Le Libre Arbitre de Saint Augustin

55 pages de Nicola Niclass
Le Libre Arbitre de Saint Augustin Nicola Niclass
Synopsis

Cet essai souhaite donner un aperçu de l'oeuvre de Saint Augustin et du thème du libre arbitre. Sa lecture permettra au lecteur de se confronter à lui-même et à se questionner sur les nombreux défis qui attendent l'humanité de demain. La vocation de l'ouvrage est d'éclairer l'esprit du lecteur afin qu'il réalise des actes réfléchis et humbles.

1452 lectures depuis la publication le 24 Novembre 2014

Les statistiques du livre

  1183 Classement
  43 Lectures
  +93 Progression
  4.5 / 5 Notation
  9 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 2 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Il me semble que la biographie de Saint Augustin est imprécise : « Il naît en 354 à Tagaste en Afrique romaine ».
Tandis que Taghaste (nom berbère qui signifie « la protégée des lions ») est l’actuelle ville de Souk Ahras, dans l’Est de l’Algérie. Plus loin, Saint Augustin est qualifié de « philosophe chrétien romain », alors que sa dimension berbère est complètement ignorée.
En occultant l’âme autochtone, on ne comprendra jamais les raisons du mouvement des chrétiens donatistes, ni celui des musulmans fatimides (né pas loin de Taghaste) qui fondera Le Caire, puis s’imposera en Iran sous le nom de chiisme (opposé aujourd’hui au sunnisme).
Le particularisme des Donatistes et des Fatimides provient du « communisme primaire » de la société berbère (étudiée par Carl Marx durant son séjour en Kabylie).
Pour le reste de votre texte, je n’ai pas pu le terminer, car c’était fatigant pour ma cervelle de moineau : il me semble qu’il s’adresse davantage à l’intellect qu'à l’âme.
Bonne continuation quand même.

Publié le 23 Février 2016
4
J'ai trouvé votre ouvrage intéressant à plus d'un titre. Notre éducation religieuse commence dès notre plus tendre enfance, où l’on ne possède aucun repère réellement structuré, puisque nous n'avons ni savoir, ni expérience, contraints de nous en remettre à nos parents, à l'autorité religieuse ambiante. De tout temps l'homme a eu besoin de s'expliquer les choses en fonction de la manière dont il pense et perçoit celles-ci mais surtout, de le faire en fonction de ses intérêts personnels et une fois ces intérêts bien définis, il devint alors plus facile de comprendre la démarche philosophique de chacun. Certes, chacun d’entre nous est libre de croire en ce qu’il veut, à condition toutefois qu’il ne cherche pas à imposer ses propres croyances à autrui, ou de l'influencer dans ses choix, ce qui reviendrait à porter ainsi atteinte à son libre arbitre. Cordialement.
Publié le 20 Janvier 2016

Certes Saint-Augustin a pris un coup de vieux mais dans son contexte il était assez révolutionnaire. Si toutes les chapelles, sectes et autres religions pouvaient garder à l'esprit que la pensée doit évoluer avec et pour la société, ce serait déjà un beau progrès en ces périodes de fanatiques intégristes. Le fait que Saint-Augustin était Algérien me plaît. Bravo Nicola pour ta contribution.

Publié le 15 Septembre 2015
5
je suis, moi aussi, en partie le chemin d 'Augustin: http://www.monbestseller.com/manuscrit/le-sens-dune-presence-essai
Publié le 29 Mars 2015

J'aime bien cette citation : «Le bonheur, c'est de continuer à désirer ce que l'on possède» Saint Augustin
Mais c'est pas tout simple...

Publié le 15 Février 2015