Un étrange paroissien

9 pages de Boris Phillips
Un étrange paroissien Boris Phillips
Synopsis

C'est ma première tentative dans le genre de la « fiction historique ».
Vous allez être surpris : il ne s'agit pas de mon habituelle plume acerbe et quelque peu "perverse"...
Je me suis livré à des recherches pointues afin de trouver des "concordances temporelles" ; un exercice fort amusant pour un ancien prof d'histoire !
Les noms des deux personnages "narrateurs" sont un clin d’œil respectueux.
Ce texte est, aussi, ma première publication "papier" dans le recueil « Nouvelles inédites de Carrouges 2016 » à la fin du mois d’août.
En espérant que vous aurez autant de plaisir à le lire que j'en aie eu à le composer ( ? - ! ).

Boris Phillips.

1045 lectures depuis la publication le 05 Novembre 2016

Les statistiques du livre

  300 Classement
  116 Lectures
  +8 Progression
  5 / 5 Notation
  5 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

14 commentaires , 6 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Merci "frère @Michel CANAL". Ma bénédiction est sur toi, mais ne jette pas plus de fleurs, le parterre du cloître déborde déjà et je risque de commettre le péché d'orgueil !
Le rythme quotidien des offices d'une abbaye, je le faisais étudier à mes élèves de 5ème - une des leçons sur l'Eglise au Haut Moyen-Âge - en leur faisant écouter du chant grégorien... C'était à "l'époque bénie" où les programmes laissaient une certaine liberté pédagogique aux enseignants - non, je ne suis pas "réactionnaire" ! - ; je n'ai donc pas eu bien loin à chercher !
Les vraies recherches furent de trouver la concordance entre les "personnages ayant eu une existence historique" ; là j'avoue - faute avouée est à demi pardonnée - qu'il est peu probable que Torquemada ait fait un séjour en France à ce moment ; seulement, c'était trop "tentant". Aussi de trouver le déroulement ainsi que le texte en latin de l'office de l'Assomption...
Quant à l'agape, aucun problème... Au passage, je ne suis pas en reste sur le répertoire du "catéchisme paillard" !
Avec humour et amitié.
Philippe.

Publié le 05 Décembre 2017
5
Ah @Boris Phillips, cher ami avec qui je partage la passion de l'Histoire, quel talent pour plonger le lecteur dans cette atmosphère où le Père Abbé de l'abbaye de Sainte-Marie et Saint-Pierre raconte au jeune novice Guillaume ce qu'il advint en l'année 1443 à une foire de Guibray le quinzième d'Augustus. Moi qui ne connaissais des ordres monastiques que les abbayes bénédictines pour leur apport à la viticulture et les chansons paillardes des moines de Saint-Bernardin, le professeur d'Histoire que tu as été nous en met plein la vue avec Laudes, Prime, Tierce, Sexte, Nones, Complies et Vêpres... Tu as fait un sacré travail de recherches, à la fois pour décrire des faits de l'époque, citer des personnages contemporains et leur langage. Chapeau, Maître Boris ! Tout cela parce que tu as répondu à un concours de nouvelles organisé par notre amie de Carrouges @Mary Cousin, l'auteure/historienne du lieu. Tout cela mérite ripailles en notre lieu bien nommé le 7ème Sens à Vendôme. C'est une réussite. Amitiés.
Publié le 04 Décembre 2017

Merci @Michel CANAL d'avoir mis cette "fiction historique" dans ta bibliothèque.
En espérant qu'elle saura te plaire ( ? - ! ).
Amicalement.
Philippe.

Publié le 04 Décembre 2017

@Aubert EUDE.
Merci de vos étoiles tant quant au fond qu'à la forme de cette "fiction historique".
Dans ce type de récit, il me semble important de mêler des personnages ayant eu une existence réelle à d'autres purement fictifs.
De même, les "tics de langage" et les sensibilités du temps considéré doivent être respectés.
Ce qui oblige - en amont - à un véritable "travail de bénédictin"... Mon "mauvais" esprit ne pouvait pas passer à côté de cette approximation !
Je compte bien réitérer dans cette veine le plus souvent possible.
Cordialement.
Philippe.

Publié le 11 Juin 2017
5
@Boris Phillips Un franc et enthousiaste bravo pour ce texte ! Cinq étoiles bien évidemment ! Votre écriture maîtrisée permet au lecteur de faire un beau voyage temporel et lexical. Je trouve toujours intéressant de se coltiner à la vraisemblance historique, d'inventer aussi une écriture qui s'adapte au sujet de manière à ce qu'elle semble évidente. Robert Merle avait brillamment réussi dans sa série "Fortune de France". Continuez aussi dans cette veine à nous pondre des beaux récits! Aubert
Publié le 11 Juin 2017

@ Gene. McBreth.
Merci de vos étoiles.
Je ne sais pas si Umberto Ecco aurait apprécié... Le clin d’œil (respectueux) m'a amusé !
A bientôt dans la même veine, ou dans d'autres...
Cordialement.
Boris.
P.S. Évitez "monsieur", s'il vous plait, cela me rappelle l'époque où j'étais prof...

Publié le 24 Novembre 2016

©Boris Phillips
Cher Boris, je me permets de vous répondre sur ce retour de commentaire en répondant à vos interrogations. Pour ma part, je ne pense pas qu'il faut se cantonner à un style ou à un genre. Je pense au contraire, et je parle pour moi, car je n'ai pas la moindres prétentions quant à un statut quelconque d'auteur, que nous avons la chance d'avoir un don extraordinaire. Un don capable de nous emmener dans bien des mondes différents, des environnements multiples. Il serait très franchement dommage de ne vouloir se cantonner qu'à un lectorat parce qu'un genre les a séduit en pensant qu'une exploration différente ou loin de celle ayant rassemblé ce même lectorat, les fera partir. Je pense qu'au contraire, il faut savoir prendre des "risques" (on ne risque pas grand-chose) et savoir se renouveler et surprendre. Il serait dommage de singer le même schéma des actrices et acteurs fichés dans un genre et ne pouvant plus s'en défaire. Nous avons, nous auteurs, l'immense privilège au contraire, de pouvoir explorer maintes facettes de nos talents. Et tant pis si l'on se trompe. C'est en forgeons que l'on devient.... Aussi je le répète, votre nouvelle est audacieuse et en ça, elle se veut déjà intéressante. Du moins pour moi. Continuez donc d'explorer dans la plus parfaite insouciance et sans frontière, pour notre plus grand plaisir. Très Cordialement, didier

Publié le 20 Novembre 2016

@didierleuenberger.
Merci de vos étoiles qui me réconfortent et me confortent.
Il semblerait que vos réticences aient été partagées... Ce qui m'amène à me poser quelques questions : un auteur doit-il se cantonner aux "style" et "genre" qui ont fait son "lectorat" ? Ne peut-il pas "ouvrir d'autres voies" dans son écriture ?
Ma réponse à ces interrogations est précise... Ne vous inquiétez pas quant à mes inspirations à venir !
Cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 20 Novembre 2016
5
Sans être un fervent disciple d'une quelconque religion, j'avoue être fasciné par les lieux de culte, je trouve qu'il s'y dégage un je ne sais quoi de mystique et d'envoûtant. J'étais un peu réticent à lire ce genre de texte, j'avais peur que ne soit trop religieux mais j'avoue m'être laissé prendre par l'atmosphère qui se dégage de cette nouvelle. En tous les cas, merci pour ce partage et le plein d'inspiration pour la suite...Bien à vous, didier
Publié le 20 Novembre 2016

@Karine Pasina.
Merci de ces étoiles qui, en mon ciel monacal, me confortent dans la voie de la "fiction historique".
Sans en faire mon "ordinaire", une autre historiette de ce cru va bientôt suivre...
En attendant, je lève mon verre à votre santé. Même si ce n'est pas un "Volnay", je suis loin de "faire la grimace" en le dégustant.
Comme vous le dîtes: "Bien à vous".
Philippe.

Publié le 17 Novembre 2016
5
@Boris Phillips Superbe immersion chez les franciscains, tantôt au début du 16ème siècle tantôt en 1443 et cette jolie balade en 9 pages seulement! Bravo. Avec vos mots je suis restée tout prêt de Guillaume, j'ai même gouté avec lui le nectar qu'il s'était versé dans la coupelle...mais moi je n'ai pas grimacé en buvant!! Une question, Guillaume croit-il a la tuberculose? Ou déjà... il pense à un crime? A très bientôt pour une prochaine lecture Boris. Bien à vous. Karine.
Publié le 17 Novembre 2016

@Karine Pasina.
Merci d'avoir "classé" cette nouvelle dans votre bibliothèque.
J'ai déjà signalé le changement de genre et de style, inutile de m'étendre plus.
Votre avis me sera important.
Je vous remercie d'avance. Afin "d'avancer", toute critique fondée me semble constructive.
Fort cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 17 Novembre 2016

@ lamish.
Merci pour vos étoiles Michèle, "amen".
Oui, c'est surprenant et déroutant. J'en avais, réellement, assez des "histoires de mecs qui picolent" (dixit ma correctrice).
Ça me "collait trop à la peau", en tant qu'auteur, et j'ai voulu montrer (à moi-même aussi, sans doute) que je pouvais faire autre chose. Je compte réitérer, mais ça je l'ai déjà dit...
Je peux vous assurer que trouver le texte de la messe d'Assomption en latin n'a pas été facile; cela faisait partie du jeu. De même pour les personnages "historiques".
Amicalement.
Philippe.

Publié le 16 Novembre 2016
5
Bien sûr, Boris, toujours autant de plaisir à vous lire, même dans un répertoire différent. Une pieuse ambiance à laquelle je suis généralement réfractaire mais qui ne m'a pas rebutée...Peut-être l'effet des flacons aux cols cirés de couleurs variées ? Grand merci pour ce partage. Bien à vous. Michèle
Publié le 16 Novembre 2016

@ Mokeddem XI.
Je ne cherchais pas à vous "donner une leçon" (j'ai été prof pendant plus de vingt ans et cela m'a suffi).
Je voulais, simplement préciser les quelques "contraintes" inhérentes à ce genre de récit.
En vous souhaitant une "relecture" agréable.
Fort cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 10 Novembre 2016

@Mokeddem XI.
Dans un récit de type "fiction historique", les "parenthèses" sont obligatoires afin de créer, ce que je nomme, la cohérence temporelle: il n'est pas possible de travailler ce genre de sujet sans mêler à "l’invention" des personnages réels; sans faire de constants allers-retours entre le "passé" et le "présent", cela nécessite un immense travail de recherches.
Pour ce concours, il y avait des mots "imposés", dont "Carrouges". De plus, il était organisé par cette ville.
Comme je l'ai indiqué, je compte continuer dans cette veine. L'action ne se déroule pas au même endroit, il y a aussi de nombreuses "parenthèses" historiques.
Pour le "Paroissien", la référence littéraire à Umberto Eco m'a semblé obligatoire et intellectuellement "amusante".
Je vais vous lire avec un œil, totalement vierge: je ne connais rien à l'Algérie.
Mes réactions sont, parfois, vives... Je préfère donner des explications "a postériori".
Fort cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 09 Novembre 2016

@ Mokeddem XI.
Si vous pensez être meilleur "technicien" que moi, réécrivez ce texte et faites-en quelque chose de plus lisible Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues!
Il semble que les membres du comité de lecture de ce concours n'aient pas été de votre avis. Sans doute, ne sont-ils pas éclairés par votre inspiration...
Vos migrants seront accueillis à "bras ouverts", je les bénis d'avance.
Cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 09 Novembre 2016

@ FANNY DUMOND.
Et maintenant, il y a une couverture ainsi que lien BNF.
Le premier tirage est épuisé, mais Mary Cousin m'a dit qu'il y en aurait un second à l'occasion de la sortie du nouveau recueil le 17 décembre.
Amicalement.
Philippe.
P.S.J'ai répondu à votre demande quant au tableau sur Facebook.

Publié le 07 Novembre 2016

@ FANNY DUMOND.
Merci de vos étoiles Fanny, fidèle lectrice et amie.
Je ne sais rien de l'accueil qui sera fait, par d'autres, à ce "paroissien"... Je continue dans cette veine; c'est un secret!
Mary semble ravie.
Amicalement.
Philippe.

Publié le 06 Novembre 2016
5
J'aime beaucoup ces ambiances de cloîtres. Oui, j'ai pris autant de plaisir à vous lire que vous en avez eu à composer cette nouvelle. Félicitations à vous pour cette publication papier tant méritée. Marie doit être enchantée de voir que l'un de nous ait relevé le défi haut la main. Amicalement. Fanny
Publié le 05 Novembre 2016