Interview
Le 04 fév 2016

Amélie Antoine. De l’auto-édition numérique à l’édition papier

Amélie Antoine auteur à succès de l'auto-édition et éditée chez Michel LafonAmélie Antoine, Prix Amazon de l'auto-édition en 2015, éditée chez Michel Lafon en 2016, jurée du concours de nouvelles monBestSeller

Amélie Antoine est un nouvel exemple de la vitalité de l’édition indépendante. Son roman Fidèle au poste est un best-seller. Auto-édité en numérique, il affiche 25 000 ventes en moins d’un an. Entre temps lauréat du Prix Amazon de l’autoédition et repéré par Michel Lafon, il sort en librairie le 3 mars et en juin aux USA et dans les pays anglophones. En attendant, elle collabore avec monBestSeller comme jurée du concours de nouvelles. Retour sur son travail d’écrivain et son fabuleux destin.

Question: 

Vous avez d’abord démarré par l’auto-édition. Pourquoi ?

Réponse: 

J’avais la volonté de partir à la rencontre directe de lecteurs potentiels. Mon idée, c’était vraiment de trouver mon lectorat, seule. D’obtenir ma légitimité d'auteur par le biais des lecteurs.

Question: 

Non seulement ça a marché, mais un éditeur est venu à vous ! Comment avez-vous travaillé avec Michel Lafon ?

Réponse: 

Je peux dire que j'ai adoré la collaboration avec mon éditeur, moi qui pourtant avais si peur de perdre le contrôle de ce que j'avais construit depuis mars 2015. J'ai eu la chance d'avoir un double travail éditorial sur le texte, à la fois avec Florian Lafani chez Michel Lafon, et avec mon éditrice américaine puisque la sortie en France et aux USA se fera à quelques mois d'intervalle seulement.
Florian Lafani a également compris -et accepté, je pense- le fait que j'aie l'envie et le besoin d'être impliquée dans tous les aspects de l'édition : la conception de la couverture, la stratégie de communication, etc. Je ne suis pas certaine que tous les auteurs soient aussi présents dans ces aspects "annexes" de la sortie d'un livre, et honnêtement, je ne peux qu'être reconnaissante envers un éditeur qui m'a permis d'être à ce point associée à chaque étape. Je craignais d'être dépossédée de ce que j'avais fait, ça a été tout le contraire.

Question: 

Vous n’en êtes pas à votre premier roman... Comment construisez-vous vos histoires, vos personnages… ?

Réponse: 

Jusqu’à présent, j’ai écrit trois romans. Fidèle au poste est le seul publié pour le moment. Et je commence à travailler sur un quatrième. Ils ont pour point commun de tous être très structurés, il n’y a aucune place laissée au hasard à partir du moment où j’entre dans la phase d’écriture.

"La phase de préparation est souvent même plus longue que le temps de l’écriture,
                   parce que tout le roman est en quelque sorte pré-écrit."

Je construis d’abord le squelette de façon grossière. Je sais d’où je pars et où je veux arriver, sur quelle structure narrative je veux travailler. J’ai d’ailleurs souvent d’abord l’idée de la structure narrative avant d’avoir ne serait-ce qu’une idée de l’histoire que je voudrais raconter !
Puis je commence à réfléchir au plan de façon plus précise, jusqu’à parvenir à un tableau qui détaille chapitre par chapitre l’intrigue. Je construis les personnages, je dialogue avec eux, je leur crée un passé, une histoire, un caractère, des failles, des passions, un métier…
À la fin de cette période, j’ai un tableau excel à plusieurs onglets : un plan chapitre par chapitre, un onglet consacré aux personnages, un autre pour toutes les notes documentaires dont j’ai besoin pour le roman, etc. Un vrai travail de fourmi. Celui que je préfère, parce que je prends le temps de laisser les idées venir à moi…

Question: 

Et après cette phase de préparation ?

Réponse: 

Dans la phase d’écriture, une fois que je suis lancée, je ne m’arrête plus avant d’avoir écrit la dernière phrase. J’écris toujours sur des périodes très concentrées. En moyenne un mois pour l’écriture d’un roman, après un ou plusieurs mois de préparation. Une fois que je m’estime prête à écrire, c’est que tout est calé. Et quand je me lance, c’est un peu comme un marathon, un vrai exercice d’endurance. Je suis incapable de penser à autre chose, je suis capable d’écrire toute une journée sans m’arrêter, ce qui représente en moyenne un chapitre par jour.
Ce qui signifie qu’il peut ensuite se passer plusieurs mois avant que je recommence à écrire !

Question: 

Et lorsque vous avez écrit le mot « fin »… ?

Réponse: 

J’essaye de laisser reposer le manuscrit quelques semaines, voire plus. J’ai l’impression que c’est une bonne façon de prendre du recul, de pouvoir ensuite revenir à mon texte avec un regard plus extérieur. Et de pouvoir reprendre mon souffle !
La première relecture se concentre à la fois sur le fond -ajout de scènes, flash-backs, détails- et sur la forme : coquilles, mots oubliés, fautes d’orthographe, répétition inélégantes, etc. Je passe chaque chapitre sous Antidote, ça m’aide à éliminer une bonne partie des erreurs.
Ensuite, vient le temps de la lecture par les proches. L’attente me semble alors longue, même si elle ne dure parfois qu’une semaine ! J’ai l’impression de retenir ma respiration, en espérant que mon texte leur plaise et parvienne à les accrocher… Je tiens souvent compte des retours que ces personnes me font après leur lecture, ce sont généralement des remarques sur des scènes précises ou des réactions particulières des personnages, et je corrige ou retravaille alors le texte en fonction de ces avis précieux.

Question: 

Quels conseils donneriez-vous à un auteur indépendant qui démarre dans l’aventure de l’auto-édition ?

Réponse: 

                                   1. Relire, relire, et encore relire son texte.

Trouver un ou plusieurs proches qui acceptent de le relire uniquement pour les coquilles, parce que les lecteurs sont intransigeants. Et ils ont raison de l'être.

                       2. Proposer une couverture qui attire l’œil, qui fasse "pro".

Parce que c'est le premier contact qu'un lecteur potentiel a avec un livre.

   3. Rejoindre, d'une manière ou d'une autre, une communauté d'auteurs indépendants.

Parce que c'est là qu'on trouve les meilleurs conseils et idées !

Question: 

Quel atout de monBestSeller mettriez-vous en avant pour les auteurs ?

Réponse: 

En tant qu'auteur indépendant, il me semble qu'on peut y trouver un vrai réseau d'échange et de partage d'expériences avec d'autres auteurs. Le fait de pouvoir proposer une partie de ses textes en ligne et avoir le retour de lecteurs est très intéressant.

Question: 

Vous avez accepté de concevoir avec nous le thème du concours de nouvelles et d'en être jurée. Qu’est-ce qui vous plait dans cette expérience ?

Réponse: 

Quand j'ai été contactée pour être jurée de ce concours de nouvelles, je crois que ma première réponse a été " C'est gentil, mais je ne vois pas trop en quoi je serais légitime pour juger les textes d'autres auteurs...". Et puis, au fil de la discussion, ce n'est pas que l'on m'ait convaincue de ma crédibilité en tant que jurée, c'est plutôt que j'ai réalisé que ça me plairait de réfléchir à un thème et de découvrir ensuite ce qu'il aurait inspiré à d'autres auteurs. Pour être honnête, j'ai vraiment hâte de lire les premières nouvelles !

Propos recueillis par Isabelle de Gueltzl

Un très beau parcours,de bons conseils, merci pour cet interview. Le secret de la relecture, une attention particulière à cette fameuse relecture et savoir demander l'aide de proches qui nous recadrent sur la grammaire et l'orthographe. Trouver des lecteurs sympathiques, accueillants et aussi attentifs. J'ai beaucoup aimé cet amateur du Bescherelle qui m'a contacté et signalé mes erreurs. Cet échange avec les lecteurs est un véritable bonheur. Bravo pour votre succès.
Publié le 09 Février 2016
Parcours intéressant et belle interview. Félicitations pour votre réussite Amélie Antoine :-) Préparation, passion et travail. Relecture, relecture, relecture (et bien sûr réécriture autant de fois que nécessaire). Une couverture "pro". Rejoindre une communauté d'auteurs. Autant de points qui me paraissent essentiels et favorables à une possible émergence. Encore faut-il que la qualité des écrits soit au rendez-vous, et avoir un réseau déjà un minimum existant. On en revient aux points de départ. Préparation, passion et travail. Bonne inspiration à tous et... au boulot !
Publié le 08 Février 2016
Vos yeux recèlent autant d'énigmes que de beauté, tel une reine d'Egypte ou une muse Grecque, tel votre nom au duo d'opposé qui par votre regard prennent la voie d'un échange plus qu'allégorique. Emportez-nous voyageurs-écrivains, vers les plus hauts cieux de votre art, aux nouvelles addictives. On ne saura mieux nous convier à cette joute amicale, que par ces mots recueillis du nom que je ne saurai citer, par peur de trop l'écorcher. à nos plumes, à nos crayons, à notre clavier pour un plaisir futur d'être cité...
Publié le 04 Février 2016