Le sens d'une présence : essai.

55 pages de lephilosophe
Le sens d'une présence : essai. lephilosophe
Synopsis

Arrivé à la cinquantaine
Une chose est certaine
Tu commences à te lasser

De tous les hochets
Passablement usés
Qu on te fait désirer

Ni l argent ni la gloire
Ni la sexualité
Ni la quête d identité

Ni les faux espoirs
Ne te font espérer
Ne te font avancer

Alors tu te poses la question
A quoi bon
A quoi bon

Je vais
Avec cet essai
Plutôt philosophique
Un brin mélancolique

T indiquer un chemin
Holzweg incertain
La présence
Le sens d une présence

Entre amis sans façons
Je réponds à la question
A quoi bon
A quoi bon

2069 lectures depuis la publication le 29 Mars 2015

Les statistiques du livre

  1225 Classement
  42 Lectures
  +83 Progression
  5 / 5 Notation
  14 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

17 commentaires , 1 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@lamish
Je vous rassure,moi aussi, je n'ai jamais été pris au piège des haec tria !
Oui le champ est ici différent, certes moins large, mais aussi plus "mystique", car cette présence est un nouveau rapport à l 'Etre.
Oui, il faut un rapport positif aux autres : "donner plutôt que recevoir ", et dans mes 2 essais j'essaye de donner !
Amicalement
Philippe

Publié le 02 Février 2017

Cher ami auteur, Il n'y a pas malentendu de moins de vue. Le champ de votre réflexion est plus étendu, dans votre second essai. Je n'ai pas pu adhérer à votre pensée car je n'ai jamais carburé au matériel, au superficiel dans tous les domaines. Le sens de ma présence, je l'ai rapidement trouvé dans ma relation aux autres. J'ajouterai que je n'ai aucun mérite puisque j'ai eu la chance d'avoir une mère qui a donné le ton de mes réflexions, dès mon plus jeune âge. Oui, je sais, je suis vernie ;). C'est un point de vue strictement personnel. Je comprends qu'une prise de conscience soit nécessaire lorsque l'on se débat pour trouver un sens à une vie, perdu dans les aguichantes valeurs sociétales. En cela, votre bouquin donne de très utiles premières bases. Et oui, l'écriture comme toute forme d'art, lorsqu'elle est partagée, est une ouverture aux autres, qui apportent beaucoup dans leur incroyable diversité, et pourquoi pas ? donnent un peu plus de sens à notre présence. Amicalement vôtre. Michèle

Publié le 02 Février 2017

@lamish
Chère Michèle, je pense qu’il y a un malentendu.
Entre le Sens d’une présence et Quinze pas, il y a juste une question de nuance : le premier essai est plus dans les teintes de gris, le second, dans les teintes de bleu.
Le lien entre les 2 est logique : pour trouver le bonheur, il faut d’abord explorer un certain désespoir.

Le cœur du malentendu réside, sans doute, dans l’haec tria spinoziste.
Je constate, simplement que c’est l’argent qui l’a emporté sur le plaisir des sens et la gloire, constat repris dans 15 pas.

Je cherche autre chose : le sens d’une présence
Et là mon message est identique dans les 2 essais : une ouverture au monde, la poésie ?

Amicalement. Philippe

Publié le 02 Février 2017

"La vision d'un homme ne prête pas ses ailes à un autre homme." Khalil Gibran. J'espère qu'il aura écrit ces mots un soir de spleen, car sa pensée m'en a donné à bien des reprises. Ce poète écrivait beaucoup les sentiments. C'est d'ailleurs pour cela que je l'évoque. Or je suis surprise de les voir si peu présents dans votre oeuvre. L'argent, la gloire, etc..., y trouvent une large place, à leur détriment. Finalement, Khalil avait raison en affirmant : "En vérité la soif de confort tue l'ardeur de l'âme", et il est dommage d'attendre 50 ans et une usure effective avant de le réaliser. J'ai vraiment préféré vos 15 pas vers le bonheur. C'est la raison pour laquelle je ne note pas. Amicalement vôtre. Michèle

Publié le 02 Février 2017

Je vous propose, à ,la suite du Sens d'une présence, de faire quelques pas vers le bonheur : http://www.monbestseller.com/manuscrit/6755-quinze-pas-vers-le-bonheur

Publié le 14 Décembre 2016

@Marianne333
Merci, pour votre patience , et ce commentaire subtil et sensible !

Publié le 12 Octobre 2016
5
J'ai pris le temps de lire entièrement "Le sens d'une présence". Et jamais le temps ne m'a semblé si court, comme j'aurais aimé que ces lignes se poursuivent indéfiniment... Il y a tant à comprendre... Merci pour ce partage "Lephilosophe", dont je ressens les mots... Eh oui, 1/2 siècle s'est écoulé et j'ai passé un bon moment en ta compagnie... Et, notamment sur cette phrase --_-- - On cause, on cause, un demi-siècle s'est passé, et il ne s'est rien passé !!! -) Satie disait : toute ma jeunesse, on me disait, vous verrez à 50 ans... J'ai 50 ans, je n'ai rien vu... Je répondrais par une boutade "le meilleur reste peut être à venir !" .Un aléa de la vie pour nous faire croire .Qu'il faut toujours garder espoir . Et, surtout pour ne pas décevoir... "Le sens d'une présence" prend ici toute sa signification Pas demain, mais maintenant !
Publié le 11 Octobre 2016

Oui, la joie , mais aussi une dérive poétique !!!

Publié le 18 Avril 2015

Oui, la patience et la curiosité m'ont menée au bout de votre pensée et de votre livre. C'est ainsi aussi qu'on va sur le chemin de la vie... Ne rien attendre, ne rien chercher, une autre éthique de la joie ? ;-)

Publié le 17 Avril 2015

Cher Yves, je vous remercie pour votre lecture intelligente et attentive !
Je n'ai pas la possibilité de répondre à toutes vos remarques, je me contenterai de quelques précisions.
L 'essai doit beaucoup aux philosophes, j'essaye de donner du sens à des pensées " inactuelles" , juste un chemin, un chemin de traverse.
Ce qui me choque c'est le triomphe de la pornographie , et donc la mort du désir, car c'est cela que je recherche : un désir éternel !

Oui le format est dense , et pourtant , tout n'est pas dit , par exemple sur l' humour :

Humour
Ultime séjour
D une humanité
Blessée

Quand tu souffres à l intérieur
Terreur
Et peur

Le spectateur
Attend
Avidement

Tu vas
Tu dois
Crier
Hurler
Pleurer
Supplier
T effondrer
Demander pitié

Mais à la fin
Il n en est rien
D un ton badin

Avec le sourire
Tu te mets à rire
De ton malheur

Quand vient l heure
De la potence
A l assistance

Tu dis
Quel jour sommes nous
Lundi

La semaine commence bien
Et tu l étreins
Une dernière fois

Ce moi
Qui va mourir
Il va rire
Ce moi

Un rire de défi
Un adieu à la vie
Ton dernier amour
L humour

Humour
Ultime séjour
D une humanité
Blessée

Cordialement

Publié le 17 Avril 2015

C’est un anti-essai pour nous rendre intelligent mais surtout pour vous rendre intelligent . Les règles de l’essai sont toutes enfreintes. Pas vraiment, parce qu’elles n’existent pas en fait.,cela s'appelle un ESSAI, donc pas de "guide de forme ni de fond".. Amertume de la cinquantaine épuisée par le combat, sans défaite et sans victoire : la rançon des désillusions, comme vous dites, c’est "l’expérience" qui nous rend triste car elle nous rapproche de la mort., Car cette expérience ne vaut que par la transmission.
Argent, sexualité, remords: des définitions revues à l'aulne de votre regard sur les grands philosophes.
Sexualité qui tourne en rond, pornographie itou et qui finit par générer l'ennui. Oui sauf que souvent,on ne sait pas pourquoi tout redémarre à chaque fois comme en quarante, à tous les âges.; et cela ça ne colle pas trop avec ces pensées philosophiques.
J'adore vos propos sur l'identité numérique , c’est moi,mais cette identité numérique est par nature même identique aux autres identités numériques dans une forme (et même un fond : nous sommes tous des hommes) inébranlable. Toutes ces identités sont standardisées donc sans a^me. L'identité est ailleurs , pas fichable, pas lisible.
Et puis d'autres que je déforme :
La présence n'a de sens que par son intensité. Comme c'est vrai, ça l'est aussi pour l'absence.
Le temps détruit les mensonges. C'est pour cela qu'on n'arrive à survivre n'est-ce pas ?.. Bon format pas plus de 50 pages par 50 pages...Un peu dense tout de même..

Publié le 17 Avril 2015

Merci Lisa!!

Publié le 04 Avril 2015

Un petit bréviaire d'une philosophie poétique.Sexualité et Argent ne sont pas mal. On monte dans le wagon , puis on part parfois dans le décor. Un exercice de pensée libre, à abandonner puis à reprendre. Pas mal.

Publié le 04 Avril 2015

Mais la vie m 'est beaucoup!
Et se savoir admiré est un plaisir!^^^^

Publié le 03 Avril 2015

Commencer par la fin
Chemin incertain
Mais qui peut aider
Celle qui s est égarée

Publié le 01 Avril 2015

Mince !! Je vais donc faire un effort, et lire à l'envers... Lol

Mes conclusions : Il me paraît opportun de Répondre à ces miliers de mots Par ce simple poème, sans respect des règles, ni des conventions. Libre d'écrire, libre de m'exprimer. Pauvre âme torturée, Rongée par une grande souffrance, Votre chemin est long, laborieux, tortueux Mènera-t-il jusqu'à la lumière ? Je n'en suis pas certaine. Je suis sûre d'une chose, La Présence comme vous l'appelez, A placé en chacun de nous la pensée de l'éternité. Pour le chercher... Et qui cherche (sincèrement) trouve... Chacun est unique (chaque flocon de neige est unique) Même si le système veut nous faire croire le contraire et je vous rejoins sur votre conclusion de la page 46. Bien à vous

 

(Dommage, l'indentation ne suit pas, tant pis !!)

Publié le 01 Avril 2015

Désolé pour la typographie.
Dommage, l'essentiel est à la fin!

Je suis surpris , dès le départ le lecteur est prévenu: le voyage se fait avec les philosophes. Je tiens mes promesses. Merci.

Publié le 01 Avril 2015

Bonjour monsieur le philosophe,
J'ai commencé la lecture, me suis arrêtée à la page 19 (il faut être précis) car j'ai été atteinte du syndrome de l'ennui.
Pourtant, j'ai beaucoup aimé le début, vos poèmes, votre prose... Je m'attendais à ce que ce soit vous qui vous révéliez, mais n'ai vu que des commentaires sur les écrits des philosophes, certes intéressants mais ce n'était pas mon objectif en vous lisant.
Je voulais vous écouter, vous ! Entendre votre avis et non les sempiternelles écrits philosophiques (attention, je ne les dénigre pas)
Du coup, je me suis lassée.
Je ne laisse pas de note, juste un commentaire pour vous encourager.
PS : il y a aussi des fautes de typographie (pas d'espace avant la virgule, une espace après la virgule...) et des coquilles mais je ne vous jetterai pas la pierre.
Courage, car je sens quelque chose de profond et j'aurais bien voulu échanger.
Bien à vous

Publié le 01 Avril 2015