Los buenos

232 pages de landolfi
Los buenos landolfi
Synopsis

Ce livre retrace la vie romancée d’une famille anarchiste espagnole d'Aragon brinquebalée dans le 20ème siècle qui devra affronter une double errance, intérieure d’abord puis hors de ses frontières nationales.
A la faveur de révélations inédites récentes, elle trouvera la réponse à une énigme qui aura traumatisé tous ses membres : les circonstances de la mort du fils aîné pendant la guerre civile.
Le prologue, qui pourrait déconcerter certains, révèle la signification du titre en prenant en exemple la posture d’un illustre personnage de la vie politique française qui s’est autoproclamé fils de réfugié politique espagnol.

434 lectures depuis la publication le 13 Novembre 2017

Les statistiques du livre

  180 Classement
  194 Lectures
  +65 Progression
  4.5 / 5 Notation
  4 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

4 commentaires , 2 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Brice Epédrague
Que certaines personnes prennent sur leur temps de loisirs pour lire un texte écrit par un inconnu qui a eu la prétention de produire quelque chose digne d’intérêt est une énigme pour moi. Vous faites partie de ces gens et je vous remercie. Votre note flatteuse montre que vous avez apprécié. Que vous ayez appris de cette période est un autre sujet de satisfaction. A priori, les méandres dans lesquels je vous ai entraîné n'ont pas été un obstacle pour vous.
Quant au prologue, comme il est précisé dans le synopsis, le fils de réfugié politique espagnol (Manuel Valls) est cité pour l’exemple ; il n’apparaît plus dans le roman.

Publié le 19 Décembre 2017
4
Le commentaire précédent dit que le début est troublant. Le début EST troublant, un peu décousu. Mais je dirais que la construction de votre livre est apparemment voulue pour l’être. On passe de fils de réfugiés espagnols de 36 à un diner à Davos… Puis de nouveau en 36 avant de prendre en 2010 le train de banlieue d’une jeune fille qui part en erasmus à Madrid… Et de se retrouver en 36. Ne m’étant jamais intéressé au sujet, j’ai été curieux de vous suivre dans vos méandres et d’en apprendre beaucoup et de manière très intéressante. Merci pour ce partage.
Publié le 17 Décembre 2017

@Bolopion Michel
Merci d’être allé au bout de la lecture et pour ces commentaires inespérés.
Au plan historique, le livre retrace aussi une expérience sociale unique dans notre monde moderne : pendant près de 2 années, en Europe, des populations ont vécu sous un régime social anarchique. Pas le désordre ou bien le bordel ni la violence, comme on se plait à en faire la caricature. Ces anarchistes étaient plus adroits dans le maniement de la houe que de l’escopette soucieux qu’ils étaient du bien-être de tous. Pas une peseta en poche et pourtant ils ne manquaient de rien. Une expérience trop souvent méconnue.

Publié le 20 Novembre 2017

Je complète mon commentaire. J'ai tout d'abord commencé à lire ce roman avec plaisir car il est bien écrit, mais en prenant mon temps. Par contre, j'ai dévoré la seconde partie à partir du moment où l'intrigue, juste effleurée au début, commence à se dénouer. Super roman bien ficelé
. J'ai par ailleurs trouvé beaucoup d'intérêt aux passages historiques, en particulier sur les conditions d'"accueil" des réfugiés espagnols par les autorités françaises.

Publié le 18 Novembre 2017

@BOLOPION Michel
Merci pour ce commentaire encourageant.
En espérant que la remontée dans le temps suscitera le même intérêt..
A suivre...

Publié le 16 Novembre 2017
5
Je n'ai pas encore terminé ce livre (232 pages quand même !), mais je ne peux résister à l'envie de donner un premier avis. Je le trouve remarquablement écrit, avec un style fluide. Le prologue peut effectivement dérouter, mais c'est intelligent, bien documenté, et je commence à en comprendre toute la pertinence. De même pour le tout premier chapitre où il est question de Davos, avec une chute savoureuse (chut !!!). Mais très vite, on se retrouve en 1936, et le drame commence. J'espère pouvoir bientôt confirmer ce premier avis.... ou l'infirmer, mais j'en serais surpris. Que sera sera.
Publié le 16 Novembre 2017