Mezza voce

5 pages de Pierrick Blin-Paulin
Mezza voce Pierrick Blin-Paulin
Synopsis

Dès la première seconde, nous avons su. L'évidence a ceci de doux et de solide qu'elle n'implique nulle peur, nul égarement. Tout est déjà limpide, avant même que tout ne commence vraiment. Oui, déjà. Reste à ne pas commettre l'erreur vulgaire et fatale : tenter d'exhumer cette vie secrète, enfouie au plus fermé de l'autre. Cette vie d'avant. Non, tout doit être neuf, comme une page blanche offerte à la ferveur du don.

619 lectures depuis la publication le 20 Janvier 2017

Les statistiques du livre

  259 Classement
  112 Lectures
  -52 Progression
  4.6 / 5 Notation
  6 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

19 commentaires , 14 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Lydie Lauret

Bonjour Lydie,
Merci pour votre commentaire qui va à l'essentiel : "l'amour dans toute sa pureté". Oui, écrire sur une réalité transcendée par la noblesse et la beauté des sentiments est, pour un auteur, un doux et captivant voyage. Il y a longtemps que je voulais écrire cette courte nouvelle, un peu lassé de voir une "culture littéraire" embourbée dans la noirceur, le glauque et le néant (regardez le dernier prix Goncourt "Chanson douce"" qui est pour moi un bien mauvais livre). Certes, "Mezza Voce" est une histoire triste, mais c'est d'abord et surtout un hommage à l'élégance, la délicatesse, le respect, la retenue, le frôlement, puis l'effleurement, et enfin, un hommage à la beauté des corps et des âmes qui se rejoignent. Merci d'y avoir été sensible. Amitiés

P.S: j'aime beaucoup votre biographie et infiniment le scrabble.

Publié le 01 Avril 2017

@Pierrick Blin-Paulin
Bonjour
L'amour dans toute sa pureté, un vrai bonheur même si l'ambiance de cette nouvelle est triste et que l'on sait bien que la fin sera tragique. Merci pour ce bon moment de lecture.

Publié le 30 Mars 2017

@Maryse Wolfgang

Merci pour votre commentaire tout en finesse et élégance, qui, bien sûr, me touche. A travers cette courte nouvelle, j'ai voulu retrouver la délicatesse amoureuse, celle là même qui fait, me semble t-il, la force et la beauté de l'amour. Ce texte à cette volonté surannée de montrer le frôlement, puis l'effleurement, et enfin la communion fervente des corps et des âmes. Merci d'y avoir été sensible. Bien à vous. Pierrick Blin-Paulin

Publié le 27 Mars 2017
5
Dans cette nouvelle, on croit aux paroles et on aime la mélodie du style. L’Amour dans toute sa puissance de suggestion. Encore fallait-il savoir l’écrire avec autant de raffinement. Merci.
Publié le 25 Mars 2017

@regine FOURNON-GOHIER

C'est moi qui vous remercie d'avoir fait une pause dans votre vie pour me lire. Je suis ému que vous l'ayez été. En effet, si écrire, ce n'est pas frapper à la porte du coeur de celui qui vous lit, alors à quoi bon ? Pour ma part, je ne conçois pas l'écriture sans le tremblement, le mot qui débusque l'indicible. Ecrire, c'est se souvenir, chaque jour, que nous devons n'avoir qu'un seul but: AIMER, AIMER, AIMER.
Amitiés

Publié le 12 Mars 2017
5
Je suis très émue,vous décrivez vraiment ce qu'est l'amour et c'est rare. un texte plein de beauté, plein d"émotion où chaque mot, chaque phrase est un chant de tendresse,un hommage à cette femme et à cette relation trop courte mais sublimée et merveilleuse; merci à vous
Publié le 10 Mars 2017

@Dany b

Lire que l'on a touché quelqu'un est toujours un instant magique. Une vraie récompense. Merci d'être entrée dans cet amour sublimé; Bien à vous

Publié le 05 Mars 2017
5
Pendant quelques minutes, j'ai été happée par cette histoire, votre plume et l'émotion qu'elle dégage. Je ne suis pas friande de ces histoires courtes, car j'ai l'impression de les survoler et de ne pas avoir le temps de ressentir une émotion. Vous venez de me prouver le contraire. Que dire d'autre ? 5 étoiles et puis voilà... :)
Publié le 04 Mars 2017

@chathymi

Du fond du coeur, merci

Publié le 01 Mars 2017

@pierrick Blin-Paulin
C'est doux. Et ça tue.
Belle écriture tendre.

Publié le 01 Mars 2017
1
Par Principes.
Publié le 12 Février 2017

@Grace Mukoko

Oui, cette histoire est triste. Mais j'ai surtout essayé de la rendre lumineuse. Merci de votre soutien et de m'avoir consacré un peu de votre temps. Bien à vous.

Publié le 08 Février 2017

@Michel CANAL
Merci pour votre commentaire tout en finesse. Oui, nous voilà devant une histoire d'amour sublimée. Depuis longtemps déjà ( surtout après avoir publié, comme "nègre", trois thrillers très hard coup sur coup) j'avais l'envie et le besoin de retrouver une écriture douce, délicate. Mezza-voce a été un vrai bonheur de création.
Egon Schiele ? En "accrochant" dans ce texte deux tableaux de ce peintre sublime, je n'ai pas du tout fait le lien entre ces toiles et la maladie. Non, car Schiele est, d'abord, un élève de Gustav Klimt, ce magnifique peintre expressionniste et à ce titre, il a peint de nombreuses toiles très douces, romantiques, bien loin des corps décharnés des personnages torturés qui ont fait sa notoriété. Ce peintre de génie, d'une grande complexité, savait donner à la Beauté plusieurs formes et visages, même les plus dévastés. J'ai eu l'immense bonheur de voir une exposition de cinquante de ses tableaux . La légèreté y côtoyait la douleur avec une force fascinante et je dirais même que la douceur l'emportait sur la violence. Merci, en tout cas, de votre regard. Il est très intéressant. Bien à vous.

Publié le 07 Février 2017
4
Je l'ai trouvé émouvant et très triste quand même. Mais j'ai vraiment aimé.
Publié le 07 Février 2017
5
@Pierrick Blin-Paulin, je retiendrai essentiellement qu'il s'agit d'une belle histoire d'amour sublimée, toute en retenue et délicatesse (à l'image du titre), égrenée par une écriture douce et sensible. Une phrase (parmi tant d'autres) la résume : "Oui, dès la première seconde, nous avons su que nous allions vivre le lumineux, le rare, ces instants de grâce où l'on s'explore avec lenteur, sans parler, ou si peu. " Un seul détail (de mon point de vue, mais c'est purement subjectif) n'est pas en harmonie avec la beauté, la légèreté, et la luminosité dans lesquelles baigne cet amour : les deux toiles de Egon Schiele. Elles s'accordent avec le cancer, mais pas avec les sentiments. Belle plume, comme je les apprécie. MC
Publié le 07 Février 2017

@Catarina Viti
Ah, vous me rassurez pour « Egon Schiele et Van Gogh ». Le roman reviendra sur ces deux peintres et en particulier sur le premier qui me bouleverse et me fascine depuis 40 ans !
Merci pour votre éclairage sur la belle Anouk et votre amorce de confidence sur votre histoire personnelle qui a pu vous faire songer (un peu) à Mezza-voce. Lorsque j'ai écrit ce texte, j'ai souvent pensé à « Morte a Venezia » et« Gruppo di famiglia in un interno » de Visconti (peut-être, entre autres, pour la recherche esthétique). Merci aussi pour votre info sur Viti.
Concernant votre question sur le métier de nègre, je vous ferai part (demain) de ma petite expérience mais sur votre page « contact » Facebook.
Bien à vous

Publié le 04 Février 2017

@Catarina viti
C'est un grand plaisir de recevoir votre commentaire, Anouk-Catarina-Fellini-Viti (je n'avais pas du tout reconnu la comédienne d' « Un homme et une femme »). Merci beaucoup. Cette courte nouvelle va devenir un roman mais, pour l'heure (contrat de ghostwriter oblige), je dois remettre deux manuscrits pour la fin mars et la fin septembre.
Croyez-vous vraiment que  «  deux véritables et sublimes Egon Schiele accrochés aux murs de l'appartement d'une dame, quand soi-même on occupe une chambre Van Gogh soit incompatible ? »
Ah, j'allais oublier : votre pseudo fait-il aussi allusion à cette magnifique et trop oubliée actrice italienne Monica Vitti (certes il y a ici deux «t »  ?).
Bien à vous.

Publié le 04 Février 2017

@huleuyac

Merci à vous. L'écriture de ce texte a été un bonheur auquel je ne m'attendais pas nécessairement. Comme quoi...
Bien à vous

Publié le 30 Janvier 2017
5
@Pierrick Blin-Paulin Merci pour ce texte intime et délicat, de ceux qui défendent les subtilités de la vie, l'aventure des circonstances, l'inexplicable. Le tout simplement et avec dextérité.
Publié le 29 Janvier 2017

@Ratiba Nasri

Merci infiniment de votre regard sur "Mezza voce". La douceur est aujourd'hui un sentiment souvent absent chez les auteurs. J'ai donc cherché, à travers ce texte, à la "réhabiliter". C'est un bonheur immense d'essayer d'écrire l'amour avec délicatesse, retenue et ce silence qui vaut souvent bien des mots. Ce n'est pas très à la mode, j'en conviens, mais qu'importe. Bien à vous et encore merci.

Publié le 29 Janvier 2017

@Gaby Chantrie

Merci. Je reçois votre commentaire comme une récompense.J'apprécie particulièrement le terme "une poésie très musicale". Oui, c'est précisément sur ce point que j'ai travaillé. Quand à la tristesse et la mélancolie, elles sont, bien sûr, liées au sujet mais j'ai surtout voulu écrire un amour fou, très haut, qui n'existe pas dans la vraie vie. Un amour sublimé. Nous sommes donc là dans une approche très romantique des sentiments. Et c'est justement parce que cette histoire ou cet amour ne peuvent pas exister que l'écriture a été passionnante. Merci. Bien à vous

Publié le 29 Janvier 2017
5
Vous avez écrit une jolie et triste poésie. Très musicale. Très mélancolique.
Publié le 29 Janvier 2017
5
Pierrick Blin-Paulin Merci pour cette magnifique histoire d'amour. Votre plume est douce et superbe. La fin est triste mais logique. Amitiés. Ratiba
Publié le 29 Janvier 2017

@Romain Lebastard

Venant de la part de l'auteur de "Arch", votre commentaire est une très belle récompense. Merci beaucoup. Pour répondre à votre question sur les écrits à venir, j'ai un contrat pour écrire deux romans en tant que "nègre". Ces deux livres doivent être écrits pour le mois de septembre 2017. Ensuite, j'ai un projet de roman mais cette fois, sous mon propre nom, en 2018. Voilà, vous savez tout. De mon côté, après la révélation de "Arch", j'attends votre prochain livre avec enthousiasme. Bien à vous

Publié le 25 Janvier 2017
5
J'avais vu sur votre profil que vous étiez "lecteur" et finalement, vous voilà auteur. Et quel auteur ! C'est tout simplement poignant, magnifique et sobre à la fois. Cette phrase en particulier, que j'aurais aimé trouver : "[...] vous m'avez dit cette phrase brève et magique, répétée ensuite cinq jours par semaine : " A demain."" Il y une musicalité mélancolique dans vos phrases qui fait qu'on ne vous lit pas sans en garder une trace. Avez-vous d'autres écrits à venir ?
Publié le 24 Janvier 2017

@lamish

Votre commentaire, comme vous pouvez l'imaginer, me va droit au cœur.
« Nous savons bien que les histoires d'amour finissent mal, en général... mais la vôtre bat les records, quand même ». Il y avait, en effet, plusieurs fins possibles mais j'ai voulu rester dans une logique : celle du manque absolu. Quoi qu'il en soit, un grand merci d'avoir été sensible à ce texte. Bien à vous. Pierrick

Publié le 22 Janvier 2017

@Nicole Monney

Merci chaleureusement pour votre commentaire. Il est des amours sublimés qui n'existent que dans les livres. Heureusement. Ou pas. Merci à vous d'avoir eu ce regard sur une écriture que j'ai, en effet, voulu ciseler ( si j'y suis modestement un peu parvenu, alors, j'en suis ravi). Après avoir (en tant que "nègre", dieu que ce mot est laid) écrit 3 thrillers très violents, cela m'a fait un bien fou de retrouver une écriture douce (même si cette histoire est triste). A bientôt. Bien à vous.

Publié le 21 Janvier 2017
5
Et bien, Pierrick, cela valait le coup de faire durer le suspense ;) Belle nouvelle, quasi intemporelle. Délicatesse poussée jusqu'au vouvoiement, douceur intense d'un amour rare, irréel, fin triste et indéfectible... Comment pourrait-il en être autrement ? Nous savons bien que les histoires d'amour finissent mal, en général... mais la vôtre bat les records, quand même ;) ! Merci pour ce premier partage et au plaisir de lire votre fine plume. Amicalement vôtre. Michèle
Publié le 21 Janvier 2017
5
Triste et pourtant si belle ... chaque mot est déposé avec la même douceur, la même pureté que cet amour sublime. Merci pour ce beau moment de lecture.
Publié le 21 Janvier 2017

@Julien Rigottier Gois
Merci, Julien. L'un de mes prochains livres se déroulera en Polynésie. Je penserai à vous. Amicalement

Publié le 21 Janvier 2017

@Alexis A. Très touché par ton commentaire. Oui, l'amour sublimé et son enfermement est un sujet que je voulais approcher depuis un certain temps. Peut-être que cette nouvelle deviendra,qui sait, un roman. Bien à toi

Publié le 21 Janvier 2017
5
Sensible, touchant, poétique... Incontestablement. Triste, déchirant, terrifiant, aussi... Une histoire qui nous conte un amour dans ce qu'il offre de plus beau, de plus noble, de plus pur, mais également dans ce qu'il recèle de plus fragile et de plus douloureux... Cette histoire m'a peiné autant qu'elle m'a ému et fait sourire. Un seul mot : merci.
Publié le 21 Janvier 2017
5
Une très belle histoire, j'ai fait le plein d'émotion pour le week-end. Merci.
Publié le 20 Janvier 2017