Isabelle Lestine

Isabelle Lestine a noté ces livres

5
Beau récit de contes et légendes. Avec une écriture sure, descriptive, aux belles narrations, vous nous emmenez dans de ces temps éloignés rugueux, où la survie était la monnaie. Merci pour ce beau partage.
Publié le 06 Septembre 2017
4
C’est un curieux sentiment. Je crois que je n’ai pas aimé relire ces années chahutées des 20 ans, ces années où l’on doute, où l’on manque cruellement de confiance en soi, où l’on est si sensible au regard, ou à l’absence de regard, de l’autre... Toutes ces années 60 et plus que vous dites très justement avec plein de détails qui font sourire. Mais, si je vous ai lu sans pouvoir lacher l’histoire, curieuse de votre propre témoignage et attirée par l'évolution du récit, non vraiment, je n’ai pas aimé m’en souvenir ! Contradictoire n'est-ce pas !!
Publié le 27 Août 2017
5
Cette même histoire qui revient tout en s’enrichissant est un système assez intrigant et vous avez, je trouve, bien réussi. On sent assez bien les variations d’écriture selon que le protagoniste est féminin ou masculin, ado, adulte, sans tomber dans l’excès de preuves. Cela dit, le risque bien sûr, c’est de sentir, percevoir une répétition. On sait qu’elle est voulue. On se rend compte qu’on la regarde sous un autre prisme, et que ce prisme va apporter une autre clé de l’énigme. Et pourtant, cet air de déjà vu pourrait donner envie de feuilleter parfois la page un peu rapidement. Malgré le (faux ?) suspense qu’on sent poindre tout au long. Et dont on attend pourtant la révélation, ou plutôt, la manière dont il va être révélé. Merci pour ce partage.
Publié le 23 Août 2017
5
Il y a des valeurs sûres que l’on est sûre de trouver dans les bons romans ; l’une d’entre elles est l’empathie envers le ou les personnages principaux. Toc Toc Toc est un très bon roman ! Et ce, sans même souligner à quel point l’intrigue entre le roman et la pathologie est très bien menée. Bravo. Merci.
Publié le 28 Juin 2017
4
Je vous ai découverte avec un « petit » conte, je vous rencontre (vraiment) maintenant avec un ENORME roman. Pas facile d’approche (avec tous ces noms « barbares » qui ralentissent la fluidité. D’ailleurs, les p.s. orange en cours de texte sont un peu dérangeants, j’ai trouvé). Mais subtile et original cette façon de mettre du sens (sensation) dans votre récit. Je vois à votre bio que la science olfactive est votre métier, CQFD ! Donc, pour qui est sensible aux senteurs et odeurs, c’est un délice. Bravo pour cet énorme travail.
Publié le 26 Juin 2017

Pages