Auteur
Le 02 Jan 2018

Pourquoi j'écris (17)

Pantinois retrace le labeur de l'écrivain, la sueur, l'anxiété, et la douleur de ne pas recevoir de réponse des éditeurs convoités. Puis l'espoir incertain de l'autoédition
Ecrire est-ce une maladie ?Ecrire est-ce une maladie ?

L’écriture est une maladie qui se soigne… en écrivant.

Et puisque j’ai désiré guérir assez tôt de cette maladie, j’ai écrit de bonne heure. Laissons de côté les petits trucs d’enfant, copier/coller d’Enid Blyton où j’inventais une bande de gamins partie dans des aventures policières malgré elle.

Le véritable déclic s’est fait à la lecture des Caves du Vatican, d’André Gide. Pourquoi ce livre ? Je ne sais pas. Sans doute qu’il est tombé pile-poil au bon moment, à ce moment où j’étais assez désœuvré pour tenter l’aventure et en même temps ce moment où je sortais des « révoltes » d’adolescent pour entrer dans les « indignations » d’homme adulte.

Puis les pages se sont accumulées. Mal écrites, à la machine à écrire, ce qui n’arrange rien pour corriger, reprendre un texte, lancer un correcteur orthographique… doux temps que notre époque où tellement d’outils nous sont proposés et d’espaces pour nous exprimer !

Défendre son livre, clamer tout haut « je suis écrivain ».

Ces écrits sont allés s’entasser avec d’autres milliers de manuscrits chez les éditeurs qui me les ont retournés sans grande explication. Mais ils avaient raison : c’était mauvais. Je n’avais que trop peu d’idées neuves, et mon style était brouillon. Les retours des éditeurs furent vécus comme autant de blessures, car à chaque fois il me semblait progresser. Chaque nouvelle histoire était un peu mieux agencée, les idées étaient plus claires, le style s’améliorait. Et pourtant, le « non » des éditeurs continua. À chaque fois que j’envoyais un manuscrit, je guettais la boite à lettres du retour. D’ailleurs, est-ce que ce n’était pas mieux ainsi ? Bien beau d’écrire, mais après il faut assumer, aller défendre son livre, clamer tout haut « je suis écrivain ».

Ecrire, c’est chercher des lecteurs

Les années passèrent et arriva Internet et l’immense puits sans fond de possibilités qu’offre cette chose encore indéfinissable. Et là, je me suis dit : au lieu de jeter une bouteille à la mer en envoyant un manuscrit à des éditeurs qui, de toute façon, te le retourneront sans même avoir lu jusqu’au bout parce que… pas de temps, pas pour nous, on édite déjà trop, on fait confiance aux écrivains maison, pas assez original… enfin bref, toute la litanie qu’ils versent à presque tout le monde (et on peut le comprendre, un éditeur est avant tout un chef d’entreprise qui doit faire de l’argent, ça n’est pas un mécène)… donc au lieu de tout cela je me suis dit : cherchons des lecteurs. Plutôt que la mer des éditeurs, essayons l’océan internet. Et me voici ici, sur cette plateforme.

Le seul regret, c’est que nous ne savons pas si un lecteur est un lecteur qui lit une page ou qui va jusqu’au bout de l’histoire. Certains laissent des commentaires et si ce sont de bons commentaires, ça fait du bien à l’égo. Mais lorsqu’on a 500, 600, 1000 lecteurs, qui sont-ils tous ceux-là ? Qu’ont-ils aimé, détesté ? Pourquoi sont-ils allés jusqu’au bout, pourquoi ont-ils abandonné ? Cela reste mystérieux. Mais il est vrai que nous achetons tous des livres (format papier) que l’on installe dans la bibliothèque sans les ouvrir. Une pulsion d’achat comme une autre.

 

Pantinois

 

15 CommentairesAjouter un commentaire

Bonsoir @Pantinois, bien sûr le début de mon commentaire ne vous est pas adressé. Ce sont des généralités sur mon expérience sur mBS. Je vous rejoins dans votre analyse. Oui, j'ai remarqué que lorsque l'on ne note pas, le commentaire n'est pas pris en compte. Étonnant ! Et d’ailleurs, il me semble que si l'on note on gagne quelques places dans le classement !!! Depuis quelque temps, je ne note plus systématiquement mes lectures notamment lorsque je lis des auteurs devenus de véritables amis. Nous aimons à dire que nous ne somme plus à l'école et ne sommes pas agrégée de lettres ;-). Je donne cinq étoiles pour encourager un nouvel auteur dont je sens le potentiel ou certains jeunes pour les encourager et pour un, en particulier, le prendre sous mon aile. Comme vous, si je publie ici c'est avant tout pour progresser, pour être encouragée dans ma solitude de scribouilleuse ! Je pense que sans mBs, il y aurait belle lurette que j'aurais laissé tomber mon petit dada. Après, on laisse avec leur conscience ceux/celles qui, je ne sais pas quel miracle, obtiennent 635 lectures en une journée (j'ai vu ça dernièrement). Certains n'ont pas compris que sur ce site ce n'est pas un course effrénée vers une hypothétique renommée (comme sur une plateforme que je ne nommerai pas). Les membre du club des lecteurs ne tiennent pas compte du nombre de lectures, la preuve sur mon recueil de nouvelles. Finalement, ce qui me choque le plus ce sont ces auteurs qui ne se donnent même pas la peine de répondre. Je me dis que l'on ne m'y reprendra pas, mais... Je fais comme vous, je passe parfois des heures sur un texte, à taper mon ressenti sous Word, à le peaufiner. Tant pis, ! C'est pour moi un bon exercice finalement ;-) Je vous souhaite une bonne continuation sur mBs où l'on ne jette pas une bouteille à la mer et, comme je pense, où l'on n'écrit pas pas pour le vent. Cordialement. Fanny

Publié le 08 Janvier 2018

@FANNY DUMOND
Bonjour Fanny. Quelques remarques, même si j’ai bien compris que tout ne m’était pas adressé personnellement. [Écrire c’est aussi respecter son lecteur et ne pas poster comme ça un texte souvent fraîchement écrit et le proposer comme ça à l’arrache.] Je ne prends pas cette remarque pour moi, car tous mes textes postés ont été lus, relus, maquettés (par mes soins, je suis graphiste), imprimés sur papier pour une relecture meilleure. Ce n’est que lorsque j’ai une version que je juge lisible pour les autres que je poste. Dans le cas contraire, j’aurais trop honte.
Ensuite : [… en cliquant sur sa biographie que de son côté il ne commente quasi personne !]. Là encore, j’ai un petit souci ; si on clique sur ma bio et que l’on cherche mes commentaires, aucun n’apparaît. J’imagine que c’est parce que je ne mets aucune note, seulement des commentaires, car pour moi la littérature ne se note pas. Que vaut un 5, que vaut un 1 ? On note le style ou l’histoire ? Un livre très bien écrit peut être ennuyeux et inversement très mal écrit avec de bonnes idées. J’ai commenté, depuis août, de nombreux textes (et des tribunes). Je les tape sur Word, les corrige et les publie ensuite. Et il m’arrive de ne pas publier ma réponse, car, finalement, je la trouve soit prétentieuse, soit blessante pour l’auteur et je me raisonne. Si je publie, c’est que je crois au potentiel d’un auteur et que mes conseils peuvent lui être profitables. Sinon, oui je m’abstiens, même après avoir passé une heure à réécrire un texte en « bon français ». (J’aime faire la chasse aux adverbes trop nombreux, aux subordonnées en cascades, aux phrases emphatiques, aux participes présent… ou même retourner un texte et commencer par la fin, etc.) Cela pour dire que si je me fends, quelques fois, de conseils, c’est que j’en attends également des autres. Je suis venu, ici, pas seulement pour être lu, mais progresser. C’est la même différence que l’on fait entre être « écouté » et « entendu ». On peut m’écouter, mais si ça entre par une oreille pour ressortir par l’autre, à quoi bon ? À ce jour, j’ai plus de 1700 lectures sur « Qui a vendu mon âme au diable » et seulement 6 commentaires dont 1 MBS et 1 MCL. Oui, je suis un peu frustré.
Dernier problème soulevé : [Ce qui est curieux c’est le fait d’être commenté dès la parution, dans les premiers jours, puis... plus rien.] Ce qui l’est aussi, ce sont les clics démentiels sur certains textes qui reçoivent 100 clics à l’heure, de façon durable. Réel ou abus (?)
Pour ce qu’il en est du site, c’est le seul que j’ai utilisé à ce jour et je ne vais pas tomber dans la flagornerie, mais il me plait bien. C’est cela que je recherchais. Mais il est vrai que les commentaires sont arrivés en août (pour mon premier texte), puis en octobre et depuis, plus rien, comme si plus personne n’appréciait ou bien ne détestait. C’est frustrant. J’avais espéré que la tribune « pourquoi j’écris » relance l’intérêt, eh bien non !
Cordialement

Publié le 08 Janvier 2018

Bonsoir à tous. En général, lorsque j'accroche (dès les premières lignes), je termine ma lecture tout en prenant des notes car je sais que je laisserai un commentaire et je peux dire que cela me prends un temps fou pour exprimer mon ressenti ! Par exemple, cet après-midi j'ai lu une nouvelle que m'a plu, mais le sujet est vraiment difficile à commenter et, franchement, je ne sais comment m'y prendre pour dire je ce que j'en pense. Je ne vais pas laisser un laconique "bravo". Ensuite, je dirais qu'avant de poser la question sur les lecteurs, je pense que certains auteurs devraient faire de gros efforts de mise en page. Pour ma part, c'est rédhibitoire lorsque j'ouvre une lecture qui m'arrache les yeux ! Écrire c'est aussi respecter son lecteur et ne pas poster comme ça un texte souvent fraîchement écrit et le proposer comme ça à l'arrache. Je ne sais plus qui a dit : écrire c'est 10 % de plaisir et 90 % de travail. J'en sais quelque chose ! J'écris pour mon plaisir, c'est un choix (je n'ai pas l'âme d'une commerçante) et je suis ravie d'avoir quelques retours sur cette plateforme où je poste mes écritures depuis 3 ans déjà ! Ensuite, il est vrai que c'est frustrant quand on a passé un certain temps à commenter et que l'auteur ne se donne même pas la peine de répondre et, qui plus est, quand on s'aperçoit en cliquant sur sa biographie que de son côté il ne commente quasi personne ! Pour en revenir à votre sujet @Pantinois oui cela reste un mystère cet écart entre le nombre de lectures et celui des commentaires. Peut-être qu'après avoir lu les commentaires précédents les lecteurs n'ont plus rien à ajouter de pertinent ? Je ne sais pas. Pour ma part, je ne lis pas ceux de mes prédécesseurs pour garder mon libre arbitre. Ce qui est curieux c'est le fait d'être commenté dès la parution, dans les premiers jours, puis... plus rien. Moi, c'est ce qui m'étonne. Il m'est arrivé de dénicher des lectures très anciennes et de les commenter au grand étonnement de l'auteur. Pour terminer, enfin, je peux vous dire que ce problème n'est pas inhérent à ce site. En fait, je poste sur d'autres plateformes est le phénomène est le même ! Je vous souhaite la bienvenue sur mon site préféré ainsi qu'à @Cristina Leg que j'ai un peu malmenée (ce n'est pourtant pas dans mon tempérament) un jour où je devais être dans une mauvaise pulsion. En fait, je ne lis jamais d'extraits et là je pensais lire une nouvelle dans son
intégralité d'où ma frustration, je pense (il aurait fallu cocher la case extrait). Bonne année à tous dans le partage et l'amitié. Cordialement. Fanny

Publié le 08 Janvier 2018

Bonjour @monBestSeller. Je vous remercie pour votre accueil. Pour répondre à votre question , non je n'ai pas un carnet d'adresse mail de 30 personnes, à mon grand désarroi. Néanmoins, oui je suis d'accord avec vous , il faut être dans la pulsion et l'émotion, j'en conçois mais cela n'empêche aucunement de rester correct pour le bien de l'auteur, où serait l'intérêt de commenter des bêtises si ce n'est pour le faire progresser. Après, je me trompe peut être, je n'ai peut être pas encore bien compris l'échange et le partage :-) Amicalement. Cristina

Publié le 06 Janvier 2018

@Cristina Leg
Bonjour Cristina, nous avons besoin de renforcer, de rassurer cette nouvelle generation mBS comme vous. Parlez, parlez, commentez. Il vaut mieux dire des bêtises que se taire. Nous ne sommes pas ici dans le politiquement correct mais justement dans la pulsion, l'émotion.
Et amenez vos lecteurs sur vos livres. Qui n'a pas un carnet mail de 30 personnes pour renvoyer sur son livre ? Et dites leur de déposer un commentaire. Bienvenue en tout cas..

Publié le 06 Janvier 2018

@Pantinois Oui, votre tribune a visiblement conquis la gente féminine ;). L'attitude des proches est la plupart du temps assez frustrante, il faut le dire. Les auteurs coachés par leur entourage ne savent pas leur bonheur. Et difficile de demander au lecteur d'appréhender le sentiment de solitude de l'auteur et de nuancer son propos. Il y a quelques mois, une amie a séjourné chez nous et lu mes deux derniers bouquins. Idem, un petit papier sur lequel elle avait relevé 5 fautes de frappe et rien de plus. Je ne sollicite jamais un avis. A mes yeux, il n'a valeur que s'il est spontané. Par contre, et pour la première fois, celle pour qui tout roule toujours en apparence m'a confié ses doutes et ses souffrances, des problèmes conjugaux récurrents. C'était sa façon à elle de me dire qu'elle avait apprécié. @Delphine ROBIN Les commentaires blessants sont inévitables, lorsque l'on émerge un minimum sur le site. Ils sont le fruit de jalousies, de frustrations et, le pire, émanent souvent d'auteurs cachés derrière des nouveaux pseudos. Il n'y a malheureusement pas grand chose à faire, si ce n'est laisser glisser et, si possible, vulgariser pour se protéger. Amicalement. Michèle

Publié le 05 Janvier 2018

@Delphine ROBIN, @lamish,@Sylvie Simonnet, @Cristina Leg.
Bonjour à toutes (il semblerait que cet article, pour l’instant, ne fasse réagir que la gente féminine — ça me va !) et une excellente année de lectures, d’écriture et de tout le reste.
Merci pour vos commentaires et le dialogue que ce texte a suscité entre vous. Toutes les idées sont à creuser, il revient aux administrateurs du site de piocher ou non dedans. Il est vrai que la contrainte n’est jamais bonne, alors que faire ? Cela m’a fait penser à des livres que j’ai offerts — croyant réaliser un bon geste, car j’avais moi-même aimé ces livres —, et qui ne débouchèrent sur aucun commentaire de ceux qui les avaient reçus. Ont-ils lu et aimé comme moi ? Le silence penche pour le contraire. Lorsque l’on fait un cadeau, on s’attend à un petit échange ensuite : oui j’ai aimé ou bien non ou bien « bof ! » D’ailleurs, c’est plus facile de dire « bof ! » sur un livre que sur un vase. Tu as aimé le livre que je t’ai offert ? : « bof ! j’ai trouvé ça un peu long ». Tu as aimé le vase ? « Bof ! … en fait non, je le trouve très laid ».
Bon, trêve de plaisanterie ! L’auteur que je suis a besoin de retours de son lectorat, pour savoir ! Qui lit ? Jusqu’où ? Pourquoi ? Aimé ? Pas aimé ? Etc. sinon, je me retrouve dans la situation d’avoir envoyé des milliers de manuscrits sans réponses. Souvent, les commentateurs, sur MBS, disent « merci pour ce partage ». À mon tour, je leur dis merci pour votre partage, car tout cela va dans les deux sens : l’émetteur et le récepteur.
Et vive 2018, avec plein d’échanges…

Publié le 04 Janvier 2018

oui @Lamish, totalement d'accord avec vous. et en effet il y a du nouveau, mais ne vous inquiétez pas, je sais que vous lisez énormément et malheureusement les pendules de 2018 n'ont toujours que 24 heures, pour moi c'est la même chose, j'aimerais lire dix fois plus, je vois tellement de belles choses sur MBS, mais le temps me manque cruellement !!! à bientôt et merci pour cette discussion, c'est toujours un plaisir d'avoir votre opinion.

Publié le 04 Janvier 2018

Bonjour @Pantinois, cet article soulève bien un réel soucis. Cependant, un questionnaire reste pour moi trop impersonnel, trop formalisé. Restons dans l'échange et le partage, prenons de bonne résolution pour 2018. Je débute sur MBS et il est vrai que je m'attendais à un peu plus d'échange, même si je n'ai partagé qu'un extrait de ma nouvelle ;-). Quoiqu'il en soit, moi même parfois, je n'ose exprimer un ressenti de peur de ne pas être à la hauteur de mes suggestions, de ce fait, je ne commente pas. Mais ne devrions nous pas justement bannir nos préjugés et laisser place à nos émotions tout simplement. Bien amicalement à tous. Cristina

Publié le 04 Janvier 2018

@Delphine ROBIN Oui, nous sommes d'accord, et distinguer les intentions des auteurs me semble primordial aussi. Les lecteurs exigeants devrait en tenir compte. De nombreuses polémiques sont nées de leur manque de tact, d'ailleurs, et c'est regrettable. J'ai vu qu'il y avait du nouveau, du côté de chez vous... Alors à bientôt et, désolée d'avoir fait l'impasse, meilleurs voeux de bonne année. Amicalement. Michèle

Publié le 04 Janvier 2018

Bonjour @Lamish, effectivement le net impose déjà beaucoup d'étude de satisfaction, peut-être celle-ci pourrait se présenter différemment pour rester ds l'ambiance MBS et ne pas être obligatoire. je pense que cela permettrait d'ouvrir une porte de plus simplement, chaque lecteur pourrait se retrouver soit ds le commentaire, soit ds le QCM. le but étant de multiplier les modes de communication entres auteurs et lecteurs. Je pense aussi que nous devrions créer une case "devenir" car cela horripile parfois. Je m'explique, à savoir, publiez-vous pour viser une maison d'édition, pour le plaisir ou pour le défouloir, ça pourrait aussi faire l'objet d'un article ! :) car en effet, les commentaires et conseils ne sont pas les mêmes; personnellement, tous mes écrits ne sont pas destinés à atteindre des ME, juste au partage et du coup certains commentaires blessants ne trouvent pas de but. J'en profite pour vous exprimer mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année, bien amicalement, Delphine

Publié le 04 Janvier 2018

@Sylvie Simonnet Dans mon propos, c'est la lectrice qui s'exprimait. J'ai lu plusieurs centaines d'oeuvres sur MBS. Je ne l'aurais pas fait si mes lectures avaient été conditionnées par le remplissage d'un questionnaire type, aussi simple soit-il. Il conviendrait de ne pas le rendre obligatoire, ce qui revient à peu près au même. Les lecteurs qui n'ont pas envie de donner leur avis ne le rempliront pas. Je crois que c'est à nous, auteurs, de supporter leur choix, même s'il ne nous sied pas. Pour ma part, il m'arrive de lire, d'aller au bout, ou pas, et de ne pas commenter. Je ne le fais que quand je n'accroche pas du tout. C'est peut-être pour cela que l'absence de commentaire me frustre, en temps qu'auteur, car j'imagine le pire ;). Amicalement. Michèle / PS: Votre intervention m'a fait réaliser que je ne vous avais pas encore lue. Les commentaires que vous avez recueillis m'incitant à le faire (CQFD ;)), je vais compenser très vite. A bientôt.

Publié le 04 Janvier 2018

@Pantinois, comme dit précédemment, vous posez là des questions qui nous partageons tous. Je comprends les réserves émises par lamish mais je pense que l'idée de Delphine est plutôt bonne. En effet, les autres moyens, incitation dans le synopsis, réponse individualisées ne fonctionnent pas. Il faudrait un questionnaire très simple, du genre avec réponse par oui ou non seulement, des cases à cocher car je pense que beaucoup de lecteurs n'ont aucune envie de s'expliquer, d'écrire à leur tour, ne serait-ce qu'un avis. Le questionnaire pourrait demander
1- pourquoi ce livre? synopsis? nom de l'auteur? couverture? genre littéraire?
2- lu jusqu'au bout? oui? non?
3-Si oui Note sur 5 ( sans commentaires obligatoires)
4- Si non jusqu'à quelle page ?
5- personnages bien dépeints? attachants? crédibles?
6 ambiance? bien créée? univers intéressant?
7 histoire intéressante? qui s'essouffle?
8- style clair? facile à lire ?
9- manque de temps pour lire ce livre?
10 - autres envies littéraires?
Je pense sincèrement que dix cases à cocher ne paraitront pas une bien grande contrainte à la plupart des lecteurs contrairement au fait de devoir trouver les mots qui diraient la vérité sans blesser ou sans paraitre trop élogieux. Il n'en reste pas moins que cela ne fonctionnerait que si tous les auteurs proposaient le même questionnaire et je ne sais pas sous quelle forme on pourrait l'intégrer à nos publications.
Amicalement
Sylvie

Publié le 04 Janvier 2018

@Pantinois Merci pour cette confidence dans laquelle beaucoup d'entre nous se reconnaitront, ce qui n'est pas mon cas. Il y a si peu de temps que j'écris que mes premiers pas ont été numériques, d'emblée. Quant à cette interrogation récurrente : Pourquoi tant de lectures et si peu de commentaires ? Elle nous concerne tous, ici. Pourtant, Monbestseller incite les lecteurs à donner un avis en mettant le doigt sur la gratuité du partage de l'auteur, lors d'une mise en bibliothèque. Il est vrai que ce silence n'est pas très fairplay pour les écrivaillons pétris de doutes que nous sommes. Certains auteurs ont tenté les remerciements à chaque mise en bibliothèque, mais, visiblement, cela n'interpelle pas plus les lecteurs. L'incitation dans le synopsis ne change pas grand chose à cet état de fait non plus. Un petit rappel, à l'ouverture du manuscrit serait peut-être souhaitable, je ne sais pas. @Delphine ROBIN Je crains que d'imposer un questionnaire ne paraisse contraignant. Nous sommes systématiquement sollicités dans ce sens sur le net. Le moindre achat, le moindre service, est relayé par un questionnaire de satisfaction. Le consommateur, et c'est mon cas, est à saturation. Je profite de ce commentaire pour souligner qu'inversement, quand un auteur ne prend pas le temps de répondre à son lecteur, ce n'est pas fairplay non plus. Vous n'êtes pas de ceux là. Je le sais pour avoir échangé sur vos pages mutuelles, mais ils sont encore trop nombreux, ici, à jouer les divas ;). Amicalement. Michèle

Publié le 03 Janvier 2018

Bonjour Pantinois, bel article où tous les auteurs peuvent certainement se reconnaître. Vous finissez votre texte sur une vraie question d'où émane un véritable besoin. a voir avec MBS s'il serait possible d'intégrer un questionnaire de fin rapide pour connaître les points forts et points faible de la lecture... Bonne journée et bonne plume !

Publié le 03 Janvier 2018