Auteur
Le 04 nov 2015

Ebook ou …? Zabe Quinez, auteur mBS lance un combat.

En défenseur de la langue française, mais aussi en poète, l’auteur Zabe Quinez lance un appel en forme de combat. Elle rêve de remplacer l’anglicisme « e-book » par un mot à l’accent français (bien qu’il vienne du Canada ;-)) et plus sexy que « livre électronique » ou « livre numérique ». Elle a une proposition. Vous êtes fan ? (oups, un anglicissisme !), vous trouvez son idée top (encore un !), alors à vous de jouer pour lui ouvrir les portes du dictionnaire. Ou bien de proposer un autre mot, elle est ouverte !
« Livrel », une idée pour remplacer l’anglicisme « e-book ». Photo REUTERS/Mike Segar« Livrel », une idée pour remplacer l’anglicisme « e-book ». Photo REUTERS/Mike Segar

Livrel. Proposition pour devenir immortels et entrer au cénacle des mots : le dictionnaire. À défaut d’être dans celui de ceux qui le créent !

Le livre-aile, porteur de rêves et d’évasion

La liseuse est entrée dans notre vocabulaire. Ce mot, porteur il y a à peine quelques années de relents vieillots et surannés, évoque dorénavant pour tous, plutôt qu'une "huile" du XVIIIe siècle, un objet "high tech", de technologie hautement développée devrais-je dire !
Il est certain que nos amis anglo-saxons ont toujours eu le sens du vocabulaire expéditif et imagé et que nous avons du mal à suivre. Le walkman a à peine eu le temps de devenir un baladeur avant de tomber dans l'oubli des acronymes MP3 - MP4, le web a du mal à devenir toile et pour internet, je crois que c'est cuit !
Notre problème maintenant avec la liseuse, c'est : Que mettre dedans ?

Un ebook ? Non, ça c'est pour les américains ! Un livre numérique, électronique ? Impact de rêve potentiel : ZÉRO.

So, " I HAVE A DREAM". Ils ont aussi le sens de la formule, il faut également l'admettre...

Le livrel, un nom évocateur...

Comme le colibri qui participe au grand œuvre général et amène dans son bec sa petite goutte d'eau pour éteindre l'incendie. C'est un concept que j'aime beaucoup, que chacun pose sa petite pierre et tous, nous bâtirons le monde.
Il faudrait que nous tous, lecteurs, auteurs, éditeurs... rêveurs de l’écriture française... nous employions ce terme (ou un autre en fait. Si quelqu'un a une meilleure idée ?...) pour que petit à petit, il prenne vie.
Nous devons nous défendre contre ces anglicismes sournois et envahissants... car souvent très appropriés... Pour ma part, j'ai toujours préféré manger à la cantine qu'au self...

Pour lutter contre cette hydre aux têtes multiples, attelons-nous tous à la tâche herculéenne de faire entrer un nouveau mot au dictionnaire !

Zabe Quinez

Bonjour à tous et merci à mBs d'ouvrir ce débat.

Pour moi, un ebook n'est pas un livre électronique mais un texte électronique. Le livre est un objet en soi, trop respectable, trop précieux pour être ainsi réduit à une apparence sur un écran. Vous pensez peut-être que dans un livre, seul le texte compte? Je ne partage pas cette opinion. La couverture, la taille même de l'ouvrage, son papier, son odeur, sont souvent des éléments influents de notre choix d'achat. 

Pour moi ce serait offrir aux partisans du tout électronique une victoire inespérée si nous, francophones, tenants d'une culture d'écriture particulièrement riche et variée, nous acceptions d'accrocher ce "progrès" à la démarche entreprise depuis des millénaires pour transmettre connaissances et opinions.

Textel à la rigueur, pourquoi pas? Mais, s'il vous plaît, n'entérinez pas un choix qui signifierait non pas une évolution technologique du mode de lecture mais une filiation entre le livre et cette pâle et sans saveur copie digitale.

Publié le 06 Novembre 2015

Bonjour. La langue française comprend de nombreux anglicismes, certains plus heureux que d'autres, et des mots dont l'utilisation française n'a quelquefois plus grand chose à voir avec leur sens d'origine. Pour ebook ou e-book, l'utilisation au moins conserve tout son sens. Je vais peut-être en surprendre certains, mais malgré 10 années d'enseignement de l'anglais, et un amour certain pour cette langue, je suis tout à fait en faveur d'une création de mots français là où ils font défaut, plutôt que de surfer (tiens, un autre anglicisme :p) sur la vague de la mode et de la facilité. Livre-aile et donc livrel est une proposition qui me plaît bien. Livrel, ça sonne bien, c'est élégant, ça rappelle effectivement courriel, c'est facile à dire et à prononcer. Electronlivre, désolé Khris, mais je ne trouve pas cela heureux du tout. Quand on se penche sur la question de créer, d'inventer, d'adapter un mot pour en faire un nouveau, pour définir une nouvelle idée, un concept, un objet, une tendance, etc... ce n'est pas chose aisée. La langue évolue et les mots aussi, et c'est naturellement qu'on emprunte ici et là des mots absents de notre culture ou de nos usages. Ca donne une certaine forme d'exotisme peut-être, et donc une saveur différente d'un mot bien français. Si utiliser ebook ne me choque pas, un mot bien français ne serait pas pour me déplaire non plus. Et pourquoi pas les deux d'ailleurs? N'a-t-on pas fait mél avec mail pour utiliser maintenant plus fréquemment courriel? Je ne trouve pas que mél soit très heureux non plus, aussi un nom à consonance et image parlants comme livrel me paraît bien adapté. Belle idée Zabe :-)

Publié le 05 Novembre 2015

Chez moi c'est : "le truc qui fait mal aux yeux", mais Livrel c'est bien aussi, ça va avec livre et livret.

Publié le 05 Novembre 2015

Cela dit on demande rarement "tu fais quoi cette fin de semaine?" tout le monde a deja passe des heures sur un puzzle, ou deguste un bon steak (peut-etre meme en regardant un strip-tease :) ), et j'en passe. Personnellement je ne suis pas trop effarouche par un email ou un ebook. L'anglais permet souvent plus facilement ce genre de neologisme.

Publié le 04 Novembre 2015

Belle initiative. Livrel, c'est carrément très joli et poétique en plus ! Je vais l'adopter, comme j'ai adopté depuis longtemps "courriel" pour courrier électronique !

Publié le 04 Novembre 2015

Merci mBS de soutenir mon idée, c'est un terme que je connais depuis longtemps. J'ignorais que nous le devions à nos amis Québécois mais cela ne m'étonne pas d'eux. Ils défendent souvent mieux la langue française que nous, ceux du vieux pays !

Publié le 04 Novembre 2015

J'adhère totalement à livrel ! Simple, agréable à prononcer et à entendre; c'est un bon choix.

Pourquoi ne pas pousser la franchouillardise plus loin en ajoutant un petit e muet, à la fin? "Livrele" (et même pourquoi pas avec l'accent Livrèle, ce serait-peut-être plus juste) ou Livrelle"  

Publié le 04 Novembre 2015

Ah non, surtout pas électronlivre, ça fait mauvais jeu de mots...

 

Livrel (j'ai fini par renoncer à l'utiliser publiquement, ils sont trop rares à percuter quand il apparaît) a une consonnance agréable, légère. Foin des i-boucs, je soutiens volontiers l'adoption massive de ce néologisme québécois particulièrement réussi!

Publié le 04 Novembre 2015

L'idée mérite que l'on s'y attarde, et pourquoi pas "Electronlivre" ?

Publié le 04 Novembre 2015