Les Oubliés

72 pages
Extrait
de Didier Leuenberger
Les Oubliés Didier Leuenberger
Synopsis

Dans le nord de l’Allemagne, un groupe de jeunes gens sont prisonniers des SS dans un camp. La méfiance est de rigueur, la suspicion aussi.
Certains pensent qu’on les drogue, d’autres qu’on les torture si assidûment, qu’ils se noient dans le désespoir et perdent la raison, mais tous, cherchent à recouvrer la mémoire et tout ce que cela implique. Il en va de leur salut.
Un grand choc les attend au bout de ce voyage les menant tambour battant, dans une atmosphère glauque, étouffante et inquiétante. Petit à petit, ils découvriront des faces cachées de l’être humain inimaginables. Des zones d’ombres serties d’horreur et de terreur insoupçonnables. Une souffrance en A mineur pour beaucoup encore aujourd'hui. De nombreux États reniant encore à relever certaines souffrances plus que d'autres.

3258 lectures depuis la publication le 16 Septembre 2016

Les statistiques du livre

  404 Classement
  104 Lectures
  -12 Progression
  5 / 5 Notation
  7 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

7 commentaires , 2 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

©Anne Loréal
Bonsoir Anne, Je suis heureux que vous ayez téléchargé ce livre. Si on en croit la fréquentation vous ne seriez de loin pas la seule à être mal à l'aise avec le sujet. Pour vous, selon vos mots, envers cet univers pour le moins troublant d'un pan de notre mémoire, que bien trop de gens tentent de dissimuler dans l'oubli. Si j'ai écris ce livre, c'est avant tout pour cela: un travail de mémoire primordial, pour avancer sereinement vers notre avenir. Et ne vous inquiétez pas, je ne vous en voudrai absolument pas si la violence qui résonne de temps à autre dans ce récit, vous heurte. Mais ce sont des faits que l'on ne peut nier et quelque fois, il faut les affronter quitte à se faire violence. Après six mois de recherche, je n'en crois toujours pas mes oreilles et mes yeux, tant les expériences faites sur ces prisonniers furent ignobles. Vous avez raison de dire que l'on ne ressort pas indemne d'une telle rédaction, car si l'écriture nous permet de sonder les intérieurs et les tourments des gens, elle nous permet quelque fois, comme ici, de révéler une vérité que l'on aimerait mieux ne pas entendre. Par son côté mystique frôlant le fantastique, j'espère que ce récit saura vous emmener jusqu'au bout de ce voyage. Et j'espère de tout coeur un retour de votre part. J'espère surtout que ce texte ne vous traumatisera pas. En tous les cas je vous remercie de tenter ce voyage. Bien à vous.... Didier

Publié le 27 Novembre 2016

@Didier Leuenberger
Si je viens de mettre votre livre dans ma bibliothèque, c'est avec beaucoup d'apréhension. J'ai lu votre prologue, et je ne saurais mieux dire que vous à quel point il est necessaire de se souvenir. L'actualité nous le démontre tous les jours. Je salue votre courage de vous être plongé dans cet univers. J'en serais bien incapable, ayant peur de ne pouvoir en ressortir indemne. C'est donc par passion pour l'histoire, par refus de la fuite aussi, que je vais m'atteler à cette lecture. En revanche, si mon seuil de tolérance est atteint, il est possible que je ne finisse pas, et, je vous en prie, ne m'en veuillez pas, car je suis facilement traumatisable...Anne.

Publié le 27 Novembre 2016

©csonney
Effectivement, l'histoire est souvent vite oubliée à moins qu'il ne s'agisse de déni. Ne pas voir les choses est des fois plus réconfortant que d'affronter certains actes d'aucun nom. Il semble qu'on ait de la peine à tirer des leçons du passé alors que toutes les réponses, pour trouver la quiétude et l'harmonie y sont dedans. Il suffit de se retourner, d'analyser un peu. Cela devrait permettre à l'humain d'éviter les récidives pour ce qui est des atrocités, mais il n'en est rien....l'histoire le prouve, tout se répète, avec des pics plus ou moins violents... Merci pour ce beau commentaire, en espérant que ça incitera d'autres lecteurs à parler de ce qui semble encore être tabou aujourd'hui... Ravi que ce texte vous ait plu. Bien à vous, Didier

Publié le 23 Octobre 2016

L'histoire est souvent trop vite oubliée ... des époques que l'humain croit enterrée à jamais, ce qui malheureusement est rarement le cas, les guerres, les conflits, les atrocités ne cessent de se retrouver sur le devant de la scène, avec malheureusement, actuellement, une forte banalisation de l'image par les médias.
Pour la mémoire de toutes ces victimes de l'atrocité, et inscrire à jamais ces vécus dans le marbre, il est important, nécessaire de disposer de témoignages, de récits, de preuves qui démontrent de ce qu'elles ont vécu. Ce récit contribue à cette marque de l'histoire, bouleversant par ses personnages, ainsi que par un pan d'histoire longtemps oublié, comme si certaines vies avaient moins de valeur que d'autre.
Bravo pour ce texte qui rappelle que l'horreur c'est il n'y a pas longtemps, qu'elle est encore présente aujourd'hui et le sera encore demain malheureusement d'où la nécessité d'en parler, de montrer, d'écrire et de faire en sorte qu'elle sorte de la banalisation !

Publié le 23 Octobre 2016

« Les oubliés » est le Livre le + du 21 octobre. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire http://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/6380-ebook-gr.... Bonne découverte et bonne lecture ! Et n'oubliez pas de laisser ici un commentaire après votre lecture, l'auteur vous en sera reconnaissant.

Publié le 21 Octobre 2016

@fab
Très touché par votre commentaire et vos mots. Plus de six mois de recherches et de documentation pour ce sujet délicat et horrible que furent ces expériences d'aucun nom. Lorsque je suis tombé sur des photos de membres découpés entassés dans une brouette après expérience, j'ai mesuré l'ampleur d'un tel désastre. Et c'est peu dire... Encore aujourd'hui, on semble minimiser ce pan de l'histoire, on commémore des opprimés ou construit des mausolées à part pour les minorités. Tant que nous ne n'accepteront nos différences, le monde continuera de s’entre-déchirer, mais ceci est mon avis. J'espère et au vue du nombre de lectures, que les gens oseront un peu plus commenter ce livre qui, humblement, tente de faire vivre dans les mémoires, cette ignominie que nombre de gens taisent encore aujourd'hui... Un grand Merci encore, fab. Bien à vous.

Publié le 14 Octobre 2016
5
fab
S’il n’y avait pas votre « note de l’auteur » en début, on ne comprendrait pas dans les 1° pages où on se situe vraiment. Dans quelle chambre ? Il y a ce contraste puissant entre votre prologue et cette espèce de flottement qu’on lit, comme si la beauté des mots voulait couvrir l’horreur qu’elle ne veut pas prononcer. Mais ça gronde en dessous, on sent que vous vous retenez et on redoute la page qui va révéler le sujet de votre vibrant témoignage.
Publié le 13 Octobre 2016

© lilimay39
Merci beaucoup pour ce premier commentaire. Je l'attendais avec impatience et je m'en vois ravi. En effet, tous n'apprécient pas cette liberté et c'est bien dommage. Je pense qu'il est nécessaire de rappeler ces faits que beaucoup de jeunes ne connaissent pas. Beaucoup s'imaginent que les droits sont acquis aujourd'hui, raison pour laquelle il est important de se souvenir de ces gens torturés parce qu'ils étaient ce qu'ils étaient. Comme je le mentionne au début du livre, il faut toujours garder à l'esprit et l’histoire le démontre, que l'humain est l'être le plus versatile qui soit, un revirement de situation n'est jamais loin. Et lorsque ça arrive, les minorités sont les premières visées. Ravi que vous ayez apprécié. Bien à vous.

Publié le 22 Septembre 2016
5
belle écriture beau récit, qui nous emmène vers un ailleurs méconnu, tant de souffrances endurées pour une liberté que tous n'apprécie pas merci
Publié le 22 Septembre 2016