"Suis-mois, et je te suis!"

147 pages de Georgio RUBIO
"Suis-mois, et je te suis!" Georgio RUBIO
Synopsis

L‘Auteur sous un pseudo tourne avec Autodérision ses relations amoureuses, en délivrant anecdotes autour de la rencontre, de la vie à 2 jusqu’à la séparation,
parfois douloureuse.

Recueil d’anecdotes légères, sentimentales, distrayantes, sarcastiques et provocantes sur les relations Hommes/Femmes, saupoudré d’un zeste de Spiritualité.

Vous retrouverez un humour au second degré dans les écrits en gras et italique (à décoder vous-même).

« Tel un cordonnier le plus mal chaussé », celui qui se cache derrière Georgio deviendra Conseiller conjugal et en équilibre de vie.

Georgio espère que mieux que lui, vous trouverez la solution pour échapper au syndrome du : « Fuis-moi, je te suis ! »

283 lectures depuis la publication le 25 Août 2017

Les statistiques du livre

  809 Classement
  60 Lectures
  +15 Progression
  0 / 5 Notation
  4 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

2 commentaires Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Un grand MERCI Loulou, pour votre commentaire très constructif et que je valide pleinement.
Il me conforte sur mon deuxième livre que je suis en train de finaliser. Merci de m'avoir lu malgré quelques erreurs du débutant. Dans "les coups de cœur de Minuit", mon prochain roman autobiographique illustré et caricatural, vous pourrez si vous voulez deviner 13 Femmes derrière mes petits coups d'opinel, avec quelques détails encore plus piquants et anecdotes vécues encore plus atypiques et délirantes. 12 histoires amoureuses (dont un seul amour de ma vie) avant la 13ème rencontre qui sera sans doute la bonne? De l'humour à la façon de Coluche sur la métaphore autour du cœur d'artichaut...Espérant que je ne serais pas le seul à rire en lisant mon 2ème ouvrage.

Publié le 31 Août 2017

Ah... Casanova... c’est sans doute une technique pour l’être plus encore ! Après, la question, est-ce « pour vivre heureux, vivons caché » ? Ou, justement pas ? Quant au récit lui-même, à lire la préface, je m’attendais à plus de dérision, d’humour, un peu moins de compte rendus 1° degré. Qui sont, sans aucun doute, croustillants à écrire, mais plus difficile à lire quand il ne s’agit pas de sa propre histoire ! Mais j’ai passé un bon moment à deviner les femmes qui se cachaient derrière vos petits coups d’opinel.

Publié le 31 Août 2017