jezzabel
Biographie

Je suis née dans l'Faubourg St-D'nis
et j'suis restée une vraie gosse de Paris
vos promesses et tous vos serments
je n'y crois pas car c'est du boniment
mon air voyeur, mes yeux moqueurs de midinette
sont plein d'bonheur et j'garde mon coeur
car j'vous l'répète
Je suis née dans l'Faubourg St-D'nis
faut pas m'la faire, j'suis une gosse de Paris

jezzabel a noté ces livres

5
@Victor FAURE "Je vous présente aujourd’hui ce texte imaginaire dont l’existence même fait toujours polémique", écrivez-vous en fin de votre synopsis. Cela est bel et bon, mais peut-être vous reste-t-il à nous expliquer comment un texte imaginaire pourrait avoir une existence réelle, polémique ou non. Pour le moment, je vous avoue que je navigue en pleine expectative, attendant votre réponse pour décider de vous lire ou non. Bien à vous.
Publié le 24 Février 2017
5
@Michel CANAL Allons, monsieur Canal, l'heure est peut-être venue de vous dire ce que je pense de vos deux livres ; je vous ai fait suffisamment lanterner. Au vrai, j'en ai achevé la lecture depuis quelque temps, mais comme vous me réclamez une opinion pertinente et que, question pertinence, je ne suis pas la championne du monde (je n'en suis même pas la championne d'Île-de-France), il m'a fallu a) vérifier la définition qu'en donne le dictionnaire, b) apprendre à maîtriser le fol esprit qui me possède depuis que je suis en âge de lire mon abécédaire et qui m'entraîne trop souvent vers des digressions carnavalesques, quoique de bon ton. Bon. Vos deux livres, donc. Eh bien, la première chose que j'ai remarquée, c'est qu'ils étaient écrits tous les deux dans une langue irréprochable (ce qui n'est pas un mince mérite quand on constate avec quel bel entrain on outrage la phraséologie dans les parages), même si, parfois - mais c'est un avis personnel que je partage avec mes autres multiples personnalités (car, vous l'ai-je dit ? je suis frappée d'une schizophrénie grave et qui - je ne vous explique pas ! - entraîne pour moi des frais considérables en escarpins, vu le nombre de ripatons que ça me fait au total et selon l'ancien proverbe "Chaque chaussure à son pied") - ; une langue irréprochable, disais-je, mais parfois quelque peu empesée. S'il lui manque quelque chose, à votre héroïne, c'est peut-être bien un poil en plus de fantaisie. Notamment dans l'écriture de son journal, mais c'est un reproche bien léger, car, au final, cette Claire, vous êtes parvenu à me donner la nostalgie de ne pas la connaître, en chair et en os et en sexe. Notez bien,s'il vous plaît, que je vous fais ici un compliment ni piqué des vers ni rongé par les hannetons (ou par les doryphores, c'est selon), car les auteurs dignes de cet exploit se comptent sur les doigts de la main droite du regretté Blaise Cendrars. Que vous confier d'autre ? A vrai dire, je ne sais, mes talents de critique n'excédant guère ceux nécessaires à l'affirmation que "La Semaine de Suzette" est un magazine pour décérébrées. Or nous sommes ici dans un autre domaine, un domaine où mon incompétence brille de ses mille feux. Aussi, dans le souci de m'épargner le ridicule qui guette les commentateurs ignares mais qui ne peuvent s'interdire de l'ouvrir, cesserai-je de vous accabler ici de mes guillerettes inepties. Bien à vous.
Publié le 24 Février 2017
5
@Loly h Ainsi donc, chère madame, vous êtes native de Brest. Je vous en félicite - encore que vous n'y soyez pas pour grand chose, le lieu de naissance de chacun étant affaire de circonstances plus que de choix. Mais j'ai pour la Bretagne une dilection particulière, y ayant très longtemps passé mes vacances, du côté de Plougastel, à chasser le menhir à marée basse et le dolmen à marée haute, quand je ne tourmentais pas les bigorneaux en essayant de leur faire chanter en canon "Ils ont des chapeaux ronds, vive la Bretagne ! Ils ont des chapeaux ronds, vivent les Bretons !" - chose qu'ils ne sont jamais parvenus à faire malgré la somme incommensurable d'efforts que j'ai pourtant dépensés. Et puis, puisqu'il est question de chapeaux, peut-être faut-il que vous sachiez que j'ai obtenu mon diplôme de quinzième cycle à l'université de Rennes, section "Chapellerie en gros et en détails", en soutenant une thèse dont la conclusion (les Bretons ont des chapeaux ronds parce qu'ils aiment porter quelque chose sur la tête) me valut à l'unanimité (plus la voix du concierge natif du Trégonnec) les félicitations du jury. Bref, ceci pour en arriver à vous dire qu'être Brestoise n'excuse pas tout. En particulier, d'offrir (perversement ?) à la jeunesse un livre truffé de fautes d'orthographe, de grammaire et de syntaxe. Bon, je sais, pour l'avoir tentée sans succès, que l'aventure de l'écriture n'est pas une sinécure ou une croisière à Cythère, mais est-ce bien raisonnable de chercher à farcir la tête de nos jeunes têtes de blondes d'un pareil pataquès ? La réponse bien évidemment vous appartient, mais je tiens tout de même à vous signaler que si je ne vous décerne que cinq étoiles, c'est que je pense qu'il ne serait pas bon d'encourager une pratique que, de toutes mes forces, je condamne sans faiblesse (ce qui est un fort joli pléonasme). Bien à vous. PS : Je ne juge pas de vos illustrations, étant aveugle suite à un accident de mikado. En effet, imaginez-vous qu'en essayant de faire sauter une baguette, je me suis crevé très sottement les deux yeux. On ne se méfie jamais assez, je l'ai toujours dit, des Nippons et de leurs jeux à la con.
Publié le 23 Février 2017
5
@idrinkflower Quoi ne pas faire au Japon, je ne sais pas. (Chasser la geisha à l'escopette, peut-être ? S'essuyer les pieds sur un idéogramme ? Utiliser le saké pour nettoyer la cuvette des toilettes ? Prendre un bain de siège à Fukushima ? Repeindre le Fujiyama en vert ?) En revanche, en ce qui concerne ce qu'on peut y faire, j'ai pour vous une brillante idée : apprendre l'orthographe.
Publié le 21 Février 2017
5
@Hermann Sboniek Mon cher vieil ogre subcarpatique, telle que vous ne me voyez pas, j'en reste sur le cul (un cul que d'aucuns trouvent digne d'une Vénus callipyge, voire d'un Dimetrodon échappé du Permien). Mais que s'est-il donc passé ? Comment se fait-il que votre ponctuation soit quasiment irréprochable ? Avez-vous été récemment frappé par la foudre ? Vous êtes-vous décidé à prendre en perfusions des doses massives de virguline ? Avez-vous fait un pèlerinage à Notre-Dame de la Grammaire ? Je vous jure bien que vous avez failli me flanquer un décollement des synapses - lequel n'aurait pas manqué de me faire plus sotte que je ne le suis déjà. On n'a pas le droit de surprendre ainsi ses lecteurs, vous devriez le savoir. Et si je ne vous en veux pas, c'est seulement parce que je n'ai plus la force de tisonner ma vindicte envers vous. Je suis bonne - et cela, par votre faute - pour le recyclage. Gargh !... PS : Je vous félicite pour votre enviable imagination. Enfin, enviable mais pas par moi, car qu'en ferais-je ? Je n'ai jamais eu le temps d'apprendre à écrire, tout occupée que je suis à tricoter des commentaires ici.
Publié le 21 Février 2017

Pages