Zultabix
Présentation

Mioche, j'eus la chance de m'ouvrir, à coups de poing, une fenêtre sur le rêve. Il m'était tombé du ciel, en mon extrême nécessité, une incroyable aubaine : j'ai aimé lire passionnément d'abord, avant d'oser aimer quiconque. Lire me remplaçait tout. Je le faisais partout : en marchant, en mangeant, aux latrines.
Et puis, vint l'écriture, telle une évidence réparatrice. Me déconstruire, pas à pas, pour mieux me reconstruire.
J'aime beaucoup cette idée qu'écrire, c'est tenter de rater en mieux à chaque fois ! Si l'on ne frole pas maintes fois le naufrage, l'on ne se rencontre pas.
Bref, je tente ces derniers temps de
parachever mon premier roman, avec grand sérieux, sans pour autant me prendre au sérieux !

Zultabix a noté ces livres

5
Je me dois de révéler que ce pseudo conte philosophique absurde, ce serpent sans queue ni tête qui se mord la queue sans queue ni tête, du dénommé Hermann Sboniek, est un pur plagiat. J'ai lu exactement la même histoire, à la virgule près, je dis bien au gramme près, le 2 janvier 2017. Pourquoi me souviens-je aussi bien de cette date ? Parce que c'est durant ce jour particulier que j'avais lu l'histoire d'un certain "Hermann Sboniek" qui s'appelait à cette époque non pas "Le sens profond de la vie", mais "Le profond sens de la vie". Ce pseudo auteur est par conséquent un imposteur qui a pompé probablement son texte sur l'oeuvre magistrale du pauvre Hermann Sboniek, lequel partageait toujours, avec grande naïveté, ses petits contes sur un site communautaire et littéraire qui s'appelait à cette époque, MBS, je crois bien, de mémoire. Mais cela remonte à tellement de temps, que je ne suis plus certain de son appellation exacte. Tout autant, quelle n'est pas ma stupeur de voir à l'instant même que mes propres doigts sont en train de taper sur un clavier un commentaire pour dénoncer une grossière piraterie, alors qu'une voix dans ma tête me prévient à l'instant encore que je suis mort depuis plus de trois siècles ? Bref, je n'y comprends absolument plus rien, absolument plus rien absolument plus rien ! Y a t-il un sens à tout cela ? Tiens, justement, je viens de voir apparaître dans les nouveautés de MBS un texte qui s'intitule "Le sens profond de la vie" d'un certain Hermann Sboniek, un nouvel auteur dont je n'ai jamais entendu parler. Je m'en vais voir de ce pas de quoi il en retourne. Je regarde dans le coin en bas à gauche de mon écran la date d'aujourd'hui : nous sommes le 2 janvier 2017 ! Cette date me rappelle quelque chose, mais je ne saurais pas dire quoi ! Je lis tout de go ce texte au titre alléchant et vous tiens très prochainement au courant de mon ressenti, chers lecteurs ! :)
Publié le 02 Janvier 2017
5
Salut Enguerrand Je suis un peu dubitatif et perplexe à la lecture de ton extrait. Écriture, rien à dire, tu sais tenir une plume, moitié burin moitié Montblanc. C'est alerte, très écrit mais rythmé, on ne s'emmerde absolument pas une seule seconde. Voici pour la forme ! Et maintenant pour le fond ? Pour le fond, me semble t-il, tu dézingues à la sulfateuse à peu près tout ce qui bouge, et c'est tout à fait ton droit et tout à ton honneur si cela te permet d'atteindre ta catharsis, de séparer ton bon grain de ton ivraie, de convertir tes passions, selon la philosophie aristotélicienne en rhétorique, esthétique, politique. Cette libération de la parole ne me dérange absolument pas si elle peut mener à la sublimation de tes pulsions. La Catharsis est l’action qui aide l'individu à nettoyer, purifier, purger son esprit et son métabolisme. Elle lie la purification à la séparation et à la purge, tant dans le domaine religieux, politique que médical. D'un point de vue strictement médical, la Catharsis se rapproche beaucoup de l’approche homéopathique de la médecine. On envisage alors la purgation comme un mal nécessaire à la guérison : le mal par le mal. Mais là où je me commence à me sidérer, c'est lorsque je lis ta table des matières, cette liste qui paraît infinie et dans laquelle mijotent encore pléthore de tes cibles. À peu près tous les corps de métiers semblent y passer Tant et si bien que je me suis demandé, non sans une certaine peine : "Mais qu'est-ce qu'il va lui rester au pauvre Enguerrand, dans ce monde à aimer, à part lui ? Rassure-moi, il y aura à ton ouvrage deux parties ? La partie "marteau-piqueur"d'un côté, et la partie "pâte à modeler" de l'autre, afin de reconstruire les fondations de l'Empire à ta manière ? Kundera a dit cette phrase toute belle, toute limpide : "Si nous sommes incapables d'aimer, c'est peut-être parce que nous désirons être aimés, c'est à dire que nous voulons quelque chose de l'autre (l'amour), au lieu de venir à lui sans revendications et ne vouloir que sa simple présence". Bien à toi, cher Enguerrand !
Publié le 31 Décembre 2016
5
En hommage à mon ami Hervé ! Bien à toi ! :)
Publié le 31 Décembre 2016
5
Alors malgré toutes ses fautes et maladresses, j'ai aimé la petite musique de ton texte. Ce pèlerin inopiné, qui prend la route au sortir d'un cinéma pour prolonger avec ses humbles moyens son rêve de Cinémascope, m'a beaucoup touché. Dans ces cas-là, je m'en fiche un peu des maladresses. Ton intériorité et ta sincérité les excusent amplement. Mais promets-moi cependant de progresser dans la grammaire et l'orthographe à l'avenir. Quand on a ce petit talent de narrateur, on doit l'honorer jusqu'au bout. Sinon, le français est-il ta langue maternelle ? Es-tu de là-bas, d'Algérie ? Je connais bien la route qui mène à Tamanrasset, Illizi, Djanet et aussi Ghardaïa. Connais-tu le peuple Mozabites et leur citadelle/oasis aux sept minarets ? Il y a encore tant de choses belles à écrire sur ces déserts d'or infinis. Je compte sur toi ! Et te dis : Bien à toi !
Publié le 30 Décembre 2016
5
Je t'ai déjà dit tout le bien que je pensais de ta nouvelle ! Et je t'en rajoute une couche : c'est EX-TRA-OR-DI-NAI-RE ! Si ce site allouait 1000 étoiles, je t'en décrocherais 2000. À ce propos, si tu pouvais m'envoyer bien vite le pèse que tu m'avais promis pour acheter mes éloges et mes étoiles, ce serait top cool. Ma vieille maîtresse a besoin d'un nouveau dentier, et je tire un peu la langue en ce moment. Sinon, super bien aussi ta position levrette sur ton plumard. :) Je comptais moi aussi changer ma photo, mais je n'avais pas d'idée attractive. Je vais dès cet après-midi, dans la moiteur de ma piaule, tenter quelques clichés d'auto-pipe ! Qu'en penses-tu ? Cela pourrait être chouette, non ? :) Bien à toi, et bien heureux que tu te sois décoincée la plume ! PS : Pour l'auto-pipe, j'y pense, va quand même falloir que deux ou trois forts des halles viennent me pousser un peu sur la nuque, vu l'âge de mes artères. Si tu as dans ton entourage des aminches intéressés, envoie-les moi stp, je leur filerai la pièce ! :)
Publié le 30 Décembre 2016

Pages