la parthénogenèse

195 pages de anne-laure.julien
la parthénogenèse anne-laure.julien
Synopsis

Si vous tombez toujours amoureuse des hommes mariés ou des psychopathes, si votre belle-mère est un dragon, si vos enfants vous reprochent d’être une mauvaise mère, si votre meilleure amie s’apprête à épouser un dangereux manipulateur, venez retrouver Sophie en pleine canicule de 2003.
parthénogenèse (du grec parthenos : vierge): reproduction sans intervention d’un mâle dans une espèce cependant caractérisée par la présence des deux sexes.(Larousse).

335 lectures depuis la publication le 28 Avril 2017

Les statistiques du livre

  53 Classement
  335 Lectures
  +26 Progression
  5 / 5 Notation
  10 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

9 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@ lamish
merci pour votre lecture attentive et votre commentaire très détaillé.
Désolée pour le changement de format en cours de lecture, les marque-pages ont dû être un peu bousculés mais je crois que c'était une bonne idée. Mon petit texte de 119 pages s'est transformé en un "pavé" de 195 pages !
J'espère que BOSSY en viendra à bout et qu'il nous fera part de ses impressions qui me semblent s'harmoniser avec les vôtres.

Publié le 10 Mai 2017
5
Me voilà arrivée au bout de "Parthénogenèse" après être passée par les sentiments les plus divers. J'ai perdu "Pépé" page 56, pour le retrouver page 92. Bossy a très bien fait de vous conseiller de revoir votre format qui était fatigant à la lecture. C'est à partir de ce chapître, aussi, que j'ai senti évoluer votre style très, pour ne pas dire trop (à mes yeux) actuel et qui, jusque là, me donnait l'impression de lire un magazine féminin pour 30-40 ans... pas de bol, ils m'insupportent ;). Mais qu'à cela ne tienne, j'ai ouvert mon esprit, essayé d'accéder à la logique de votre personnage et, même si Sophie fait preuve d'un misandrie à peine masquée derrière un humour décapant et une bonne dose d'autodérision, même si elle fait payer à tous les hommes une première déception amoureuse, même si elle reproche le manque d'égards et qu'elle se méfie lorsque l'on est gentil avec elle, même si elle ne s'intéresse qu'à des hommes pris, dans un sorte d'esprit de compétition, même si elle voudrait les voir quitter leur compagne pour elle mais qu'elle ne veut pas vraiment vivre avec, je l'ai finalement prise en sympathie. Si je la rencontrais dans la vraie vie, je pourrais lui parler du parcours d'une autre mère célibataire qui a beaucoup aimé (jamais des hommes pris) et ne s'est jamais aigrie, si, si, c'est possible ;) ! Sa galerie de portrait au couteau est drôle, percutante, sans concession, mais elle a beau tailler des costards à la terre entière, c'est elle, derrière son blindage, la grande perdante dans l'histoire, ne croyez-vous pas ? En tous cas, j'ai passé un agréable moment à la découvrir et ai apprécié la facilité de votre plume. Bravo et grand merci pour le partage. Amicalement. Michèle
Publié le 10 Mai 2017

@anne-laure.julien.Ah oui, c'est cent fois mieux ! Vos dialogues remplacent une narration fastidieuse et finalement, c'est plus vivant. 195 pages au lieu de 117, vous avez bien éclairci, et les marges élargies ôtent l'impression de compacité. J'espère ne pas vous ennuyer avec ces remarques techniques, mais c'est important si on veut être lu par plusieurs. Indépendamment du contenu, le texte gagne à être attractif. Donc, je continue. Vous décrivez des relations homme-femme, dites "modernes", auxquelles je suis totalement étranger et réfractaire. Mais c'est bien une réalité et c'est écrit avec suffisamment de recul pour que ce soit intéressant, même si on n'adhère pas. Et votre galerie de portraits est un catalogue instructif avec beaucoup de détails de la vie courante qui sont criants de vérité. Ça m'intéresse et c'est distrayant. Le petit cœur rouge n'est pas volé. A plus ( c'est comme ça qu'on dit ?)

Publié le 09 Mai 2017

@BOSSY
J'ai essayé d'améliorer le confort de lecture (police plus grande, marges plus larges) mais je n'ai pas retouché le texte donc les dialogues sont toujours "à la mitraillette".

Publié le 08 Mai 2017

@BOSSY Désolée pour la présentation un peu dense : je ne maîtrise pas bien le traitement de texte.
Je suis contente de profiter d'un regard masculin. Bon courage pour la suite. Je suis sûre que vous aurez assez de recul et de générosité pour tenir votre rôle de punching-ball avec panache.

Publié le 08 Mai 2017

@anne-laure.julien. Je lis lentement, je n'en suis qu'à Brigitte. Mais je m'amuse comme un mari pas doué. Chaque petite saynète est un bonbon qui se déguste. Les mères, les belles-mères, les Vieux, l'amie serviable qui en profite pour débaucher le mari en manque après la naissance de l'enfant, et qui , en quatre jours fait plus l'amour qu'en quatre ans, tout le monde en prend pour son grade ! Tous les maris ont connu l'aventure de la machine à laver qui ne fonctionne pas, et ne savent pas qu'il y a un filtre à nettoyer ! C'est délicieux.
Un reproche: C'est écrit serré et compact. Les dialogues à la mitraillette incommodent, ils sont eux aussi écrits trop serrés ( bien que cela produise un effet de vitesse avantageux )
On ne s'ennuie pas une minute. On vous reprochera d'utiliser un langage commun de tous les jours. Mais c'est bien votre but, de décrire cet univers agaçant du quotidien rempli de clichés.
Ah, les femmes libérées ! Qui aiment bien les hommes dont elles se moquent finalement ! Mais ça ne grince pas, il y a toujours ce petit sourire en coin qui fait qu'on leur pardonne tout...
A suivre...Amicalement quand-même.

Publié le 08 Mai 2017

"La parthénogenèse" est le "Livre le +" du 5 mai. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : http://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/7524-ebook-a-.... Bonne lecture ! Et n'oubliez pas : laissez un commentaire à l'auteur qui vous en sera reconnaissant.

Publié le 05 Mai 2017

@Sandrine C
Merci à vous pour ce commentaire. Parlez-en aux copines!

Publié le 03 Mai 2017
5
Quelle galerie de portraits ! Et quel brio pour les raconter. Avec vous, on a l’impression de rentrer dans l’intimité, non seulement de Sophie, mais de toutes les femmes qui refusent les sentiers battus. Du cash, du courage non stop, des lignes jaunes pas trop pointillées, plein de lucidité et autant d’honnêteté à dire ses vérités. Bravo et merci de l’avoir publié ici.
Publié le 03 Mai 2017

@Chris Martelli
... parce que j'ai une copine qui ne connaissait pas le mot "chintz". Mais c'est une scientifique;)

Publié le 01 Mai 2017

@Chris Martelli
Merci beaucoup d'avoir pris le temps de rédiger ce commentaire encourageant et constructif (mon premier commentaire!!). J'espère qu'il donnera envie à de nouveaux lecteurs.
PS: sans vouloir être indiscrète, c'est quoi le mot que vous avez appris?

Publié le 01 Mai 2017
5
J’ai appris un mot. Et j’ai lu votre concept post soixante huit - Woodstock avec grand plaisir et grande curiosité. C’est assez délicieux votre auberge familiale. Et votre œil alerte pour la raconter dans toutes ces composantes. Vous avez ce talent de savoir dire vos réflexions, vos pensées profondes, comme une évidence indiscutable. Avec vous, la vie paraîtrait, sinon plus simple, presque plus binaire en tout cas. C’est bien ou non, mais c’est comme ça, et c’est le choix de Sophie. C’est drôle, plein d’esprit et d’intelligence. Très belle lecture de mon week end, merci.
Publié le 01 Mai 2017