LES CROCS

14 pages de Didier Leuenberger
LES CROCS Didier Leuenberger
Synopsis

Et si le plus envoûtant des vampires s'invitait dans votre lit et vous rendait meilleur, plus audacieux, plus confiant...

Ses bras immenses, ses silences, sa façon de déposer mes fesses entre ses mains comme dans un nid douillet, son regard sombre et son souffle empli de force, il m’émeut, dès que je le sens arriver dans son nuage électrique.
L’attente de pouvoir enfin toucher son corps si beau me met au supplice. Il est une drogue que j’attends comme un junky aux abois, mais ne croyez pas que je dépende de lui parce qu’il boit mon sang. Ceci n’est que pur folklore. Je dépends de lui parce qu’il attise les braises d’un désir que je croyais enfouit à jamais.

2743 lectures depuis la publication le 23 Novembre 2016

Les statistiques du livre

  195 Classement
  175 Lectures
  -10 Progression
  5 / 5 Notation
  11 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

©Boris Phillips
Merci pour ce commentaire fort sympathique Philippe, effectivement, nous sommes bien loin des clichés du vampire de Bram Stocker (très bon livre que j'ai apprécié pour ma part) et de son folklore... J'essaie de manier les genres aussi différents les uns des autres, car pour moi, l'écriture reste un champ d'exploration et un moyen d'accoster sur des rivages inconnus. C'est merveilleux de s'adonner à une passion sans se limiter à des carcans.... J'ai une histoire pour enfants ou plutôt ados, mis j'hésite à la mettre en ligne même si elle a déjà fait des heureux lecteurs par chez moi...Toujours un plaisir de vous lire. Bien à vous. Amitiés. Didier

Publié le 07 Décembre 2016
5
@Didier Leuenberger. Fascinant votre vampire ! Nous sommes bien loin de Bram Stocker et de la grandiloquence hallucinée de Bela Lugosi ; c'est tant mieux ! Décidément, vous savez manier tous les genres avec maestria, une preuve de plus : épouvante et érotisme. Ah, vous aussi "Mokeddem"... Je crois que Zultabix a raison : il doit être très malheureux. Amicalement. Philippe.
Publié le 07 Décembre 2016

©FANNY DUMOND
Merci beaucoup pour ce commentaire, Fanny. Je suis ravi que ma sensibilité vous touche et pour ce qui est des fautes, même en donnant nos textes à des professionnels, il y en aura encore, alors.... Quant au bonheur, je vous remercie et vous rassure ici en vous avouant humblement que je l'ai trouvé il y a déjà de cela quelques belles années. Mais vous ne vous êtes pas trompée et vous lisez bien entre les lignes, car le chemin m'y ayant amené n'a pas été simple et jonché d’embuches il est vrai. Mais ce n'est simple pour personne. Et c'est très juste, l'écriture est un bon exutoire, et un excellent moyen de se libérer de ses démons ou du moins, de les distancer. Si j'aime autant disséquer les sentiments et tenter de décrire les émotions des uns et des autres, c'est effectivement que j'ai une bonne connaissance des êtres humains pour les aimer, m'y arrêter et les écouter. Et je n'ai aucun doute en ce qui vous concerne, sur cette capacité à aller vers l'autre et l'intérêt que vous pouvez porter aux autres. En vous remerciant sincèrement. Amitiés. Didier

Publié le 27 Novembre 2016
5
@Didier Leuenberger, la lecture de vos différents textes confirme bien l'idée que je me faisais depuis le début de votre sensibilité à fleur de peau. Moi, les fautes ne m'en contrefiche ! Ce qui compte c'est le fond et Moi qui sais lire en les lignes, je comprends vos tourments que, heureusement, vous arrivez à exprimer et surtout à exorciser à travers votre écriture très poétique. Je vous souhaite de tout mon cœur, Didier, de bientôt trouver un bonheur légitime. Fort amicalement. Fanny
Publié le 26 Novembre 2016

©Zultabix
Merci pour tes mots et ton soutien, ça fait toujours plaisir, de voir qu'il y a des lecteurs qui apprécient notre travail, aussi plein d'imperfections soit-il. Mais qu'est-ce qu'on s'emmerderait si c'était parfait. Bon, ceci dit, et même si je ne réponds jamais à des commentaires si vides et absolument pas constructifs, je ne peux que déplorer ce pauvre Mokeddem je ne sais plus combientième....(ça en dit long, il y a eu les Ramsès, il y a les M. ) sur son égo, et le peu de considération à l'égard des auteurs qu'il méprise et le mot est faible, sans même savoir qui ils sont. C'est une attitude qui m'a toujours sidéré de la part des gens, mais qui démontre une pathologie obsessionnelle, et je m'arrêterai pour le cours de psychologie, à détruire plutôt qu'à construire. Je suis d'accord avec toi lorsque tu dis qu'il doit être malheureux, ça se ressent, par contre, je ne le vois pas forcément dans les club sado-maso, mais plutôt derrière des buissons dans la pénombre à s’encanailler à visage couvert cela va s'en dire... Sur ce, mon cher Zultabix, je te souhaite une excellente journée et me réjouis de te lire à nouveau, et d'apprécier ta réflexivité qui me semble pétrie d'intelligence. Un don que dis-je, un art, semblant de plus en plus faire défaut en ces temps un peu plus sombre de mBS qu'au début de sa création et des gens passionnés qui échangeaient. Et vive les "tâtonneurs" ! Je sais ça ne se dit pas ! Bien à toi !

Publié le 24 Novembre 2016
5
Mokeddem, (que je ne peux m'empêcher d'apprécier au demeurant pour sa franchise de canaille désinhibée), est, me semble t-il, beaucoup plus malheureux que méchant. Il faut avoir sacrément roulé plus d'une pelle à la détresse pour devenir aussi impitoyable et lapidaire. Mokeddem fouette à vue, avec son martinet d'enfant, comme il dut être fouetté jadis. Mokeddem n'a pas misé un kopeck sur la résilience. Il a préféré rester cette vague énigme d'Essence Supérieure qui distribue dès l'aube les bons points dès lors que sa couille gauche de demi-dieu ne s'entortille pas avec sa couille droite. Ou sinon, gare à nos miches ! En fait, je verrais bien Mokeddem s'inscrire dans un club sado-masochiste et percer in vivo du téton à la chaîne, regarder droit dans les yeux, à hauteur d'homme, la souffrance qu'il inflige parfois, souvent complaisamment, et non plus camouflé derrière son pathétique écran. Bref, tout cela pour te dire que moi je ne me suis pas entortillé la couille droite avec la gauche ce bon matin, et que j'ai beaucoup aimé ta nouvelle. De texte en texte, tu traces ton sillon avec sincérité, abnégation, en tâchant à chaque fois de suer sang et eau, de donner ton meilleur. Tes textes comme les miens sont encore loin d'être parfaits, mais nous traçons notre sillon, nous tâtonnons, nous cherchons encore l'air le plus pur au fond de nos poumons. Contrairement à Mokeddem qui s'emmerde infiniment dans les vapeurs de son cumulonimbus parce qu'il a déjà tout trouvé. Bien à toi !
Publié le 24 Novembre 2016