L'écho de la pauvreté

64 pages de Audrey SABIN
L'écho de la pauvreté Audrey SABIN
Synopsis

"Une pauvre? vous avez dit une pauvre? Ah ce n'est rien, qu'elle aille faire des ménages ou qu'elle se trouve un mari. De quoi elle se plaint, elle n'est pas obligée de travailler, elle, juste à être sage et obéissante et elle sera bonne à marier et à faire des enfants." Joli résumé d'une pensée collective qui sévit toujours à notre époque. Et si l'on regardait d'un autre point de vue, celui de la femme qui ne veut plus être considérée comme un incubateur de chair à exploiter mais une personne indépendante, un être unique et sensible ayant envie de vivre autrement que par ce chemin macabre que l'on nous oblige à prendre et à adhérer.

395 lectures depuis la publication le 11 Septembre 2017

Les statistiques du livre

  572 Classement
  77 Lectures
  -12 Progression
  5 / 5 Notation
  7 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

19 commentaires , 1 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@VAY Céline
Dénoncer les injustices a permis de grandes avancées dans le monde, esclavagisme, racisme, génocide ... Si personne n'avait "ouvert sa gueule" cela continuerait même infime soit elle, par de petits gestes, petites contestations, petites résistances. Je pars dans des extrêmes mais je veux démontrer les dangers du silence.
Si mon témoignage est ridicule et enfantin, il restera sous l'ignorance et indifférence des gens. Je ne fais de mal à personne, ce n'est qu'un écrit.

Publié le 24 Septembre 2017

@Audrey SABIN
Alors là je vous rejoins tout à fait sur la question des études, effectivement, ce n'est pas un facteur d'épanouissement que le système d'étude actuel : il ya des emplois qui ne sont pas pouvus, faute de profil adéquat en face, et des jeunes qui galèrent pour poursuivre après le bac pour rien au bout. On ne valorise pas assez les diplômes techniques alors qu'ils sont indispensables.On doit donner aux jeunes la fierté de réussir à les avoir. Ce n'est pas du faute de, j'ai un Cap. J'ai un CAP parce que l'emploi derrière me plait. J'ai bien compris que vous aspiriez à un emploi vous demandant un niveau d'étude supérieur et que vous avez largement les capacités d'atteindre chère Audrey. On vous a menti, c'est grave, et bien évidemment cela génère une souffrance. Votre culture générale est votre bien le plus précieux : personne ne pourra vous l'arracher. Contrairement à tant de personnes qui ne s'intéressent à rien, vous avez les yeux grands ouverts sur le monde, ça c'est votre richesse. Il est hors de question de vous laisser aller à être amère, c'est vous que vous perdez. Vous pouvez passer un master en apprentissage, contactez les CFA de l'enseignement supérieur, écrivez aux associations culturelles, faites un book de ce que vous savez faire. Vous SAVEZ faire des choses, vous sortirez peut-être des sentiers battus et alors? Si vous voulez que l'on vous entende Audrey, ce n'est pas en dénonçant une injustice. On ne s'affirme pas par la négative. Donc Audrey, vous allez faire plaisir à tous les lecteurs de mBs, et nous pondre un projet de vie. Dans tout ce monde il y aura certainement des gens qui auront des idées. Je vous embrasse jeune fille. Courage.

Publié le 24 Septembre 2017

@VAY Céline
Vous savez si je n'ai pas pu continué c'est par manque d'argent et cela n'a toujours pas changé, ce qui ne m'empêche pas de me cultiver à coté mais ce ne sera jamais reconnu.
Personnellement je préconiserai plutôt d’arrêter le jeune dans son éducation après l'élémentaire et le forcer à travailler sans relâche comme une bête de somme pour l'empêcher de réfléchir. Vous nommez le CAP technique, c'est trop tard, le jeune réfléchit.
Il y a pleins de combats à mener, ennemi? Le terme n'est pas approprié car je crois qu'il ne nécessite pas une extermination de quelque chose mais un changement de mentalité, un changement de quelque chose.

Publié le 24 Septembre 2017

@Audrey SABIN
Il y a un très beau livre de Nina THOIRET qui s'appelle "la Femme Invisible". L'histoire magnifique d'une femme éprise de culture que personne ne voit plus. Disponible sur Amazon. Pour le reste, effectivement je coupe court, je ne peux effectivement pas comprendre cette longue suite de phrases. Grand Dieu, heureusement que nos jeunes ont aussi des Masters I et II. Nous avons bien trop de postes à pourvoir qui nécessitent ce niveau là d'étude, notamment dans les filières culturelles que vous citez. Mais ce ne sont pas les seules filières, la santé, l'environnement, le développement économique, les relations internationales....Il y a tant de domaines qu'ils peuvent explorer où l'on a besoin de cette nouvelle génération.
Bon courage jeune demoiselle, si vous devez tenir bon, c'est pour reprendre vos études et arriver à ce niveau d'enseignement qui seul pourra vous amener un poste à votre convenance. Le BTS est à présent le bac d'autrefois. La société a évolué. C'est ainsi. Vous avez raison : il vaut parfois mieux avoir un CAP technique, non pas pour éviter que les jeunes réfléchissent, mais parce que s'ils le font, ils doivent le faire avec un bagage niveau bac plus cinq. Vous pouvez par contre partir en guerre contre ça. A vous de voir quel est votre véritable ennemi.

Publié le 24 Septembre 2017

@VAY Céline @Michel CANAL
Ce que vous ne comprenez pas c'est que cette mouvance de "je veux être heureux" réémerge dans la conscience des personnes jeunes ou moins jeunes. Doit-on vraiment souffrir? Les "questions existentialistes" viennent ou reviennent au centre des débats, que l'on le veuille ou non. Durant toutes nos années d'études, on nous demande et impose "il faut réfléchir, méditer sur les sujets" Bon peut être plus souvent dans ma filière littéraire arts plastiques et appliqués (rédaction philo, analyse d'oeuvre, comparatif d'oeuvre, rédaction sur un sujet ...) Bref, nous sommes de plus en plus à faire de longues études et à nous entendre dire Réfléchissez!
Je n'ai jamais critiqué les personnes qui sont dans le désespoir et prennent un boulot à contre cœur, je veux juste les voir dans leur domaine ou un métier qui leur plaisent. Vous dites que nous ne sommes plus dans la quête du travail qui plait, allez dire cela à toutes les conseillères orientations et pole emploi qui martèle cela à longueur de journée. Cette phrase n'est pas d'il y a 10 ans mais belle et bien d'aujourd'hui. Faites le travail qui vous plait puis, par la suite, prenez le premier travail qui vient... Ce serait drôle de me voir assistante maternelle moi qui n'aime alors pas du tout les enfants. Il y a un énorme problème là.
Si vous ne voulez pas que des gens réfléchissent, ne les instruisez pas tout simplement et je ne serais pas là à vous contredire. Ce sont "ses responsables" qui mettent des idées, de la connaissance dans la tête de pauvres êtres, il faut absolument les arrêter pour ne plus avoir de contestations et de débats. Et ainsi, tout ceci ne serait pas. Je pense qu'il serait préférable de faire une réforme de l'éducation pour empêcher les jeunes d'aller trop loin dans les études. Comme cela, ils arrêteraient de se poser tant de questions qui dérangent les positions actuelles et surtout devoir émettre une argumentation cohérente.
Si je vous énerve à ne pas dire que je vend tous mes meubles pour survivre, ... c'est que j'ai adopté une autre façon de survivre, je ne consomme quasi plus. Les meubles sont en palettes récupérées gratuitement, les légumes viennent du jardin ... Si cela vous agace de me voir m'amuser en sortie avec vos impôts, soyez soulagée, je ne sors pas.
Je suis nourrie par la culture en général. Littérature, Théâtre, Opéra (philosophes de Lumières, mais aussi plus contemporains avec Evguénia Guinzbourg par exemple, allant aussi coté théâtre, Eugène Ionesco..., Opéra aussi Le couronnement de Poppée ... ) mais aussi par la culture populaire musique, émission de télé (oui je ne fais pas que regarder TPMP mais aussi droit de suite, la bibliothèque médicis, documentaire, reportage...) Peut être un trop plein de culture me corrompt jusqu'à la moelle. Je pense que c'est trop tard pour moi, mais courage, je pense que vous pouvez asservir de nouveau les nouvelles générations et les modeler à votre désir.
Vous pouvez me mettre dans la catégorie des parasites, fainéants, riens ... Je serais un joli parasite lettré et cultivé ;) Et s'il y a de plus en plus de personnes comme moi peut être que les débats changeront de niveau.
La finalité de l'échange que je constate est surtout l'incompréhension. D'un coté je n'ai vu que des "c'est comme ça pas autrement" et pas d'argumentations, "il faut souffrir dans la vie" et la déformation de propos. Du mien, je n'ai absolument pas été convaincu de cela la vie n'est pas que souffrance et soumission, quémander un peu de bonheur au bon vouloir de certains qui ont l’extrême gentillesse de m'en donner.
J'espère que vous arriverez à stopper ce mouvement de réflexion, de pensé dans les jeunes générations car cela pourrait vous faire tressaillir sur votre estrade.
Ici le "vouloir comprendre" ne s'est pas opéré, tant pis, cela ne va pas m'empêcher de dormir le soir et les gens feront leurs propres opinions de l'échange. Ou peut être m'expliqueriez vous, Michel CANAL, son point de vue mais je préviens les "c'est comme ça et pas autrement" et déformations de paroles ne marchent absolument pas.
Puis je conçois que pour certains la littérature est un plaisir, une détente. Mais mon écrit n'a pas été placé dans Roman, Suspense, SF, ou autres mais dans Témoignage. Et s'il y avait eu une catégorie "Réalité choquante attention pour les âmes sensibles" j'y serais allée et elle ne l'aurait jamais lu. Aussi aurais-je dû le nommer "Ici ce n'est pas le monde des bisounours, les Happy ends n'existent pas" La prochaines fois, je ferai un effort sur le titre.
Personnellement, si je représente "les jeunes" de ce pays, le "jeune" veut juste comprendre et pas être imposé sous la contrainte et je vous le dis, ce n'est pas nouveau.

Publié le 24 Septembre 2017

@Michel CANAL
Mon si cher ami, toujours présent, toujours imperturbable et pourtant à l'écoute. Si pondéré, et...tolérant. Nous avions parlé livre, de là tu m'avais fait comprendre que j'avais un peu trop tendance à puiser mon inspiration dans le vécu des êtres que m'amène à côtoyer mon emploi. Ce n'est pas faux. Les personnes sans qualification en demande d'emploi bouleversent souvent , on écoute leurs difficultés à vivre quand elles sont en fin de droit, on écoute leur incompréhension quand les usines ferment, qu'elles ont bossé plus de vingt ans et qu'il n'y a plus rien : plus d'avenir, plus d'études possibles pour le petit dernier restant à la maison. On les écoute nous expliquer qu'ils vont vendre leurs meubles pour survivre, qu'ils ne peuvent pas faire réparer leur voiture, qu'ils sont à vélo ou en bus et de tout ça, il faut tenir compte pour proposer quelque chose. Bien sûr, j'ai aussi dans mon vivier des personnes ayant bac plus cinq...Il n'y a pas de place pour la majorité des Bts, sauf comptabilité, ou IUT de génie civil... Les licences pro les ont remplacés. Je ne suis pas responsable de cet état de fait. Il y a une différence entre les masters et les personnes sans diplôme. Les premiers intellectualisent, oui, non, je ne sais pas...Cinq années après le bac, cinq années financièrement difficiles également pour les parents...Avec pour les parents comme pour les enfants au bout un rêve. Et une déception. Mais un boulot dont ils parviendront à s'accommoder car il faut savoir trouver un intérêt pour chaque chose. Le véritable échec, c'est l'aigreur. Mais dans l'échelle de la souffrance, il y a ces hommes et ces femmes avec des enfants à nourrir qui espèrent que bon sang on leur donnera ce putain de boulot qui leur permettra de relever la tête. Ils n'en sont pas à savoir s'il leur plait ou pas. Tous les jours je prends des leçons d'eux. Du coup je ne me plains pas. J'aurais bien trop honte. Ils me donnent une magnifique leçon de vie. Leur boulot, ils ne l'ont pas choisi. Les règles étant de plus en plus compliquées en matière d'hygiène et de sécurité, ils sont formés pour manipuler des produits et des outils dangereux. Pour travailler vite, avec des méthodes pour ne pas se blesser. Ils ne se posent pas de questions "existentialistes". Ce qu'ils vivent va bien au delà de questions sur l'égo. La faiblesse d'un corps qui vieillit, qui lâche, la maladie qui frappe, l'agressivité des collègues. Nous vivons tous avec de la pression sur notre lieu de travail. Collègues, hiérarchie, clients...mais je ne demanderai pas à la société de subvenir à mes besoins parce que je ne suis pas capable de supporter ça. Tous nous devons faire preuve d'une grande force de caractère pour tenir. Certains craquent nerveusement : la dépression nerveuse est actuellement reconnue dans certains cas comme maladie professionnelle. Je pense qu'Audrey SABIN se trompe d'ennemi : les responsables, ce sont ceux qui n'ont pas su lui dire que la voie qu'elle avait choisie et pour laquelle elle avait sacrifié beaucoup de choses pouvait ne mener à rien. Les organismes missionnés par l'état ne sont pas là pour ça. Depuis que l'Anpe a fusionné avec les Assedic, ils sont débordés, on ne va quand même pas leur reprocher d'avoir comme première priorité l'indemnisation de personnes sans revenus? Je t'embrasse mon cher Michel, je suis revenue sur cette page pour toi. Pour le reste, ce n'est pas le lieu selon moi de débattre de politique. J'ai fait une erreur en voulant prêter une oreille attentive à cette jeune personne. Je ne suis pas dans mon cadre d'emploi et je n'avais rien à faire là. (sauf si je peux déduire de tout cela que les français sont prêts à payer davantage d'impôts pour permettre à tous ceux dont les rêves sont brisés de courir après).

Publié le 24 Septembre 2017

Mon petit doigt m'a dit qu'il fallait aller jeter un coup d'oeil du côté d'@Audrey SABIN... bien m'en a pris. Que ce soit clair, je ne joue pas au médiateur. Sûr que je déplore vos échanges de femmes de conviction, @VAY Céline et vous. Vous avez réagi à chaud dans une escalade qui, si elle a pu vider l'abcès, aurait pu laisser des séquelles. Mais le dernier commentaire de Céline m'a rassuré. Elle a baissé la garde, j'ai eu plaisir à la retrouver apaisée. Pour votre info, chère Audrey, votre compatriote ariégeois que je suis va vous faire une confidence qui fera peut-être sourire Céline. Nos échanges avec Céline avaient aussi très mal commencé en février 2017 suite à mon commentaire sur l'extrait de son roman "J'ai loupé le coche : p'tit joueur et sa suite". J'avais mis Céline dans une colère noire, parce qu'elle avait pris pour elle mon ressenti pour son personnage. Mais il s'est passé (la raison l'emportant, ainsi que la compréhension réciproque, sans doute le désir de vouloir se comprendre) une chose formidable : Céline a compris son erreur, que je n'étais ni misogyne, ni sexiste, et nous avons beaucoup communiqué... au point d'en écrire un feuilleton (oui, Audrey, le terme n'est pas exagéré : voir la tribune du 17 mai qui nous a été consacrée à la rubrique "Du côté des auteurs). Lisez la biographie de Céline et vous comprendrez sa réaction. En lisant la vôtre et le synopsis de "L'écho de la pauvreté", le choc des titans était prévisible, mais pas forcément négatif. Il en ressort une analyse du problème majeur qui ronge notre société au niveau du chômage (des jeunes comme des plus anciens). Quelle famille n'y est pas confrontée pour l'un ou l'autre de ses membres ? Toutes les deux en êtes des acteurs de chaque côté de la barrière. Et le sujet est tellement prégnant que vos convictions l'ont emporté sur le besoin de se comprendre, un peu le reflet de ce qui se passe actuellement entre le gouvernement d'un côté avec la loi travail et de l'autre la contestation de la rue. Audrey et Céline, ça me ferait tellement plaisir de vous voir reprendre le dialogue (fut-ce en aparté), je suis certain qu'il serait constructif. M'accorderez-vous ce plaisir ? Avec toute ma considération à toutes les deux et le témoignage de mon amitié à Céline que j'ai appris à comprendre, militante de la parité, défenseur des opprimés, toujours prompte à dénoncer les injustices, généreuse et humaniste, que j'appelle familièrement "mémère" et que je sais être une seconde "mère Teresa". Au plaisir de vous lire j'espère, sur mBS ou en aparté.

Publié le 24 Septembre 2017

@Audrey SABIN
Bon lá Audrey, je crois que votre livre est lancé. :) C est très difficile d obtenir des commentaires sur Mbs, il faut souvent une bonne polémique pour en obtenir. Je crois que là c est chose faite. Courage. Il y aura bien une solution à vos soucis d emploi. Quitte à être auto entrepreneur. Je pense que c est plus votre profil. Je vous souhaite de tout coeur d y parvenir. Amitiés Céline

Publié le 23 Septembre 2017

@Audrey sabin : merci je vais le faire découvrir après de mes amies , bonne suite

Publié le 23 Septembre 2017

@Danielle Cubertafon
Merci pour votre commentaire.

Publié le 23 Septembre 2017
5
livre a découvrir sujet très intéressant très prenant mais réel vraiment a lire
Publié le 23 Septembre 2017

@VAY Céline
De rien au moins je me base sur des faits concrets et non imagés. J'accepte de tout lire et de tout entendre du moment où les paroles ne sont pas déformées et la discussion constructive. En aucun cas je n'ai vu un panneau m'interdisant de donner ma voix et mon avis, si c'était le cas je ne serais pas venue. La littérature permet l'ouverture d'esprit, vous voulez rester cloîtrer dans vos acquis, dans votre monde, grand bien vous fasse, Rayez mon nom de votre liste.

Publié le 23 Septembre 2017

@Audrey SABIN
Vous m'écrivez "Niveau squattage quand je vois vos écrits...."Merci bien jeune fille d'avoir pris de votre temps pour me lire. Je rappelle toutefois que ce site n'est pas une tribune pour des militants politiques mélenchonistes ou autre. Vous croyez avec vos quelques phrases dénoncer et oeuvrer pour l'humanité? A chacun sa façon de voir les choses. Moi je me lève le matin pour permettre à des gens d'avoir une paye à la fin du mois.

Publié le 23 Septembre 2017

@ VAY Céline
Vous parlez de haute estime, moi je parle juste de ma conscience de mes compétences. Votre "hors réalité" des choses, je pense plus que vous êtes dans une réalité vieillissante et moribonde, et votre travail et statut ne m'impressionne guère.
Vous parlez de Merci? Lisez juste le deuxième commentaire et cela montrera à quelle point vous fantasmez une image de moi qui se veut à l'exact opposé de ce que je suis. J'ai toujours remercié les personnes qui m'ont aidé et accompagné dans la vie mais lorsque je vois une injustice, une déficience dans un dispositif je le dis et je crois que là est le problème chez vous. Vous n'aimez pas les critiques justifiées. Alors nous n'allons pas nous attarder sur le "Bonjour, j'ai lu votre témoignage" Quoi? Bonjour? pas pour vous c'est cela? (formule de politesse)
Les inepties, j'en lis d'énormes dans vos commentaires et surtout dans la déformation de mes paroles.
Crise d'adolescence? Moi je dirai pour vous de cesser votre crise de vieillesse où le mot d'ordre est "Tait toi et souffre en silence, ta voix ne compte pas"
Je ne respecte pas les personnes qui se lèvent à 4 heure du matin? Où j'ai dit cela? Arrêtez de halluciner et de me coller des étiquettes fausses. Pour moi, les personnes titulaires de leurs licences en sciences devraient être dans les métiers qui les correspondent et non dans un métier par défaut! (Quelque soit le métier!)
Ces personnes là ne gémissent pas, ne pleurent pas? Mais elles agonissent et meurent de désespoir dans leurs coins. Ah mais tant que ce n'est pas devant vos yeux, rien à faire, c'est cela? Elles acceptent avec le sourire.... C'est normal? Dites leurs bien que je les soutiens et encourage à crier leurs amertumes et leurs peines. Qu'il y a des gens comme moi qui disent Non, ce n'est pas normal et qu'il faut briser le "Tait toi et souffre en silence"
Le Squattage de site? Ne lisez pas mes écrits si cela dérange votre petite personne, je ne vous mets pas un couteau sous la gorge. Une autre réalité vous agace à ce point? (surtout niveau squattage, quand je vois vos écris... je ne suis pas la seule) A part si c'est votre site et là il fallait préciser qu'il n'y avait de place qu'à votre vision du monde. Je ne serai pas venue.
Un avis différent, justifié et sans déformation de propos? Désolé si cela ne vous correspond pas
Puis le "protégé" ... ah oui je sais, je ne suis qu'une terroriste de la pensée euh de votre pensée unique? Vous n'êtes pas capable de justifier votre pensée à part avec des "c'est comme çà et pas autrement..." Je préférai voir "protégé" ces gens là du système qui les exploitent où une femme perd son bébé dans une fausse couche à Auchan car ce même système l'a oppressé. Et avec votre résonnement elle aurait du se taire et combler sa peine en silence.
Les mains dans la graisse? Je pense les avoir autant mises que vous. Le travail, je connais et c'est surtout pour cela que je dis Non à un travail qui ne me correspond pas, Non à "il faut souffrir dans la vie" Pauvre de vous
Il s'agit de s'épanouir dans cette si courte vie, pas de se complaire dans la souffrance que vous prônez. Le sado-masochisme? pas pour moi. Les gens, vous êtes uniques et faites le comprendre. Vous êtes une valeur dans ce monde et refusez la soumission prônée par ces personnes. Une si courte vie ne mérite pas la souffrance pour satisfaire l’ego de certains.

N.B.: Au fait, je ne lâcherai pas. Et tous vos mensonges, déformations de mes propos, je le dénoncerai et expliquerai. Vous voulez me qualifier de quelque chose que je ne suis pas. C'est bien triste. Vu comment vous vous exprimez, j'ai surement dû vous déranger dans vos idéaux, tant pis pour vous. Nous sommes plus de 7 milliard sur Terre, 7 milliard de consciences et une bonne partie qui refuse votre idéal d'asservissement.

Publié le 23 Septembre 2017

@Audrey SABIN
Houla houla ma petite! Non je n'ai pas mal lu quant à votre haute estime de vos compétences. De quelle hors réalité parlez-vous? De la mienne? Je travaille dans une structure de huit mille personnes, je reçois des CV par centaines, je travaille régulièrement avec Pôle emploi et j'en passe. Oui j'ai des gens dans la désespérance tous les jours au téléphone, le premier mot est merci de votre écoute, savez-vous dire merci? Vous savez le petit mot qui ouvre les portes? Pour faire concis et pro, vous savez le mot qu'on emploie quand on est en activité, être professionnelle, même quand on entend des inepties? Et bien je vais résumer : votre cadre d'emploi que suppose un BTS nécessite un travail avec une hiérarchie et une équipe. Les phrases clefs sont : bon esprit d'intégration, respect des consignes données. C'est là tout le talent que peut permettre votre niveau d'étude. Il serait peut-être temps de cesser votre crise d'adolescence, de respecter les personnes qui se lèvent à quatre heures du matin pour que vous puissiez bénéficier d'aides sociales en refusant du fait de votre prétendue sur-qualification (mais laquelle?) des métiers qu'elles acceptent. Je suis outrée que vous puissiez parler d'humiliation et de perte de talents" quand on vous propose des métiers techniques. Oui j'ai des personnes titulaires de licence en sciences qui font des ménages parce qu'elles ont des gosses à nourrir. Mon respect et il est immense va envers ces personnes là, elles ne gémissent pas, elles ne pleurent pas, elles ne squattent pas un site dédié à l'écriture. Ces personnes là doivent être protégées de gens comme vous, non du système qui les emploie et qui n'est pas responsable de la pénurie de poste. Passez un CAP, un bac pro, vous serez reconnue dans beaucoup de corps de métiers. Mais il faudrait vous mettre la main dans la graisse, c'est sans doute trop vous? Il s'agit de vous aider à trouver un emploi, pas de vous complaire dans votre misérabilisme. Quelque soit l'emploi prenez-le, faites des études supplémentaires en cours du soir, je sais c'est dur, mais c'est payant. Voilà ce que les recruteurs aiment : des gens qui s'arrachent les tripes, pas des gens qui gémissent!

Publié le 23 Septembre 2017

@Vay Céline
Je vais vous répondre à votre constat que vous faites de moi.
Vous dites que je méprise les métiers techniques indispensables? Vous rigolez j'espère. C'est que vous avez extrêmement mal lu car je ne méprise en aucun cas ces métiers là, je dénonce le fait qu'on les propose et même impose à des personnes sur qualifiées juste pour les caser et dire qu'ils sont dans le monde de l'emploi. C'est de l'humiliation et de la perte de talent. Humiliation? oui car les gens galèrent à faire des études et se retrouvent dans un emploi qui n'en nécessitent pas et en plus, ils devraient en être contents. Et par conséquence, ils subtilisent ces emplois à des personnes qui le désirent. Car je les dis et je le répète des personnes veulent faire ce travail et en éprouvent de la fierté mais pas tout le monde. Et c'est ce "pas tout le monde" qui prend le travail de ceux qui le veulent, par dépit.
Mon BTS? oui, j'en suis fière car j'ai eu personne pour m'aider à l'obtenir financièrement, j'étais toute seule mais ce n'est pas pour autant que je méprise les personnes qui ont un CAP, par exemple, comme vous le dites. Je dénonce le fait qu'on incite les gens à se dévorer les uns les autres et de voir des masters, licences, ... à faire un travail dénué d'études.
Pour la formation, ce que j'ai dénoncé dans mon récit c'est le fait que tout le monde (formateurs, conseillère pole emploi, mission locale, POI) n'avait dit que j'aurai cette formation et que, ô incroyable, on me dit non UNE semaine avant la formation sans AUCUNE justification. Et que lorsque j'ai osé demander des explications, j'ai eu des réponses fantaisistes et au final, je n'ai pas eu de réponses, justes des suppositions.
Si c'est à cause de mon argumentation sur "on donne des formations de 8 mois à des gens pour faire un métier où l'on a étudié 7 ans pour être au niveau", je le maintient. Et je ne suis pas la seule. J'ai réalisé un stage dans le codage de logiciel et mon maître de stage et patron était frustré de voir qu'en 8 mois je pourrai faire son travail alors qu'il avait étudié pendant 3 ans pour. Oui, je ne suis pas la seule à le dire et à être frustrée surtout quand nous même nous n'avons pas de travail et qu'une personne ayant suivi une formation de 8 mois vous passe devant car elle sera accompagnée aides à l'embauche par rapport à nous. Certains emplois nécessitent des études, quand j'entend que des personnes veulent être graphiste et pleurent en disant que photoshop est si dur à maîtriser... Et dans d'autres emplois pareils. Je peux pas me considérer comme paysagiste, fleuriste car je plante des légumes chez moi. Regardez comme certains sites sont extrêmement mal réalisés...Ce qui m'agace, ce sont les personnes qui disent qu'elles veulent faire un métier, par exemple graphiste pour ma part, et que je les entend se plaindre en disant que les logiciels sont trop durs à comprendre ou que c'est tout à fait normal de voler des images sur google et de se les approprier dans leur travaux. C'est scandaleux et illégal le vol d'image encouragé par les centres de formations. Cela vous choque, tant pis c'est la réalité.
Les conseillers pole emploi? Vous sous entendez que menacer quelqu'un de radiation car elle a le malheur de faire des stages pour avoir un réseau, lui dire qu'elle est malhonnête, voleuse de travail, qu'elle ne fait strictement rien pour trouver du travail, lui demander d'avoir un travail alors qu'elle va faire un dispositif à plein temps et j'en passe, ce n'est pas de l’acharnement? Vous vivez dans quel monde au juste? A part si vous me traitez de menteuse et là, d'une part je ne vous le permet pas et d'autre part ma petite personne a toujours fait preuve de probité.
Franchement Céline, je vois juste une personne d'une autre génération, d'une autre mentalité, où elle accepte et impose de courber l'échine? Vous ok, moi NON, je le répète, Je ne suis pas une bête de somme. Je ne suis pas née pour souffrir, cela vous fait plaisir tant mieux pour vous, moi je trouve cela lamentable d'obliger les gens à souffrir pour le plaisir d'un idéal corrompu. Souffrir est la clef du succès? Regardez où cela mène, misère, frustration, égarement... et nous pouvons continuer encore longtemps. Regardez cette régression sociale qui apparaît où lorsque des ouvriers disent stop, on les envoie en prison. L'Injustice on s'en fout pas nous au moins! Et là est la question. Équité!
Vomir? Je dis juste la vérité pour pouvoir peut être repartir sur des meilleures bases et pas faire comme vous, se voiler la face et accepter en disant "c'est normal". J'accepte d'être qualifiée aussi de pessimiste, car comme une certaine personne l'a si joliment affirmé, les pessimistes sont des éternels optimistes qui se refusent de croire et d'accepter toutes ces injustices dans le monde et que part leurs manifestations, ils pourront peut être améliorer l'existence des autres. Le Mépris, je l'ai plutôt ressenti dans tout votre commentaire en vous imaginant des choses qui n'existent pas. Surement que vous avez mal lu ou mal compris mes propos.
Vous vous attendiez à autre chose, c'est triste pour vous, revenez à la réalité. Si les jeunes sont de plus en plus égarés, posez vous les bonnes questions. Vous verrez de plus en plus de personnes qui refuseront votre vision soumise du monde où Souffrir Souffrir Souffrir résonne dans votre tête comme un hymne de gloire. Vous ne voulez pas le comprendre, tant pis pour vous. Je désire juste vivre heureuse et non soumise comme vous.

Publié le 23 Septembre 2017

@Audrey SABIN
J'avoue que je m'attendais à autre chose...Que de mépris dans votre bouche! J'avoue être un peu choquée. Que d'argent gaspillé aussi! Voyez-vous Audrey, il y a des personnes qui espèrent une formation à des métiers techniques indispensables: ménage, aide cuisine....Cette formation qui leur ouvrira les portes d'un emploi que vous méprisez. Ah et pour votre information, il y a des personnes dont le niveau d'études ne leur permet pas de rédiger correctement une lettre de motivation, parfois celle-ci est manuscrite, et ô miracle ils sont reçus en entretien. Et exposent avec fierté leurs compétences.Avec fierté... Alors oui les contrats aidés sont réservés à des personnes sans diplôme. Et quel bonheur quand à l'issue d'une formation diplômante ils ont réussi à obtenir un CAP! Quoi un CAP? Oui c'est sûr avec votre BTS dont vous vous prévalez, vous ne pouvez pas comprendre, la fierté d'un CAP! Vous avez raison, vous ne méritez pas d'être parmi les "pauvres". Ah, pour votre information également les conseillers de pôle emploi ont des directives, sont submergés de dossiers, et ont dépassé le stade de "l'acharnement" sur autrui. Pour tenir ce boulot, il faut savoir se "blinder" contre l'agressivité et le désespoir des personnes en recherche d'emploi, alors votre petite personne avec un BTS...Franchement Audrey, vous valez mieux que ce soi-disant plaidoyer sur la misère qui n'en est pas un. Juste une intellectualisation à outrance d'une situation qui vous échappe ou pas. Car oui, pour bosser, il faut courber l'échine, accepter d'en prendre plein la figure, pour un salaire qui vous permettra tout juste de payer votre loyer quand votre voisin fera partie des bénéficiaires des "un tiers de logements sociaux". Justice, injustice? Mais on s'en fout, là n 'est pas la question et heureusement. Tout le monde se vomirait dessus. Un peu comme vous le faites.

Publié le 22 Septembre 2017

@Audrey SABIN
Votre thématique m'intéresse, Audrey. Un peu parce que je viens d écrire un roman sur le thème du regard sur la femme, qu' avec mon ami auteur @Michel CANAL nous avons pendant plusieurs mois bien modestement mené une réflexion sur le sujet, mais encore et surtout parce que je travaille à la DRH, service recrutement. Bien à vous.Céline.

Publié le 22 Septembre 2017

@Palamède Merci pour votre commentaire et d'avoir pris le temps de lire mon témoignage. Même si cela ne parait pas si évident que cela, les conseils ne me dérangent pas, bien au contraire, j'ai toujours voulu en avoir sauf que le plus souvent j'ai droit à "si tu n'as pas eu ceci, c'est que tu n'as pas assez cru, pas assez prié, pas assez... bref tout ce qui est croyance et autres au bout d'un moment, stop, justifications fantaisistes pour ne pas voir le vrai problème.
Après pour ce qui est de l'emploi, je n'ai jamais dépassé le seuil du cv, lettre de motivation ou même appel. Lorsqu'ils s’arrêtent sur Femme et Pas d'expériences professionnelles à part des stages, c'est direct au suivant. Après je conçois que je ne suis pas très sociale ( voire pas du tout) et que je n'irai jamais racoler le patron et le baratiner jusqu'à qu'il me laisse ma chance. Je suis plutôt du genre, soit on a besoin de moi, soit on n'a pas besoin de moi donc je dois trouver autres choses. (et je sais que le monde n'est pas tout noir ni tout blanc mais je n'aime pas du tout m'imposer pour quelque chose qui au final je n'aimerai pas et me battre pour avoir quelques choses ... je ne suis pas une bête)
Ce qui est de la diffusion de mon témoignage, oh surprise, cela n'étonnera personne que j'ai proposé mon écrit à plein de maisons d'édition et .... aucune n'a voulu le publier soit avec pour réponse "il est très bien mais pas pour notre ligne éditoriale actuelle" ou réponse automatique de refus. Alors il me fallait une base pour avoir une visibilité, ce site, puis lorsque je trouve une association qui défend les minorités, une polémique sur le pauvre avec ces stéréotypes nauséabonds je les renvoie vers mon livre. Tout ceci sera qu'une communication abstraite dont je ne récolterai jamais les fruits en direct, mais j'espère qu'elle restera au conscient et à l'inconscient des personnes qui l'auront lu et le diffuseront à leurs tours pour changer les mentalités.

Publié le 19 Septembre 2017

Sacré plaidoyer, éloquent, dramatique. Que vous défendez avec dignité, précision et beaucoup d’esprit d’auto-dérision. Bien sûr, les conseilleurs ne sont pas les payeurs... je me garderai bien de vous en donner encore en plus. Mais avec autant de talents pour défendre votre cause et vos compétences, ne pouvez-vous faire la plus non refusable proposition d’emploi ? Originale ? Iconoclaste ? Les politiques passent leurs tribunes à se vanter de défendre le pauvre et l’opprimé. Vous avez certainement déjà ultra exploré la piste. Mais puisque vous êtes forte en communication, n’y a-t-il pas une faille dans leur système pour vous assurer qu’ils entendent votre cri ? Je ne suis pas sûr que ce site soit la bonne tribune, mais je vous souhaite qu’il puisse être un écho écho écho. Ce serait justifié.

Publié le 18 Septembre 2017