des photos

252 pages de Jean-François Dion
des photos Jean-François Dion
Synopsis

Une femme rencontrée dans un paysage, un site pour rencontrer des femmes. Une histoire d'amour, des histoires d'amour. Je les raconte avec des mots et des photos. Des photos d'amour, des photos de toi, des photos de famille, des photos souvenirs, des photos pornos, des photos retouchées, truquées, déchirées, recollées. Je les regarde avec mes yeux, que ferais-je sans yeux ! Elle est si belle, la vue ; même si j'ai la vie qui baisse.
De quelque façon qu'on s'y prenne pour contempler nos amours, nos émois et nos désirs passent par le filtre de nos sens, dont la vue est le tyran exquis.

774 lectures depuis la publication le 05 Avril 2017

Les statistiques du livre

  99 Classement
  248 Lectures
  -16 Progression
  4.5 / 5 Notation
  6 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

10 commentaires , 6 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@lamish Bonjour Michèle. Pardonnez-moi d'avoir un peu tardé à répondre à votre si sympathique commentaire, mais je fus tout le week-end parmi les auteurs invités du Salon du Livre de Villeneuve-sur-Lot, et je rentrai les trois soirs abruti de foule et de bruit.
C'est un véritable bonheur en effet de recevoir votre texte. M'enchantent votre disponibilité à vous laisser mener, confiante, au gré de mes petites manies de style, qui pourtant déroutent certains lecteurs ; autant que votre connivence à partager avec moi douleurs et délices de trouver homme et femme, nus, aussi irrémédiablement similaires (quant à la photo de la gymnaste, vous avez dû dénicher la supercherie !) « Ce fut un immense plaisir de vous lire, Michèle, vraiment. Je vous en remercie infiniment ». Jean-François

Publié le 22 Mai 2017
5
@Jean-François Dion, J’ai passé quatre soirées en votre compagnie, sur fond de confidences qui m’ont vite donné l’impression de lire un ami, tant votre sincérité est désarmante. L’entrée en matière concernant la gymnaste m’a un peu surprise car, ayant pratiqué danse et agrès, je sais que l’on ne prend pas de risque au niveau de cette petite bande de tissu qui suscite tant de curiosité, selon les postures ;). Ensuite, votre style anticonformiste m’a progressivement charmée. Le parachutage aléatoire de verbes à l’infinitif, l’absence de virgules entre qualificatifs m’ont, dans un premier temps, déroutée. Puis, graduellement, j’ai réalisé qu’ils obligent votre lecteur à une pose, une concentration, un travail de compréhension à un moment du récit primordial, particulièrement chargé en émotions. En tous cas, c’est la première fois que je lis un propos masculin aussi nature, fouillé, réfléchi, osé parfois. Je retiens que, dans le fond, hommes et femmes diffèrent si peu lorsqu’ils se mettent à nu. Je retiens également que, malgré les souvenirs et les remords qui eux sont immuables, l’esprit et le cœur restent en mouvement. Par l’écriture, confier les premiers aide à libérer les seconds, à les sortir d’une reposante torpeur dont certains ne peuvent se satisfaire. Ce fut un immense plaisir de vous lire, Jean-françois, vraiment. Je vous en remercie infiniment. Michèle
Publié le 20 Mai 2017

@Jean-François Dion
Jean-François, c'est très aimable à vous de vouloir lire un de mes ouvrages, même si je devine que le thème de mes livres attire essentiellement des lectrices. Je serai ravie que vous en lisiez un, mais ne vous en voudrai pas du tout si vous passez votre tour :-)
Jetez donc un oeil sur "Un jour nouveau se lève sur les grandes plaines" qui n'est qu'un extrait, mais dans lequel j'espère avoir tiré les enseignements de mon premier essai (Constance Deschanel, en 4 tomes).

PS: je continue à avancer dans votre livre...

Publié le 30 Avril 2017

@BOUSICAUX JACQUES
Bonjour Jacques.
Je reconnais volontiers que mon "style" peut paraître parfois déroutant : infinitifs qui s'enchaînent sans préposition, adjectifs et adverbes souvent pléthoriques, et autres libertés... Certains lecteurs apprécient, d'autres pas vraiment ; mais cela m'étonne un peu que vous le trouviez "collégien".
Bien à vous
JFD

Publié le 30 Avril 2017

@Anne Loréal
Vous qui écrivez, chère Anne, vous savez à quel point il est délicieux, et utile parce que si encourageant, de recevoir un message comme le vôtre. Grand merci donc de vos avis et commentaires qui me touchent beaucoup.
Et qui me donnent évidemment très envie de découvrir vos pages ; vous disposez d'un plus grand nombre de titres en catalogue que moi, par lequel de vos ouvrages me conseillez-vous de commencer ?
Bonne fin de journée, et bon muguet !
JFD

Publié le 30 Avril 2017
2
L'histoire est intéressante, et donne envie de lire... Mais je suis 'un peu' surpris par la note générale et le classement de l'ouvrage !... N'aurait-il pas été judicieux de faire corriger la syntaxe, la grammaire de ce style trop collégien ?... A mon goût.
Publié le 30 Avril 2017
5
@Jean-François Dion Tout simplement sublime... Je ne suis pas partie très loin: vingt pages seulement. Cependant, il est déjà temps de vous faire mon premier commentaire avant d'aller plus loin. L'élégance du synopsis a éveillé ma curiosité tout d'abord, même si le thème ne m'avait pas forcément accrochée. Ensuite, il m'a fallu passer le choc des premières pages, même si, en soi, il ne s'agit de rien d'autre que de la naissance du monde comme l'a baptisée Gustave Courbet. Lorsqu'il s'agit d'un tableau, on peut détourner le regard par pudeur, alors que là, si on veut connaitre la suite, c'est difficile de faire l'impasse. Ensuite, le charme agit et capture le lecteur: une écriture ronde, en profondeur, imagée, pleine d'humour et d'auto-dérision. Page après page, on en veut plus. Un grand bravo! Anne.
Publié le 30 Avril 2017

"Des photos" est le "Livre le +" du 28 avril. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : http://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/7489-e-book-a.... Bonne lecture ! Et n'oubliez pas : laissez un commentaire à l'auteur qui vous en sera reconnaissant.

Publié le 28 Avril 2017

@Chris Martelli
Grand merci, chère Chris (tine? tiane ?) de vos gentils compliments. Je regrette évidemment que ma fin vous ait laissée sur la vôtre ; mais j'avoue que je préfère terminer mes histoires de façon "ouverte", c'est à dire en vérité ne pas les terminer tout à fait... des fois qu'après quelque léthargie en étagère leur vienne à l'idée de recommencer cheminer... Certes, le procédé s'avère moins souple dans le genre policier : trop difficile de ramener la victime à la vie.
Est-ce vous à vélo sur la photo ?

Publié le 27 Avril 2017
5
Si ce n’est pas forcément un roman de filles, ce n’est pas tout à fait le contraire non plus. Vous parlez des femmes comme un homme qui les aime. Et qui les comprend déjà beaucoup (sans doute le mérite de l’âge) ! Votre œil d’observateur attentif et jamais rassasié donne de l’audace à toutes ces photos et vous permet des réflexions vraiment bien vues. Il y a plein de talents dans votre roman et une grande qualité… on ne peut pas résister à tourner les pages. Et un grand défaut… on est frustrée à la fin queue de poisson (mine de rien)
Publié le 26 Avril 2017

@Blanche Tayat
Bonjour Blanche.
Je suis évidemment ravi que mes femmes en "photos" vous parlent et vous emportent.
Je suis surtout très enchanté qu'une personne inconnue, vous, me parle. Que vous ayez éprouvé le besoin de me faire savoir que vous appréciez mes pages et vous trouvez bien en compagnie de mes Hectorine et Jeanne. Que vous vous glissiez partager, peut-être avec les vôtres, les élans les émois de mon narrateur.
Je suis aussi très touché que vous ayez noté les fantaisies de mon écriture ; il m'est tout à fait spontané d'écrire ainsi ; certains de mes lecteurs en sont parfois un peu déroutés ; il me fait bien sûr extrêmement plaisir que d'autres y trouvent du charme et s'y attachent.
Grand merci, Blanche, de vos lignes si attentives.
JFDion

Publié le 26 Avril 2017
5
Cher Jean François, vous avez raison de croire que les lectrices apprécient aussi. Jusqu'à Hectorine (je n'en suis que là mais ne peux m'empêcher de vous donner déjà mon sentiment), j'adore ! N'ayant pas le talent de l'écriture, je me délecte de la justesse des histoires écrites par d'autres. Et la vôtre me parle et m'emporte. Il y a aussi parfois dans votre écriture, des accouplements de mots incongrus, des tournures de phrases surprenantes et qui n'appartiennent qu'à vous, qui donnent beaucoup de charme à votre récit. Je continue ma lecture, avec hâte de découvrir les autres photos de cet album d'un homme "amoureux" et attachant :))) Merci pour ce partage.
Publié le 25 Avril 2017

@Brice Epédrague
Grand merci, cher Brice, pour votre notation et votre commentaire élogieux.
Vous avez raison de douter du " for men only ". En effet, grand nombre de mes lecteurs sont des lectrices (voir par exemple les avis de lecteurs sur Amazon) ; qui, pour la plupart, ne s'offusquent nullement des pages crues du livre, et trouvent même qu'il parle d'amour comme rarement les hommes en parlent.
Ecrivez-vous vous-même ? Je n'ai trouvé aucun texte de vous sur le site, ou peut-être ne sais-pas bien chercher...
Bien à vous
JFD

Publié le 25 Avril 2017
5
For men only (enfin, je n’en sais rien d’ailleurs). Observateur, sans aucun doute, vous savez dire ce que vous voyez avec des mots bien imagés. Et transparents, impudiques, sans la retenue que l’âge permet. Parfois, on lit un roman, à d’autres moments, on a l’impression d’être voyeur. Oui, « des photos », c’est tout à fait ça. Merci de l’avoir partagé ici
Publié le 24 Avril 2017

@chathymi
Que vous trouviez en mes lignes élégance et fragilité, même "presque", me comble tout à fait. Merci Hitachmy (parce qu'il n'y a pas de raison que vous soyez la seule à pseudonymer)

Publié le 24 Avril 2017

Très belle écriture. Élégante. Fragile, presque. Merci @ jean François Dion

Publié le 07 Avril 2017