Chronique
Le 11 sep 2017

Pourquoi j'écris ? (2)

Pour la rentrée, nous avons demandé à tous les auteurs « Livre le + » de s’exprimer sur les raisons pour lesquelles ils écrivent. Philippe Mangion, auteur d'une fiction troublante : "Le projet Traumaless" s'explique.
Philippe Mangion, auteur de l'ebook : "le projet traumaless"Philippe Mangion, auteur de l'ebook : "le projet traumaless"

Ecrire une obsession, presqu'une folie...

J’ai commencé à écrire à 24 ans, à l’âge où d’autres, moins chanceux, sont diagnostiqués schizophrènes. Ce rapprochement n’est pas fortuit, car mes premières expériences d’écriture avaient à voir avec la folie. Je restais plusieurs jours d’affilée, enfermé, sans presque manger ni dormir, à remplir au stylo bille et d’une écriture serrée, des versos de listings usagés. Comme en transe à force de fatigue, je me laissais glisser dans un état nervalien qui, malheureusement, ne donnait pas des résultats aussi probants que le Ténébreux. Alors, avant de traverser l’Achéron dont je ne serais pas sorti vainqueur, j’ai complétement arrêté d’écrire, comme on arrête de fumer. Dix ans et deux enfants plus tard, j’ai repris les travaux avec plus de sérénité et de vécu.

Garder le fil de mes personnages pour ne pas me perdre

Aujourd’hui, si j’écris tous les jours c’est pour ne pas perdre le fil de mes romans et de mes personnages. C’est un piège dans lequel je me suis empêtré tout seul. Si je les lâche quelques jours, leur image se trouble, ils fondent comme Magnum au soleil, ils coulent sur mes doigts.

Je pourrais me dire laisse-les disparaître, ils n’intéressent pas grand monde, ils ne rapportent rien d’autres que des réponses négatives d’éditeurs et te bouffent la moitié de ton sommeil. Et pourtant ça ne me traverse pas l’esprit. J’ai l’impression que si je les laisse partir, ils emporteront une partie de moi avec eux, qui se dissoudra dans le courant.

Mes romans ? Ils me gardent entier

Parce que l’écriture est aussi, dans mon cas, un travail de mémoire. Un peu à la manière de Modiano, mais sans la précision de l’enquêteur. J’accepte de me laisser leurrer par mes souvenirs à tel point qu’il m’arrive de confondre ce que j’ai réellement vécu avec ce que j’ai écrit. Sans compter que ce ne sont pas les faits qui m’intéressent en priorité, mais la trace des sentiments et des impressions qu’ils ont laissés.

Finalement, mes romans n’ont rien d’autobiographiques et pourtant ils me sont indissociables et indispensables. Ils me gardent entier.

 

Philippe Mangion

10/9/17

 

Merci chère @Maryse Wolfang, je vous sais lectrice exigeante et déjà votre reconnaissance, avec celle de quelques autres, m'oblige, avant d'en envisager de plus aléatoires...

Publié le 14 Septembre 2017

Bonsoir @Yannick A. R. FRADIN . Pour ma part, désormais j'essaie de faire assez propre dès le premier jet. Pour mon deuxième roman La Résolution , j'avais été paresseux en privilégiant d'avancer et en remettant la qualité à plus tard. Le relecture n'en finissait plus, c'était pénible et donc peu efficace, l'équivalent de muscles refroidis et douloureux. Désormais, la relecture, c'est environ le tiers de l'écriture, sans cette impression d'avoir décroché. Bonne soirée, Philippe.

Publié le 14 Septembre 2017

Dans l'écriture, que l'on penche du côté de Narcisse ou de celui de Pygmalion, il y a effectivement et toujours cette envie irrépressible d'écrire. Peu importe la ou les raisons. Leur nombre, si important, démontre que l'écriture est avant tout une liberté accessible à tous... Reste que dans l'écriture, tout ce qui paraît évident, cohérent et fluide, demande un travail considérable, mais sans lequel aucune reconnaissance littéraire n'est envisageable... Merci à vous Philippe, d'avoir toujours respecté dans vos écrits cette exigence en faveur du "bien-lire" de votre lectorat.

Publié le 13 Septembre 2017

Bonjour @PhilippeMangion et merci pour cette intervention. Un long travail de relecture et de réécriture, je pense que la plupart des auteurs qui veulent être lus passent par là. De mon côté, ça représente bien plus de travail que la recherche / documentation et écriture du premier jet réunis.

Publié le 13 Septembre 2017

Bonsoir @Ivan Zimmermann . Merci pour ce commentaire. Oui, bien sûr, la cohérence demande, pour ma part, un long travail de relecture et réécriture. C'est sans doute là, après la première mouture, que la qualité se joue principalement, au moment où l'on a hâte d'en finir et où il est facile de se déconcentrer.
Amitiés,
Philippe

Publié le 13 Septembre 2017

Comme pour vous Philippe, l'écriture est un besoin à condition qu'il y ait un travail de mémoire et de documentation, et même, malgré vos dires, du moins en ce qui me concerne, un travail d'enquête. La plume est une chose, l'imagination, la créativité et la cohérence en sont d'autres qui font un tout.
Heureux de mieux vous connaître en dehors de vos fictions.
Amitiés,
Ivan

Publié le 12 Septembre 2017