Auteur
Le 09 mar 2016

Qu'est-ce qu'être poète ? « Si j’existe, ce n’est qu’en tant que grand rêveur »

C’est en amoureux de la poésie classique et dans le plus grand respect des règles de prosodie que Khris Anthelme aime écrire sa poésie. Alors que la 18ème édition du Printemps des Poètes s'ouvre et célèbre ceux du 20ème siècle, héritiers du Parnasse, découvreurs et complices de la déflagration dadaïste et surréaliste, ici c’est un poète du 21ème siècle qui prend la parole. Il s'émeut de la critique élogieuse de ses vers. Et il le dit en un poème bien sûr.
Qu'est-ce qu'un poète ? Khris Anthelme sur monBestSeller.comMuse de la poésie quand tu nous tiens...

Qu’ai-je bien pu faire au Parnasse pour mériter ça ?

Voltaire, La Fontaine, Lamartine, Rimbaud, n’est-ce pas un peu trop pour un seul homme ? Pourquoi me traiter de la sorte, de philosophe, de savant scientifique, d’alchimiste et de je ne sais quoi encore ?
Savez-vous ce qu’ils ont fait ? Ils se sont mis à deux pour entrouvrir mon âme, jusqu’à entendre le timbre de ma voix.
Me voilà touché au plus profond de moi-même, ma modestie en a pris un sérieux coup !

Extrait d’une note de lecture

« On peut entendre le timbre de sa voix, suivre ses inflexions et les mouvements de sa mémoire, voire presque entrevoir son âme lorsqu'on lit son recueil "Entre muse et plume" (7ème tome de Poémitude).
Khris Anthelme a tantôt le style de La Fontaine "Mes respects, Muse !", tantôt celui de Rimbaud, tantôt celui de Voltaire dans "Jalousie".
Nous vous proposons donc et sans tarder de lire les ouvrages de ce poète à la fois romantique (comme Lamartine) et ironique (à l'instar de Voltaire). »

Oui, je sais, on me le dit souvent, « tu es trop modeste », mais que voulez-vous que j’y fasse, j’aime le beau !
Cependant je reste moi-même, cette plume est mienne,

         Muse, envieux, de qui, de quoi, du vent, de l’air ?
         Crois-tu que j’écrirais par hasard, si je brasse
         Ce n’est qu’avec mon âme, au devant je m’efface,
         Moi, poète d’un jour, j’aime le beau le clair !

         Ma plume me suffit, se fit à mon bon flair,
         L’aube me satisfait, la nature j’embrasse,
         Bien sûr ce n’est que mieux quand ton souffle m’enlace,
         Moi, poète d’un jour, j’aime le beau le clair !

         Que s’emporte l’autan, que zigzague l’éclair,
         Que s’enragent les cieux, que tremble ma carcasse,
         Que l’océan ait soif, que veux-tu que j’y fasse,
         Moi, poète d’un jour, j’aime le beau le clair !

         Muse, envieux, de qui, de quoi, du vent, de l’air ?
         Moi, poète d’un jour, j’aime le beau le clair !

         Confidences

         Si j’existe, ce n’est qu’en tant que grand rêveur,
         Je ne suis d’aucun institut,
         Ni ne me prends non plus pour un sombre penseur,
         Car mon âme est mon seul salut.

Pour lire cette note de lecture de Dina Sahyouini et de Cyril Bontron, rendez-vous sur la revue Le Pan poétique des muses.
Le Pan poétique des muses est une revue apériodique internationale consacrée à la poésie et à ses problématiques.
Dina Sahyouni est universitaire humaniste spécialiste en poésie française. Elle est aussi fondatrice de cette revue, directrice de la collection des périodiques OPS des éditions Pan des muses, fondatrice également de la SIÉFÉGP (Société Internationale d'Études des Femmes et d'Études de Genre en Poésie) et de l’encyclopédie évolutive des femmes et du genre.
Cyril Bontron est rédacteur et directeur artistique de la revue LPpdm. Il est aussi membre de la SIÉFÉGP.

Je terminerai en les remerciant pour leur note de lecture, mais comme les bonnes choses n’arrivent jamais seules, je les remercie également de m’avoir proposé de les accompagner en tant que rédacteur.

Khris Anthelme

Bonjour @Marguerite Rothe, merci pour cet agréable message. Je ne pense pas que la poésie soit un privilège, elle ne fait que sommeiller pour certains, pour preuve, relisant votre message, je le trouve très poétique ! Bonne continuation à vous aussi !

Publié le 12 Mars 2016

Bonjour Khris ; Je me sens toujours très timide, face à la poésie. Instinctivement, je sens que les êtres qui sont les porteurs de son flambeau sont à part. Qu’ils sont les élus privilégiés des muses. Et puis aussi, je pense qu’il n’y a que les poètes qui soient capables de traduire l’indicible en mots ; c’est peut-être pour cette raison qu’ils sont si proches de l’humain, de l’humanité. Bonne continuation, Marguerite R.

Publié le 11 Mars 2016

Merci @Muriel E @thierry tougeron @Chlo' Plume pour vos messages empreints de sympathie.
Toute mon amitié poétique.

Publié le 10 Mars 2016

Un talent certain, une plume qui vous séduit ... Hâte de voir la suite !

Publié le 10 Mars 2016

@Khris Anthelme
Jolie tribune que vous nous proposez là. Je vous félicite et vous souhaite toute la réussite possible dans cette aventure en qualité de rédacteur.
Bravo à vous !
Avec toute mon amitié, Muriel E.

Publié le 09 Mars 2016