". Si par "at free point com" vous voulez parler d'une adresse de courriel type @free.com, sachez qu'il s'agit là encore d'un contresens et qu'il faut dire "at free dot com". Attention aux parties en anglais souvent mal maîtrisées à chaque fois que vous y avez recours, d'autant plus que c'est le genre de livre qui s'adresse plutôt à un jeune public. A bientôt sur le chapitre suivant :-)

Publié le 04 Décembre 2016