Les hommes qui avaient peur des femmes.

219 pages de Rezkallahmo
Les hommes qui avaient peur des femmes. Rezkallahmo
Synopsis

Une cloque
a fleuri,
dans l’intérieur de la cuisse,
là où je t'ai embrassé...
Tu vacilles.

1080 lectures depuis la publication le 13 Septembre 2017

Les statistiques du livre

  176 Classement
  185 Lectures
  -36 Progression
  3 / 5 Notation
  15 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

6 commentaires , 1 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Tu te répètes, rien de de nouveau par rapport à ton premier roman, les mêmes mots, les mêmes phrases, le même discours, depuis tu n'as pas évolué, tu ne te cherches pas, tu restes beur, tu ne sors pas de ta petite banlieue pour respirer, te corriger. Des barreaux. Je voudrais tellement que tu fasses l'effort de faire un tour dans le 16è ne serait-ce que pour la différence ! Bien à toi. Ton ami Mokeddem.

Publié le 19 Octobre 2017

@isa33

Vos mots me vont droit au cœur. Merci.

Publié le 24 Septembre 2017
3
vous écrivez comme un boxeur....gauche, droite....beaucoup de direct et des ko...j'ai beaucoup aimé
Publié le 24 Septembre 2017

@pantinois

Merci pour votre retour. Corrections faites.

Publié le 20 Septembre 2017

Une écriture vive, intéressante et même limpide, disons moderne.
Attention tout de même à ne pas perdre des lecteurs d’entrée par des fautes d’orthographe ou autres :

Une cloque a fleuri (sans e, car avec l’auxiliaire avoir).

J’errais comme un chat en chaleur… certainement une licence poétique, car ce sont les chattes qui sont en chaleur (période de fertilité) et les chats sont en rut.

habitai(ent), tyrannisai(ent), poussai(ent)

etc.
Cordialement

Publié le 20 Septembre 2017

@Loulou PF

Bonsoir Le loup,

Ca fait plaisir de te relire.
Ce roman là on peu dire que c'est un extension des précédant opus mais sans lien direct. Comme le type de quartier qui essai d'entrer dans la vie active...mais c'est trés noir en effet. Je voulais traiter de la solitude et sa rupture, poussé par le désir et ce que cela implique.

Publié le 18 Septembre 2017

Bien glauque. Mais bien ! L’univers est noir. L’écriture est sûre. Et elle nous emmène exactement où elle veut. J’avais déjà lu 2 tomes de Mo. C’est le 3° ?

Publié le 18 Septembre 2017