Femme au bord du Monde

190 pages de Catarina Viti
Femme au bord du Monde Catarina Viti
Synopsis

Elle, c'est Julia. Après des mois de lutte avec la maladie, son mari Matteo est "parti", comme on dit.

Mais Julia ne réussit à croire ni à la mort ni à la tristesse ni aux souvenirs. Seule sur son domaine viticole, elle se laisse flotter dans un monde de plus en plus étrange, incompréhensible, où les frontières ne sont plus très sûres.

Sa rencontre avec une femme remarquable et hors normes lui fera découvrir comment vivre au bord de ce monde inconnu.

Une histoire presque vraie...

4126 lectures depuis la publication le 16 Août 2016

Les statistiques du livre

  53 Classement
  407 Lectures
  +6 Progression
  5 / 5 Notation
  90 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

32 commentaires , 23 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
@Catarina Viti Votre livre a d'autant plus de résonance ici, en Bolivie où je vis, que le chamanisme y est très présent. Se découvrir à travers le "voyage avec les âmes " (pour faire court) est le "choix sacré" de beaucoup d'habitants. Votre écriture est d'une élégance rare. Et d'une grande subtilité. Merci pour ce moment magique
Publié le 23 Janvier 2017

@Catarina Viti
Votre livre a d'autant plus de résonance ici, en Bolivie où je vis, que le chamanisme y est très présent. Se découvrir à travers le "voyage avec les âmes " (pour faire court) est le "choix sacré" de beaucoup d'habitants. Votre écriture est d'une élégance rare. Et d'une grande subtilité. Merci pour ce moment magique

Publié le 23 Janvier 2017
5
Moi qui ai les pieds englués dans le Monde ordinaire, j'ai une fascination parfois jalouse pour tous ceux qui semblent sincèrement habités par la spiritualité. Vos personnages font partie de ceux-là, ça signifie que la mécanique du roman fonctionne bien. Alors bravo @Catarina Viti .
Publié le 08 Décembre 2016
5
Belle histoire. Lecture très agréable.
Publié le 29 Novembre 2016
5
J'ai adoré cette histoire qui m'a vraiment touchée, c'est sensible avec une teinte d'humour . Merci pour ce bon moment.
Publié le 03 Novembre 2016

@Pascale Lécosse, je suis ravie d’apprendre que vous avez aimé lire ce livre. C’est comme vous rendre un peu du plaisir que j’ai eu à découvrir « Mademoiselle à la Folie ».

Comme dirait @A.K Guettaf : merci.
Réponse aux 3 questions : Aucune. Gestation 8 ans/travail 6 mois. Satie/Fellini

Publié le 24 Octobre 2016
4
Je pense que tout a déjà été raconté, et ce qui compte, c'est comment on le raconte. Je dois dire que de votre écriture se dégage une grande douceur, une tendresse évidente. Votre phrasé possède une sorte de bienveillance singulière. Du coup, ça m'a rendu très curieux sur votre méthode d'écriture elle-même, le temps que vous avez consacré à ce bouquin ou même à vos influences. Mais en tout cas, c'est intéressant à bien des niveaux.
Publié le 23 Octobre 2016
5
@Catarina Viti, Quelle histoire! Quel univers! Quel talent! Un regret, cependant, teinté d'envie, celui de ne pas l'avoir écrit. 20 étoiles sur 5! Amitiés Pascale
Publié le 20 Octobre 2016

Chère @Jezzabel, je vous écris depuis ma page car, j'en ignore les raisons, la vôtre -et la vôtre seule- ne m'est plus accessible. Un ami m'a fait parvenir le C/C de vos messages. Je vous remercie de vos gentilles attentions.

Publié le 19 Octobre 2016

Cher @Bossy, vous ne pouvez me faire plus grand plaisir. Je me retrouve sur votre étagère tout près de @Pascale Lécosse (et donc pas loin de R. Char et A. Camus !!!) Je vais essayer d'envoyer ce manuscrit, promis. Et je veux bien vous faire parvenir une dédicace si vous me communiquez votre adresse postale (viti.catarina@gmail.com).

Publié le 11 Octobre 2016
5
@catarina Viti. Pour vous, comme pour Pascale Lécosse, j'ai acheté le livre, pour pouvoir ouvrir à n'importe quelle page et lire. Vous avez essayé d'envoyer le manuscrit à une maison d'Editions classique ( Acte Sud, ou L'Olivier ) ?
Publié le 10 Octobre 2016

@Denis VENNAT j'aimerais vous envoyer une dédicace pour votre exemplaire papier. Pouvez-vous me communiquer votre adresse postale (viti.catarina@gmail.com). Merci de votre fidèle lecture, c'est un régal d'écrire pour vous!
@Eliamish, je vous remercie d'avoir lu ce livre et suis heureuse d'avoir partagé "le secret", le temps d'une lecture.
@Mary COUSIN. Merci pour votre message.

Publié le 09 Octobre 2016
5
Belle façon d'aborder ces espaces d'un "ailleurs" sensible présents dans le monde, et souvent tenus au secret.
Publié le 08 Octobre 2016
5
Toujours un régal de vous lire ma chère. Embarqué dés les premiers mots, dès les premières impressions, les premières pages...Tellement de fluidités...Commande en partance pour en profiter pleinement à tête reposée. Quelques étoiles de plus pour ton ciel.
Publié le 08 Octobre 2016

Tous mes compliments pour le concours de nouvelle de MBS @Catarina Viti . Connaissant votre goût pour ce style d'écriture et appréciant votre plume ( voir celle de votre double), je me fais une joie de vous signaler que l’équipe de bénévoles de la Bibliothèque de Carrouges dont je fais partie, organise son deuxième concours de nouvelles sur le thème de : « Premier Noël »
Texte format A4 de 1500 à 2000 mots
Impératif : inclure les 4 mots suivant dans votre texte : sang, allumette, blanc et horloge

Date de clôture : 23 Octobre 2016

Vous en trouverez les informations dans le règlement sur le site:
> http://www.carrouges.fr/?p=1581

En espérant voir votre prose rejoindre celle des nombreux participants à ce deuxième concours, je vous adresse toute mon obligeante considération

Mary Cousin
PS: Ayant apprécié votre écriture pleine de mystère et de suspense, j'aurai beaucoup de plaisir à lire votre commentaire sur mon ouvrage "Manus Deï, l'amour à l'épreuve du duel"

Publié le 07 Octobre 2016

Un très grand merci @lamish. Je suis ravie d’apprendre que vous avez été "Julia le temps de trois heures de lecture". Ce livre était un pari difficile, aussi est-ce une joie de découvrir des lecteurs passionnés.

Publié le 27 Septembre 2016

Merci @jezzabel. Je suis très touchée de savoir que vous avez réussi à passer au-dessus de vos a priori pour mener cette lecture jusqu’au bout et en éprouver du plaisir. Ayant découvert votre intransigeance, je suis honorée de votre commentaire.

Publié le 27 Septembre 2016
5
Je finis à l'instant votre roman, Catarina, que j'aurais volontier lu d'un trait si les aléas de la "vie ordinaire" ne m'en avait pas empêchée. Tout d'abord, je rends hommage à votre plume délicate, dense, précise, épurée et tout simplement délicieuse. Vous écrivez avec justesse le détachement aux évènements opéré par notre subconscient, le décalage réactionnel, l'étrangeté des ressentis, les interrogations et les réponses au scepticisme récurrent. J'ai été Julia le temps de ces trois heures de lecture, anticipant chacun de ses agissements, chacune de ses réflexions, en totale immersion. Je n'ai aucune expérience chamanique et peu de curiosité vis à vis de sa pratique, qui attire d'ores et déjà beaucoup trop de charlatans, mais reconnais que si j'étais appelée à vivre de tels évènements, je réagirais probablement de la même façon qu'elle. J'ai vraiment beaucoup aimé vous lire et vous remercie infiniment pour ce partage. Avec ma complicité d'auteure. Michèle
Publié le 23 Septembre 2016

Merci @Françoise Lecordier. Votre message me fait un immense plaisir. Je vous dédie tout particulièrement les passages se déroulant chez Jacques Laville, car je suis sûre que vous connaissez ces moments magiques qui peuvent déterminer le cours d'une vie. Merci.

Publié le 20 Septembre 2016

@Anne Loréal, merci d'avoir déposé un commentaire, il montre à quel point les messages postés par les lecteurs sont déterminants dans la vie d'un livre. Ce sont eux qui vous ont motivée à la lecture de ce roman et comble de bonheur, vous l'avez apprécié! Merci beaucoup.

Publié le 20 Septembre 2016
5
Merci pour ce très bon moment de lecture. Je découvre ce site grâce à un lien envoyé par IEATC, c'est une belle découverte. Belle découverte aussi que votre plume captivante, qui sait relater les ressentis, les vides, les absences et les flottements. J'ai également lu votre roman très rapidement, on est vite pris dans le style, dans l'histoire. J'ai aimé l'épilogue et ces derniers pas franchis par votre héroïne. Merci encore pour ce joli moment.
Publié le 18 Septembre 2016
5
Même si l'univers de ce livre m' est étranger, et même si, à priori, il n'avait rien pour m'accrocher (je ne suis pas fan du thème de la veuve éplorée), j'ai été intriguée par tant de commentaires positifs. Par curiosité, je m'y suis attelée. Et oh, surprise, je n'ai pas pu m'arrêter. Je crois que c'est le style qui fait tout, et qui rend les émotions de l'heroine palpables. On se laisse emporter au fil des pages par ce style si expressif et imagé. bravo...
Publié le 17 Septembre 2016

Merci @Djoz, voici quelques jours que votre commentaire est posté et je n’y ai pas encore répondu, alors qu’il occupe mon esprit. Vous n’êtes pas une « simple lectrice » mais la lectrice que tout auteur souhaite avoir un jour. Avec ma reconnaissance, merci.

Publié le 15 Septembre 2016
5
Bonjour Catarina, Je ne fais pas partie de votre communauté d'écrivains ; je suis une simple lectrice. Votre "Femme au bord du monde" est encore présente dans ma tête bien qu'il soit passé plusieurs semaines et d'autres livres depuis sa lecture. Aborder le chamanisme à l'ère du tout scientifique est sacrément culotté, d'autant plus qu'il s'agit d'un roman, le genre le plus susceptible de toucher un large public. C'est miser sur l'intelligence perceptive, jouer avec les nerfs des rationalistes, troubler les certitudes, attiser le feu et on ferme le livre sur une invitation à passer un pas de porte vital. On ne pourra pas dire qu'on ne savait pas ! On se laisse embarquer d'autant plus facilement que l'écriture fluide fait oublier jusqu'à son existence ; on s'y sent bien, dans cette écriture. D'un sujet de prime abord dramatique, il ne reste aucune lourdeur ; ce serait plutôt... comme un roman initiatique d'apesanteur, avec des références au vécu, égrainées discrètement de ci de là, qui nous invitent à la recherche. Vraiment, j'aime beaucoup ! Merci Catarina, de nous offrir ici cette lecture. Gardez la plume !
Publié le 12 Septembre 2016

Merci @LAURENCE LABBE. Je vois que vous avez beaucoup apprécié ce roman et que vous l’avez lu presque d’une traite ! Cela me fait un immense plaisir, d’autant plus que je connais votre exigence en matière d’écriture. Le néo-chamanisme qui est une clé de l’histoire est encore assez peu connu, j’espère que ce livre permettra à de nombreux lecteurs d'en faire la découverte. Encore merci.

Publié le 10 Septembre 2016

Merci @Zultabix pour votre commentaire étayé. Bien entendu que ce roman est perfectible ! Ciel, qui aurait prétendu qu’il est parfait ? Je vous contacte par mail pour que vous me fassiez part de vos conseils. Je voudrais également préciser quelques points en lien avec votre commentaire, je crois cela important pour le respect des lecteurs. Le but de « Femme au bord du Monde » n’est pas la recherche d’une perfection littéraire, ni même d’un style. En abordant des thèmes qui me sont chers, je tiens avant tout à retransmettre des richesses qui m’ont été offertes par des personnes magnifiques, à qui je souhaite rendre hommage du mieux que je peux. Je ne prétends rien et quant à la grosse tête, c’est fichu pour moi, j’en suis incapable. Tout ce qui figure dans ce roman a été vécu. Garder plus longtemps ce récit en moi, le re-re-re travailler aurait été au-dessus de mes forces. Il restera, dans l’ensemble, tel qu’il est aujourd’hui. On ne peut pas « refaire » un enfant mais seulement l’accueillir tel qu’il est, avec ses imperfections, ses défauts mais également son caractère sacré et irremplaçable.

Publié le 10 Septembre 2016
5
Chose promise, chose due ! J'ai lu ta "Femme au bord du monde" et te renouvelle mes compliments pour ce titre aussi sensuel qu'accrocheur. Cependant, concernant ce récit de Julia, je risque d'être un peu moins élogieux que les précédents lecteurs. Étais-je mal réveillé ou d'une humeur maussade ce matin ? Non, je pense qu'en parcourant tes premières lignes, j'étais on ne peut plus neutre et disposé à me laisser emmener dans ton univers. Ma réceptivité était celle d'un bonze se recueillant au pied d'une statue de Bouddha. Si réceptif que mon attention s'est immédiatement focalisée sur le style et la structure de ton roman, délaissant insidieusement le fond des choses. En de nombreux endroits, surtout lors des premières pages, j'ai vu beaucoup d'images, de sensations, de perceptions, de commotions, qui semblaient plus décrites avec une volonté (consciente, inconsciente ?) de faire de la littérature plutôt que de les ressentir en laissant l'émotion affleurer au bout du coeur, au bout des doigts. Dans l'ensemble toutes tes idées sont bonnes, mais ce n'est pas parce que l'on s'imagine qu'elles sont bonnes qu'elles sont forcément justes. Ici, je ne cherche absolument pas à te parler comme un mentor s'adressant à une disciple. Ce que je te dis là, je me le répète chaque jour, en suivant scrupuleusement ce précepte constructif dans l'élaboration de toute oeuvre : "Celui qui pense être arrivé, c'est qu'il n'avait pas l'intention d'aller bien loin". Sache que je ne cherche absolument pas à être dur avec toi. Mais fraternel et réaliste (et subjectif aussi, cela va de soi, et ne remet pas en cause l'intérêt que suscite ton roman chez d'autres lecteurs). Il faut dire que je suis un grand maniaque, un tatillon d'exception, capable de déchirer des paragraphes entiers, voire des pages, de me prendre le chou sur le sens exacte d'un sentiment, d'une sensation et que, tel que je te parle, je suis le pire critique de ma prose que le monde n'a jamais créé. Tout ce que je poste ici, je le retravaille et le retravaillerai encore, car je suis un autodidacte non point de la perfection, mais du travail artisanal et consciencieux, à l'instar de ces rempailleurs qui ne livrent jamais une chaise sans qu'un brin de paille ne dépasse. Rassure-toi, je ne remets absolument pas tout ton travail en cause, car ta sensibilité bien évidemment m'a beaucoup touché. Afin d'être plus explicite quant au relèvement de certaines de tes maladresses (qui sont infimes et facilement perfectibles, rassure-toi), je te propose de me contacter sur mon mail : cad.eau@hotmail.fr Je te donnerai alors mon n° de tél, et si tu désires m'appeler, je pourrai alors te dire deux ou trois choses utiles, de vive voix, afin renforcer tes qualités et de dissoudre gentiment tes légers défauts. Bien à toi, Catarina !
Publié le 10 Septembre 2016
5
Un roman prenant avec des personnages forts, qui se lit presque d'une traite. De belles descriptions des scènes nous plongent dans l'ambiance. Beaucoup de sensibilité, le ton juste est trouvé pour décrire ces voyages intérieurs. Je pense que l'auteure a trouvé juste le bon rythme et le scénario parfait pour traiter le sujet qui lui tenait à coeur et dans lequel elle nous embarque. Ne connaissant rien du chamanisme, j'ai lu avec intérêt. A découvrir. Je vous souhaite bonne chance pour la suite....
Publié le 09 Septembre 2016

Cher @Romain Lebastard, merci d’avoir lu ce livre et d’en dire des choses si gentilles. Je partage pleinement votre interprétation du néo-chamanisme et c’est bien ainsi que le percevait Alberta/Roberta. Au-delà de la force de caractère, d’autres choses sont à vivre à travers cette expérience, notamment la joie immense d’un retour aux choses éternelles. Une de ces joies qui mettent des larmes de bonheur aux yeux. Peut-être la suite de ce roman... qui sait? J’entends également vos remarques sur la forme et en prends bonne note, croyez-le. C’est généreux à vous de le signaler, cette franchise est ce qui fait la force de notre communauté. A bientôt, votre livre est dans ma PAL comme on dit de nos jours.

Publié le 06 Septembre 2016
5
Un bien beau roman que je viens de terminer. Peut-être que mon interprétation n'est pas la bonne, mais cette découverte de soi à travers le chamanisme ramène à se découvrir une force de caractère différente, de la manière de faire son deuil à l'affrontement de situations banales. En tous les cas, le livre se lit tout seul, le peu de personnages et de lieux rendent l'atmosphère intimiste, on se sent pleinement investi des peines et des doutes de Julia. Vous avez le don de décrire une psychologie entière et c'est ce qui fait que l'on peut (ou non, d'ailleurs) s'identifier. Bref, c'est beau et fluide. Bravo ! Romain (oui, un coup du hasard... ou des Esprits). PS - Sans que le fond n'en soit impacté, la forme m'a parfois gêné, surtout dans la ponctuation (certaines virgules absentes ou au contraire en trop, les tirets quadratins parfois en entame de dialogue alors que la plupart du temps, vous utilisez des guillemets, les incises avec majuscule). En tout cas, rien qui ne bloque le plaisir de vous lire !
Publié le 06 Septembre 2016

@Bossy... un rêve ou autre chose encore... merci de votre message. Je vous souhaite une excellente suite de lecture. Cordialement.

Publié le 02 Septembre 2016

@catarina Viti. Je crois que tous les livres sont un réveil après un rêve ou un cauchemar . Dans votre cas, on commence par le rêve avant de se réveiller. Mais on sait, à la première phrase, que l'on est dans le rêve.J'ai l'habitude de ne lire d'un livre que le premier chapitre, et d'attendre le moment où j'aurai envie de poursuivre. Dans votre cas, je sais d'avance que je lirai la suite.

Publié le 02 Septembre 2016

« Femme au bord du Monde » est le Livre le + du 2 septembre. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire (http://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/6118-ebook-gr...). Bonne découverte et bonne lecture ! Et n'oubliez pas de laisser ici un commentaire après votre lecture, l'auteur vous en sera reconnaissant.

Publié le 02 Septembre 2016

Merci @Marguerite Rothe . En écrivant ce livre je voulais explorer ce qui peut se passer chez un être qui perd le seul être au monde qui comptait. Comment peut-il continuer l’histoire seul, sans tristesse, sans croyances, sans soutien amical ou familial. Mais il apparaît vite que nos vies sont faites de nos rencontres avec nos semblables et parmi eux, des femmes et des hommes remarquables. Même le pire ermite est pris dans la toile, se croire seul est un leurre et d’ailleurs, nous devenons plus beaux et plus vrais dès que nous rencontrons les autres. Le titre « Femme au bord du Monde » est venu sans que j’aie besoin d’y réfléchir. J’aurai pu dire « La femme », ou « Femmes », mais cela aurait désigné quelqu’un en particulier, alors que les événements de la vie m’ont appris que femme ou homme, peu importe, nous pouvons tous arriver au bord du Monde et arpenter cette frontière comme des sentinelles épiant l’arrivée de l’Ami.

Publié le 01 Septembre 2016
5
Un récit intimiste qui se plaît à emprunter d’autres chemins que ceux de la compréhension classique des évènements, et propose au lecteur une autre interprétation du réel. Ici, la part belle est faite aux impressions, aux ressentis, à l’intuition. Une histoire bien menée, fluide, bien écrite, à lire sans préjugés. Merci beaucoup pour cette lecture, Marguerite. PS : « Femme au bord du monde » Superbe titre !
Publié le 01 Septembre 2016

Merci @Dany b, je suis ravie d’apprendre que cette lecture vous a permis de découvrir des domaines nouveaux pour vous et un personnage haut en couleur et bien réel. Si vous passez par Paris, n’hésitez pas à vous rendre rue de la Bûcherie. Merci encore pour vos encouragements et pour la délicate précision de votre lecture.

Publié le 31 Août 2016
5
@Catarina Viti. Bonjour Catarina Je ne vous cache pas que le synopsis, le personnage et les retours m'ont fortement donné envie de vous lire. Je ne connaissais pas le chamanisme, ni cette femme et j'ai apprécié les découvrir à travers Julia. Votre écriture m'a enchantée, votre style aussi. Même si parfois, les descriptions m'ont semblé un tantinet longues. Ceci dit, tout est bien expliqué, sans aller trop loin, avec une pointe de pudeur, une certaine retenue, peut-être ? J'ai adoré vous lire et je vous remercie pour ce magnifique partage. Bien à vous. Dany
Publié le 30 Août 2016

@Mélanie Talcott. Merci d’avoir lu ce livre et de l’avoir commenté. Vous avez su lire entre les lignes ! Tout ce qui me tient à cœur dans la vie et y donne du sens est contenu dans ces pages (avec un talent relatif, mais on écrit ce qu’on peut et comme on peut, hélas). Rien de ce qui se trouve dans ce livre ne relève de l’invention, vous l’avez parfaitement compris, il s’agit d’une transmission d’expérience. D’ailleurs je le constate avec bonheur, les lecteurs ne s’y trompent pas et chaque commentaire est une offrande, une contribution. Bien entendu, pour l’instant je n’ai pas eu à faire avec des tirs de boulets rouges et cela est confortable, mais je comprendrai que certains n’apprécient pas ce genre d’histoire, n’y adhèrent pas et viennent exprimer ici leur mécontentement. Mélanie, ce que je retiens par-dessus tout dans votre commentaire est le cadeau que vous me faites à la fin. La façon dont se termine ce roman vous a semblé abrupte, vous y avez trouvé un goût d’inachevé, dites-vous. Je n’avais pas percuté un seul instant… votre commentaire me révèle que cette histoire n’est pas achevée. Elle a une suite bien entendu. Vous venez de semer une graine ! Je pense, cependant, qu’elle aura besoin d’une décennie pour donner un fruit, comme cela a été le cas de Femme au bord du Monde. Une décennie qui ne me laissera certainement pas tranquille. Merci infiniment de votre retour.

Publié le 30 Août 2016

@Zultabix. Puis-je dire cher Zultabix (ou pas encore ?) Prenez tout votre temps pour lire ce livre. Par avance je vous remercie de votre retour. J’espère qu’en ce moment même, vous êtes en train d’écrire le roman que vous mentionnez dans votre présentation. Mes vœux sincères sont avec vous car je suis persuadée que vous l’écrivez avec votre sang. A bientôt.

Publié le 30 Août 2016

@Catarina Viti
Chère Catarina, votre femme au bord du monde (quel titre magnifique, sincérité au cube) est actuellement dans ma pile de romans à lire très prochainement. Pour cause de retraite d'écriture dans le Lot-et-Garonne, et dans l'attente de parachever la lecture de trois autres romans, je vous fais promesse de vous dire le fond de mes pensées quant à votre prose au plus tard sous deux à trois semaines. En attendant, j'ai répondu assez longuement à votre percutant commentaire sur le texte "Le monde est une photographie invisible qui se déplace à peine". En vous souhaitant de belles fins de vacances si vous barbotez encore sous l'azur, ou une rentrée littéraire pleine de sensations fortes si Calliope et Melpomène vous ont rappelé à eux ! Bien à vous ! :)

Publié le 29 Août 2016

Bonjour Catarina
J'ai terminé votre livre depuis une bonne semaine, je crois. J'aime bien laisser dormir certains d'entre eux après les avoir lus. Une histoire très visuelle et sensible, un univers féminin et également entre les mondes. Un univers familier également tissé de perceptions et de connaissances (ici, la médecine traditionnelle - excellemment documentée et la philosophie chinoise ou le chamanisme et le soufisme + le personnage d'Alberta qui m'a rappelé certaines rencontres) qui ne relèvent pas de l'ésotérisme à trois sous ou de l'affabulation mais bien d'une "réalité autre" (vécue ?), où se côtoient intimement la vie et la mort, deux aspects complémentaires de ce qui nous anime....
La fin de l'histoire, un peu abrupte (je trouve) par contre, m'a laissé sur une sensation d'inachevé (à tort ou à raison). En plus, je vis dans une terre de vins et j'aime ce breuvage !
Amitiés, Mélanie. - Je n'ai pas trouvé les étoiles, mais j'en mets une barrette !

Publié le 29 Août 2016

Merci @Lyvia Serafini. Nous sommes amies, mais tu es tellement intègre que je prends ton commentaire tel qu'il est: l'expression de ta joie de voir cette histoire écrite. J'ai beaucoup de bonheur avec ce livre qui a déjà changé ma pauvre petite vie.

Publié le 27 Août 2016

À lire ! Un récit de vie , une expérience unique dans le monde ordinaire et extraordinaire ... À toi qui m'a fait découvrir les son de ton tambour ...

Publié le 26 Août 2016

Non ! CQFD :) Bravo pour cette sensibilité que vous avez si bien dite.

Publié le 25 Août 2016

Merci @Chris Martelli. Pourriez-vous me dire si les thèmes abordés vous étaient déjà familiers. Un des défis de cette histoire étaient de les présenter de façon à ce que tout le monde puisse accrocher, les connaisseurs et les autres (y compris les sceptiques). Cordialement.

Publié le 24 Août 2016
5
Très beau roman, tout en délicatesse, en dits et non dits, en suggestions et réflexions, dans la vie et l’imaginaire, dans le voyage et les pieds sur la terre, merci de ce beau partage.
Publié le 24 Août 2016

@moniabb974 et @Anne Marie Schaefer, vos commentaires me réconfortent et je vous en remercie. J’aurais préféré écrire ce roman quand Roberta était encore ici, mais je n’étais pas prête en 2012, même si l’idée générale de l’histoire existait depuis longtemps. Souhaitons longue vie à ce livre !

Publié le 24 Août 2016
5
Merci pour ce bel hommage à Roberta . Votre livre m'à fait revivre les moments exceptionnels passés auprès d'elle, moment essentiel et profond. Beau voyage.
Publié le 23 Août 2016
5
Beau récit initiatique qui nous amène à Voyager avec les personnages. J'ai vu et reconnu Alberta (Roberta) au travers des mots...agréable sensation! Retour aux sources et à l'essentiel de notre Etre en toute simplicité! On a envie de poursuivre ce Voyage...
Publié le 22 Août 2016

@Mel Pilguric et @Hubert-P LETIERS. Prendre pour modèles de son histoire des personnes d’exception, qu’on a eu la chance de connaître et qu’on aime profondément, est loin d’être une chose aisée. J’ai découvert cette réalité. Peindre la colère, la haine ou la dérision est simple comme se laisser aller sur la page à ses lubies, ses fantasmes et ses humeurs. Mais cela ne convenait pas pour ce roman. Rien de ce que j’avais écrit jusqu’alors ne convenait. Aussi en lisant vos commentaires (ainsi que celui de @Colette Bacro) j’ai l’impression que « mission accomplie » est peut-être la meilleure façon de résumer l’impression inattendue ressentie hier. Ce livre vous appartient.

Publié le 19 Août 2016

Je vous remercie @Mel Pilguric et @Hubert-P LETIERS pour vos lectures et vos commentaires. Ils portent de beaux éloges, auxquels je suis sensible bien sûr, mais ils m’apportent une chose inattendue, que je ne saurais nommer dans l’instant. N’étant pas du soir, j’espère trouver demain aux aurores les mots pour vous exprimer ma gratitude. A demain donc.

Publié le 18 Août 2016
5
A lire absolument ! Merci
Publié le 18 Août 2016

Il y a des livres qui nous laissent sans voix, celui-ci en est un. Le raconter serait réducteur, il faut le vivre comme un voyage. Je pressens que la brume qu'il a distillée autour de moi ne se dispersera pas si tôt... Amitiés, Mel.

Publié le 18 Août 2016
5
Un roman initiatique à la frontière des mondes, là où s’instaure un rapport inédit à soi-même et à la vérité. Un talent singulier, bizarre, parfois déroutant, soutenu par un style limpide qui nous propulse dans le fascinant espace de notre « incarnation ». Le viatique d’une femme d’exception pour qui s’en remettre à la postérité reviendrait à donner trop de privilège à la mort. Atypique, très crédible et parfaitement délectable. Sceptiques, surtout ne pas s’abstenir !
Publié le 17 Août 2016

Merci @Colette Bacro. J’ai écrit ce livre pour Alberta/Roberta Rivin, je voulais raconter ce qu’elle a apporté d’infiniment précieux à un grand nombre de personnes grâce à son humour et sa relation « non ordinaire avec les Esprits ». Je souhaitais également écrire un roman qui soit un bon moment de lecture. Aussi longtemps que quelqu’un pensera à elle comme vous l’avez fait, elle continuera à nous accompagner et à enrichir nos vies. Si vous avez été émue, si vous l’avez aimée, c’est que j’ai réussi à la dépeindre telle qu’elle a été. Merci pour vos encouragements.

Publié le 17 Août 2016