Interview
Le 27 avr 2017

Brian B. Merrant, nominé au Prix Concours de l’Auteur Indépendant 2017

Son roman est le récit sensible et émouvant d’un parcours initiatique. D’un côté, l’attirance indicible d’un jeune homme pour la littérature et la magie de l'écriture. De l’autre, son sens caché et celui qui sera son guide spirituel. Une rencontre avec au cœur, la transmission de l’espérance. « Espoir, sors-moi du noir », élu Sélection d’avril, est nominé au Prix Concours monBestSeller de l'Auteur Indépendant 2017. Rencontre avec Brian B. Merrant, un jeune auteur qui porte en lui cette étincelle qui fait briller ses rêves et offre un roman lumineux.

Ses lecteurs ont dit...
"L'histoire d'un amour (et par extension de l'amour) contée de façon mystérieuse et poétique. Une chasse au trésor psychologique qui mène aux secret de l'âme." ; "Un don pour exprimer au plus juste l'intensité et la subtilité de certains ressentis. Votre plume vibre, lumineuse et sans fards." "Sublime. C'est poétique, triste, lumineux, sombre... on passe par toutes les émotions." ; "Un bien beau livre, rédigé dans une langue parfaite. Vous avez un grand talent."

Nous avons voulu en savoir plus.

Question: 

Brian B. Merrant, Espoir, sors-moi du noir est l’histoire d’un jeune homme qui, pour être "guéri" de son envie de devenir écrivain, est envoyé chez son parrain qui a, d'une certaine manière, échoué dans ce même rêve. Il y part comme on va en prison, et se retrouve face à quelqu’un qui va plutôt l’initier. Comment avez-vous eu l’inspiration de cette histoire et de cette rencontre ?

Réponse: 

Il faut pour cela remonter à la source de cette histoire et elle risque de vous étonner : elle n’était pas vouée à être un roman. Ce n’était même pas un roman puisque, à l’origine, il s’agissait d’un recueil de nouvelles ! Une fois terminées, je les ai assemblées en recueil dans l’ordre de parution mais l’ensemble me paraissait manquer de sens.
Dans le même temps, j’écrivais quelques pages sur d’autres sujets, comme des prises de notes ordonnées, des idées qui me passaient par la tête. Curieusement, ces pages étaient toujours fréquentées par deux personnages… et ça je ne saurais pas l’expliquer. En relisant le recueil, en modifiant l’ordre des nouvelles et en reprenant les textes écrits à part (dont un qui est devenu le prologue), j’ai trouvé que ce qui se tramait là avait davantage de sens, et mieux encore, ensemble tout faisait globalement sens.
Le plus gros du travail commençait alors. Il fallait assembler les nouveaux textes afin qu’ils aient une certaine cohérence chronologique et articuler les nouvelles autour de ce tronc commun. A la fin, le fil conducteur s’est imposé de lui-même, comme une évidence : l’histoire, ce serait celle d’un ancien auteur qui ferait lire ses nouvelles à un jeune écrivain en devenir… Mais pour que cette rencontre ait lieu il fallait un coup de pouce du destin, pourquoi pas une punition pour des rêves qui semblaient trop grands et dangereux ? Puisque l’un des deux personnages était jeune, l’élément déclencheur était trouvé ! Et voilà comment est né Espoir, sors-moi du noir

Roman de Brian B. Merrant à lire librement sur monBestSeller.com
Question: 

Votre roman met face à face deux héros, deux générations, deux vies, l’une qui cherche son envol, l’autre qui « commence à toucher sa réserve de temps disponible ». Jamy, est-ce un peu de vous ? Porte-t-il en lui vos propres questionnements et espoirs ? Son parrain est-il un peu de vous aussi, ou un "sage" qui vous a inspiré ?

Réponse: 

J’ai l’intime conviction que tout écrivain met un peu de sa personne dans son histoire, que ce soit pour créer un personnage, retranscrire un lieu ou une époque, et qui s’exprimera de façon distincte, selon chaque sensibilité et expérience de vie. Cette partie-là est inconsciente mais il arrive aussi qu’on glisse des bribes de soi délibérément… Alors oui, pour ne rien vous cacher il y a un peu de moi dans Jam. Ce personnage a été le plus simple à construire puisque nous partageons la même passion pour l’écriture bien évidemment, mais il soulève aussi des questions qu’il m’arrive de me poser.

Pour le parrain il y a aussi un peu de moi, et certains points sont d’ailleurs d’une similitude troublante… Eh oui, je bois énormément de café et j’ai aussi un chat qui se comporte un peu comme un vicomte parfois, à sa manière ! Cela fait beaucoup de coïncidences… Plus sérieusement,

  le parrain est un personnage inspiré par l’image que je me fais d’un « guide spirituel ».

Quelqu’un qui, en toute bienveillance, tend la main à un moment donné avec une volonté d’aider, de conseiller, de rassurer. C’est un peu un phare, une vigie, un « comme un père » et en ce sens, oui, c’est quelqu’un que j’estime et admire énormément qui m’a inspiré cette figure paternelle. Pour ce qui est de son histoire personnelle en revanche il s’agit d’autre chose, mais dans chaque texte il y a du vrai, du faux, et tout cela est mélangé par l’imaginaire.

Question: 

Quel message avez-vous voulu faire passer à travers cette transmission philosophique entre un vieil homme qui n’est pas allé au bout de son amour et un jeune homme qui a des rêves que ses parents veulent contrarier ?

Réponse: 

Un message probablement naïf, du genre qui fait s’exclamer en levant les yeux au ciel "c’est plus facile à dire qu’à faire !". C’est le propos du parrain, en réalité : garder espoir et confiance en ses rêves. Il faut réussir à conserver en soi cette étincelle qui redonne du courage et de l’énergie pour avancer, même quand la vie s’évertue à vous contrarier. Le parrain a vécu une histoire tragique, il a ensuite cessé d’écrire, mais

        la rencontre avec Jamy lui a offert l’opportunité de réaliser un autre rêve :
                                     transmettre l’espérance.

Finalement, son histoire n’aura pas été vaine… seulement si Jamy parvient à réaliser ses rêves ! Suspense et roulements de tambours… Un autre message, moins flagrant peut-être, est qu’on apprend toujours, tout au long de sa vie. On apprend des autres et avec les autres. Rester à la surface des gens et des choses n’apporte rien de durable et d’enrichissant. Voilà, on devient riche de vraies rencontres. Maintenant, celles et ceux qui le souhaitent peuvent lever les yeux au ciel !

Question: 

Votre style très soigné, tout en douceur, et la poésie de votre roman ont été particulièrement salués par vos lecteurs. Ils ont souligné à quel point l’évocation des endroits et des moments les a transportés. Comment avez-vous travaillé pour rendre cette intimité et cette émotion palpables ?

Réponse: 

Ces retours de lectures m’ont beaucoup touché et surtout surpris, parce que je n’ai pas réfléchi à la façon d’écrire ce roman, que ce soit pour les nouvelles à l’origine et les textes écrits à part ensuite. Je n’ai pas choisi d’aborder l’histoire et les personnages en choisissant un style ou certains aspects de l’écriture… Un peu comme pour Des Gradations célestes [précédent roman de l’auteur. NDLR] qui a, visiblement, beaucoup fait rire les lecteurs… sauf qu’en l’écrivant ce n’était pas mon but, et je ne trouvais pas cette histoire plus drôle que ça ! On ne se rend pas forcément compte du rendu quand on a la tête dans le guidon… C’est un peu nébuleux dit comme ça, n’est-ce pas ?

la baie de Robin’s Hood

Le seul aspect que j’ai tenu à travailler a été le lieu, la baie de Robin’s Hood. Afin de respecter la réalité (et donc, au final, le lecteur) j’ai fait le rat de bibliothèque en cherchant les informations exactes de topographie, le climat en fonction des saisons, la faune et la flore, les marées, les cours d’eau… C’est le seul "travail", la seule façon qui permet de restituer le plus fidèlement possible la réalité. Du moins j’espère !

Réponse: 

Pour le reste, l’intimité et l’émotion, j’avais besoin de ressentir quelque chose avant d’écrire. C’est difficile à expliquer… Il me fallait une émotion, une sensation pour que le texte exprime ce que j’avais précisément envie qu’il exprime. Ça pouvait prendre un certain temps, le temps justement de faire décanter ces ressentis et de les exposer ensuite.

  "Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre
                            un morceau de ta chair reste dans l'encrier"
                                          disait Tolstoï.

Quand j’écris je ne sais pas vraiment ce que j’écris, ça coule tout seul, je ne réfléchis pas à la façon de dire les choses alors, avec du recul, peut-être que j’ai laissé quelques plumes dans l’encrier… les lecteurs sont et resteront toujours seuls juges.

Question: 

Vous aviez à un moment modifié votre titre pour La fille en noir qui dansait sur les falaises. Vous avez également eu beaucoup de commentaires de lecteurs, sur le prologue par exemple, en avez-vous tenu compte ? Estimez-vous que votre travail d’écriture n’est pas terminé, que la version finale de votre roman est encore "en devenir" ?

Réponse: 

Oui absolument. Tous les retours qui pointaient une faiblesse, une erreur, un élément à corriger ont été pris en compte. Le prologue a subi une cure d’amaigrissement, il a été revu et même changé de place pour que le lecteur se sente plus rapidement dans l’histoire. La structure globale a été modifiée pour inclure un élément supplémentaire nécessaire à l’intrigue, certains dialogues ont été remaniés… Une "nouvelle" a été scindée en trois, et plusieurs pages ont aussi été supprimées. Tout cela n’aurait pas été possible sans les commentaires des lecteurs, ni sans l’aide d’une bêta-lectrice et d’une correctrice extraordinaires, que je salue au passage et remercie infiniment.

Pour ce qui est du travail d’écriture sur ce texte, il est potentiellement toujours en cours. Il y a toujours des choses que l’on peut revoir, corriger… mais à un moment il faut se dire "stop, maintenant c’est ça la version finale". Toutefois je suis sûr que ce texte peut encore être modifié (par exemple, son titre a encore changé pour reprendre celui d’origine, exit la fille qui dansait !).
Rêvons un peu puisque ça n’est pas encore interdit : imaginons qu’un jour, dans une galaxie lointaine, un éditeur souhaite donner sa chance à ce texte… alors et seulement à ce moment-là il ne sera plus "en devenir" puisque un expert lui aura donné son point final. En attendant, tout peut être corrigé.
Quant au travail d’écriture en général, je ne suis encore qu’un poussin qui a tout à apprendre du métier alors j’estime qu’il n’est toujours pas terminé, et j’espère surtout que ce travail continuera encore longtemps !

Question: 

Ce n’est pas le premier livre que vous publiez sur monBestSeller. Pourquoi cette démarche ? Qu’en attendez-vous ? Que vous apporte-t-elle ?

Réponse: 

Effectivement c’est le troisième texte que j’inflige aux lecteurs de monBestSeller ! Le premier avait été posté par curiosité pour ce concept, qui a donné entière satisfaction, c’est pourquoi les deux autres ont suivi à quelques années d’intervalle.
Mais Espoir, sors-moi du noir est un texte qui me tient particulièrement à cœur, davantage que les précédents. Je souhaitais, avant de le proposer à des éditeurs, tester ce texte, connaître ses faiblesses pour les corriger. En fait, voir s’il tenait la route ou si je me plantais sur toute la ligne ! Quels moyens avais-je pour faire tout ça ?

  Comment faire pour être lu et critiqué par des lecteurs qui ne me connaîtraient pas
                et auraient donc un regard forcément neutre et objectif ?

La solution était toute trouvée : se lancer sur monBestSeller… J’espérais ces retours et critiques, ce souhait a été très largement exaucé. Et au-delà de la satisfaction liée à ce qui s’est passé autour de ce roman, c’est une démarche qui m’a permis de découvrir d’excellents textes, des auteurs de talent, et de faire des rencontres extraordinaires. Verdict ? monBestSeller admis avec mention très bien ! A recommander évidemment pour tout auteur qui cherche à recueillir des avis sur ses écrits.

Question: 

Que vous inspire d’être élu Sélection du mois et ainsi nominé au Prix Concours de l’Auteur Indépendant 2017 ?

Réponse: 

Beaucoup d’émotions, parfois contradictoires. Ma première réaction a été « mais… c’est une blague ? Ils se sont trompés ? » parce que je ne m’y attendais pas le moins du monde. Ça a donc été une énorme surprise en premier lieu. De la joie bien sûr, mais surtout de la surprise. Je suis très heureux de cette sélection, flatté et honoré également d’être aux côtés de Vera Seret et Philippe Mangion qui ont écrit des romans que j’ai adorés…
Beaucoup de questions également. Où cela va-t-il mener ? Quelle sera la suite de cette aventure ? Comment continuer et tenir sans décevoir les lecteurs ? Est-ce qu’on aura le droit de boire du vin après les délibérations ? Ou même avant ? Ou même pendant, pourquoi pas ? (parce que oui, c’est important de le savoir !).
Un peu de craintes aussi. Parce que c’est véritablement une surprise et qu’être ainsi mis en avant est tout nouveau, je ne sais pas comment réagir.
Cette sélection m’inspire, où plutôt confirme aussi ce que je continuerai de croire et de dire pendant longtemps encore (au risque d’en agacer certains) :

                      Oui, écrire est une étonnante histoire d’amour.

C’est pourquoi, en derniers mots, j’aimerais remercier tous les lecteurs qui ont commenté ce livre, qui ont expliqué leurs ressentis, toutes celles et ceux qui m’ont aidé, conseillé, soutenu, qui m’ont parfois tiré les oreilles pour ne pas baisser les bras. Puisque cette sélection c’est grâce à eux tous, et que sans eux cette aventure n’aurait pas été possible, elle est aussi la leur.

Voilà… et MPH ! ["Petit clin d'œil pour deux amies que j'aime énormément et qui m'ont beaucoup soutenu" nous a confié Brian B. Merrant.]

Propos recueillis par Isabelle de Gueltzl

Bonjour tout le monde !
Un mois de retard... Vous pourrez dire "ah il a fait fort cet hurluberlu !" J'en suis plus que confus et vous présente toutes mes excuses... Cette nomination a été une telle surprise qu'il m'a été nécessaire de prendre un peu de recul sur certaines choses, et ce temps a aussi été utilisé dans l'écriture de la suite... (Qui est loin d'être terminée, mais ça avance !)

@PhilippeMangion merci beaucoup Philippe vos messages et votre soutien m'ont toujours fait plaisir et c'est un plaisir plus grand encore d'être à vos côtés dans cette sélection ! Une petite confidence à propos de la description des lieux, je me suis toutefois permis quelques menues libertés avec les aléas climatiques... nos amis anglais me pardonneront ;)

@lamish héhé votre petit doigt a eut le nez creux :p (ce qui est étrange pour un doigt... un doigt possédant un nez... voilà qui n'est pas commun !) J'espère aussi que Romain fera partie de cette sélection ! J'avance peu dans la lecture de son roman (tellement peu de temps pour me consacrer à tout, hélas) mais du peu que j'ai lu il le mériterait amplement... Au plaisir Michèle de vous lire... et de vous retrouver également dans cette sélection ? ;)

@bernadetteL vos mots me touchent beaucoup Bernadette, merci ! Vraiment ravi que vous ayez ressenti ce duo "vieux"/jeune... Je ne peux pas répondre précisément à votre question, il y a dans la généalogie familiale un pan de mystère, mais peut-être qu'effectivement l'attrait pour l'Angleterre viendrait d'un ancêtre pas si lointain... ;) Quant au titre il me plaisait beaucoup aussi toutefois... "Espoir, sors-moi du noir" a une sorte d'histoire personnelle dont il m'est difficile de me séparer... Un jour, peut-être !

@Ivan Zimmermann merci beaucoup Ivan ! D'autant plus ravi que ce roman t'ait plu si tu n'es habituellement pas fan du genre... Merci encore et au plaisir évidemment de te lire :)

@Constance Dufort merci Constance ! Ce ne sont pas vraiment des techniques (à part peut-être pour les descriptions de lieu) mais voilà, une méthode de travail... content que ces petits "trucs" puissent intéresser :) Encore merci et bonne chance à toi aussi pour... tu sais ;)

@Vera Seret merci beaucoup chère Vera c'est un très gentil message... Vous me touchez et m'émouvez comme à chacun de nos échanges ! Ce sera un grand plaisir de se rencontrer enfin, en vrai, autour de quelques (ou d'un, soyons raisonnables !) verres avec l'équipe de mBS qui rend ce rêve un peu plus réel chaque jour. Je vous embrasse également avec toujours hâte de vous lire !

A toutes et tous, à mBS, un grand merci pour vos messages et votre soutien, du fond du coeur ! <3

Publié le 24 Mai 2017

Super interview Bri ! Spontanée, instructive !!
Drôle, douce, chaleureuse comme l'image que je me fais de vous après nos différents échanges et le début de votre roman dont j'ai plus que jamais hâte de découvrir la suite. Ainsi qu'après vos premiers chapitres dans lesquels je me suis sentie si bien déjà, apaisée, enveloppée comme dans une bulle de temps et d'espace où tout, le meilleur surtout, peut arriver. J'ai hâte de rencontrer le chat maintenant...
Merci pour vos messages de rêves possibles et de vie toujours vivante où l'on ne cesse d'apprendre. De tout. Et tout le monde. Je vous suis tellement...
C'est donc avec une joie impatiente que j'attends de partager avec vous ma lecture de votre beau roman et puis de nous rencontrer, en vrai, avec et autour de mBS. De boire du vin pour les célébrer eux les premiers, avant, après les délibérations, peu importe cher Bri puisqu'ensemble à trinquer !
En attendant je vous félicite, encore. Et vous embrasse, fort.
Vera... très vite.

Publié le 30 Avril 2017

Un article très intéressant : connaitre un peu les techniques et la méthode de travail de l'auteur donne encore une autre dimension au libre lorsqu'on le lit. Bonne chance à toi, Brian !

Publié le 29 Avril 2017

Je l'ai déjà écrit sur FaceBook, mais j'attendais de finir le livre ( je suis un peu lent ) avant de te complimenter pour ce joli texte dont la philosophie se mêle à la poésie. Moi qui ne suis en général pas fan du genre, j'ai pourtant adoré. La lecture coule toute seule et nous enchante. La nomination est amplement méritée.
Bravo Brian,
Ivan

Publié le 29 Avril 2017

Une vraie découverte, on a le sentiment d'un récit de"vieux sage" avec l'énergie et l'espoir d'une "jeunesse " Vraiment intéressant...Are you english Brian ?
Mais je préfère le tître qui est à l'ouverture du livre.. "La fille en noir qui dansait sur les falaises "

Publié le 28 Avril 2017

@Brian B. Merrant, Yes ! Voilà qui confirme que mon petit doigt ne débloque pas trop ;) ! Une nomination qui me réjouit tout comme les trois précédentes qui avaient également été des coups de coeur. Bravo, Brian ! Bravo MBS ! Il ne manque plus que Romain Lebastard, et je serai comblée ;). Amicalement. Michèle

Publié le 28 Avril 2017

Bravo Brian ! J'ai beaucoup aimé ce roman, son style distancié, son histoire à tiroirs et le cadre dans lequel il se déroule. Excellente idée de le placer dans la campagne côtière britannique. Tout de suite, ça a de la gueule et un parfum de mystère, automatique. Vous dites avoir travaillé la description exacte des lieux. Je comprends mieux maintenant.

Publié le 28 Avril 2017