Dialogue avec une poupée de Bakélite

146 pages
Extrait
de VAY Céline
Dialogue avec une poupée de Bakélite VAY Céline
Synopsis

Il y a des matins où l'on se lève sans se douter que tout ira de travers. Ben voilà. Moi Amandine Weber, mémère assermentée, je m'apprête à vivre une journée de merde. Même mon plan astral a décidé de me pourrir. Et après on dit que c'est moi qui suis aigrie. Bon, okay, les anges joufflus ils n'existent pas vraiment. Mais me foutre une tuyauterie en PVC dans le rôle de Jiminy Criket, les Dieux, ils sont tombés sur la tête ou quoi? Il paraît que je dois vivre une grande histoire d'amour. Sauf que moi, je n'ai rien demandé

294 lectures depuis la publication le 31 Août 2017

Les statistiques du livre

  95 Classement
  293 Lectures
  +37 Progression
  5 / 5 Notation
  6 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

11 commentaires , 4 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
Hé bien, Céline, quel portrait décapant ! Un vrai tue l'amour, ton personnage ! Tu t'es surpassée ;) ! J'espère que ta mèmère va réagir avant la fin de ton roman. Il y a du boulot et la poupée va devoir mettre un peu plus la gomme, ou l'inciter à fumer la moquette pour positiver, ou lui faire rencontrer un mâle qui lui expliquera que ce n'est ni l'âge, ni son petit bourrelet naissant qui le fait fuir, mais bien son triste caractère et sa superficialité :) ! Moi, je lui suggérerait de jeter au feu les magazines féminins et d'essayer de s'aimer. Une femme bien dans sa peau révèle son charme, quels que soient ses critères physiques, quel que soit son âge. Qu'elle regarde autour d'elle, les exemples sont nombreux. Les seins et le cul ne sont pas les seuls attributs de la femme, heureusement. Il ne faut pas confondre baisable et aimable, et la deuxième option sera toujours préférable, sur le long terme. Alors je compte sur toi pour nous concocter une belle fin, un magnifique retournement de situation. Que mèmère comprenne que la plus sexiste dans l'histoire, c'est elle. Merci pour ce surprenant partage qui, une fois de plus, me bluffe par son réalisme saisissant. Bisous. Michèle
Publié le 21 Septembre 2017

Encore un nouvel extrait, en espérant que tout aille bien. Mon PC a planté. Le personnage de Mémère n'a pas dû lui plaire:)

Publié le 20 Septembre 2017

Un nouvel extrait plus long.
Ca serait gentil de me laisser un petit mot, il y a des petites choses que j'ai glissées ici et là dans l'histoire de Mémère, elles ne sont pas anodines, j'espère qu'elles apportent des réponses aux questions que l'on se pose. Bien à vous.

Publié le 17 Septembre 2017

@Michel CANAL
Tu sais quoi? Je me demande si tu n'es pas le seul homme sur terre capable de comprendre qu'une femme puisse être aigrie, que ce n'est pas là invention. J'entends régulièrement : mais c'est quoi ce personnage de mémère cynique, désabusée? Ca n'existe pas. Ah non? Le nombre de collègues de travail sous anti-dépresseurs, les visages dans la rue, les commentaires sous facebook, ses amies...La joie de vivre est à l'ordre du jour alors? Ben c'est curieux, je n'ai rien vu de tout ça autour de moi. Des soupirs, des tronches de six pieds de long, ça pue la désillusion mais chut, il ne faut pas le dire. Surtout pas, des fois que ce serait vrai et qu'il y aurait une petite explication à tout ça. Non mais franchement : qui passée quarante- cinq ans n'a pas entendu son médecin lui dire pour un mal de dos,une douleur au genou : c'est l'âge Madame. Ou alors qu'elle somatise car elle est dépressive. Ben moi Docteur, je n'avais rien remarqué, mais si tu le dis, c'est que ça doit être vrai.! Bises

Publié le 13 Septembre 2017
5
Amis lecteurs, le privilégié que je suis pour avoir lu "Dialogue avec une poupée de Bakélite" intégralement en raison du "Face à face" que nous préparons avec @VAY Céline est en mesure de vous donner un avis. Écrivain prolifique aux talents multiples, Céline nous avait habitués dans ses précédents romans catégorisés "psychologique", "humoristique", "thriller", à des personnages peu glamour que n'aurait pas reniés Honoré de Balzac dans sa Comédie humaine. C'est encore le cas pour le personnage d'Amandine, du moins dans sa première partie. Mais, son roman étant catégorisé "romance", la situation est appelée à évoluer façon thriller. Et oui, la mémère quadra presque cinquantenaire sur le retour d'âge en a marre d'être seule pour élever sa fille, d'être désabusée, aigrie, remontée envers les hommes qu'elle n'attire plus. Elle se laisse convaincre par une poupée de Bakélite (après un long dialogue incisif comme Céline elle en a le secret, le point fort du roman) de se prendre en main pour (re)trouver l'amour. Quid du plaisir solitaire en fantasmant sur Alain Delon, mais aussi de son désir de sexe, du besoin de se trouver belle et femme sous le regard d'un l'homme comme elle l'a lu dans un roman ? Céline, tu m'épateras toujours. L'idée de cette poupée humanisée, ange gardien qui va jouer un rôle important dans la triste vie de cette mémère cynique mais en demande de sexe, de séduction et d'amour contribue à l'intérêt de ton roman. Tu sais déjà à quel point je l'ai apprécié. Je t'embrasse. Ton bêta-lecteur-correcteur impitoyable, alias flic d'Hawaii qui t'avait mise en colère et que tu cites dans ce nouveau roman dans un passage où tu exprimes ton courroux envers les hommes... sexistes.
Publié le 12 Septembre 2017

@Llyle Ascot
Bonjour Llyle quel plaisir de vous lire! Si je comprends bien la question est "suis_je Mémère". Un indice : @Michel Canal me donne ce petit nom en aparté...

Publié le 11 Septembre 2017
5
Bon, quoi dire de plus que @Sandrine C. Ah si ! Vous auriez pu titrer le bouquin ainsi :Humour, dérision et paranoïa. J'ai hésité à le sortir car j'ai un peu l'impression que vous vous prenez pour Mémère et ça m'inquiète. Ne bougez pas, j'appelle, vous allez voir des gens très gentils habillés tout en blanc vont sonner à votre porte. J'adore cette manière d'écrire bourrée de d'humour (justement), les bons mots fleurissent, bref, je me suis bien amusée.
Publié le 11 Septembre 2017

Un extrait plus long, qui en dit davantage sur le rôle de la poupée de Bakélite et de l'histoire qu'Amandine va vivre.@Michel Canal, ami débatteur, voilà du grin à moudre, ou de l'eau à ton moulin, c'est toi qui vois. :)

Publié le 06 Septembre 2017

@Sandrine C
Que je suis contente de vous lire! Choisir des personnages peu sympathiques est un risque que je m'obstine à prendre, poussée par je ne sais quel "démon". Et comme vous devinez juste! Il y a bien une rédemption pas gagnée d'avance, elle peine à se défaire de ses habitudes de cacher son malaise par des propos agressifs envers la gente masculine. A chaque tentative vers l'autre, elle se heurte à l'image de "mémère aigrie". C'est terrible cette image! D'où vient-elle? Qui la lui renvoie? Pourquoi l'histoire ne s'écrit-elle pas comme dans les livres? Finalement, la question se pose différemment, et elle n'est pas toujours agréable à entendre. Je vais modifier pour Brad, j'ignorais totalement...Un immense merci à vous.

Publié le 05 Septembre 2017

C’est très enlevé, très gai, très bien vu (pffff), très tout à fait pour Elle (et un peu pour moi), et je me garderai bien de vous donner le moindre conseil, d’évidence, vous vous en tirez très bien ! J’imagine au synopsis qu’après la litanie tristouille, on attend sans doute une rédemption-réparatrice-bienveillamment-optimiste-mais-pas-tout-à-fait-gagnée-non-plus (ps. Changez juste le paragraphe sur Brad, apparemment il se remet à la colle avec A. !)

Publié le 05 Septembre 2017

@Michel Canal tss tss tu n aimes pas ma Mémère? Je m en doutais. Et pourtant elle est très vraie, je t assure. Pauvre Amandine qui tente désespérément de vivre une histoire façon livre et qui tombe toujours sur un flic de Hawaï . Je t embrasse.

Publié le 05 Septembre 2017

Eh bien @VAY Céline, cachotière, tu ne m'avais pas dit que tu avais déjà mis un extrait de ton dernier roman, celui qui va alimenter notre face à face. Tu ne me facilites pas la tâche (pour l'instant en tous cas au vu de ton extrait), moi qui suis fleur bleue, un amoureux par nature des belles choses... Après Gaby, ton personnage volontairement choquant et misogyne de "J'ai loupé le coche, p'tit joueur" que je n'aurais pas voulu être et qui nous a valu des échanges mémorables, tu nous as gratifié dans "La chimie de l'autre" d'Arthur, hédoniste lifté et bodybuildé, séducteur névrotique qui aime cueillir l'innocence des toutes jeunes femmes ; de Magali, petite bonne femme moche, grosse et conne caissière chez Lidl, traînant la désespérance de son âme, dont les clients ne viennent jusqu'à elle qu'à contrecoeur ; de Maureen, professeur de sciences physiques vieillissante menant un combat acharné contre les rides, le relâchement cutané, l'affaissement des chairs, ne connaissant que des amants de passage ; d'Adrien, scientifique mystique longtemps malheureux, persuadé qu'il a été choisi pour vivre quelque chose de mémorable, que son destin influera sur le cours de l'humanité, voilà que tu nous ponds Amandine, femme presque cinquantenaire aigrie, désabusée, mégère cynique incapable d'aborder un homme autrement qu'en l'agressant... Heureusement, ton roman est annoncé comme une romance et je nourris l'espoir d'un revirement de situation en misant sur cette poupée de Bakélite. Je sens que notre face à face promet d'être rude, malgré notre amitié complice (ou notre complicité amicale, au choix). Sois assurée que ce sera un vrai plaisir car au-delà des mots et des descriptions, je connais ton style et tes motivations. Amitiés. Je t'embrasse. Ton complice débatteur.

Publié le 04 Septembre 2017

@Vox populi
Je ne dévoilerai pas la fin. Tout ce que je peux en dire, c'est que ce livre fait suite à un travail sur le statut féminin. Une chronique a été rédigée conjointement avec mon collègue et ami @Michel Canal à l'appui de ses deux romans dont j'avais apprécié "l'héroïne" féminine pour sa belle fraicheur d'âme. Dans quel état d'esprit est-on quand on a passé la quarantaine, que l'on approche la cinquantaine et qu'on a oublié la beauté du langage amoureux. Mémère (Amandine) mon personnage féminin est bien dans ce vingt-et-unième siècle, toujours prête à mordre et à aboyer.J'ai choisi un ton humouristique, Mémère a cultivé son propre humour et un petit kit de survie. Mais il est vrai que christi, Mémère fait fuir. :)

Publié le 03 Septembre 2017
5
@VAY Céline Chère Céline, je ne sais pas si c'est là le très attendu retour "aux bons sentiments" annoncé...je l'espère car "mémère" est plutôt du genre acariâtre et ne fait pas dans la complaisance. Un regard qui peut être bien vu, à condition qu'on arrive à une finalité heureuse. L'extrait n'est pas assez long pour en juger, à quand pour une lecture complète du manuscrit?
Publié le 03 Septembre 2017

Il s'agit là de l'extrait d'un roman à paraître bientôt et qui fait suite à certaines lectures, certains témoignages. Il y a parfois urgence pour une femme, notamment quand elle vieillit, à vivre vite, pleinement, et accepter qu'une belle histoire vienne à elle.Vos commentaires, récits d'expérience seraient les bienvenus, et peut-être m'amèneraient à modifier ma fin, en cours d'écriture. :)

Publié le 01 Septembre 2017