Auteur
Le 06 mai 2015

La complainte de l’auteur solitaire

Lecteurs de monbestseller.com, laissez-moi un commentaire, un petit commentaire. Rien qu’un petit. Ça va pas vous coûter trop, et pour moi c’est beaucoup… Sandra Ganneval nous explique pourquoi la mécanique de la communauté passe par le commentaire, avec un certain humour, et une certaine émotion.
La critique d'un livre est essentiel pour un auteurCommenter, commentez, commenté.

Commenter un livre est un effort

Ce n’est pas si facile qu’il y paraît. Je pense pouvoir dire sans trop m’avancer que laisser un commentaire est un art difficile. On y dévoile un chouïa de sa personnalité, si on le fait sincèrement.  Il semble que statistiquement, peu de personnes commentent les textes sur monbestseller.com. Pour exemple, j’y ai posté deux nouvelles, à ce jour, elles ont été « lues » (entre guillemets, parce qu’à partir du moment où le livre ou l’extrait est « ouvert », il est considéré comme ayant été lu) 265 fois et j’ai eu trois commentaires.

Commenter un livre, c’est un risque

Commenter un texte, c’est s’impliquer, c’est laisser entendre qu’on l’a lu, que l’on en a pensé quelque chose et que l’on est prêt à en faire part à l’auteur. Commenter un texte, c’est courir le risque de déplaire si l’on n’a pas aimé ce que l’on a lu. Commenter, cela prend du temps. Il faut choisir ses mots.

Comment commenter un livre quand on ne l’aime pas ? Il est compliqué de donner un avis sur un texte auquel on n’accroche pas, un texte auquel on trouve des défauts ou que l’on n’aime carrément pas, que l’on trouve mauvais. Comment critiquer de manière constructive ? Comment ne pas casser, réduire les rêves d’écriture à néant, pointer les défauts sans donner l’impression que le jugement est définitif ? Nous venons sur ce site pour partager nos écrits, n’est-ce pas ? Nous venons sur ce site pour être lus mais aussi pour lire les autres. Ce devrait être du cinquante cinquante pour que le site tienne ses promesses et favorise découvertes et échanges.

Nous attendons-nous à ce que nos œuvres, nos bébés soient critiqués ? Nous donnons-nous le droit de critiquer ceux des autres ? D’ailleurs, un avis est-il forcément une critique ?

Comment être honnête tout en demeurant bienveillant ? Si un texte est truffé de fautes d’orthographe, de grammaire, de style, si une histoire me semble sans queue ni tête, dois-je faire part de mon avis à l’auteur ? Dois-je me taire ? Dois-je le lui dire, au contraire et de surcroît lui attribuer une note que je ne pense pas justifiée puisque, pour moi, le texte est encore en devenir, pas abouti, pas assez travaillé ? Comment procéder sans être vexant, sans avoir l’air agressif, donneur de leçon ? Qui suis-je pour me permettre de faire des remarques, de juger, de noter ?

Je veux un commentaire, sévère oui, mais bienveillant, c’est possible !

Je sais combien les critiques peuvent être douloureuses à lire, sur le coup, parfois incompréhensibles. Chaque fois que je dois en lire une, j’ai le cœur qui bat la chamade. J’ai beau me dire que ce n’est rien, rien que des mots mais j’ai mis tellement de moi dans mes écrits et encore trop peu de distance que les critiques me touchent et m’interpellent, me questionnent. Si elles sont bonnes, le cœur s’apaise, si elles sont mauvaises (je veux dire vraiment mauvaises), le cœur encaisse et la raison s’interroge, ma prose mérite-t-elle ce traitement ? A ce propos, Jean-Philippe Touzeau conseille, dans l’une de ses vidéos consacrées au marketing des ebooks, de zapper purement et simplement les mauvaises critiques (les une et deux étoiles sur Amazon) car elles sont la plupart du temps lapidaires, peu argumentées et agressives. Ça peut être une solution.

Mais parle-t-on ici de critique ? Restons-en au terme commentaire. A mon avis, dans le cadre de monbestseller.com, un commentaire même négatif se doit d’être bienveillant. Pas bienveillant dans le sens caresser systématiquement l’auteur dans le sens du poil. Bienveillant dans le sens constructif. Dans le meilleur des cas, il doit pousser à persévérer, pointer les éléments négatifs mais surtout les points positifs. J’ai la naïveté de penser qu’un commentaire se doit d’être encourageant et empathique, avant tout. Bon, à votre avis, je vis dans le monde de Oui-Oui ?  Heu… SVP… un petit commentaire, peut-être ?

Sandra Ganneval

20 CommentairesAjouter un commentaire

Vous avez raison Sandra, quand on écrit avec sincérité on met sa peau sur la table comme disait Céline, un gros travail qui mérite bien un petit commentaire, sincère lui aussi. . La bienveillance est importance, certes, elle doit saupoudrer les avis afin de faire avancer l'auteur. Le lecteur doit vraiment donner ses impressions, sans se prendre la tête, il n'y a pas de méthode pour bien écrire et il n'y a pas de méthode pour bien commenter.

Publié le 25 Janvier 2016

Lire un livre est souvent, pour moi, un plaisir...

 

Souvent peut signifier "pas toujours", c'esr un point de vue sémantique...

 

Porter un regard critique peut s'avèrer génant: certain(e)s auteurs ne comprennent pas de ne recevoir "que" 4 étoiles... Surtout lorsqu'on en explique les raisons! Ils (elles) se mettent à bouder et ne répondent pas...

 

Fort cordialement.

Boris Phillips.

Publié le 07 Décembre 2015

@fanny. Vous avez sans doute raison . Mais personne ne sera derrière votre épaule pour savoir si vous avez vraiment lu ! même si vous tournez les pages d'un livre. Et tant mieux . "Lecture" chez nous signifie a minima "consultation", et c'est déjà une bonne chose que des dizaines de lecteurs"prennent en main" des ouvrages, parcourent leur synopsis, lisent quelques pages. Nous voulons "faciliter" l'accés à la lecture" pas contraindre le public à lire de force. .Après tout, c'est à l'auteur de convaincre ...

Publié le 05 Août 2015

J’ai entamé Proust et je ne l’ai jamais lu. J’ai LU Steinbeck (entre autres). A partir de ce postulat, je pense que le nombre de lectures ne rime à rien. En toute franchise, combien de livres sur lesquels vous avez cliqué, avez-vous LUS (du prologue à la conclusion) ? Pour ma part, je cale assez vite car je suis encore de la génération papier et en l’occurrence, sur ce site, les pages sont parfois tellement longues à télécharger que je zappe. Quant aux commentaires, j’en ai laissés sur des ouvrages que j’ai LUS. Je constate également que certains auteurs ne prennent pas une petite minute de leur temps pour répondre à leurs lecteurs. Je serais très curieuse de connaître le pourcentage de simples  lecteurs (non auteurs).  Voilà donc mon ressenti sur cette tribune. Cordialement. Fanny

Publié le 04 Août 2015

Je viens de lire un article sur des statistiques concernant les habitudes des Français, et on apprend que deux lecteurs sur trois, achètent, ou pas, un roman suite à la lecture de ses critiques et autres commentaires... à bon entendeur !

Publié le 15 Mai 2015

Je rejoins l'avis de j-c-heckers sur le nombre de lectures.

Il serait intéressant de connaître le nombre de pages parcourus. Ce sera parlant à défaut de commentaires.

Et je suis sûre que l'informatique sait le faire...

Publié le 11 Mai 2015

Question récurrente, problème tenace. Puisque le lecteur ne paie pas, sa contribution par le commentaire est espérée. Elle ne vient pratiquement jamais, nous sommes volontiers de gros flemmards. S'il peut paraître bien plus facile de partager son avis sur un texte apprécié que sur les autres, il reste difficile de se fendre de remarques constructives. Parfois on ne se sent pas autorisé à le faire. Alors on abandonne et on se tait. Faute de commentaires, on devrait pouvoir s'en remettre aux statistiques. On dispose d'un nombre de lectures, n'est-ce pas assez? Fi donc, non, puisqu'il ne s'agit que du nombre d'accès aux livres. Il faudrait aussi savoir combien de lecteurs ont été jusqu'au bout. La proportion d'abandons en cours de route est à elle seule parlante. Faute de commentaires, faute de disposer de cette information pourtant essentielle, parfois on est sujet aux plus douloureuses conjectures.

Publié le 11 Mai 2015

C'est vrai que les commentaires sont importants : avoir un retour est encourageant. Bien sûr, il ne s'agit pas seulement d'attendre des commentaires positifs, mais aussi des commentaires qui mettent en évidence des défauts que l'auteur n'a pas vu parce qu'il avait le nez collé à son travail. Mais ses défauts peuvent être aussi la marque de fabrique dudit auteur. Le tout est que les commentaires, Sandra a raison, soient bienveillants et ne soient pas le fait de critiques plein de partie pris contre l'auto édition ou le livre numérique par exemple.

Publié le 09 Mai 2015

Bonjour

Lorsque je fais une chronique sur mon blog ou que je laisse un commentaire quelque part, j'essaie - ne parlons pas des commentaires 5 étoiles - d'argumenter d'une façon constructive lorsque je n'aime pas...

 

- Sauf que j'ai reçu des doux mots d'insulte, la plupart des auteurs ayant un ego en or massif. Donc j'ai fini  par abandonner la chronique "d'auteurs inconnus", l'étant moi-même, elle passe mal quand elle est défavorable.

 

- Sauf qu'à participer (erreur, quelle erreur !) à des échanges de commentaires sur Amazon (je lis ton bouquin, tu lis le mien), on se sent obligé de mettre un truc positif même quand on n'a vraiment pas accroché et que l'on trouve ledit bouquin nul de chez nul. Cela m'est arrivé dernièrement quant à la thématique traitée. Pour l'autre, qui était intéressant, sans rien d'extraordinaire, mais d'un style lourdingue, j'ai fait un commentaire sympa et un autre, plus nuancé, par mail.

 

- sauf qu'il y a aussi des commentaires "troll"... ceux-là, poubelle...

 

- sauf que, ce que j'aime dans le commentaire, ce n'est pas avoir l'opinion "intellectuelle" du lecteur, mais son émotion, ce qu'il a ressenti. Un livre est un partageur d'émotions, même si elles vous foutent en rogne, au contraire de ce que Michel Lafon qualifie de feel good. Il est là non seulement pour nous faire (parfois) rêver, mais aussi pour nous faire grandir.

 

- sauf que la plupart d'entre nous bridons notre sincérité. Le succès de certains auteur(e)s indépendants porté(e)s au pinacle et "récupérés" par l'édition traditionnelle me plonge dans la perplexité tant je trouve sans intérêt et parfois mal écrit, voire inintéressant, leurs bouquins. Si je le dis publiquement, la catégorie "ringarde" et j'en passe et des meilleures me guette au tournant. Si je me tais, je trouve que je suis un tantinet lâche....

 

J'ai pris le parti pris de dire ce que je pense quand je décide, évidemment, de le crier sur toute la toile...

 

Publié le 08 Mai 2015

AVE SANDRA...lecturori te salutant.

Publié le 08 Mai 2015

En tant que lectrice fidèle ici je peux vous dire qu'il m'est très difficile de laisser un commentaire lorsque j'ai abandonné un livre au bout de 10, 20 ou 30 pages parce que je n'ai pas accroché au sujet, à l'histoire ou au style. Ou bien parce que j'ai été gênée par les fautes d'orthographe ou fatiguée par des interlignes trop serrés. Laisser un commentaire ne serait pas très constructif et ne vaudrait pas forcément pour d'autres lecteurs. Et cela m'arrive souvent d'arrêter de lire car c'est justement l'avantage de ce site : pouvoir farfouiller dans la bibliothèque jusqu'à trouver le livre dans lequel on plonge et dont on ne peut plus se sortir. Et là, du coup, si je vais au bout, c'est que j'aime. Et bien sûr c'est beaucoup plus facile de laisser un commentaire. Ce qui me semble bien, à part de faire plaisir à l'auteur, c'est de lui dire pourquoi on a aimé, ce qu'on a particulièrement apprécié. Je crois que ça l'aide à savoir à quel genre de lecteur son livre plait, à qui il parle, vers qui il doit diriger sa promotion s'il veut se faire connaître et vendre son livre, ce qu'il peut mettre en avant quand il parle de son roman. ça je crois que ça peut l'aider parce que de toute façon, un livre ne peut pas plaire à tout le monde. Vous qui êtes auteurs, pensez-vous aussi que cela vous est utile ?

 

Publié le 08 Mai 2015

Bonjour à tous ! Génial ! Que de commentaires ! Merci. Je vois que mes réflexions sur le sujet vous semblent pertinentes et font écho à ce que beaucoup peuvent ressentir. Donc, je ne vis pas, comme je le pensais, dans le monde de Oui-Oui, ça me rassure. Désolée de vous lire avec un petit décalage, je ne m'attendais pas à ce que mon article soit publié aussi rapidement. J'ai été dépassée par l'enthousiasme de Monbestseller.com en la personne d'un homme au nom de gladiateur, Christophe Lucius.

Publié le 07 Mai 2015

Bonjour Sandra,

A mon tour de poster un commentaire. (C'est bien pour toi !)

Ce qui m'a attiré à mBS, c'est (ou c'était ?) justement ce partage d'opinion qui permet de progresser. Pas de lapidation publique, non, elle ne sert pas à grand chose, à part mettre sous l'eau la tête de l'auteur.

Oui, à la critique constructive.

Maintenant, quand un livre ne me plaît vraiment pas (il faut de tout dans la nature), je ne mets rien ou seulement quelques explications, le pourquoi.

Pour les commentaires méchants, quand ils sont gratuits et sans fondement, pas d'explication, je les ignore. Mais cela peut faire mal !

Et je ne mets pas non plus de commentaires lorsque je me sens "extra-terrestre", lorsque je me retrouve à contre-courant des avis unanimes. Alors je me retire sur la pointe des pieds en me disant "Pourquoi n'ai pas ressenti la même chose ?"

Je comprends que certains lecteurs aient des réticences à émettre un avis mais je trouve dommage que ce soit toujours les mêmes que l'on retrouve.

Publié le 07 Mai 2015

Je regarde deux émissions où l'on parle de livres, l'une est La grande librairie où le présentateur prend le parti de n'inviter que les auteurs qu'il apprécie, l'autre étant Ca balance à Paris où des chroniqueurs donnent chacun leur avis ... et là on voit que pour un même livre publié dans de grandes maisons les points de vue divergent... Tout ça pour dire que l'on peut, même si l'on est critiqué, avoir quelques nuances à l'esprit. Quand j'entends une critique très élogieuse d'un livre d'un auteur connu et que, certes le style est bon, mais que je m'ennuie à sa lecture... eh bien c'est juste la démonstration qu'il en faut pour tous les goûts. Je ne pense pas qu'il soit opportun d'émettre des critiques négatives sur ce site car la plupart du temps elles ne seront pas entendues par l'auteur qui n'y verra que malveillance et il serait dommage que monbesteller tombe dans le canniveau des réseaux sociaux... Comme l'a dit Hubert, faire part individuellement à l'auteur d'un texte de ses éventuelles faiblesses peut être une démarche plus adaptée et sans doute plus constructive. Ou encore ne pas faire de commentaire du tout peut être significatif... J'ai créé un blog sur lequel je ne cite que les livres que j'ai aimés... En ce qui me concerne, je préfère mettre en avant ce qui est positif plutôt que de mettre en lumière le négatif car, parfois, c'est encore faire de la pub à ce qui ne le mérite pas ! 

Publié le 07 Mai 2015

Très bonne initiative que cet article cernant bien les différentes questions que se posent autant le lecteur que l'auteur. Il y a la forme et le fond. Certains romans sont bien écrits, mais trop souvent fades ou stéréotypés. D'autres sont chargés de rebondissements et donc plus attractifs, mais rebutent souvent par les fautes d'orthographe et de syntaxe qu'ils contiennent. Recommandons donc aux premiers un peu plus de vie et de spontanéïté dans l'écrit, et aux seconds, un peu plus de vigilance en matière d'orthographe et de syntaxe. Estimant qu'il y a au moins autant d'auteurs médiocres, que de bons lecteurs et inversement, il conviendrait donc que le lecteur donne subtilement son avis afin de participer au perfectionnement de l'auteur dans ses oeuvres, en évitant de le faire d'une façon trop sévère, au point de devenir pédant. Les goûts et les couleurs n'étant après tout qu'une affaire personnelle. CC

Publié le 07 Mai 2015

Bonjour Sandra, ayant déjà "commenté" à plusieurs reprises vos livres, je me sens concernée par ce que vous dites très justement. Oui, commenter un livre est un exercice délicat. Et cela prend du temps, car oui, il faut peser ses mots. Car je ne suis ni une lectrice "professionnelle", ni une critique ! J’aime juste lire et découvrir de nouveaux auteurs. Et mes choix sont conduits tout à fait arbitrairement. Je regarde les nouveautés. Un titre. Un synopsis. Des premières pages qui m’accrochent…

monbestseller permet à des gens comme moi de lire gratuitement (et j’en abuse généreusement !). Il me semble que ma contrepartie de lectrice, ma participation à leur choix d’exposer leur livre au regard du public, c’est justement de dire aux auteurs auto-édités mon avis très personnel. Et comme je ne suis pas un « critique littéraire », je ne commente que ce que j’apprécie. Qu’elles qu’en soient les raisons : l’histoire, le style. Et ce que j’ai envie de dire à l’auteur, c’est ce que j’ai aimé. Pas ce que je n’aime pas. Lui dire mon (modeste) encouragement à sa démarche courageuse. Et parfois, je me permets une remarque sur la forme, si j’estime que cela peut l’aider dans sa démarche d’amélioration.

Publié le 07 Mai 2015

Par rapport aux auteurs officiels, nos égos sont ...minuscules ! lol !

Plus sérieusement, il est difficile de juger un livre quand on n'est pas spécialiste, et je préfère suspendre mon jugement.

Comme la philosophie est ( un peu) mon domaine , j'ai commenté cette excellente revue ( et c'est tout ) : http://www.monbestseller.com/manuscrit/textures-ndeg2-revue-etudiante-de-philosophie#.VUpkFPntlBc

Publié le 06 Mai 2015

Bonjour Sandra.

Ce qui est vrai, c'est que commenter ,c'est une facon de s'exposer. Alors que l'auteur s'expose volontairement, le lecteur lui n'a rien demandé . Ce n'est pas un critique. Et parfois même si des profondes émotions ont pris place, il est maladroit ou pauvre dans sa facon de s'exprimer . Il faut en tenir compte.

Publié le 06 Mai 2015

En general, si on n'a pas du tout aime un livre offert gratuitement, on ne poste pas de commentaire. C'est assez comprehensible, pace que c'est presque une double peine... :)

Je donnerai plus volontiers mon avis sur un livre que j'ai apprecie.

 

Nb. Je l'ai deja mentionne mais sur une autre plateforme de telechargement (payante celle-la) qui commence par un A, nous sommes quelques auteurs a nous etre envoyes nos ebooks en cadeaux avec la promesse de les lire et de poster un commentaire. Les ebooks etaient donc gratuits pour ceux qui les recevaient et pourtant tout le monde a joue le jeu. Je me suis donc retrouve (comme les autres auteurs) avec plusieurs commentaires sur mes ebooks. C'est aussi, il me semble, une bonne facon (et pas malhonnete) de faire

Publié le 06 Mai 2015

Bonjour, je suis entièrement d'accord avec vous sur le fait qu'un commentaire peut être à la fois sincère et bienveillant, même si on n'a pas du tout aimé ce qu'on a lu. On trouve souvent quelques points positifs à valoriser en premier. Dans un second temps, on peut simplement expliquer ce qui nous a déplu, en ouvrant des perspectives de progression. Il est toujours possible de travailler pour s'améliorer. A la limite, je dirais que la seule chose fondamentalement condamnable est la paresse...

Publié le 06 Mai 2015