Les Aventures de ma fente

1 pages
Extrait
de jezzabel
Les Aventures de ma fente jezzabel
Synopsis

C'est du cul, quoi. Quoi d'autre ?

3188 lectures depuis la publication le 31 Octobre 2016

Les statistiques du livre

  29 Classement
  644 Lectures
  -2 Progression
  4.4 / 5 Notation
  94 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

95 commentaires , 33 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Mary Katrine
Chère madame, je vous remercie d'avoir pris le temps de venir me faire la leçon. Il va de soi que je n'en tiendrai aucun compte, ayant l'âme rebelle, les pieds plats et l'orgueil d'une sorbetière. Ceci dit, je comprends parfaitement votre désappointement, d'autant que mon livre brillait par son inanité souveraine et qu'il était en passe d'obtenir le grand prix du Clitoris d'Or à la Foire aux Olives de Nyons (26110). Mais que voulez-vous ? Ainsi va la vie, qui n'est pas toujours la vallée de roses que nous chantaient nos gentilles mamans. Bien à vous.

Publié le 22 Février 2017

Je ne comprends pas. Vous avez supprimé le texte, mais pas " le livre". Quel intérêt pour le lecteur, si ce n'est se perdre dans tous les commentaires +/- déplaisants à votre encontre ? Aucun. Alors à moins que vous ne soyez friande de ces joutes, autant retirer la publication totalement. Si un jour le texte revient dans son intégralité ( car le but, ici, est de lire des textes d'auteurs et non leurs joutes verbales ), je viendrais peut-être le lire.

Publié le 21 Février 2017

@Celian Scalet
Bien que m'étant munie d'un sextant, d'une boussole et d'une lunette de marine, je n'ai pas la moindre idée de ce que vous voulez dire.

Publié le 21 Février 2017

Ça doit donner dans votre vie, si vos paroles sont aussi colorées que vos lignes ^^

Publié le 21 Février 2017
5
Avec les félicitations du roi Scalet, pour la belle représentation du vide et de l'espace inter-galactique impénétrable entre les trous noirs de la vanité universelle.
Publié le 21 Février 2017

@Celian Scalet
Ravie de constater que le hideux esprit de sérieux n'a pas complètement envahi mBS. Il reste donc ici des gens capables de sourire. La nouvelle est réconfortante. Merci.

Publié le 20 Février 2017

@pjoac
Comme vous pouvez le voir, je suis dans l'incapacité totale de répondre à votre message. Figurez-vous que j'ai été bannie de mBS pour insolence répétée envers certains graphomanes sans humour de ce site et pour atteinte caractérisée à leur ego hypertrophié. Il m'a donc paru plus cohérent et plus convenable (toutes choses qui avaient échappé à mes censeurs) de supprimer mon texte, car, me semble-t-il, il n'avait plus sa place dans un lieu où son auteur est persona non grata. Si vous voulez vous en plaindre, n'hésitez pas à vous adresser aux autorités qui veillent aux destinées de mBS, notamment à Lucius 1er l'Acrobate, fort agile dans le maniement des ciseaux d'Anastasie. Toutes mes amitiés.

Publié le 20 Février 2017

@jezzabel

Eh bien, que se passe-t-il, chère Jézabel ? De votre livre dans ma bibliothèque, il ne reste plus qu'une page blanche (du plus joli effet), et il en va de même ici. Serait-il victime des démons de l'informatique ?

Publié le 20 Février 2017

Je peux pas arrêter de rire en lisant tous ces commentaires :')

Publié le 19 Février 2017

@Ben Porthos et Michel Aramis
Tiens ! vous avez appris, je ne dis pas à lire, mais à déchiffrer...

Publié le 12 Février 2017
1
Grossières ces "aventures" tout comme l'auteure ! Et je dis ceci uniquement par Principes, pas un minable qui va accepter de tout subir gratuitement. Ben Porthos
Publié le 12 Février 2017

@Poldy57, @Masinissa1
Merci, messieurs, ou mesdames, ou fifty-fifty.

Publié le 12 Février 2017
4
Belle écriture, du style;quelques clichés habituels du genre mais sans importance. Nous attendons d'autres histoires.
Publié le 11 Février 2017
4
Superbe suite d'aventures chaudes
Publié le 10 Février 2017

@Hermann Sboniek
mon cher HS, en lui adressant seulement la parole, vous accordez bien trop d'importance à cet ou cette hurluberlu(e) au souffle court, qui semble ne s'être inscrit(e) sur ce site que pour nous apporter la preuve de son incurie intellectuelle et de son inspiration défaillante. On ne lui en demandait certes pas tant, mais ainsi vont les choses, que les imbéciles n'ont de cesse de faire de la publicité à leur bêtise. En cela, comme victimes d'un sort funeste, ils sont plus à plaindre qu'à condamner.

Publié le 09 Février 2017

@marie claire moi Par votre commentaire à la concision remarquable, souhaitez-vous signifier à l'auteure que vous n'avez pas trouvé une attirance particulière pour son style ou bien avez-vous considéré que les sujets évoqués ne font pas partie de vos préoccupations culturelles ???

Publié le 08 Février 2017

@marie claire moi
Vous en êtes une autre, très chère.

Publié le 08 Février 2017
1
c est pas du cul....c est de la merde...!!!!
Publié le 07 Février 2017

@Hermann Sboniek
Si, maintenant, c'est moi qui vous inspire vos calembredaines, je n'ai décidément plus qu'à sauter par la fenêtre. Car je rougirais de honte si l'on venait à penser que je porte une part de responsabilité, même minime, même collatérale, dans ce que vous appelez "vos nouvelles" mais qui ne sont que des atteintes scandaleuses au bon sens, au bon goût et au bon usage de la langue française. Que vous ayez des comptes à régler avec votre langue maternelle, c'est une chose ; que vous essayassissiez de m'entraîner dans vos vociférations scripturales et vengeresses, c'en est une autre - prenez bonne note de la chose et laissez-moi en dehors de vos basses manigances. Quoi qu'il en soit, dès que j'aurai fini de poncer et de repeindre en vert le chat siamois qui me sert de chien de garde (il commence sérieusement à s'écailler), je me pencherai sur votre prose bengalaise et je ne manquerai pas de vous dire tout le mal que j'en pense. Bien à vous. PS : Pour le mariage, vous arrivez trop tard. Pas plus tard que la semaine dernière, j'ai convolé en justes noces avec un banc du Parc Montsouris. Vous comprendrez donc que je ne veuille pas chagriner ma bonne mère, laquelle réprouve, outre le beurre de cacahuètes et le port de la cravate avec un kimono, la bigamie.

Publié le 06 Février 2017

@jezzabel douce mésange volubile. Vous avez, par le passé, raillé mon patronyme pour son incongruité et sa phonétique rocailleuse. Vos persiflages m'ont inspiré le fil conducteur de la nouvelle que je viens de poster. Je peux même dire qu'elle a été écrite en pensant à vous. Bonne lecture et d'avance pardon. Corrigez-moi si besoin est, étrillez mon style, conchiez ma conjugaison, critiquez ma ponctuation, vilipendez mon vocabulaire, conspuez mon imagination, mais de grâce, n’arrêtez pas vos commentaires. Un milliard de merci pour ces moments de plaisirs que procurent ces petites pépites. Elles sont comme une pincée de fleur de sel déposée d'une friction entre le pouce et l'index sur le sommet d'un pavé de bœuf qui vient de vivre une passion brûlante, mais brève, avec un grill caniculaire: nécessaires et indispensables. Il ne me semble pas vous avoir déjà demandé en mariage, et j’hésite à le faire tant la différence d’âge qui semble nous séparer pourrait laisser croire que je suis votre aïeul.
Bien à vous.
Hermann.

Publié le 05 Février 2017

@gafguy
Ben, vous n'êtes pas difficile... Merci quand même.

Publié le 03 Février 2017

@Gilles Elana
Ravie je suis de vous avoir donné quelque plaisir de lecture.

Publié le 30 Janvier 2017
5
Vous avez écrit un texte qui renferme une puissance latente. Vous conciliez la crudité du désir à la frénésie poétique, c'est très plaisant à lire.
Publié le 29 Janvier 2017

@Gregoire Albert
Merci, monsieur, pour vos étoiles. Je vais les garder précieusement pour en décorer, à la Noël prochaine, ma crèche athée. Bien à vous.

Publié le 24 Janvier 2017
1
tout ce que nous désirons ....En secret bien sur
Publié le 21 Janvier 2017

@SombresPoésiesJeffBergeyAuteur
Ce que vous pouvez être vulgaire ! Quelle horreur ! Je suis profondément choquée. Un peu de tenue, voulez-vous ?

Publié le 15 Janvier 2017

Faudrait peut-être arrêtez de raconter des conneries sur la page des autres auteurs par pure méchanceté. Allez je vous laisse avec votre fente, j'imagine qu'au tome 2 vous parlerez de votre anus, non?

Publié le 14 Janvier 2017

@bdelapierre
Eh bien, merci, monsieur. Cela fait toujours plaisir, n'est-ce pas ? de n'être pas prise pour une obtuse et scélérate pornographe. Que Pitchékoyiba vous accompagne sur les chemins de l'écriture et qu'il vous rende la plume légère !

Publié le 03 Janvier 2017
5
@jezzabel. L'exercice de l'érotisme en écriture est difficile. Je le trouve fort bien réalisé. Quelle belle réussite que "les Aventures d ma fente" avec une écriture fluide, sensuelle et gourmande. Une véritable invitation à l'amour dans tous ses états. Bravo. bdelapierre.
Publié le 03 Janvier 2017

@SHOUPIAK
Pour ma part, je suis souvent stupéfaite que la sexualité des femmes demeurent pour tant d'hommes une impénétrable énigme. Ces dames sont-elles donc d'incompréhensibles Martiennes ?

Publié le 03 Janvier 2017
5
@jezzabel Je suis souvent stupéfait par l’absence de tabous, de préjugés et de pudeur dans les écrits érotiques des femmes. C’est d’autant plus instructif car leur sexualité reste une énigme pour la majorité des hommes.
Publié le 02 Janvier 2017

A tous les détracteurs gratuits d'auteurs : mBS n'est pas une cour de récréation pour régler ses comptes. Cela ressemble à une cabale sans esprit. A tout le moins, soyez, ou vraiment drôle ou vraiment constructif. Pas méchant et lugubre...Vous êtes trop tristes. Merci.

Publié le 30 Décembre 2016

@Lefèvre Gérard
Merci, monsieur, pour vos étoiles. Il m'en manquait justement cinq, les cinq que j'ai perdues quand la foudre est tombée sur mon sapin de Noël. Je m'en suis plaint à saint Christophe, mais, de toute évidence, le Ciel n'en a rien à faire de mes soucis orageo-stellaires ; heureusement que vous êtes passé. Je vous souhaite, pour 2017, une belle et bonne année poétique.

Publié le 30 Décembre 2016
5
Je n'ai pas tout lu mais je suis étonné par tant d'audace certes littéraire, mais avec un style au moins qui est direct, et où l'hypocrisie est bannie au rang de frustration stérile. Gérard Lefèvre
Publié le 29 Décembre 2016

@jezzabel, Non, sois rassurée, mon âme fleurie sévit toujours ! Joyeux Noël à vous trois et tendres bises. Michèle

Publié le 25 Décembre 2016

@Pierrick Blin-Paulin
Mon cher Pierrick (qui rime avec barrique et pétrochimique), vous êtes décidément trop bon public (qui ne rime pas avec opéra bouffe) : ça vous perdra. Ceci dit, tagada tsoin-tsoin et tralala itou vous-même ! Ou c'est-y donc qu'on vous a enseigné que c'est de cette manière cavalière qu'on s'adresse à une jeune fille qui a presque encore sa virginité ? Vous avez de la chance que je sois magnanime. Enfin, bon Noël à vous et à vos maux divers.
Jézabelard

Publié le 24 Décembre 2016

@Julien Rigottier Gois
Je vous avoue que je n'ai pas saisi exactement si vous m'offriez votre approbation ou votre improbation. Toutefois, si j'en juge par les étoiles qui accompagnent votre commentaire, j'en déduis que votre jugement n'est pas entièrement négatif. De ces étoiles, d'ailleurs, je vous remercie. Je m'en vais de ce pas les coller sur mon sapin de Noël. Ou plutôt, toute réflexion faite, je vais les conserver dans mon congélateur, en attendant de les refiler à un auteur plus méritant que moi. Ce ne sera pas difficile à dégoter, je crois, tant mBS déborde de plumes plus cancérigènes les unes que les autres, la vôtre y compris. D'ailleurs, tiens ! si je vous les retournais, franco de port et d'emballage ? Ce serait-y pas une mirifique idée ? Qu'en pensez-vous-t-il? Joyeux Noël à vous, beau sire.

Publié le 24 Décembre 2016

@lamish
C'est moi, ou je ressens en ton âme d'ordinaire fleurie une sorte de genre d'espèce d'amertume ? Quoi qu'il en soit, Maxine, Muriel et moi te couvrons de tendres baisers. Merry Xmas to you, my darling.

Publié le 24 Décembre 2016

@jezzabel

"Faites gaffe, pépère : y a le Pierrick Blin-Paulin qui nous zyeute en loucedé et qui se branle le zygomatique quand vous me glissez l'étoile sous la jupe !"

Voilà t'y pas d'la poésie comme on l'aime ? Ah mes potes Audiard, Simonin, Dard et Boudard (eh bé, y'en a du "ard" dans les patronymes !) auraient apprécié et descendu sans doute quelques boutanches à vot' talent (ah oui, nom d'un chat qui pète, faut que j'me modère pisque "trop de compliments.....tagada tsoin-tsoin et tralala itou !) Joyeux noël chère égérie (merde, encore un compliment !) des rassis, rancis, rétamés du biniou et autres joyeusetés !

Publié le 24 Décembre 2016
5
Je viens vous souhaiter un joyeux Noël, j'ai essayé de me plonger une nouvelle fois dans votre ouvrage, ce trop plein d'émotion m'empêche de ne tenir trop de pression plus que quelques minutes. Je vous félicite donc et vous remercie. Je me suis aussi fait un réel plaisir à relire une bonne partie de vos commentaires et appréciations. C'est du bonheur, merci et au plaisir d' essayer de finir un de vos chapitres. " Bien à vous" comme on dit dans le texte
Publié le 24 Décembre 2016

@jezzabel "La mère Michèle !", de base, ma belle :-), on me l'a chantée pendant 10 ans ! Après, les Beatles s'en sont mêlés, et il a fallu que je joue à la ravie totalement cueillie moultes fois, c'est à dire beaucoup trop pour moi qui me lasse très vite. Je vais très bien, je t'assure mais, comme tu le disais à je ne sais plus qui, à je ne sais plus quel sujet : trop de... tue le... Donc, petite pose qui tombe à pic car j'ai d'autres chats bien agréables à fouetter. Je t'ai déjà donné mon opinion par MP. Comble des combles, ton éternel public sera plus probablement masculin... Ils ont tellement besoin d'être rassurés sur leur charme ! et, plus ils vieillissent, pire c'est, crois-moi ! :-) Tendres baisers. Michèle

Publié le 22 Décembre 2016

@Hermann Sboniek
-=):"$&(@))

Publié le 22 Décembre 2016

@BOSSY
Faites gaffe, pépère : y a le Pierrick Blin-Paulin qui nous zyeute en loucedé et qui se branle le zygomatique quand vous me glissez l'étoile sous la jupe ! C'est un voyeur périlleux, ce gaillard-là ! Méfiance et circonspection ! Il est bien du genre à vous mettre la main au panier de l'inspiration ! Bonjour l'esclandre !

Publié le 22 Décembre 2016

@Pierrick Blin-Paulin
Alors, comme ça, vlà maintenant que vous guettez par le trou de la serrure nos ébats, Bossy et moi, épistolaires !? Z'êtes mûr pour le prochain concours de nouvelles à la mords-moi-le-dard de tonton mBS ! Seulement, moi oui, d'accord, j'ai séduction melliflue et charme à tous les étages, mais suis pas bien sûre que le père Bossy soit un sujet adéquat. Sent trop le renfermé et la vieille chaussette au radoub, non ? Réfléchissez !

Publié le 22 Décembre 2016

@lamish
C'est vrai, ça : Bossy a raison. Qu'est-ce qui te prend de jouer les anachorètes franco-ibériques et les rabat-joie ? T'as une montée d'hormones, c'est ça ? La ménopause qui te tarabuste les glandes et te cataclysmise le caractère ? Ou c'est l'esprit de Noël qui te lamine l'agrément ? Au secours, y a la mère Michèle qu'a perdu sa chatte !!! Forte récompense à celui ou celle qui l'a lui retrouvera !!! Plein de baisers pour tes lèvres, de Mu, de Ma et de moi, sale nénette hypocon et driaque.

Publié le 22 Décembre 2016

@lamish @jezzabel. Comment cela l'@lamish ne fonctionne pas. ? Parce que Madame s'en va en France ! Et joue les blasées du corps de garde...Heureusement qu'on a @Pierrick Blin-Paulin, ce qu'il est compliqué celui-là avec son pseudo triple rallonge ! Fais quelque chose, jezzabel et ranime lamish qui se retire dans son coin, en France. On va où, nous, alors ? Dis-lui ! Elle nous embrasse, il ne manquerait plus que ça...Bonne dinde à tous !

Publié le 22 Décembre 2016

:-)

Publié le 21 Décembre 2016

@jezzabel @bossy, Mon lien @lamish ne fonctionne pas et ce sont les 5 étoiles de Gérard (qui rendent tes rats neurasthéniques, ce qui est révoltant, j'en conviens) qui m'ont alertée (pas les rats, les étoiles). Ma foi, ma foi, que dire ? Tout d'abord, ma belle, je vais très bien et me prépare à passer les fêtes en France. Pour le reste, je reconnais avoir peu participé aux joutes commentairiennes ces derniers temps et en assume les torts. Instable de tempérament, j'aime la nouveauté et j'avoue que de nombreuses montées au créneau sentent le réchauffé et, de ce fait, ne m'inspirent vraiment plus. Ajoute à cela que je n'aime pas me forcer... Ceci explique cela. J'ai perdu l'enthousiasme des nouveaux venus. Mais, mais, mais, sache-le, je pense souvent à vous 3 que j'embrasse avec tendresse. Michèle

Publié le 21 Décembre 2016

@Pierrick Blin -Paulin@ Jezzabel. Voilà, c'est malin ! Nous avions été débusqués par un qui s'en pète, devinez quoi la sous-ventrière ! Il vous traite d'écrivain !Tant pis pour vous, vous l'avez cherché. Et ne faites pas semblant d'avouer que vous l'avez fait exprès. Je suis vengé.Merci Pierrick ( c'est compliqué,votre pseudo. Dites plutôt "Belzébuth". Même Jezzabel comprendra ( ça lui arrive )

Publié le 21 Décembre 2016

@BOSSY
@jezzabel

Voilà, je viens de recevoir mon cadeau de noël: le « diamant épistolaire » concocté par deux écrivains (j'ai dit écrivains, nom de Dieu, pas auteurs !) fabuleusement drôles, deux pongistes en grande forme à publier séance tenante chez, comme on dit, les "grands éditeurs". Cher Bossy, chère Jezzabel, vos échanges à décoincer les zygomatiques sont d' énormes bouffées de fraîcheur dont je me repais à m'en péter la sous - ventrière. Amitiés à vous deux et sachez que tout en me léchant les badigoinces à l' idée de déguster vos prochaines joutes jubilatoires, j'embrasse votre talent.

Publié le 21 Décembre 2016

@jezzabel. Et moi qui croyais que vous feriez une exception pour m'envoyer quelques mamours. Je ne l'aurais dit à personne, discret comme vous me connaissez. Mais je ne vais pas les enlever, trop facile. J'ai même essayé de doubler la dose pour vous pousser aux avant-postes. J'en ai été empêché par je ne sais quel gros malin. Hi hi !

Publié le 21 Décembre 2016

@BOSSY
C'est malin ! Et qu'est-ce que je vais faire, moi, maintenant, de vos étoiles ? J'en ai déjà plein ma cave et mon grenier ; les rats se plaignent ; leur luminosité les empêche de dormir. Cela vous arrive-t-il de ressentir une once de compassion pour la difficile condition ratière ? Mais, foutre de bordel de chierie de merde ! on ne vous a donc rien enseigné au catéchisme ? Je vais vous mettre la SPA au cul, mon petit bonhomme, et vous allez voir ce que vous allez voir, nom d'un pétard !

Publié le 21 Décembre 2016
5
Bon, alors, puisque vous insistez, et afin que nos destins ne se décroisent pas trop vite, je les mets toutes, je réfléchirai après.
Publié le 21 Décembre 2016

@jezzabel.Je voulais seulement vous dire que si je vous dédie mes pensées profondes ( pas trop !), je n'avais pas l'intention de m''en dédire. La prochaine fois, je laisserai tout au singulier, ce sera mieux à votre portée. Car si vous êtes bonne ménagère, c'est de balai, et non d'aspirateur que vous avez le trophée. Non, non, je ne veux pas que vous aplatissiez mes plis au fer. Vous y découvririez mes secrets qui ne sont pas beaux à voir, comme vous vous en doutez. Mais comme je vois que nous nous entendons bien sur Catarina et sur moi, je vous pardonne d'y avoir pensé.

Publié le 21 Décembre 2016

SI VOUS TOUS, BANDE DE LECTEURS SAPROPHYTES ET VALéTUDINAIRES, VOUS N'AVEZ PAS ENCORE LU "FEMME AU BORD DU MONDE" DE CATARINA VITI, NE TARDEZ PLUS à LE DéCOUVRIR, SOUS PEINE DE RESTER DES GROINS TOUTE VOTRE VIE. PAR LA MÊME OCCASION, FAITES UN TOUR CHEZ LE CAMARADE BOSSY. C'EST UN VIEUX MAMELUK à PEINE FRéQUENTABLE, MAIS SA LITTéRATURE VAUT SOUVENT MIEUX QUE SON AUTEUR, LEQUEL COMMENCE à SENTIR LE MOISI. à BONNE EN TENDER, SALUT !

Publié le 21 Décembre 2016

@BOSSY
Je vous signale, cher vieux machin en plein feu d'artifice, à toutes fins utiles et pour la gouverne de votre embarcation qui gîte, qu'on n'écrit pas "cochons qui s'en dédient" (ce qui ne veut rien dire - mais vous ne semblez pas à ça près), qu'on écrit plutôt "cochons qui s'en dédisent", encore que le mieux et le plus hygiénique serait de ne rien écrire du tout. Que vous le vouliez ou non, dédier et dédire sont deux verbes qui n'appartiennent pas au même groupe, ce qui explique qu'ils ne s'adressent pas la parole et ne se saluent même pas lorsque d'aventure ils se croisent. Bon, je sais bien que vous savez tout cela et que votre confusion n'est due, au fond, qu'à votre gâtisme qui, en ce temps de l'Avent, semble passer la surmultipliée. Cette sénilité est vôtre ; la chose est bien entendue ; vous en faites exactement ce que vous voulez ; mais, par pitié, évitez autant que cela vous est possible de semer sur ma page vos incongruités ; en tant que bonne ménagère, détentrice par contumace d'un diplôme de technicienne de surface de 3ème cycle avec félicitations du jury ("Vous irez loin, m'a dit le président, en me remettant en mains propres (naturellement !) mon parchemin ; vous irez au moins jusqu'au bout du couloir, si les acariens ne vous bouffent pas l'aspirateur avant.") ; en tant que bonne ménagère, disais-je, avant de m'interrompre moi-même par des explications oiseuses mais nécessaires pour que vous comprennassiez bien l'élan prophylactique qui me soulève ; en tant que bonne ménagère, répétais-je parce qu'il faudrait tout de même que vous cessissiez de me couper la parole à tout bout de champ ; en tant que bonne ménagère de moins de cinquante ans, je tiens à ce que ma page conserve sa virginité et son immacularité subsidiaire et ne soit pas souillée par les divagations d'un vieillard subclaquant et sénescent. Puis-je au moins obtenir cela de vous, sans vous froisser, bien évidemment, encore que si vous vous froissiez, je possède un autre diplôme de repasseuse en milieu hydroponique qui ferait merveille en cette occurrence. J'aurais vite fait, croyez-moi, d'effacer les faux plis qui vous rident si grotesquement le caractère : c'est bien simple, passé sous mon fer, vous ne vous reconnaîtriez plus. Ce qui, quand j'y pense, serait peut-être un service à vous rendre. Enfin, c'est vous qui voyez, mais ne manquez pas de m'en informer. Bien à vous, espèce de vieux birbe malsonnant.

Publié le 21 Décembre 2016

@jezzabel. Ah ! Vous voyez que vous parlez bien quand vous ne parlez pas cul par-dessus tête ! Pour moi, à l'heure où il n'y a plus guère que le poil qui se hérisse sur le C...( je voulais dire Crâne, et non pas ce que vous croyez), je suis enchanté de mon Noël. Pour le mystère qui vous tracasse, je voulais simplement dire que vous me trouverez là où je ne suis pas. Vous ne lisez pas les newsletters, vous ne regardez pas les Videos d'Isabelle, et vous ne connaissez pas les courbes de Marie. Celle qui transforme vos torche-culs ( évidemment !) en papyrus de La Martinière, ultime couche des cochons qui s'en dédient ( auxquels je n'appartiens pas ). Et ne me dites pas encore que c'est trop compliqué pour une midinette pimpante ( ce dont je ne doute pas ) qui lit Zarathoustra dans le texte de Sarcelles. Je vous signale qu'@lamish m'aime toujours en dépit de vous, ainsi que la. Demoiselle Pascale Lécosse ( c'est elle qui le dit ) et que vous vous trouvez en excellente compagnie parmi les bien-pensants de mBS qui ont un avenir ( ce qui n'est plus mon cas ). Tâchez pour une fois de vous acquitter bien de vôtre rôle de Mère Noël, et n'abusez pas des 13 desserts, fruits ou légumes de fête que je vous souhaite en abondances ( oui, oui, avec un S ). Vous avez de beaux yeux-tu sais alors je vous embrasse comme au cinéma ( plusieurs fois jusqu'à ce que la prise soit légendaire )

Publié le 21 Décembre 2016

@BOSSY
Je ne vous avais pas oublié, figurez-vous. Au reste, aurais-je été tenté de vous effacer de ma mémorance afin de préserver les quelques neurones qui me restent de votre néfaste influence, cela se serait révélé tout bonnement impossible, puisque que je découvre de temps à autre les commentaires pas toujours avisés que vous déposez sur le site, à l'image du fameux oiseau de Paracas semant sa fiente sur les feuilles du pasodoble (arbre endémique du Pérou, cousin du flamenco qu'on trouve, lui, en Espagne - en tout cas, la dernière fois que j'y suis allée pour chasser la merluche andalouse avec Tio Pepe, un mien oncle du côté de ma mère qui est d'origine ibérique, étant née à Sarcelles d'un père polonais). Est-ce que vous me suivez ? Ceci dit, il y a une chose que j'aimerais que vous m'expliquassissiez. C'est celle-ci (je le précise pour qu'il n'y ait pas de malentendu entre nous) : comment pouviez-vous espérer me rencontrer à une sauterie où vous-même n'étiez pas ? Il y a là quelque chose qui s'obstine à échapper à mon entendement de minette pimpante et diagonale, lequel est pourtant en parfait état de marche car j'ai toujours pris un soin extrême à faire en temps et en heure toutes ses vidanges. Est-ce vous qui partez de la calebasse ou est-ce moi qui ai raté un épisode et, de ce fait, ne comprends plus que pouic à l'intrigue. S'il s'avère que c'est moi la coupable, je vous serais fort obligée de m'envoyer dans les meilleurs délais un résumé du scénario qui nous lie pour le meilleur et pour le pire, mais surtout pour le pire si j'en crois mon horoscope, signe bec de gaz mâtiné cochon d'Inde. Autre chose : qui est donc cette Marie Leroy que je n'ai pas l'heur de connaître ? Vous me parlez d'elle comme si, elle et moi, nous avions fait les quatre cents coups ensemble, et cela n'est pas sans me troubler, car je n'ai pas la moindre souvenance de cette Marie-là, Leroy ou non - d'ailleurs ne devrait-on pas plutôt dire Marie Lareyne, histoire de respecter les convenances grammaticales ? Décidément, c'est peut-être bien moi qui souffre de sclérose de la méninge compliquée de coryza du chat, et, dans ce cas, je vous saurais gré de m'expédier vitement le SAMU, avant que je ne perde toute ma matière grise par les oneilles (comme disait le Père Ubu). D'ailleurs, à propos du Père Ubu, laissez-moi vous dire que vous en êtes un autre, ce qui n'est pas une raison, de par ma chandelle verte ! pour m'escagasser le fondement comme vous le faites avec votre bâton à phynances. Il fallait que cela fût dit. PS : Et que devient l'excellente @lamish ? Est-elle bien malade, qu'elle ne débarque plus avec armes et bagages pour me faire la morale et réformer ma grammaire ? J'espère que ce n'est pas le cas, et je vous prie de bien la saluer de ma part si d'aventure vous la croisez sur les chemins de traverse de la littérature mBSienne, lesquels sont souvent bien cahoteux. Joyeux Noël à vous, monsieur Bossy, et que Nanabozo le Grand Lapin vous patafiole.

Publié le 21 Décembre 2016

@jezzabel.J'étais en train de me souvenir de vous et de me lamenter de votre disparition de mes écrans. Je me disais,ça y est, affaire classée. Bon à rien 1er. Quand lamish m'a gratté l'occiput pour m'encourager à aller voir vos roulades et roucoulades avec Catarina que je vénère. Cela m'a fait plaisir de constater qu'elle donnait enfin dans le CUL, ce que je n'avais pas détecté jusque là. Eh bien, vous avez réussi votre coup ! Quel tapis de roses et d'étoiles ! Il y a même du Nietzsche et du Julius Evola là-dedans ! Et j'apprends que vous avez ajouté un chapitre avec Muriel sans me le dire. D'où un nouveau tapis de bombes...Ce que vous devez trépigner de joie ! J'espérais vous voir, à la réunion du 9 décembre, où je n'étais pas, perclus des douleurs de ma vieillesse. Je vous voyais déjà, face à Marie Leroy, en passe de l' embaucher ( ou plutôt non, l'inverse ). Quel chapitre pour la fente ! Y avez-vous rêvé ? Je me suis dit que pour mon Noël j'aimerais bien une volée de vos bois verts. A défaut de vous entendre crier: je vous aime ! Lamish m'a dit: Essaye ! Voilà, c'est fait. ( Je m'aperçois que je n'ai pas abordé le sujet qui vous intéresse ). Tant pis pour moi.

Publié le 21 Décembre 2016

@Catarina Viti
Par pitié, n'effacez pas votre commentaire "intello". Je suis contre quelque censure que ce soit (y compris l'autocensure) et, intello, votre commentaire ne l'est absolument pas. Je trouve même, au contraire, qu'il fait montre d'une grande sensibilité. Et quant au fait qu'il risquerait de faire chuter mes lectures, je m'en tamponne allègrement le coquillard. Comme Stendhal (mais toute proportion gardée, cela va sans dire), il ne me déplaît pas d'écrire pour les happy few. Non, la seule réserve que je ferais, c'est votre évocation de Julius Evola, dont l’œuvre reste encore une référence pour les milieux néofascistes et néonazis. Mais je suis bien certaine que ce n'est pas cela que vous retenez chez lui. Je connais mal ses écrits, mais on peut imaginer qu'il aura été victime d'une tentative de récupération illégitime, comme la chose arriva à Nietzsche (que je révère) par Hitler et sa clique. Plus légèrement, je dois vous avouer que ce commentaire de vous m'a été un rayon de soleil. D'autant qu'il m'arrive en ligne directe d'une auteure dont j'ai beaucoup admiré la prose, je vous l'ai déjà dit. Je suis heureuse que vous ayez su voir que mon livre ne doit rien à la pornographie. Vous savez, je crois bien qu'en l'occurrence, la seule pornographie ne réside que dans le crâne de ceux qui ont manié sans esprit cette sotte accusation. Mais on s'en fout, non ? de leur imbécile condamnation. Qu'ils continuent de se goinfrer des romances crétines qui fleurissent si bien sur ce site et qui entendent parler d'amour sans jamais évoquer le sexe (ou alors en des termes si débiles que c'en est à se taper le cul par terre), comme si l'homme n'était que pur esprit - pur mais très indigent esprit, si on en juge par la médiocrité de l'écriture. Bref, chère Catarina, je vous remercie d'être vous et de m'offrir cette caresse qu'est votre critique. Je vous aime.

Publié le 19 Décembre 2016

@huleuyac
Faut-il que je vous dise que je partage entièrement votre avis et que, pour moi, littérature arrangeante et art joli sont d'affreux oxymores ? Malheureusement, je crains fort que nous ne parvenions jamais à en convaincre quiconque sur ce site, hormis les quelques ceusses qui n'utilisent pas leur plume pour peigner la girafe, et ils ne se bousculent pas au portillon. Merci pour cet encourageant message.

Publié le 19 Décembre 2016
5
Vous le dites vous-même, votre livre, c’est DU CUL. Effectivement, il n’y a à ce propos aucun doute. Du cul, du vrai, sans bavure. Gloire vous soit rendue, Jézabel, d’avoir évité ces petites scènes horripilantes qui peuplent la littérature rose-jambon-cuit. Toutes ces petites mises en scène consternantes de niaiserie, affligeantes de déjà vu qui constellent ces récits navrants où l’auteur, (réellement approximatif, celui-ci), fait mine de s’égarer dans la fiction pour découvrir presque par hasard, la quiquette et les nénés, qu’il baptise sans les avoir jamais connu bite, membre turgescent ou pire que tout, conque délicate et que sais-je encore. Gloire à Jézabel qui me parle de ce qu’elle connaît, et y va sans détour. En effet, votre ouvrage c’est DU CUL mais un vrai cul, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde. Le pire écueil dans ce thème est son caractère restreint et sa répétitivité : on s’excite, on s’ébranle et l’on jouit. Des outils rudimentaires et limités : trois trous, une langue, dix doigts et quelques autres surfaces. Sans génie, vous avouerez qu’il y a de quoi s’emmerder rapidement. Hors, il n’est point d’ennui dans votre texte. Chapeau. C’est du cul ET QUOI D’AUTRE ? Eh bien… ce que je n’avais encore jamais lu dans les commentaires : c’est un très beau livre. Absolument bien écrit. Spirituel. J’ai du mal à comprendre les réticences qui ne vous ont pas accordé le cœur et la nomination mensuelle qui distinguent les meilleures publications. Quoi encore ? Une merveilleuse déclaration d’Amour à votre élue, votre Béatrice avec qui vous vivez votre Vita Nova. C’est un livre qu’aurait apprécié Julius Evola. Il l’aurait classé entre la métaphysique du sexe et une forme de révolte contre le monde moderne. Je sais que votre texte a été fortement attaqué pour caractère pornographique. Mais j’ai beau écarquiller les yeux, je ne vois aucune pornographie dans cet ouvrage. De mon point de vue la pornographie est apparentée à la facilité, la vulgarité, l’indigence, tout ce que votre livre ne contient pas. Il est possible que mon commentaire intello fasse chuter vos lectures, n’hésitez pas dans ce cas à me le signaler, par sympathie pour votre « personnage » je me conformerai à l’usage si répandu actuellement, qui consiste à effacer ce qu’on a écrit.
Publié le 19 Décembre 2016

@jezzabel, bonjour, et ravie que votre écrit recueille des commentaires qui décollent un peu du sens commun . En effet votre assurance en dit long sur ce qui vous porte, n'en déplaise à ceux (dont je peux malgré tout apprécier les écrits) qui pensent de la littérature a une fonction arrangeante, comme ils pourraient penser que l'art c'est fait pour être joli.Bien à vous !

Publié le 17 Décembre 2016

@jezzabel

Merci pour votre réponse. Je crains cependant que, frappés de surdité pour onanisme répété mais sans résultat probant, vos détracteurs n'oient point (le verbe ouïr est vraiment bandant) ce que très subtilement et avec justesse vous avez à leur dire. Et comme de surcroît, ces grands prêtres du rien sont atteints de "cécité sélective", je vous suggère Jésumarijosef !!! de les laisser s'exciter mollement sur un missel, l'almanach Vermot, le calendrier des Pompiers (oui, bien sûr, je ne pouvais l'éviter) ou encore sur certaines pages torrides de la Redoute ou des 3 Suisses. Bien à vous et que le "con" (pas celui que l'on croit) toujours triomphe...

Publié le 16 Décembre 2016

@Pierrick Blin-Paulin

Hou là là... Merci pour votre commentaire plus qu’appréciateur. De fait, vous êtes l'un des rares lecteurs à avoir compris que mon âme est aussi présente dans mon texte que ma fente. Faut-il que le sexe possède un tel pouvoir d'aveuglement ! Et ce qui est amusant, c'est que mes détracteurs, sans qu'ils s'en rendent compte un seul instant, en disent plus sur eux-mêmes et leur triste conception du corps qu'ils ne parviennent jamais à en dire sur ma littérature. Sincèrement, je n'aimerais vivre ni dans leur tête ni dans leur peau. L'existence doit y être bien étroite... Encore merci.

Publié le 16 Décembre 2016

@jezzabel
Il y a parfois un livre dont on sait qu'il ne vous quittera plus. C'est le cas pour "Les aventures de ma fente". Ce n'est lié ni au sujet, ni à l'histoire, ni aux personnages, aussi envoûtants soient-ils. Non, ce n'est pas cela. Le secret, c'est un style, une patte, une griffe, une signature, une respiration, ce quelque chose d'indicible et d'aérien qui vous comble, vous nourrit, vous remplit, se niche avec volupté dans une alcôve de la mémoire et, merci mon dieu, vous éloigne des frustrés pathétiques, des coincés de la raie, des amputés de l'Extase et de la Vie, des fossoyeurs de beauté, des bande-mou virant vertueux inquisiteurs, bref, de toute cette clique de « cultureux » fats et suffisants qui nous pissent, béats, de la copie eunuque. Oui, le secret, c'est ce qui sculpte la page, ces phrases LIBRES et sublimes qui donnent tout ce qu'elle ont, ces mots fascinants venus du fond du ventre et habillés en miracle (« J'étais la douce ogresse triomphante qui s'apprêtait à se repaître de la succulence de ta chair, à se gaver de la douce acidité de tes sucs les plus intimes »). Le secret, c'est tout simplement ce gros supplément d'âme dans un texte rare et lumineux. Un texte où l'Amour est partout. Un texte ample et follement généreux où certains pisse-froid épouvantés n'y ont vu qu'une mécanique des corps, du cul pour du cul, du laid à tous les étages, du sale en veux-tu en voilà et, pauvres aveugles déglingués, de sombres déambulations saphiques. Ah, ces bêlements de peine-à-jouir, quelle punition ! « Jésumarijosef » et tous-les-seins-du-Crazy-Horse, pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils disent.

Merci Madame. Que votre écriture bien vivante soit bénie.

Publié le 14 Décembre 2016
5
@jezzabel Il
Publié le 14 Décembre 2016

@cordero13
Et ta sœur, elle est cucul, gros malin ?

Publié le 11 Décembre 2016
1
Tout est dans le synopsis : c'est cul cul quoi !!!
Publié le 11 Décembre 2016

@Frédéric Moreau
Merci, je suis très touchée par votre commentaire, d'autant qu'il vient d'un auteur dont j'ai énormément apprécié le bouquin. Disons qu'il me change des turlupinades des Carron et autres Phillips sans humour qui se prennent, semble-t-il, pour des réincarnations de Balzac. Que n'ont-ils votre talent !

Publié le 11 Décembre 2016
5
Mmmm, des aventures incroyablement excitantes... et très bien écrites avec juste ce qu'il faut d'humour et de légèreté. Jezzabel, vous avez visiblement compris, très tôt et avant beaucoup de monde, le dérisoire et la finitude de nos existences. Votre récit est une ode à la jouissance : oui, jouissons ici bas et maintenant avant qu'il ne soit trop tard ! Mention spéciale au premier chapitre délicieusement subversif. Merci !
Publié le 10 Décembre 2016

@Boris Phillips
Cher monsieur, ravie que mon livre vous ai si tant tellement plu. C'est plus que je n'en espérais. Je demeure votre obligée. PS : "A ma connaissance, écrivez-vous, une telle accumulation de saphisme ne peut être que le fait d'un homme aux fantasmes troubles.." Je reconnais bien là votre sens de la psychologie, qui tant fait merveille dans vos extravagants écrits. Bien à vous et à votre infaillible correctrice.

Publié le 06 Décembre 2016

@jezzabel.
Comme je l'ai déjà signalé, je ne note pas ce que je ne comprends pas... Votre "œuvre" entre dans cette catégorie !
Dans ma (lointaine) jeunesse, un tel étalage pornographique se trouvait dans des "romans" à 2 francs 50 centimes...
Puis lorsque vous-vous piquez de philosopher, vous devenez pitoyable et pathétique (dans le sens péjoratif).
Gardez-vous de critiquer la ponctuation des autres, vous qui omettez les majuscules en début de phrase !
Il est "amusant" votre pseudonyme : qui a lu l'Ancien Testament (livre des Rois) n'ignore pas le rôle de persécutrice tenu par cette reine de Tyr et de Sidon ; il vous va à merveille !
A ma connaissance, une telle accumulation de saphisme ne peut être que le fait d'un homme aux fantasmes troubles...
Cordialement.
Boris Phillips.
P.S. Inutile de me répondre et de venir polluer les pages de mes ouvrages par vos commentaires ineptes, merci.

Publié le 06 Décembre 2016

@Chrissem
Je vous remercie pour votre gentil commentaire. Si, un jour, il me prend la fantaisie d'écrire dans un autre registre (?), je ne manquerai pas de vous en avertir. Amitiés.

Publié le 30 Novembre 2016
5
@jezzabel Votre écriture est merveilleuse. Elles est totalement fluide (si je puis me permettre) et sait se faire oublier d'une manière peu commune. J'aurais vraiment aimé vous lire dans un autre registre mais c'est votre choix et, bien entendu, je le respecte. Très vives félicitations!
Publié le 29 Novembre 2016

@Claude CARRON
Oui, oui. Surtout, ne changez rien.

Publié le 27 Novembre 2016

Penser avec sa vulve et parler avec son cul n'a, finalement, jamais rien sorti d'autre que du vent nauséabond. Bonne bourre à ceux qui supportent les pinces à linge. Je ne connaissais pas les trolls littéraires, drôles de bestioles.

Publié le 27 Novembre 2016

@PhilippeMangion
Allons, allons, monsieur, je suis bien certaine que chaque sexe à ses charmes (et ses peines). Ceci dit, je n'ai jamais regretté d'être une fille. Merci.

Publié le 27 Novembre 2016
5
Un jus concentré de jouissances mises bout à bout - plus souvent vulve à vulve - qui donne vraiment envie d'être une fille. Putain de génétique ...
Publié le 27 Novembre 2016
5
@jezzabel "Les Aventures de ma fente" ! Que voilà un titre accrocheur pour quelqu'un qui, comme moi, s'est toujours passionné pour les péripéties psychiatriques ! Car (vous allez rire devant tant de mienne naïveté) la première chose à laquelle j'ai pensé, c'est que votre bouquin allait nous narrer votre destinée d'aliénée mentale, la fameuse fente, pensais-je un peu benêtement, ne devant être rien d'autre que la fêlure qui vous traverse le plafond. A la lecture de votre babiole, il va de soi que vous êtes certes gravement fêlée de la cloche, mais force m'est d'avouer que je me suis complètement trompée quant à la nature exacte de la fente mise par vous en exergue. Non, il ne s'agit pas de votre insanité psychique et cérébrale (quoiqu'on puisse s'interroger sur ce qui vous a poussé à exposer ainsi, sans aucune retenue, votre sexualité réelle ou fantasmée de guenon en chaleur, encore que je connaisse quelques femelles chimpanzés qui ont plus de pudeur que vous), il s'agit plutôt de ce que la nature a choisi de placer entre vos deux cuisses et que généralement on passe sous silence dans la bonne société, sauf lorsque celle-ci est composée de gynécologues blanchis sous le harnais ou d'escort boys blondis sous l'eau oxygénée. Que vous ayez effrontément choisi de mettre sous les feux de la rampe ce que ma vieille tante Lucie nommerait "vos parties" (elle a été élevée sans faiblesse chez les Sœurs de la Pudibonderie sulpicienne qui, de mémoire de confesseur, n'ont jamais badiné avec la vertu et, au port du string, ont toujours préféré celui du cilice) prouve bien que la vergogne n'est pas ce qui risque de vous étouffer dans les semaines à venir. Notez bien que je ne vous en fais pas grief ; chacun voit midi à la porte de son lupanar ; c'est seulement que j'eusse préférer que vous intitulassiez votre cornichonnerie libidinale "Les Aventures de mon pilou-pilou" - ce qui aurait eu le mérite non négligeable d'indiquer à votre éventuel lecteur qu'il n'allait pas tomber sur un addenda à "L'Histoire de la folie à l'âge classique", cet ouvrage monumental qui eut toujours le succès que l'on sait chez les trépanés et les derviches tourneurs, chez les hébéphrènes et les Pygmées. Pour finir, si je vous accorde les cinq étoiles de la gravelure monumentale, c'est dans l'espoir que vous les avalerez de travers et qu'elles mettront ainsi un terme bienvenu à votre scandaleuse et attentatoire prose séminale, foutre de nom de Dieu de bordel de merde ! Bien à vous, et pensez bien à rincer le bidet après usage.
Publié le 27 Novembre 2016

@Hermann Sboniek
Je ne m'inquiète nullement, ayant appris, depuis toute petite, à échapper aux investigations policières (je suis la fille de Fantômas). Cela dit, si la personne dont à laquelle de quoi vous parlez vous rappelait qu'un alexandrin ne compte d'ordinaire que douze pieds, il est fort à craindre que cette personne ne soit moi. J'ai, en effet, coutume de grincer des canines lorsque je rencontre un alexandrin de treize pieds munie d'une césure baladeuse. Croyez bien que je lutte contre cette habitude vampiresque, mais il semble qu'on n'échappe jamais à sa nature profonde. "Chassez le naturel, il revient en vélo" Lao Tseu - Le Livre des Vélocipèdes, tome MCXXXVII. PS : Mon synopsis est ainsi rédigé pour faire un pied de nez aux ceusses qui ne voient en mon bouquin que pornographie. Il est, en ce voisinage, des âmes qui s'effarouchent vite et qui ne comprennent pas que parler de cul, c'est encore parler de cœur. Qu’Éros les protège !

Publié le 26 Novembre 2016

Bonjour jezzabel, ne vous inquiétez pas, j'ai démissionné du FBI il y a bien longtemps :-) Des commentaires judicieux et argumentés (qui ont depuis été effacés) de la page de ma nouvelle me laissaient penser qu'ils émanaient d'une personne (une jezzabel ) qui avait un certain bagage en littérature classique. Je pense que vos connaissances littéraires sont bien plus grandes que ne le laisse penser le synopsis de votre texte, et pour cette raison, je souhaitai en savoir plus. Je ne suis ni inquisiteur ni atteint d'une curiosité malsaine.Je suis juste fan de la fraicheur que vous diffusez sur ce site.

Publié le 25 Novembre 2016

@Hermann Sboniek
D'abord merci de m'avoir si bien lue. Pour le reste, je ne sais pas. J'écris tellement de conneries que, s'il fallait que je me souvienne de toutes, je serais bonne pour l'asile. Mais pourquoi cette question ?

Publié le 24 Novembre 2016

Bonjour Jezzabel, j'ai enfin trouvé le temps de lire la fin des Aventures de votre Fente. Quelle imagination et quel style ! A mon humble avis, vous créez une subtile alchimie faites de sincérité et de passion décomplexée qui vous évite de tomber dans la facilité ou les clichés du genre. L'exercice qui consiste à relater encore et encore les mêmes détails de la passion amoureuse en évitant de se répéter doit être salué bien bas.
Je voulais vous poser une question: est ce vous qui (sous un autre compte) en mai 2016 m'avez donné un cours de rime (tout à fait justifié) en commentaire de ma nouvelle "Il était une fois" ??

Publié le 24 Novembre 2016

@Christian DENIS
Décidément, vous êtes trop gentil ! Je vous en remercie. Hou là là !

Publié le 18 Novembre 2016
5
Quelle réussite que ce dernier (en date) chapitre ! Il déborde d'émotions, de sincérité et de style. Les autres m'avaient enchanté, celui-là m'a conquis. Jésumarijosef !
Publié le 17 Novembre 2016

@phigou
Ravie que mes écrits aient ravivé pour vous certains souvenirs.
Jézabel

Publié le 14 Novembre 2016
4
Très chaud, quelques bons souvenirs....véculs... baisers mouillés
Publié le 13 Novembre 2016

Tiens ! le chœur des vierges s’agrandit. Bienvenue à vous, monsieur Carron, vous manquiez dans le décor. Je suis ravie de voir que le tougeron a gagné un allié de choix. Ça va sans doute relancer l'intérêt du débat. C'est vrai, notre pouhette commençait à devenir lassant, à force de répéter en boucle la même chose. Avec vous, lançant d'emblée Hitler dans nos échanges, je sens qu'on va atteindre des sommets. J'avancerais bien que les mots ont dépassé votre pensée, seulement je ne suis pas sûre qu'il y ait la moindre pensée derrière tout ça. Quoi qu'il en soit, à très vite.
Jézabel
PS : Méfiez-vous de vos sensations. Je ne suis pas certaine qu'en l'occurrence, elles soient vos meilleures amies.

Publié le 12 Novembre 2016

Oui Thierry, je suis étonné aussi que ce genre de personnage négatif soit encore sur ce site. Oeuvre désœuvrée comme la personnalité du ou de la...

Hitler faisait ressortir la noirceur de son esprit dans ses toiles maudites. J'ai cette même sensation ici. .http://www.topito.com/top-peinture-adolf-hitler-peintre-controverse
. CC

Publié le 12 Novembre 2016

@Soltys Elie
Je vous remercie de votre gentillesse, mais je crains fort qu'il n'y ait personne d'autre que moi derrière le masque. Quel masque, d'ailleurs ? J'aime le sexe et l'humour, il n'y a rien de plus compliqué, croyez-moi. Bref, pour mettre un livre dans sa bibliothèque, il suffit de cliquer sur la croix inscrite dans un rond vert sur le haut droit de "bibliothèque". Est-ce que c'est-y que vous trouvez ?

Publié le 11 Novembre 2016

@jezzabel, Pas possible, j'y crois pas. Tant de légèreté dans les propos, que se passe t-il derrière votre masque que vous voulez présenter ? J'ai lu votre prose, admirable, Jade aurais apprécié et même plébiscité pour votre verve manuscrite dans le domaine, jadis sacro-saint, du libertinage avancé. J'avoue que j'y ai souscrit, mais à petite dose au vu de mon âge canonique et de geôlier d'occasion. Bravo. Mais entre-nous, étant nouveau ici, comment s'y prendre pour mettre une lecture dans sa bibliothèque ?

Publié le 11 Novembre 2016

@Soltys Elie
Ben, c'est moi.

Publié le 11 Novembre 2016
4
Qui se cache derrière un maque de dérision et de "sans pudeur" ?
Publié le 11 Novembre 2016

@Zultabix
Pour ma part, ça fait beau temps que j'ai laissé tomber.

Publié le 08 Novembre 2016
5
Ce site manquant cruellement de modérateurs, et vous ayant fait part à tout deux par MP de ce que je pensais de cette joute excessive autant qu'amère, je me permets d'intervenir une dernière fois afin de tenter d'apaiser les choses entre vous. En vérité, chacun dans votre style, je vous trouve l'un et l'autre très intelligents, subtils et enjoués. Seulement, vous vous êtes laissés insidieusement embarquer dans une tourmente qui vous échappent dorénavant de plus en plus, ce qui arrive un jour ou l'autre aux meilleurs d'entre nous. Qui ne possède pas la susceptibilité de l'huître, qu'on ne peut le toucher sans qu'il ne se contracte ? Libre à vous de vous laissez supposer que j'agis ici en pataude mouche du coche . Mais je pense qu'il serait grand temps que cesse cet incoercible clash bien plus digne d'un gansta rap entre Booba et la Fouine qu'entre deux écrivains qui savent manier la phrase avec délectation. Votre profondeur humaine, votre jouvence et votre poésie respectives sauront, je l'espère, vous faire retrouver mansuétude, paix et tolérance. Je l'espère de tout coeur, et ce ne sont pas des mots en l'air, je vous prie de le croire. Bien à vous deux ! PS : Sinon, toujours au top ce dénouement avec Mumu la Muse !
Publié le 08 Novembre 2016

@Vince8403
De quelles intrigues parlez-vous ? Il n'y a pas d'intrigues. Je n'ai pas non plus voulu écrire "Le Bossu", "Rocambole", "Les Mystères de Paris" ou "Les Trois mousquetaires". Peut-être vous êtes-vous tout bonnement trompé de lecture.

Publié le 07 Novembre 2016
4
scenes mutiples et sympas meme si les intrigues ne sont pas si fouillees que ca
Publié le 07 Novembre 2016

@XCordelia
Bon retour parmi nous, petite fée ! Heureuses nous sommes, Muriel et moi, d'être ainsi dans tes petits papiers. Et la "trop" jolie Maxine a, dit-elle, grand envie de te re-... de te revoir ! Des baisers sur toi, en ribambelles, de nous trois.
JMM

Publié le 07 Novembre 2016
5
@jessica Pardonne-moi mon retard, j'étais à Prague comme je te l'avais dit. Ton dernier chapitre est merveilleux. Muriel et toi, vous êtes mes héroïnes préférées ! Je vous appelle dans la semaine. Baisers à toutes les deux, et aussi à la trop jolie Maxine, puisqu'elle vous a rejointes, la veinarde !... Cordelia, qui vous aime.
Publié le 06 Novembre 2016

Pages