J'ai mangé ma femme...

62 pages de Fred Oberson
J'ai mangé ma femme... Fred Oberson
Synopsis

Ne dit-on pas à une femme, lorsque l’amour que l’on éprouve envers elle est si intense et passionné, qu’on la mangerait ? Sublime gourmandise partagée si elle aussi ressent le même désir !
Depuis quand cette idée de manger cette femme venue de la mer m’est-elle venue ? Dès cette rencontre inattendue, j’ai été subjugué par tant de beauté et de fraicheur, tout en elle inspirait le désir et l’amour quand elle m’est apparue, telle une nymphe sortant de l’eau, elle s’approchait en marchant sur la pointe des pieds dans le sable chaud de la plage, des perles d’eau ruisselaient sur sa peau ivoire, brillaient au soleil de mille diamants, le ciel bleu azur se noyait dans la mer bleue océan, je ressentais des bleus à l’âme à l’idée qu’elle passe son chemin sans me prêter attention.

1829 lectures depuis la publication le 17 Mai 2016

Les statistiques du livre

  485 Classement
  81 Lectures
  -80 Progression
  5 / 5 Notation
  6 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

6 commentaires , 2 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@ Fred Oberson
Cette nouvelle prenante a de quoi faire réfléchir.
Pleine de vérité on s'identifie aisément. Se demandant si nous aussi, par amour fou, on aurait osé dévorer l'être aimé.
Bravo et salutations de Montreux.
Stéphane Mansour.

Publié le 03 Novembre 2016

@Fred Oberson
J'attends toujours que vous lisiez mes nouvelles, cher Fred ! Cela fait toujours plaisir un retour de lecteur, n'est-ce pas ? :) Bien à vous !

Publié le 25 Octobre 2016

@Zulztabix
Perdu dans les oliviers, je vous remercie tardivement et je vais lire vos nouvelles. Bon dimanche d'écriture!

Publié le 18 Juin 2016

@Fred Oberson
Si d'aventure, au pied de l'un vos chers oliviers, l'envie vous prenait subitement d'aller zieuter mes petites nouvelles, afin d'y trouver peut-être quelque ombrage sous un soleil cuisant, j'en serai fort ravi. Bien à vous !

Publié le 31 Mai 2016

@Chris Martelli
Les sirènes ont le pouvoir de changer la fiction en réalité !
Bien à vous, Fred

Publié le 29 Mai 2016
5
Je vous retrouve… Votre Noël a été prolixe. A un précédent commentaire, vous me répondiez, je crois, qu’il n’y avait pas vraiment de fictions, qu’il y avait toujours un peu de vécu de l’auteur dans un récit….. Brrrr, j’en frissonne !
Publié le 29 Mai 2016

@Zultabix

Dévorons, dévorons l’amour, dévorons les mots, dévorons vos cent lignes, jusqu’à plus soif d’un repas sans fin et toujours renouvelé.
Merci d’avoir survolé le ciel, au-dessus de mes oliviers que je cultive, que je chérie comme des amantes.
Amicalement, Fred, le cannibale

Publié le 17 Mai 2016
5
Magnifique ! Du grand Art ! Je profite d'être votre premier commentateur pour faire ce bon mot pitoyable : j'ai dévoré "J'ai mangé ma femme". La toute fin est splendide ! Je n'étais plus à Paris sur mon siège devant mon PC. Vous cherchiez la sirène comme un vieux fou et j'étais dans le ciel, et j'étais votre ami l'albatros ! Bien à vous !
Publié le 17 Mai 2016