FLAMBERGE SE REBIFFE

250 pages
Extrait
de Claude CARRON
FLAMBERGE SE REBIFFE Claude CARRON
Synopsis

Synopsis (Polar baroque remanié)

Finalement, tout semblait redevenu calme sur ROUEN -pays réputé des « r’morqueurs » et du canard au sang- après l’affaire de la mère Michel. En tout cas, au moins en ce qui concernait les services policiers du célèbre commissaire FLAMBERGE, cette fameuse fine lame policière bien connue des rouennais, un de ces cadors que même les States nous enviaient. Cette épée flamboyante autant qu'ondoyante, taxée par le petit peuple local d’un affectueux surnom qui le faisait bicher d’aise: « Le commissaire rouge ». La période était au graissage des armes de poing et des sulfateuses suspendues au râtelier. Les blanches colombes de la paix roucoulaient en bande, tandis que les poulets gloussaient d’aise au poulailler. Bref, le temps était suspendu dans son vol...

22600 lectures depuis la publication le 23 Mai 2015

Les statistiques du livre

  21 Classement
  906 Lectures
  +2 Progression
  4.5 / 5 Notation
  20 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

40 commentaires , 8 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Bien vu Boris. Fort bien résumé.Merci Boris. a + CC

Publié le 27 Janvier 2017
5
@ Claude CARRON. Donc : 1 flic sagace et non conformiste + 1 poignée de bourgeois rouennais pourris jusqu'à la moelle + la suave odeur des dessous -pas très propres- de la IVème République + l'argot parlé dans le texte + tout le reste = Des étoiles plus que méritées ! Désolé de la formulation mathématique ; si j'avais fait dans le littéraire, cela aurait pris trop de place ! Cordialement. Boris Phillips.
Publié le 27 Janvier 2017

@Boris Phillips : Merci Boris pour ce gentil message parlant d'Albert Simonin et de Gustave Flaubert (nous sommes tous deux roueunnais) en de tels termes élogieux. Je vous souhaite une bonne lecture. Et attends votre impression finale avec impatience. A Bientôt. Très cordialement. Claude CARRON

Publié le 12 Janvier 2017

@ Claude CARRON.
Je suis un "lecteur lent"... Lorsqu'un livre me passionne ; le vôtre est de ce lot !
Dors et déjà, j'y trouve une maestria de jactance chère à Albert Simonin, et cela me réjouit au plus haut point ; des intrigues familiales et bourgeoises que n'auraient pas reniées Flaubert...
Bref, vos étoiles sont en attente et viendront bientôt !
Fort cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 12 Janvier 2017

@ Thierry Tougeron : Merci Thierry pour ce compliment que je partage avec bien d'autres sur ce site. A bientôt. CC

Publié le 23 Décembre 2016

Meilleure que pire c'est mieux que moins bien...Non ?

Publié le 16 Décembre 2016

Charabiesque ? C'est tout ? C'est du tir à blanc ? Je vous ai connue meilleure... CC

Publié le 16 Décembre 2016

@Jezzabel : Très, très chère follette du site. Vous m'en chatouillez une sans déranger l'autre par ce positionnement de critique littéraire de mes deux...En fait de catastrophe littéraire, votre pensum démontre bien que vous en êtes une à vous tout seule. Au point que vous en arrivez à vous faire plaisir à entrer et sortir du site avec votre œuvrette simili sado turlupinesque, pour tenter d'attirer l'attention de quelques lecteurs amateurs de bizarre, comme on déplace sa canne à pêche de long en large pour ferrer la grenouille en mare. Ça mord ? Un petit conseil en ce cas : essayez donc d'asticoter les auteurs qui font un meilleur score que le mien, pour le cas où quelque lumière rejaillirait sur vos œuvres pompeuses et un tantinet dépressives. Sinon, faute d'argot farceur dans vos pisses vinaigre (empilant les hermetica comme on enfle des perles en usine) y parsemer un peu de réelle gaieté, voir d'humour subtil pour en atténuer l'acidité au détour d'une phrase. Vous y avez pensé ? C'est gratuit. Recevez, très chère, mon plus total et sincère mépris. CC

Publié le 16 Décembre 2016

Allez donc vous faire soigner jeune débilitante neurasthénique. Si je suis "venu" vous chercher c'était parce que vous ne faisiez que venir critiquer négativement les écrits de gens qui ne vous demandaient rien. Maintenant si vous souhaitez engager le fer, ca ne me dérange pas, j'ai quelques années d'avance. Mademoiselle Sade qui sait tout et a déjà tout vu de l'auteur des "120 jours de Sodome". La Arletty du Boul'mich' abonnée au sex-toy, estampillée Kamasutra façon puzzle, hésitant d'une ligne à l'autre entre "tape-cul" et " fleur éclatée, pour finir dinde au marron, vieillie avant l'heure version sépia. Continuez donc vos dingueries, après tout, si ca amuse les gosses boutonneux en mal de yoyotage, malgré ce qu'ils nous servent avec les télés "réalités" CC

Publié le 10 Décembre 2016

@Jezzabel. Lao Tseu : "Lorsque le sage montre la lune, le sot observe le doigt et s'émerveille" Vous pas comprendre le procédé de l'allégorie ? Vous y en a avoir du mal à faire différence entre un exemple et la réalité? Quant à votre prose "cucul la praline", j'avais surtout essayé d'en extraire aimablement le plus sympathique effet, bien que pâle copie vaguement remastérisée des écrits érotiques du marquis de Sade. Mal a vous, la follette du site et que le cul vous pèle. Faites comme moi : oubliez-moi ! CC

Publié le 09 Décembre 2016

Venant de la femme des vents à double sortie, ca vaut son pesant de cacahuètes. Vous me faites penser à ces taverniers qui avaient du mal à accepter une toile d'un jeune peintre inconnu nommé Picasso, contre un repas, en prenant ses œuvres pour du gribouillis. Le plus important étant rarement ce que l'on expose, mais ce qui reste caché au profane. Vous manquez de maturité. CC

Publié le 08 Décembre 2016

Remise à jour du polar. 250 pages. CC

Le lieu était un point stratégique pour la bande, situé, qu’il était, pas très loin des quais et même proche du très emprunté quai de Paris, ainsi que du cours

Boëldieu où se trouvaient encore quelques ruines du grand café Victor, autre lieu illustre embaumant encore l’absinthe et le parfum oriental de ces intrigantes qui venaient y guetter le beau parti à marier, au point d’y laisser les traces de leur enivrant passage. Les effluves fantômes de leurs corps hantant encore ce lieu, mêlés à leur parfum envoûtant étaient d’ailleurs restés encore imprégnées des années plus tard, dans les tissus muraux et boiseries de ce monument dédié au tout Rouen des années folles.
C'était une véritable institution limonadière qui avait été construite en 1882 et qui fut malheureusement détruite en partie en 194O par les allemands, puis finalement détruite en totalité quatre ans plus tard par les anglais, lors de la terrible semaine rouge. Ce haut lieu rouennais surnommé : « la plus belle terrasse de France », avec sa superbe marquise créée par Ferdinand BARROU, qu'aimaient tant esquisser, voir croquer ou peindre tour à tour, des impressionnistes célèbres comme: MONET, PISSARRO ou GAUGUIN. C’était un de ces hauts lieux dédiés au romantisme rouennais de la belle époque où il faisait bon vivre et, qu'avait bien connu FLAMBERGE, quand il y venait avec son espiègle tonton Charles, connu, lui aussi, en tant que romancier assez gratiné ayant fait scandale dans les années trente.

Publié le 17 Novembre 2016

Merci Daniel. A bientôt. CC

Publié le 04 Juin 2016
5
à éditer en librairie !
Publié le 04 Juin 2016

Forte progression des ventes en version papier au Québec. CC

Publié le 01 Mai 2016

https://www.armitiere.com/livre/9175059-flamberge-se-rebiffe-claude-carron-edilivre-aparis

Publié le 02 Avril 2016

Merci Muriel, pour cet encouragement. Pour les fautes, j'en ai corrigé pas mal avant publication, mais il en reste un peu sur le livre publié de 370 pages par EDILIVRE, du fait que chaque nouvelle page corrigée coûte bonbon après le BAT. A bientôt. Cordialement. CC

Publié le 21 Janvier 2016
5
C'est dans un style direct que vous nous proposez cette enquête originale. C'est un peu dur à suivre du fait des coupures, mais vous avez une plume tranchante et bien affûtée qui nous propose des expressions bien surprenantes ! Les fautes, la plupart des grands auteurs en font énormément et les éditeurs le leur pardonnent, alors... Je mets 5 étoiles pour la singularité de la plume et vous félicite pour vos ventes. Bonne continuation ! Bien cordialement, Muriel E.
Publié le 21 Janvier 2016

7000 exemplaires vendus en à peine 3 mois

Publié le 17 Janvier 2016

https://www.lagalerne.com/livre/9175059-flamberge-se-rebiffe-claude-carron-edilivre-aparis

Publié le 16 Janvier 2016

https://www.facebook.com/claude.carron/videos/10205841267654304/

Publié le 09 Janvier 2016

Pas du tout Dany. Au contraire,je trouve votre petit mot élogieux et je comprends qu'on puisse éprouver quelques difficultés à me suivre parfois dans ce style (que j'espère précurseur, un comble pour du vintage) nouveau et (je le reconnaît) assez particulier. Frédéric Dard, lui-même, n'a-il pas eu du mal à imposer son style et son commissaire San Antonio, assisté d'un débonnaire Bérurier, dans la fin des années 50 ? Et puis, je suis persuadé qu'en y revenant d'ici quelques mois, "l'oeuvre" vous apparaîtra différente et plus aisée à suivre,. D'autant que certaines affaires et personnages cités on réellement existé sur ROUEN pendant la collaboration. A bientôt chère payse... CC

Publié le 12 Décembre 2015

Ahh Rouen, toute une épopée sauvage....Non pas de chauvinisme entre nous. Vous avez une écriture "familière" que j'adore et un vocabulaire que je vous jalouse, " chier des bulles" et " peigne-cul" sont deux de mes références. C'est étrange de lire un récit avec des hauts-lieux que vous fréquentez souvent.. Pour ce qui est de l'histoire, je suis navrée mais j'ai dû mal à rentrer dans l'intrigue. Très masculin, à mon ressenti et une farandole de personnages qui font que je me perds et ne sais plus qui est qui. Je le garde malgré tout dans ma bibliothèque parce que le style me plaît, c'est indéniable, j'y reviendrai plus tard. J'espère que vous ne m'en voulez pas?! Dany

Publié le 08 Décembre 2015

Flamberge se rebiffe Rouen 54 : et un poulet sauce pruneaux, un ! Par Claude Carron Thème : Roman policier / suspense Format : Roman (134x204) Nombre de pages : 370 Date de publication : 3 novembre 2015 ISBN : 9782332981813. Editions EDILIVRE. Disponibilité : En stock Livre papier 38,50 € 0 Livre numérique : format Pdf 23,10 € + Livre papier + numérique Prix conseillé : 61,60 € Prix : 39,50 € Economisez : 22,10 € PARTAGEZShare on email Share on google_plusone_shareShare on twitter Flamberge se rebiffe LIRE UN EXTRAIT 

Publié le 18 Novembre 2015

Fredo DARD ! Merci Mary pour ce joli compliment qui me fait bicher d'aise. Mes pieds ne posent plus par terre et j'en rougi de plaisir derrière mon écran. Connaissant bien mon FLAMBERGE, je pense qu'il sera content de cette reconnaissance "San Antoniotesque" et s'apprête déjà à sillonner la Normandie pour de nouvelles aventures. C'est que la méthode Flamberge fait école... A très bientôt. CC

https://soundcloud.com/user364284985/quand-je-t-aime-par-jacky-jones-0514 Petit clin d'oeil d'un copain chanteur qui apprécie Flamberge. 

Publié le 10 Novembre 2015
5
"FLAMBERGE se rebiffe", un vrai polar à la Frédéric DARD. Bravo Claude, vous m’avez embarqué dans les enquêtes de ce commissaire divisionnaire rouennais à la prose bien personnelle et pleine de cocasserie. Ça nous change de tous ces romans dit policiers actuels, copies conformes des séries policières américaines qui n’ont plus aucun intérêt.
Publié le 08 Novembre 2015

Bon, quelle heure il se fait là ? Six heures et demie. Au fait Tarzan, t'as un point de chute pour ce soir ?
-Ben là, pas trop mais j'peux coucher au poste, j'ai l'habitude.
-Ouais, mais enfin bon. Un bon plume d'hôtel quoi, çà serait mieux non ? Çà te dit ? J'ai çà pas bien loin, là à côté, sur la place de la Rougemare. Sache mon brave Tarzan, que le lieu est, de surcroît, hautement historique. C'est qu'il faut savoir que si cette place porte ce nom sanguinolent à faire des cauchemars, c'est qu'il lui fut donné par la quantité de sang déversé au sol, suite à la cuisante défaite infligée en 949, par Richard 1er, à l'encontre de la coalition des envahisseurs commandée par Othon roi de France orientale, Louis IV roi de France Occidentale et Arnould le comte de Flandre. Et comme aurait pu le dire Richard 1er lui-même. A Rouen, on a horreur de se laisser emmerder par les emmerdeurs.
Tarzan était resté comme deux ronds de flan devant ce cours magistral fait par un FLAMBERGE en verve et intarissable sur l’historique de sa chère ville de naissance. Pour ne pas laisser Tarzan dans cet état méditatif le mettant en émoi, FLAMBERGE enchaina :
-Bon et là en face, tu vois la petite enseigne violette gentillette là, à côté du chapelier ? Et bien c'est chez mon copain Léon, un brave mec qui a eu, lui aussi, une enfance difficile. Et il fait aussi restaurant. « Qu'ique” t'en penses mon gars ? »

Publié le 08 Novembre 2015

Bonjour Mary. Oui je suis aussi chez Edilivre. Merci pour le lien et à bientôt. Pour la peine, voici un extrait de : "FLAMBERGE SE REBIFFE", où ledit comissaire propose à un ex détenu d'aller dormir chez son copain tenancier d'hôtel, situé à un jet de noyau du commissariat,  place de la ROUGEMARE. Lieux à tout le moins historique (pas l'hôtel, la place... CC

 

Publié le 08 Novembre 2015

Merci Claude pour le petit mot accompagnant votre ajout de mon livre à votre bibliothèque et pour le lien vers l'école des chartes de Rouen.  Je vois que vous êtes tout aussi connaisseur et passionné que moi par l'Histoire et surtout celle de nos ancêtre les "Normands". j'ai hâte de lire vos critiques. Pour ma part, concernant votre "Flamberge" je ne vais pas tarder à vous faire les miennes En attendant je vous mets un lien vers la page facebook de mon livre qui contient des informations sur son parcours ( j'en ai vendu + de 3000 exemplaires en auto-édition et je suis maintenant chez Edilivre comme vous me semble-t-il) : https://www.facebook.com/Manus-De%C3%AF-Lamour-a-l%C3%A9preuve-du-duel-1699245700302619/

Publié le 08 Novembre 2015

Publication papier aux éditions Edilivre active depuis le 3 novembre 2015. Visible bientôt sur Amazon, Fnac, Domaine... 370 pages de rebondissements et de rigolade...

Publié le 05 Novembre 2015

Merci Hubert pour cette excellente analyse amicale et à bientôt. CC

Publié le 20 Octobre 2015

Merci América Grace. A bientôt. CC

Publié le 29 Septembre 2015

Merci dufondesages de cet excellent hommage qui me ravit et où il est tacitement admis que les fautes paraissent moins essentielles que la teneur du texte. Oui, les fameuses fautes d'orthographe (dites d'inattention) et les erreurs de syntaxe sont bien mon grand souci, moi le sans certif des années 60 (je n'en fini plus de me relire et de corriger ce polar qui devrait paraître (si j'arrive à bien tout corriger) dès le mois prochain sous la forme papier, aux éditions Edilivre. CC

Publié le 27 Septembre 2015
4
Vous avez l’air de bien vous amuser. Il y a un style, de l’imagination, de l'humour, du rythme. On comprend que la perfection rédactionnelle passe au second plan et que les coquilles font partie du climat... (À la volée : -p.7 : le commissaire Flamberge et non FALAMBERGE. -p.8 : la locution adjectivale invariable « collet monté » et non « collé-montée ». -p.45 : de pied en cap, et non en cape... Oulà ! O.K., on s’en fout, coco ! Faut pas te véner pas pour ça. T’as raison : quand les zieuteurs sauront lire les fautes, on leur apprendra à les compter.) Juste un truc pour percuter meilleur : vous devriez parfois faire des phrases à peine plus courtes. Mais... continuez. C’est plaisant. Bientôt le prix San Antonio ?
Publié le 27 Septembre 2015

DU LUTIN ROSE AU GRAND CAFE VICTOR.

Comme à son habitude, FLAMBERGE avait donc opté sur la technique du tir par la bande et entreprit pour çà d’aller directement interroger lui-même le sieur CARLOTTI dans sa tanière, pour continuer son enquête toute en infiltration et immersion. Rien ne valait mieux, pour lui, que de humer la piste et de tâter le terrain du lieu même où se terre le fauve pour mieux l’enfumer.

Comme c'est souvent le valet qui reflète le mieux les travers du maître, il avait donc décidé de commencer son enquête sur la personne du larbin des basses œuvres. Côté cour, le malfrat s’affichait officiellement en qualité de gérant d’un cabaret hôtel situé place Henri IV, au nom évocateur et sans doute dévolu aux culbutes bourgeoises en perspectives : « Le Lutin Rose ». C’était une grosse bonbonnière toute de rose imprégnée, qui semblait d'abord honnête et où se ruait même une clientèle huppée qui venait s’y encanailler avec la bénédiction des autorités locales. Un lieu plutôt badin où s'ébattaient d'ailleurs certaines vedettes émanant du barreau précitées. La piétaille, quant à elle, se dégourdissait plutôt les pinceaux en chahutant la donzelle au bal à Jojo. Voir, à aller se frotter aux matelots et aux dockers au faciès patibulaire, ayant leurs chaises attitrées au Stockholm bar. C’était un de ces troquets brumeux, réputé pour son ambiance très « Macao » où flottaient vapeur et sueur. De ces bistrots fortement enfumés, à lumière tamisée, avec tripot clandestin en arrière salle. Cette perle rare était située parmi un ensemble de rades à marins construits en bois, à la va vite dans les trois quart de ruines que la guerre avait laissée à la Libération, entre le boulevard des Belges et la rue des charrettes, à une portée de lorgnette à pirate du Lutin Rose.

Publié le 20 Septembre 2015

Merci Kris, pour la note et le clin d’œil en argot typique de l'époque, que n'aurait pas renié le commissaire divisionnaire 1/3 anar et 2/3 original. A très bientôt. CC

Publié le 30 Août 2015
5
Flamberge se rebiffe et il a bien fait, nous permettant de suivre pas à pas une nouvelle aventure sortie des années tumultueuses qui n'est pas piquée des hannetons, bravo CC !
Publié le 30 Août 2015

Ok Patrick. Je t'envoie çà de suite. CC

Publié le 28 Août 2015

Oui Patrick, un petit coucou en passant. CC    

Publié le 27 Août 2015

Merci Marie pour retweet.

Publié le 25 Juillet 2015

Merci Yann. A bientôt. CC

Publié le 08 Juillet 2015
4
Une écriture plaisante qui se laisse savourer. Longue vie à Flamberge.
Publié le 08 Juillet 2015

Merci Thierry. A plus tard. CC

Publié le 29 Juin 2015

Salut Patrick. Ma fille aussi c'est retrouvée dans cette galère de partition volatilisée avec Windows 8 nous avons essayé de le mettre en Windos 7 (qui marche bien pour moi) mais rien à faire. Il va falloir qu'ils arrêtent de faire ce qu'ils veulent avec notre matériel. A bientôt mon poto. Bonne mer et bon vent. CC

Publié le 27 Juin 2015

Merci Briceclerc. Voilà bien un clin d’œil comme je les aime. A très bientôt. CC

Publié le 14 Juin 2015
5
Le décor est planté et en quarante pages, c'est déjà du tricotage bien serré. On se doutait qu'un Flamberge à la retraite n'était pas synonyme d'arpions en éventail. Et on est bien servi !
Publié le 14 Juin 2015

Merci Joseph, le divisionnaire apprécie. CC

Publié le 04 Juin 2015

Heureux de retrouver Flamberge… que je mets derechef dans ma bibliothèque !

Publié le 03 Juin 2015