Pantinois
Biographie

Mon métier : graphiste, imaginer des magazines…
La littérature : c'est d'abord la lecture et comme beaucoup les romans policiers et les classiques. Mes auteurs fétiches : Gide, Dumas, Balzac, Martin du Gard, Francis Scott Fitzgerald, Steinbeck, Bram Stocker, Emilie Brontë, Mikhaïl Bulgakov,… Jo Landsdale, James Lee Burke, Douglas Kennedy, Roald Dahl…
Puis c'est l'écriture. Par envie, par nécessité, par narcissisme, par désespoir, par jeu…

Pantinois a noté ces livres

5
@Cristina Leg Bonjour Cristina et merci de nous avoir laissé, cette fois-ci, un texte entier pour apprécier votre prose. Une nouvelle touchante et attachante, dans laquelle vous avez essaimé quelques indices qui nous mènent à la chute. L’écriture est fluide et simple. Pas de phrases alambiquées et pleines d’emphase… non, l’écriture est en harmonie avec le récit. Du coup la lecture en est agréable. On est à la limite du conte… je vois bien une transcription de cela en dessin animé. (ou même un livre avec illustrations, même si du coup ça gâche la chute ! ) Mes résolutions me poussent à ne pas noter ceux que je lis. J’ai déjà dérogé à la règle cette semaine pour lamish… mais comme vous avez aussi, toutes deux, été mes lectrices, il est normal que l’exception se confirme ici. Donc, je vous couronne du 5 étoiles avec plaisir. PS : Je n’ai pas vu beaucoup de fautes (3 ou 4, mais peu importe ! ça n’altère en rien la lecture). Je souligne seulement la plus visible : page 4. Il s’est enfui plutôt qu’enfoui.
Publié le 12 Janvier 2018
5
@lamish Alors, c’est à mon tour de vous lire, Michèle. J’ai commencé par cet Ultime Procès. On se sent étrange à la fin de la lecture de ce récit. La maladie, la mort, comme solution aux problèmes. Mais au-delà de cela, c’est la difficulté du couple à vivre ensemble, c’est-à-dire pas seulement sous le même toit, mais à ressentir les mêmes émotions, les mêmes désirs, vivre au même rythme. Et chacun n’a pas une vision identique des événements vécus, le point de vue de Marc et Sarah diffère sur certains éléments. C’est aussi cette idée de ce que pourrait être le grand soir pour chacun d’entre nous. Tout se passe dans la tête de Sarah, elle s’invente ce procès, certes… mais rien n’est moins sûr ! Après tout, nous allons peut-être, nous aussi, comparaître devant nos juges et nous allons devoir nous expliquer sur des choses que l’on croyait oubliées ou réglées depuis longtemps. Si je puis me permettre, sur ce thème de la vie de couple et des divergences de vues, moi qui adore Gide, il a écrit un triptyque amusant et grinçant : L’École des femmes (titre qu’il reprend à Molière), suivi de Robert et suivi de Geneviève. Partie 1, c’est la point de vue de la femme, partie 2, celui du mari, partie 3, le regard extérieur de la fille. J’imagine que ce livre pourrait vous plaire. En tout cas, celui-ci vaut les éloges reçus (et parce que c’est vous, moi qui ne note jamais personne, je vais me fendre des 5 étoiles, exceptionnellement). Cordialement Philippe PS : et un grand merci d’être parmi celles et ceux qui vont vivre ce site par leurs réactions.
Publié le 11 Janvier 2018