Quand le calme se déchaîne - Carnet de bord de Louis Cariot

232 pages de Prigent CHABIN
Quand le calme se déchaîne - Carnet de bord de Louis Cariot Prigent CHABIN
Synopsis

Le jeudi 28 avril 2011, Louis rencontre Karlina. La vie de ce jeune étudiant en lettre, misanthrope et amoureux de la nature se trouve alors bouleversé. Depuis cette date, il s'astreint à écrire tous les jours.

853 lectures depuis la publication le 09 Mai 2017

Les statistiques du livre

  202 Classement
  155 Lectures
  -11 Progression
  4 / 5 Notation
  5 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

8 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
je trouve ce livre très bien. je n'ai pas tenu compte des fautes parce que je sais que ça arrive souvent quand on écrit. cela d'autant plus que j'écris moi-même un livre et que je suis un débutant en la matière. je vous encourage pour la suite parce que vous avez beaucoup de potentiel. je pense qu'à l'avenir, vous pourriez toucher un plus grand public si vous rendez vos phrases plus simple parce que j'ai eu à recourir plusieurs fois au dictionnaire pour comprendre le sens de certains mots. voilà, c'est ce que je pouvais dire. beaucoup de succès à vous.
Publié le 06 Septembre 2017

@Maryse Wolfang
@Pantinois
@Palamède
@monBestSeller
Je viens de relire votre livre. Vous êtes aussi mauvais en écriture qu'en réponses à vos lecteurs. Je croyais que vous alliez vous corriger, vous avez préféré votre ego, auteur malgré tout, alors qje vous ne l'êtes pas du tout !

Publié le 26 Juin 2017

@Maryse Wolfang : votre formation de juriste vous empêche peut-être d'apprécier l'écriture, et les formes littéraires en général. Toutefois, j'entends votre critique.

Publié le 16 Juin 2017
2
Carnet de bord confus, ou journal intime en forme d’exutoire ? Visiblement, vous aimez semer les mots. Mais la manière dont germent vos phrases oblige le lecteur à se transformer en jardinier, tant il faut élaguer vos oxymores à tout va, et déneiger l’avalanche d’attributs dont vous submergez vos descriptions et ressentis. Trop d’artifices ruinent la forme, dévitalisent le fond, et, ajoutés aux trop nombreuses coquilles, finissent par décourager le lecteur. Le fond de votre texte est intéressant, il mériterait une complète réécriture…
Publié le 16 Juin 2017

@pantinois C'est votre avis. Je ne vois pas quel est l'intérêt d'être si virulent quand on ne lit que quelques pages. Mais soit, c'est votre choix. Bonnes autres lectures.

Publié le 13 Juin 2017

Nouveau sur ce site, je lis quelques débuts de textes. Puisque celui-ci semble à l’honneur, j’y jette un œil. Et, désolé, je ne parviens pas à dépasser le prologue.
Le style me paraît si lourd, si ampoulé, que j’ai peur de me lancer dans la suite.
Dès ce prologue, les choses clochent :
Les personnages sont à la fois dans une obscurité abyssale, c’est-à-dire le noir total et en même temps :
« Les regards se sont habitués à la clarté nocturne. » Il faut choisir !
Ensuite, les formulations suivantes sont pesantes, la littérature, il me semble, ce n'est pas une accumulation d’adjectifs :
« Le pourtour du cocon ouateux » m'apparaît pesant et presque une énonciation redondante. Tout comme « la moiteur saisonnière » ou bien « le parquet ancien et ondulé » qui peut se traduire par « le vieux parquet », plus simple et dynamique.
Ou encore : « Les courants d’air gonflaient les tissus des rideaux et le zeste citronné de sa fragrance rafraichissait notre étreinte »… est une formulation qui se veut littéraire, mais est d’une lourdeur infinie.
Et en plus, si le vent (je pense que le courant d'air vient du vent qui passe par la fenêtre) peut se faufiler dans la chambre, pourquoi n’entendons-nous pas les bruits extérieurs ? N’y a-t-il pas là une contradiction, car on semblait d’abord être dans un lieu fermé presque hermétiquement ?
Ensuite : « La main de Karlina avait timidement glissé sur mon flan en survolant le gondolement de mes côtes »… là encore, je trouve cela pompeux et en plus… le flan, il est à quel parfum ? Vous voulez écrire « flanc », sans doute ?
Plus loin, répétition de « tout ceci », le deuxième pouvant facilement être remplacé par « cela ».

Publié le 13 Juin 2017

@monBestSeller : Merci à l'équipe du site de monBestSeller pour cet article !

Publié le 11 Juin 2017

"Quand le calme se déchaîne - Carnet de bord de Louis Cariot" est le "Livre le +" du 9 juin. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : http://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/7716-le-livre.... Bonne lecture ! Et n'oubliez pas : laissez un commentaire à l'auteur qui vous en sera reconnaissant.

Publié le 11 Juin 2017

@Palamède : merci pour cette critique positive ! En effet, c'est un gros travail d'écriture pour arriver à ce résultat ! Ravi que ça vous plaise.

Publié le 06 Juin 2017
5
Votre sens de l’observation est formidable, caustique, mais jamais vraiment méchant, et votre écriture coule avec aisance. On oublie que vos pensées, vos phrases sont travaillées, peaufinées. Bravo pour ce bon moment.
Publié le 05 Juin 2017

Un des très beaux livres de ce mois de mai si l'auteur arrivait à se défaire de son trop-plein !

Publié le 10 Mai 2017