Interview
Le 29 nov 2013

Les Bouquinautes, naviguer dans l'univers des livres

Les Bouquinautes, naviguer dans l'univers des livresLes Bouquinautes, naviguer dans l'univers des livres

Les plus belles rencontres sur les réseaux sociaux se font souvent par hasard. C'est comme cela que nous avons rencontré la sympathique équipe des Bouquinautes, au détour d'un message intercepté sur Twitter. On vous emmène sur les traces de ces blogueurs passionnés : qui sont-ils ? Qu'aiment-ils lire ? Et quels conseils peuvent-ils donner aux auteurs autopubliés ? L'interview des Bouquinautes, c'est tout de suite.

Question: 

Les Bouquinautes est un webzine littéraire tout juste sorti de l’œuf. Pouvez-vous nous expliquer comment il est né ?  

Réponse: 

L’idée du webzine m’est venue après avoir animé pendant 3 ans Rongeuse de Livres, mon blog personnel. Je sentais que je commençais à tourner un peu en rond, autant sur le fond que sur la forme de mes articles, et j’avais des idées de projets qui nécessitaient d’être un peu plus nombreux pour être réalisables. Après avoir mis en hibernation mon blog, et peaufiné mon projet, j’ai posté un message sur Twitter, indiquant que je recherchais des rédacteurs. En une dizaine de jours, l’équipe s’est constituée, il nous a fallu quelques semaines de plus pour créer le blog et nous organiser.

Le fait de créer Les Bouquinautes, un webzine littéraire très éclectique, avec une équipe motivée et des rédacteurs d’horizons très différents, nous a permis de nous diversifier et de nous répartir les tâches. Nous traitons davantage de sujets de cette façon, et cela génère beaucoup d’échanges passionnants avec de nombreux autres blogueurs, des lecteurs, mais aussi des auteurs et des éditeurs.  

Question: 

Vous êtes 7 passionnés de livres à l’origine de ce projet. Je sais que je vous demande presque l’impossible, mais pourriez-vous présenter chaque membre en une phrase maximum ? 

Réponse: 

(Après bien des délibérations, changements et corrections, nous sommes arrivés à… ça ! (Oui, oui, on s’est bien amusés !) )

L’Ours : L'Ours de la Caverne, rôliste et écrivain, est non seulement lettré mais aussi appréciateur de la fantasy sous toutes ses coutures : il ne lit pas, il dissèque.

Mélusine : Dans la pharmacie de Mélusine, il y a du Valmont, du George Duroy et du Julien Sorel en piqûres, quelques bonnes doses d’éclectisme et une grosse boîte de conviction étiquetée "lecture = fashion + sexy"... et parfois elle blogue.

Marmotte : Cette Marmotte-là ne met pas le chocolat dans le papier alu, elle l'engloutit, comme les piles de livres qui s'étalent devant elle, y compris l'empilement qui sert à repasser ses chaussettes à rayures,... Elle ronge, elle ronge et tout y passe !

Cathy : Croqueuse de mots et polyglotte compulsive, étudiante en "métiers de l'écriture et de la création littéraire", Cathy aime jouer à Tetris avec ses piles de livres, promener sa plume autour du monde et les chevaux type poids lourd.

Marie : Marie, c'est le chat qui pourchasse le livre comme il le ferait d'une boule de papier, elle joue avec, déchiquette les idées, lape l'originalité, avale goulûment le propos, et donne son avis après avoir dormi sur les restes.

Melissande : Bourlinguant sur les fleuves du rêves jusqu'aux océans littéraires, sillonnant les mers du phrasé, pirate Mélissande vogue en quête des trésors livresques ultimes dont elle s'empare pour étancher sa soif d'amour de l'Art.

St Epondyle : Blogueur passionné, lecteur philosophe, joueur acharné et archange numérique ; il se passionne pour l'imaginaire classique et contemporain, ainsi que pour ses nombreuses ramifications culturelles.

Question: 

Les « Bouquinautes » est encore en version Beta, et pourtant il est déjà non seulement très fourni en articles mais également en commentaires. Il semble que tout cela soit dû aux partages que vous encouragez et aux nombreux contributeurs. Pouvez-vous nous éclairer un peu plus sur le principe du site ? 

Réponse: 

En effet, créé depuis le mois de Mai 2013, le webzine est encore en version Beta, mais cela devrait changer début 2014 (tadadam !). Nous travaillons actuellement à le rendre plus beau, avec une navigation plus facile, et une visibilité accrue des articles.

Au niveau du fonctionnement, nous accueillons deux types de contributions : nous sommes actuellement sept rédacteurs permanents, avec des goûts et des styles très variés et dont certains ont également un blog personnel. Ils profitent généralement des Bouquinautes pour publier un contenu différent de ce qu’ils rédigent pour leur propre blog. Ces rédacteurs sont les auteurs de la grande majorité des articles publiés sur le webzine, et nous recherchons sans cesse des personnes intéressées pour compléter notre équipe ! Bien sûr, plus de rédacteurs, cela veut dire davantage d’articles, des publications plus fréquentes, et également la possibilité de nous rendre assez souvent sur des salons ou à d’autres événements, à la rencontre d’auteurs et aussi de lecteurs. 

Nous publions aussi avec grand plaisir des articles de rédacteurs ponctuels. C’est la deuxième forme de contribution, que nous souhaiterions développer, car elle permet d’augmenter encore la diversité de ton et de thématique sur le blog. Toute personne peut nous envoyer, par mail, un article, que nous relisons, et publions s’il correspond bien à notre ligne éditoriale (mais vu la diversité que nous recherchons pour nos articles, en général tant que c’est en rapport avec le monde du livre, tout va bien !). 

Pour ajouter à la variété des publications, nous rédigeons souvent à quatre ou à six mains, et nous essayons également d’encourager l’interactivité, via les commentaires évidemment (nous commençons d’ailleurs à voir apparaître un public d’habitués, ce qui est très encourageant !), mais aussi en publiant régulièrement des comptes-rendus d’entretiens avec des auteurs et en proposant des concours.

Finalement, certains rédacteurs ont aussi commencé à lancer des projets auxquels le blog des Bouquinautes sert de plateforme. C’est le cas des Ecrinautes, qui rassemble les auteurs en herbe autour d’un challenge d’écriture de nouvelles inspiré par le projet Bradbury. Nous avons d’autres projets de ce type en préparation, qui seront certainement lancés l’année prochaine !

 

Question: 

Sur la toile, de nombreux auteurs autopubliés ou autoédités voire parfois microédités cherchent aujourd’hui le retour de lecteurs passionnés. Comment doivent-ils s’adresser aux blogueurs et passionnés de lecture pour les intéresser à leur livre ?

Réponse: 

De façon gentille et polie ? ^^ Ce n’est que mon avis, mais j’ai pu constater, après quelques années sur les blogs et les réseaux sociaux, que beaucoup d’auteurs, édités ou auto-édités, se retrouvent un peu livrés à eux-mêmes lorsqu’il s’agit de faire de la pub pour leur livre, et devant la pléthore de moyens (mails, réseaux sociaux, forums de lecteurs), ne savent pas trop comment s’y prendre. Certains s’en sortent très bien, et c’est un vrai plaisir de discuter avec eux, de découvrir leurs livres et de diffuser leurs actualités, d’autant qu’on peut vraiment découvrir des perles parmi les livres auto-publiés. Mais parfois, il m’arrive (et je pense ne pas être la seule) de recevoir des messages assez lapidaires, le plus souvent directement sur mon mur Facebook, ou encore en commentaire du blog, m’informant en quelques phrases de la parution d’un livre, et m’expliquant où l’acheter. Même en sachant que bien souvent, ce n’est pas l’intention de l’expéditeur, ce genre de message (surtout quand on en reçoit plusieurs par jour) peut paraître assez agressif, voire intrusif, alors qu’il est si facile d’envoyer un mail ou un message privé, accompagné d’un simple « bonjour », dont je me ferai un plaisir de relayer le contenu sur la toile si celui-ci m’intéresse.   

Une chose primordiale, c’est la capacité de l’auteur qui me propose de chroniquer son livre d’accepter une critique éventuellement mitigée ou négative. Je conçois tout à fait qu’il soit difficile d’entendre des critiques à propos d’un projet dans lequel on a placé beaucoup de sa personne, et sur lequel on a travaillé pendant des mois, voire des années. Mais il faut respecter les règles du jeu : en soumettant son livre à la critique, on s’expose aussi à des critiques négatives, surtout en ce qui concerne la blogo, où les lecteurs revendiquent le droit d’être subjectifs. Même si la lecture est une passion et un plaisir, c’est aussi très désagréable, après avoir passé des heures sur un livre qu’on a pas forcément apprécié et sur une chronique qu’on essaie de rendre constructive, de recevoir un mail ou d’un commentaire d’un auteur furieux, qui refuse tout dialogue à propos de son livre. Heureusement, cela n’arrive pas souvent !

Ce qui peut me donner envie de découvrir un livre (qu’il soit auto-édité ou paru chez une grande maison d’édition), c’est bien sûr le résumé et la couverture. Mais en dehors de ces éléments très « marketing », ce qui est vraiment agréable dans le fait d’être blogueur, et notamment pour des livres issus de l’auto ou de la micro-édition, c’est la possibilité d’avoir un véritable échange avec l’auteur. Le dialogue qui peut s’établir avec un auteur au cours de la lecture de son livre et de la rédaction d’un article, sa disponibilité pour répondre à d’éventuelles questions, sont des éléments qui vont me donner envie de  découvrir son livre. C’est ce qui va me pousser, parfois, à prendre un « risque », et à lire un livre dont le résumé, ou le genre, ou le titre, ou quelque chose d’autre, ne me « parle » pas forcément au départ, en espérant faire une bonne découverte. 

Question: 

Un grand merci à toute l'équipe des Bouquinautes pour avoir pris le temps de répondre à cette interview. 

Et n'hésitez pas à naviguer avec eux sur le Blog en cliquant sur le lien suivant :

Découvrir le webzine "Les Bouquinautes" 

 

Propos recueillis par Rachel Book (Stéphanie Vecchione)

 

Réponse: 
Bonjour, Votre article m'a permis de découvrir deux sites. Je partage votre avis à savoir 1) qu'il faut accepter toutes les critiques quand on édite un livre sur le net 2) que l'auteur se doit de répondre et de la façon la plus appropriée sans froisser le lecteur qui a fait l'effort de vous lire cordialement
Publié le 14 Décembre 2013
Bonjour à toutes et à tous, . Je vous Je vous recommande mon livre TIFOKI Mon Heros, Il est au classement 25+ ou - sur ce site. Son synopsis: Quelque soit le continent concerné partout dans le monde, l’image masculine, a toujours été emblématique dans les récits, transmis de génération en génération tant par le canal vocale que le canal écrit. TIFOKI, le héros irremplaçable dans chacune de ces histoires prend dans l’imaginaire du lecteur la place de chacun de ces hommes qui, à défaut d’avoir été la figure masculine idéale dans leur vie, prend la place de celui qu’on aurait aimé rencontrer: le grand frère, l’amant, le mari, le voisin… « Homme sage et rassurant », sans tomber dans un excès de baobab version africaine, il n’en reste pas moins celui qu’on aurait aimé croiser et garder comme ami, voir plus selon la formule consacrée.
Publié le 30 Novembre 2013