Michel CANAL
Biographie

Riche des enseignements d'une carrière en France, Outre-Mer, Afrique et Balkans, l'auteur a fait le choix de venir à l'écriture — dans un style érotique raffiné souligné par la critique — avec une romance en deux tomes :
— L'éveil de Claire - Ou l'émancipation d'une jeune femme trop sage, version romancée de l'auteur qui campe les trois personnages principaux et leurs relations triangulaires,
— L'éveil de Claire - Journal intime, version intimiste de Claire relatant au jour le jour son ressenti, ses émotions, ses sentiments, ses plaisirs, ses désirs, ses fantasmes (...), sa détermination pour séduire l'homme de sa vie, son bonheur après leur rencontre,
pour faire passer le message que Claire, disparue trop tôt, voulait délivrer à toutes celles qui peinent à s'émanciper.

Michel CANAL a noté ces livres

5
Le moment est enfin venu, chère @FANNY DUMOND, de poser le verre vide de ce cocktail à votre façon. Je déguste avec une infinie lenteur (une qualité qui devient un handicap car je ne peux m'empêcher d'analyser… déformation professionnelle extrêmement chronophage) qui m'a — un mal pour un bien — préservée du coma éthylique. Tout d'abord le titre, vraiment bien choisi, approprié : un cocktail de nouvelles et d'historiettes traitant d'une infinité de sujets, fruits d'une imagination débridée à laquelle je rends hommage, moi qui n'ai été capable que de relater une tranche de vie. Concernant le fond, il est aussi très bien exprimé dans le synopsis : "un torrent de joie de vivre, une cascade de rires, une larme de mélancolie et un zeste de douce folie" et dans la biographie : "une promesse faite à l'inoubliable professeur de français monsieur Bertrand". Je sais ce que c'est, j'ai eu cette même vocation avec un professeur d'histoire qui a su me la transmettre. Si j'en crois notre amie commune @lamish, ces historiettes exprimées avec une candeur enfantine (excellente recette pour rester jeune d'esprit) seraient destinées à vos petites-filles (la comtesse de Ségur n'est pas très loin). Elles seront flattées d'avoir une grand-mère qui pensait à elles en écrivant. Intention louable ! Pour le style, notre autre amie commune @Dany Boutigny a eu les mots justes : "simplicité, une écriture qui apaise, douce, parfois un peu enfantine", tout comme @Alice J.Weaver : "Que ça fait du bien de vous lire. J'ai ri du début à la fin" et @Chris Martelli (du comité de lecture mCL) : "… le tout, saupoudré de mots qui coulent comme du miel, assaisonné de dialogues aux petits oignons, et accompagné d'un petit goût bien gouleyant !". J'ajouterai juste que votre photo aidant, j'ai imaginé votre plaisir, couchant avec spontanéité des idées qui vous ont fait sourire avec un brin de malice. Vous avez de bonnes bases pour ce qui est des règles d'écriture (grammaire, syntaxe, ponctuation…). Concernant la forme, vous avez trouvé la bonne formule pour rendre la lecture agréable : format A5, espacements, tirets quatrains pour les dialogues. Elle est juste perfectible en faisant en sorte qu'une nouvelle histoire soit repoussée sur la page suivante et que soient supprimés les points de suspension sur toute la ligne (inesthétiques, à remplacer éventuellement par un astérisque). Il y a quelques rares coquilles (fautes d'inattention essentiellement et espaces en trop ici ou là entre deux mots). Cela fait partie du travail final de relecture attentive avec un oeil neuf si possible. Ce fut un plaisir de vous lire, Fanny… et de vous avoir découverte. Continuez d'écrire ! Avec toute ma sympathie.
Publié le 15 Octobre 2017
5
@Dany Boutigny, encore une excellente reprise de ce qui pourrait être (est probablement) un fait divers. Tu excelles pour nous pondre des nouvelles qui percutent... et dans celle-là c'était la totale : dispute, bagarre, vengeance, préméditation, meurtre sanguinolent, un couteau en plein coeur. Dommage que l'on ne sache pas si Mathilde est blonde. Je ne me serais pas privé de dire : "Il faut toujours se méfier des blondes". Et oui, Fabrice s'est bien fait avoir... c'est bien connu, les hommes sont faibles, ne résistent pas toujours aux femmes qui leur sortent le grand jeu ! Chère Dany, j'ai bien aimé le style fluide et la manière de nous mener en douceur vers le suspense qui nous attend au tournant. La chute est parfaite, surprenante elle aussi. Avec toute ma sympathie.
Publié le 09 Octobre 2017
5
Amis lecteurs, le privilégié que je suis pour avoir lu "Dialogue avec une poupée de Bakélite" intégralement en raison du "Face à face" que nous préparons avec @VAY Céline est en mesure de vous donner un avis. Écrivain prolifique aux talents multiples, Céline nous avait habitués dans ses précédents romans catégorisés "psychologique", "humoristique", "thriller", à des personnages peu glamour que n'aurait pas reniés Honoré de Balzac dans sa Comédie humaine. C'est encore le cas pour le personnage d'Amandine, du moins dans sa première partie. Mais, son roman étant catégorisé "romance", la situation est appelée à évoluer façon thriller. Et oui, la mémère quadra presque cinquantenaire sur le retour d'âge en a marre d'être seule pour élever sa fille, d'être désabusée, aigrie, remontée envers les hommes qu'elle n'attire plus. Elle se laisse convaincre par une poupée de Bakélite (après un long dialogue incisif comme Céline elle en a le secret, le point fort du roman) de se prendre en main pour (re)trouver l'amour. Quid du plaisir solitaire en fantasmant sur Alain Delon, mais aussi de son désir de sexe, du besoin de se trouver belle et femme sous le regard d'un l'homme comme elle l'a lu dans un roman ? Céline, tu m'épateras toujours. L'idée de cette poupée humanisée, ange gardien qui va jouer un rôle important dans la triste vie de cette mémère cynique mais en demande de sexe, de séduction et d'amour contribue à l'intérêt de ton roman. Tu sais déjà à quel point je l'ai apprécié. Je t'embrasse. Ton bêta-lecteur-correcteur impitoyable, alias flic d'Hawaii qui t'avait mise en colère et que tu cites dans ce nouveau roman dans un passage où tu exprimes ton courroux envers les hommes... sexistes.
Publié le 12 Septembre 2017
5
Chère @Delphine Robin, parvenu au mot "FIN" et aux quelques pages qui suivent, j'ai le plaisir de vous livrer ici mon commentaire/notation pour votre thriller : "MARTY". Suite à mon commentaire du 24 août à la rubrique "Interview", prime au partage entre auteurs, j'ai poursuivi la lecture de cette enquête de l'inspecteur Sarah Bonneck en lui accordant la priorité qu'elle méritait. L'intrigue à tiroirs est bien construite et j'apprécie quand "tout est bien qui finit bien". Epris de justice, j'ai un regret : que l'un de vos personnages (la crapule Bobby Vargas) ne "paye" pas comme toutes les autres impliquées dans la chaîne de "petits arrangements entre amis". Vous aurez droit aussi à des félicitations particulières car n'étant jamais allée aux Etats-Unis, vous vous êtes livrée à une recherche que je salue pour avoir si bien décrit les lieux (dans plusieurs Etats) et les atmosphères où se déroule l'intrigue. Soucieux du détail, j'ai été bluffé par vos descriptions réalistes et ciselées. A vous lire, on vous suit et on se voit dans les faits et gestes de vos personnages. Vous avez là une pépite de thriller que les lecteurs ont saluée pour la qualité et le choix du sujet, sa construction à rebondissements, l'essentiel d'un bon roman... et probablement pour votre style d'écriture. Dommage que dans la liste impressionnante de ceux qui vous ont aidée à améliorer votre projet il ne se soit pas trouvé une ou plusieurs personnes pour vous signaler les nombreuses fautes (qui ne peuvent passer inaperçues). Il reste donc la finition, nécessité pour tous les auteurs quels qu'ils soient, pour que votre pépite devienne le joyau qu'elle préfigure. Vous savez que vous pouvez faire appel aux packs optionnels de monBestSeller, en l'occurrence le "Pack Mise en Page" et le "Pack Correction". Chère Delphine, ce fut un plaisir de vous lire. Avec toute ma sympathie. MC
Publié le 01 Septembre 2017
5
Mon cher @Robert Dorazi, ma collègue et amie @VAY Céline m'a recommandé la lecture de "Une forêt juste pour elle". S'agissant de vous comme auteur et d'une romance, je n'ai naturellement pas hésité. Bien évidemment l'extrait n'est qu'une mise en bouche, mais les bases sont posées avec finesse. Je retiens l'essentiel à mes yeux : la relation d'amour entre Adam et Julie, le style fluide et épuré, l'ampleur de la promesse qui semble un chantier pharaonique au vu de la plantation du premier chêne. Le synopsis dévoile habilement une suite à rebondissements qui donne envie de la lire. Je ne doute pas un instant du suspense avec lequel elle est distillée. Avec toute mon admiration, Robert, et ma sympathie d'auteur. Une excellente histoire que je recommande. Je me permettrai juste de vous signaler quelques corrections à envisager, dont une dans le synopsis (Céline sait à quel point je suis chiant pour les débusquer... mais faudrait-il les passer sous silence à un ami ?)
Publié le 29 Août 2017

Pages

monBlog

Suivez-moi sur ...

Retrouver mon actualité

L' arrivée sur Amazon du Journal intime a fait rapidement l'objet de commentaires : Erotisme raffiné ***** (5 étoiles) Par LAULAULA — 500 PREMIERS REDACTEURS D'AVIS — le 10 septembre 2016 L'éveil de Claire : journal intime est la version racontée par Claire, de l'aventure relatée par l'auteur dans le premier volume "ou l'émancipation d'une jeune femme trop sage". On appréciera, surtout pour le genre, le style très soigné, et l'érotisme jamais vulgaire. L'auteur a un don pour faire monter la tension tout au fil des pages pour ne nous livrer l'apothéose qu'à la fin. Comment Claire vit-elle cette relation initiatique, qu'elle a elle-même déclenchée, d'abord platonique puis de plus en plus torride, dont elle devient à la fois actrice et spectatrice ? C'est ce qu'elle nous raconte dans ce journal. Si vous souhaitez une lecture érotique au style raffiné, ce livre vous est recommandé. Le Journal d'une femme amoureuse — le 16 septembre, toujours ***** (5 étoiles). L'éveil de Claire - ou l'émancipation d'une jeune femme trop sage et Journal intime sont les deux faces d'une même romance. Par la narration d'une perception extérieure, le roman campait les personnages principaux et dressait le décor de leurs relations triangulaires. Le Journal intime de Claire nous fait entrer dans la profondeur de son ressenti. Au fil des pages et de son humeur, dans un style remarquable, elle nous fait partager ses émotions, ses désirs, ses plaisirs, son initiation lesbienne puis libertine avec, en toile de fond, sa détermination pour séduire l'homme de sa vie. Son parcours est celui d'une jeune femme amoureuse à qui Claudine (de Colette) et Emmanuelle (d'Emmanuelle Arsan) ont inspiré la liberté de moeurs avec la complicité d'un amant pygmalion. Si ce Journal parvient aux femmes qui se cherchent, pour lesquelles l'émancipation contribuera à leur épanouissement, il aura atteint l'objectif que Claire avait anticipé. C'est pourquoi je le recommande. Merci Claire, Eric, Elodie… et toutes les autres, pour ces délicieux moments en votre compagnie.

En savoir plus
A lire dans les actualités