lamish
Biographie

Plus douée pour le dessin que pour les lettres, j'ai cependant toujours aimé écrire. Tel un aspe à rêves, un défouloir inabouti, j'écrivais mais ne gardais rien, ou presque.
Un jour, en triant des cartons de déménagement, j'ai retrouvé les premières pages de "S A A D". Réminiscences instantanées d'émotions et de souvenirs qui n'avaient pas pris une ride. Les lire m'a extirpée de la torpeur insipide dans laquelle je m'étais enlisée. Le bilan inattendu a été sans appel, et l'écriture est devenue nécessaire et salvatrice.
Merci de lire l'auteure désabusée mais éternelle optimiste que je suis, et de me faire part de vos impressions, en toute sincérité. Bien à vous. Michèle

lamish a noté ces livres

5
Une belle histoire qui m'a rappelé la lecture de certains classiques de mon enfance. Une histoire pleine d'aventures qui stimulent l'imagination et le rêve. Petite, j'aurais sûrement été Marie, dans mes songes éveillés. Pour la forme, votre plume soignée et la concision de votre style rendent la lecture très plaisante. Je n'ai qu'un tout petit bémol concernant la ponctuation. Une petite carence en virgules qui nuit au rythme et freine la compréhension de certaines phrases, lorsqu'elles sont longues. Merci infiniment pour cet agréable moment de lecture et pour ce partage, ici, sur MBS. Amicalement. Michèle
Publié le 14 Janvier 2018
5
Bonjour Cristina. Merci pour cette jolie nouvelle, partagée dans son intégralité. Une nouvelle très tendre, qui m'a évoqué le début de "Cendrillon", le personnage de Cosette également. Une nouvelle qui m'a touchée car là où je vis, beaucoup de Lylie subissent des maltraitances. Mais je ne peux en dire plus de peur de dévoiler la fin qui m'a surprise et justifie, du coup, la candeur presque excessive de votre prose, ce qui nous parait parfois improbable aussi. Un charmant récit que les quelques fautes relevées n'arrivaient pas à ternir... mais mieux vaut ne pas donner prise aux pointilleux qui, parfois, font des ravages, comme je vous l'ai écrit, en MP ;). Bonne continuation dans l'écriture. Amicalement. Michèle
Publié le 12 Janvier 2018
5
J'ai déjà lu, me suis-je dit dès les premières phrases, mais ce n'est pas grave. Prends le temps pour une deuxième lecture, bercée par cette plume incroyablement poétique dont est doté Pierrick... Et puis, qui sait, il a peut-être modifié son texte ? Il a peut-être digéré sa Choute, relevé la tête, pris un grand bol d’oxygène pour mieux replonger dans l’océan de la vie… Et bien m'en a pris, car j'ai fait la connaissance d'Angelina, bellissime, émouvante de simplicité. Je l’ai aimée dès la première ligne. Oserais-je demander à son créateur de la choyer ? Merci pour ce nouveau partage dont j’espère avoir le plaisir de lire la suite très vite, cette fois…. Please… Amicalement. Michèle
Publié le 11 Janvier 2018
5
@Pantinois J'ai boulotté d'une traite votre roman abracabrantesque. Un vrai régal ! J'ai aimé ce ballotage constant entre fiction et réalité, souvenirs et fantasmes, confidences et pamphlets, délires et prises de conscience. Une prose bien serrée, à la sincérité convaincante (ou bien simulée), assaisonnée d'un humour décapant, nappée d'une bonne dose d'autodérision. Le tout savamment dosé, rythmé... Bref, un excellent moment à vous lire, sourire aux lèvres de surcroît... J'avoue que cela m'a fait le plus grand bien. Grand merci pour ce partage particulièrement jubilatoire. Amicalement. Michèle
Publié le 11 Janvier 2018
5
Une plume singulière, impudique, sans fioritures et sans détours, un extrait très accrocheur, m'ont incitée à terminer votre polar sur Kindle. Après ces 46 pages, j'ai presque été déçue par les suivantes, qui m’ont un peu fait l'effet d'un soufflé. Il faut dire que vous mettez d’entrée la barre assez haut. Puis j'ai progressivement retrouvé le rythme du début qui m'avait tant plu, rythme que vous conservez en flux tendu jusqu'à la fin et ce, avec brio. Votre scenario est très plausible. Les mécanismes psychologies des personnages judicieusement observés. Tout violeur en puissance, s'il lit votre roman, s'enquerra du profil de sa future victime, me semble-t-il. Il ne fait pas bon allumer la mèche d'un pétard mouillé qui cache un caractère aussi trempé… Sacrée Louise ;) ! Concernant la forme, certaines expressions de la rue m'ont gênée, comme "péter au casque", "mettre la race"..., d'autant plus qu'elles sortent de la bouche d'une quadra… Mais j’avoue bloquer particulièrement sur ce langage qui, vous avez eu pitié de moi, s’estompe sur la fin du roman. L’emploi aléatoire de la première ou de la troisième personne, selon les chapitres, m’a également surprise, puis je m’y suis habituée. Je suppose que cela a dépendu de la distance que vous souhaitiez prendre avec votre personnage, en cours d’écriture. Enfin, une petite chasse aux coquilles et fautes de frappe serait bienvenue. Il y en a peu, mais elles nuisent à l’impact de votre prose atypique, ce qui est regrettable. Bref ! Quoi qu’il en soit, je vous remercie pour ce partage, cet excellent moment de lecture, et vous félicite pour ce premier pas, exécuté avec talent. Amicalement. Michèle
Publié le 10 Janvier 2018

Pages