Plaisent aux dieux, les cruelles métamorphoses

321 pages de Maxime Delettre
Plaisent aux dieux, les cruelles métamorphoses Maxime Delettre
Synopsis

A toi Maître de séant, ministre plénipotentiaire d’un monde réformé, messie culturel de l’homme lobotomisé, je pose la question : que ne vas-tu pas introduire en ton temple le doux venin qui plaît aux dieux ? Mets le monde en musique et ne fait pas le sourd. Les muses cherchent un conducteur, non un censeur. Alors, ne laisse pas ces muses sans voix, ne crains pas le soma qui brûle les lèvres, réponds à l’écho des nymphes, et viens au sanctuaire de l’âme échappée de sa prison dorée, libérée de tout clivage. Viens en son espace intérieur que tu te plais à murer comme Troie. Ne laisse pas lettres mortes ce qui vient à la présence malgré toi. N’isole pas le monde de son potentiel merveilleux.

2015 lectures depuis la publication le 18 Février 2013

Les statistiques du livre

  507 Classement
  70 Lectures
  +23 Progression
  4.7 / 5 Notation
  6 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

4 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

J'ai eu une incertitude. Noter, ne pas noter? J'ai préféré renoncer. Ce livre m'échappe, je ne peux lui accorder ni blâme ni acclamation, mais juste reconnaître que je ne parviens pas à m'y installer. Non que le style soit mauvais, loin de là. Il y a que cette prose poétique atteint pour moi une masse critique qui me rend incapable de l'assimiler. Fleuve ininterrompu, méandres retors, je finis par perdre mon souffle après quelques pages et risque de me noyer. M'embarquer dans un tel livre réclame des escales fréquentes, donc rompre le rythme nécessaire de la lecture, l'exigence de se laisser porter par le courant. Je resterai assis sur la rive à contempler ces remous; c'est hélas tout ce que je pourrai jamais faire.

Publié le 20 Juin 2014
5
Chouette livre
Publié le 01 Juin 2014
5
La qualite poetique de l ecriture me seduit particulierement,cette fluidite d ecriture s oppose une complexite paradoxale,ou l on se laisse emporter comme par magie.
Publié le 28 Mai 2014
4
J'ose... prendre pour essayer de comprendre sous le regard des étoiles. Sophie Angeli Chacoux/Chers équipiers
Publié le 18 Mai 2014
Oui c'est ce qu'il me semblait. Alors il n'y a pas d'autre choix pour le lecteur que de s'immiscer complètement dans votre récit. J'ai dû faire une expérience similaire au cinéma...pas encore en tant que lectrice. J'espère trouver le bon moment. Merci pour votre réponse.
Publié le 19 Février 2013
Merci pour votre commentaire. Le texte est ainsi que vous le dites, ésotérique. Il n'y a pas d'histoire bien qu'il y ait une quête et un fil conducteur. Tout est dans le ressenti. Un ressenti qui n'est pas sans répondre à l'écho d'une certaine réflexion. Je cherche à faire vivre l'intuition grâce à l'émotion. Le récit est hors temps et à la fois ancré dans son temps. Il n'a vocation qu'à nous conduire au delà d'un mode de pensée qui sclérose l'esprit.
Publié le 18 Février 2013
J'apprécie beaucoup la qualité de votre écriture. Le flot des mots emportent par leur poésie. Par contre, j'ai plus de mal à suivre votre récit...il me semble qu'il est presque ésotérique parfois. Est-ce une volonté de votre part ? Et si oui, qu'y cherchez-vous pour le lecteur ?
Publié le 18 Février 2013