Actualité
Le 01 aoû 2014

L'été Polar de monBestSeller continue

Après Frédéric Fontès, Stephan Ghreener, le parrain de notre concours de l'été interview un autre membre du jury : Yvan Fauth, le créateur du blog littéraire et musical EmOtionS.

Quel est le point de départ, l'envie de création de ton blog ?

En fait dans cette affaire (non classée), le point de départ et la finalité ne sont pas les mêmes.

Je me suis levé un matin de début janvier avec l’envie subite et non réfléchie (du moins consciemment) de me faire plaisir et de mettre en mots mes émotions de lecture. Une sorte de bonne résolution de début d’année et un démarrage assez égoïste.

Très vite, les choses ont évolué de manière totalement inattendues et j’ai réalisé que les valeurs, qui sont si importantes pour moi, pouvaient parfaitement se concilier avec ce blog : communication, partage, échange.

Quelques mois plus tard, j’ai donc eu l’autre idée saugrenue de tenter de me lancer dans les interviews d’auteurs, toujours avec cette même volonté de partage et l’envie de mettre en avant la parole des autres. J’étais certain que ça ne donnerait rien et j’ai constaté (à ma grande stupéfaction) que les auteurs étaient, dans leur quasi-totalité, partants pour cette aventure (et toujours avec passion). Merci au passage à Frédéric Mars qui a été le premier à me répondre positivement. Depuis la création du blog, j’ai eu la chance de vivre des moments d’émotion rares et des échanges profonds et touchants avec auteurs et  lecteurs.

Bref, l’envie de départ était sûrement déjà inconsciemment présente (sinon pourquoi appeler le blog « EmOtionS ») et n’a fait que se concrétiser ensuite pour mon plus grand bonheur.

2. Pour toi, un bon polar c'est quoi ?

Polar, thriller, roman noir… Qu’importe l’étiquette, pourvu qu’on ait l’ivresse de la lecture.

Un bon polar c’est, pour moi, une combinaison de plusieurs qualités :

-une vraie histoire, fouillée, travaillée et imaginative,

-une ambiance immersive et des personnages crédibles au point de les sentir vivre à vos cotés, même en dehors des périodes de lecture,

-un thème qui parle de notre société (à petite ou grande échelle),

-une plume alerte qui rehausse le tout.

Oh et puis zut, oubliez ce que je viens d’écrire, j’ai déjà pu me régaler de polars à l' intrigue basique sublimée par un style flamboyant, tout comme des polars aux intrigues fantastiques où les auteurs s’effaçaient pour mieux se mettre au service de celles-ci.

Bref, il n’y a pas de règle, à part le plaisir ;-).

3. Tu as à faire à toutes sortes de lectures, petits éditeurs, grandes maisons, auteurs indépendants ou auto-publiés, ces différences ont-elles une incidence sur ton premier regard de critique ?

Durant la lecture d'un roman, je ne me pose pas ce genre de question. La qualité du texte n’est pas nécessairement liée à la taille de la maison d’édition (même si évidemment, lorsqu’il y a tout un staff autour pour la relecture, ça aide).

Je parle des romans et je donne la parole aux auteurs de la même manière, qu'ils soient connus ou non. Je vais crier mon amour du bouquin avec la même force, quelle que soit son origine.

Mais c'est vrai, que si c'est pour un auteur méconnu, c'est d'autant plus jouissif ;-).

4.Une nouvelle en mode polar, tu en en attends quoi ? Quel genre de surprise ?

De la lecture, parce que j'en manquais ;-)

Plus sérieusement, d’être surpris justement ! Rien de tel que de me retrouver en terrain inconnu, d’être chamboulé ou embarqué de manière inattendue. C’est un (court) voyage, il se doit d’être intense.

Une si courte nouvelle (3 000 signes) est un vrai exercice d’équilibriste. L’art du roman n’est pas le même que l’art de la nouvelle. Pour sortir du lot, il faudra frapper fort, imprimer immédiatement sa griffe ; un vrai concentré de noir.
Je suis fasciné par l’imagination et la créativité que peut déployer un écrivain à travers une histoire (à fortiori une nouvelle). Donc faites preuve de cette créativité, étonnez-moi et vous aurez déjà la moitié de ma voix ;-).

5.Ton auteur de polar préféré ?

Ok, parce que vous avez été sage au point de lire mes élucubrations jusqu'au bout, je vais jeter un nom à la foule : Maud Mayeras.

J'en vois déjà qui s'insurgent pour me rétorquer que c'est du thriller et non du polar. Mais moi je me répéterai en disant que pour moi l'étiquette n'a pas d'importance.

Pourquoi elle alors ? Parce que son second roman, Reflex, est pour moi LE thriller/polar/roman noir du XXI° siècle (rayez les mentions que vous jugerez inutiles). Parce que, justement, dans ce roman elle y explose les frontières des genres pour les faire se fusionner en une littérature résolument moderne. Et si vous voulez d'autres arguments, voir mes réponses à la question numéro 2.

Bon, et si vraiment vous insistez et que vous voulez un nom bien estampillé polar : R.J. Ellory parce qu'il met l'humain au centre de tout.

Le lien du site pour retrouver l'actualité d'Yvan : http://gruznamur.wordpress.com/

Même avis peu importe le flacon pourvu qu'on est l'ivresse....
Publié le 02 Août 2014