La Faim des Haricots

9 pages de Luciane Nutin 4
La Faim des Haricots Luciane Nutin 4
Synopsis

« Petite tragédie relativement enjouée
de la paupérisation et du consumérisme ».

253 lectures depuis la publication le 04 Septembre 2017

Les statistiques du livre

  776 Classement
  61 Lectures
  +109 Progression
  5 / 5 Notation
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

5 commentaires , 4 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

C'est ce que l'on pourrait appeler "une écriture automatique" - la plume court à grande vitesse, tout s'enchaîne, quel humour ! Le fameux bocal s'agite en tous sens... La suite, immédiatement !!! Bon, du calme... et merci pour votre remarque sur la date d’achèvement de mon écriture... je vous certifie, en toute mauvaise foi que l'on est en ... décembre 2017 !

Publié le 14 Novembre 2017
5
Quel plaisir cette nouvelle croustillante sur le devenir de nos habitudes de consommation... Très original, drôle et interpellant... Tout y est . Bravo !
Publié le 12 Novembre 2017
5
@ Luciane Nutin 4. Cinq étoiles dignes d'un cassoulet de "grande marque" ! Savoureux. Boris Phillips.
Publié le 04 Novembre 2017

Un grand merci pour votre lecture, cher@René Sauvage !

Publié le 29 Septembre 2017
5
L’art de la poupée russe. Succulent et jubilatoire ! Bravo et merci !
Publié le 17 Septembre 2017

Au nom des haricots, légumineuses hyper-sensibles s'il en est, je tenais à vous faire part de ma reconnaissance pour votre chaleureux commentaire, cher@Pantinois. Les petites fautes, grâce à vous, ont été haricot presto réparées. Je travaille actuellement sur la suite qui ne saurait tarder à être postée.

Publié le 10 Septembre 2017

Bonjour et bravo. Je vais y aller franco. C’est la première fois que je lis un véritable écrivain sur ce site. Je ne devrais pas le dire, mais mes autres lectures, parfois plaisantes, m’ont toutes laissé un arrière-goût de je ne sais quoi… un coup, manque le style, un coup, manque l’histoire, un coup, manque la construction, un coup, manque(nt) l’idée ou les idées.
Ici, il y a tout et puisque je ne note personne, considérant que la littérature ne se note pas, je ne donne pas le 5/5 que vous mériteriez et que je vous chuchote à l’oreille.
Votre nouvelle m’a fait penser à un livre que j’ai lu il y a … oh là ! 25 ou 30 ans… Je ne sais pas si vous en accepterez la filiation, je veux parler de La Vie mode d’emploi, de George Perec. Il s’agit d’un roman à imbrication où Perec, en retraçant la vie dans un immeuble, va visiter des appartements et leurs habitants, nous racontant une seule et unique histoire (celle de l’immeuble) qui est composée de « mille histoires » et de mille digressions.
Voilà LA NOUVELLE qui, j’espère, se classera en tête sous peu sur MBS.
Et après les compliments… juste quelques remarques :
Note 3 : secrète plutôt que secrête
En définitive et in fine dans la même phrase me semble redondant.
Note 4 : aux Saints sans capitale à saints (je crois)
Note 5 fins rayonnement avec un s.
Pardon pour ces petites remarques, car le texte (style, narration, humour…) est excellentissime.

Publié le 10 Septembre 2017

Bonjour et merci beaucoup chère @FANNY DUMOND pour votre lecture. Je ne sais pas encore pour l'heure si ce texte est du grand art ou du cochon, tant je me suis perdu dans ses méandres en partant d'une simple tranche de rigolade de rien du tout. Cette pseudo nouvelle étant un gros bocal de 750 grammes, je livrerai la seconde partie de son contenu un peu plus tard afin que ses lecteurs ne deviennent pas trop vite d'incoercibles usines à gaz ! :) Concernant les carottes, il se peut en effet que dans un temps pas si lointain, nous devions également nous passer de viande et de légumes, et ne plus vivre que d'amour et d'eau fraîche. À ceci près que l'eau recèle aussi bon nombre de micro-organismes, et qu'il faudra alors peut-être nous contenter, afin de nous ravitailler, de suçoter nos âmes en écoutant battre nos coeurs !

Publié le 05 Septembre 2017
5
@Luciane Nutin 4,ce matin, après mon nescafé et ma tartine aux omégas 3 bons pour la santé, je ne m'attendais pas à sortir de ma zone de confort littéraire ; je reste bluffée par la forme de votre nouvelle "relativement" enjouée. Du grand art, vraiment,que d'explorer tant de sujets sociétaux avec une telle concision. Pour le coup, j'ai renoncé à mettre des carottes à mon menu de midi et je reste sur ma faim ;-). Merci à vous,Luciane pour cette lecture "labyrinthesque". Cordialement. Fanny
Publié le 05 Septembre 2017