Actualité
Le 24 sep 2013

Etre auteur, et le « faire savoir » : des solutions concrètes ?

Avec le numérique sont nées de multiples opportunités pour les auteurs et les créateurs : la possibilité de se produire de manière participative, la possibilité de s’autoéditer, de partager son livre sur des plateformes de publication en ligne, de créer des espaces de vente et de communication personnalisés. Oui, les créateurs du 21ème siècle sont chanceux. Mais en devenant plus indépendants, ils sont également contraints de prendre en charge les fonctions mercantiles attenantes, auparavant dévolues à l’éditeur et au producteur.
Etre auteur, et le « faire savoir » : des solutions concrètes ?Etre auteur, et le « faire savoir » : des solutions concrètes ?

Le témoignage d’une auteure, Sylvie Chaussée-Hostein, citée dans un article du webzine ActuaLitté, nous a interpellés. Elle disait exactement dans ces termes :

« Le savoir-faire (en l’occurrence, le « savoir-écrire »), c’est bien. Mais sans le faire-savoir, ce n’est rien ! Or, comme la plupart des auteurs, je ne sais pas me vendre et je déteste cela. Des amis dévoués, l’entraide et l’échange de conseils entre auteurs autoédités, puis un appréciable coup de pouce de MyKindex, m’ont aidé à me faire connaître. »

MyKindex ? Une solution miracle ? 

Fermé depuis quelques semaines, ce service proposait aux auteurs édités ou autoédités disponibles sur Amazon de « propulser » leur livre dans le top 20 contre rémunération, et ce, en utilisant un principe simple : garantir son achat par une communauté de lecteurs (dont les achats étaient remboursés). Une fois rentré dans le Top 20, il ne restait plus au livre qu’à profiter de cet éclairage soudain.

Amazon est intervenu pour mettre fin à cette pratique. Toutefois, le principe de MyKindex, même s’il est en soi répréhensible, répondait à une attente. Se vendre, se faire connaître en tant qu’auteur, tout en valorisant l’espace dédié à son travail d’écriture est essentiel. Quelques pistes qui demandent un minimum de discipline en temps et en travail.

- Le « faire savoir » officiel : les démarches à entreprendre pour être reconnu officiellement comme un auteur
Lire cet article sur Envie d'écrire 

- Le « faire savoir » réseaux sociaux : les démarches à entreprendre pour se faire connaître et exister en tant qu’auteur ou créateur sur le net
Lire cet article sur monBestSeller

- Le « faire savoir » sur toutes les plateformes de publication, d’édition et de partage en ligne : monBestSeller bien sûr, mais beaucoup d’autres également car aucune démarche ne doit être exclusive (Amazon, youscribe,etc.)

 

Suivez bien notre actualité car la vocation de monBestSeller est de vous soulager dans le « faire savoir» pour que votre « savoir-faire » s’exerce pleinement. Place au talent !

Stéphanie Vecchione (Rachel Book sur Facebook et sur monBestSeller ;-) )

 

C'est comme dans tous les domaines, après tout si on considère que se lancer dans l'auto-publication est un peu comme monter sa petite entreprise alors pourquoi pas avoir à l'esprit qu'il faudra peut-être mettre une mise de départ. D'ailleurs même sur ce site si on veut être visible on peut faire le choix de payer... sans parler de ceux qui se paient des coaches littéraires... alors...
Publié le 03 Octobre 2013