Actualité
Le 26 Jan 2015

Autodestruction programmée du nouveau thriller de James Patterson

Le nouvel opus de l’auteur américain de best-sellers James Patterson sort aujourd’hui. Les lecteurs ont un jour et une nuit pour le lire avant que le livre ne s’autodétruise. À la clé de ce scénario de promotion à la Mission Impossible, un prix digne du titre de ce thriller : « Private Vegas ».
Lancement du nouveau thriller de James Patterson

Ça c’est de la promotion ! Pas à la hauteur de n’importe quel auteur… Mais James Patterson, classé en 2012 par le magazine américain Forbes comme « écrivain le mieux payé au monde » vaut son pesant de dollars. Il a même touché le jackpot côté ebook en étant le premier romancier à franchir la barre du million de livres numériques vendus en juillet 2010, 2 millions à la fin du trimestre suivant, et 3 millions en juin 2011. De ce côté de l’Atlantique, ça laisse rêveur.

 
James Patterson, un auteur coutumier des opérations chocs

L’année dernière, il avait lancé une campagne de dons et promis de soutenir les librairies indépendantes américaines. Chose faite pour Noël : 81 librairies se sont partagé la coquette somme d’1 million de dollars. Précisons qu’il avait lui-même donné l’exemple en mettant au pot près de la moitié de ce pactol.

L’auteur récidive avec un coup de pub monté comme un thriller

Info ou intox ? Il déclare dans un film teaser avoir vendu avant la sortie officielle, un exemplaire de son livre qui s’autodétruira 24 heures après qu’il ait été ouvert ! Suspense oblige, personne ne sait qui possède cet exemplaire unique. L’opération est montée à l’image des thrillers de l’écrivain : l’autodestruction est encadrée par une équipe de déminage professionnelle. Relais médiatique assuré.

24 heures chrono et un jack pot de près de 300 000 $ !

En attendant les 24 heures fatidiques, les 1 000 premiers fans de la série Jack Morgan qui piétinent d’impatience de découvrir la suite de Private India peuvent aller télécharger un code qui leur permettra de lire Private Vegas sur leur iPad tout en suivant la progression des autres lecteurs, histoire de faire monter la pression.
À la fin du marathon, super jackpot pour le gagnant : un vol en première classe dans un lieu inconnu, deux nuits dans un hôtel de luxe, des jumelles plaquées or de 14 carats dans un boîtier gravé aux initiales de Patterson, un dîner gastronomique avec l’écrivain et la série Alex Cross sérigraphiée par Patterson lui-même. L’équivalent de 294 038 $ !

Le livre aux USA, déjà en concurrence avec le cinéma et la télévision

L’avenir du livre en est-il à des promos à la Cecil Billet DeCentMille dignes d’un lancement de film ? C’est ce que semble penser Patterson qui dit que « l’édition se frotte aujourd’hui à bien d’autres concurrences que les livres, mais bien le cinéma, la télévision… ».
Au-delà du coup de chapeau à la créativité de ce joli coup de pub, de ce côté de l’Atlantique, ça nous laisse pantois, ou envieux, ou affligé. Démesure à l’américaine ou vision anticipée du monde de l'édition ? Et vous, qu’en pensez-vous ?

Isabelle de Gueltzl

Je viens de me rappeler que le livre que j'avais commence parlait de jeunes gens avec des ailes. Des sortes de creatures genetiquement modifiees. J'apprends aussi en lisant sa bio, que J. Patterson delegue beaucoup quand il s'agit d'ecrire ses livres (il ecrit un long synopsis et d'autres remplssent les vides) et qu'il est, ou a ete, le directeur d'une agence de publicite... tout s'explique :)
Publié le 01 Février 2015
C'est vrai que je n'ai découvert les écrits de Patterson que très récemment (The Beach House il y a un mois et The Jester en ce moment) mais je trouve sa façon d'écrire assez sympa (et surtout assez simple pour que j'arrive à comprendre alors que je suis loin du 100/100 au Toeic). Par contre sa technique qui consiste à faire des chapitres de une à trois pages (rarement plus) donne des livres très épais car sur 400 pages il y a bien 50 à 80 pages blanches. Donc des pavés, oui, mais avec des trous dignes d'un emmental !
Publié le 30 Janvier 2015
C'est vrai que Patterson n'est pas aussi connu en France que beaucoup d'autres auteurs americains de polars ou de SF, et pourtant c'est un des best sellers les plus prolifixes aux USA. Le classement Amazon n'a jamais ete tres flatteur pour lui (mais c'est aussi le cas pour des auteurs qui vendent des dizaines de millions de livres surtout en librairie. Je me demdande si le prix prohibitif de ses ebooks n'est pas en cause) Mais pour avoir vecu 2 ans aux USA, chaque fois que je voyais un livre de Patterson ca me faisait un peu rire parce que c'etait ces livres qui sont presque aussi larges et longs que des feuille A4 et tres epais (a cause du papier surtout). Et je crois que justement les lecteurs de patterson lisent surtout ses livres papiers qu'ils achetent en librairie pour le plaisir d'avoir des enormes paves dans les mains. Je ne suis pas un fan. Je crois que j'en ai commence 1 sans le finir. Je ne suis pas un fan d'Alex Cross, meme pas au cinema. Ca m'a toujours semble plat. En ce qui concerne l'autodestruction, je crois au contraire que de nombreux lecteurs (ou pas lecteurs du tout ) seraient tres contents de perdre 20 euros pour en recevoir 300000 + un nouveau livre a n'en pas douter... :)
Publié le 27 Janvier 2015
Croyez-en quelqu'un qui a bossé dans le milieu. Ce genre de scénario n'est pas fait pour vendre des livres mais pour faire mousser les agences de pub (qui se sucrent au passage). À qui aura l'idée la plus folle,la plus originale, pour les récompenses de fin d'années (les oscars des maisons de pub). Allez voir les classements du livre sur Amazon US ou France, vous comprendrez que ce n'est pas ça qui fait vendre. Patterson reste loin derrière certains auteurs auto-édités en ebook qui eux n'ont pas ce genre de budget publicitaire. C'est juste pour faire vivre les agences de pub, pas pour vendre des livres. PS: vous imaginez le lecteur occasionnel qui va acheter ce bouquin comme on joue au loto et attendre 24h qu'il s'auto-détruise? Bien sûr, ça ne se produira pas et ce gars-là n'achètera plus jamais de Patterson, garanti.
Publié le 27 Janvier 2015
Zema, pour les auteurs auto-edites surtout, la publicite est au moins aussi importante que le livre lui-meme. Il doit se promener environ 1 millions d'ebooks en France entre toutes les plateformes. Vous imaginez bien que pour que votre livre soit remarque il ne suffit pas qu'il soit bon :) En ce qui concerne Patterson, il faut aussi savoir que la publicite autour de son roman existe et marche surtout parce Patterson vend des dizaines de millions de copies de chacun de ses livres. Si un jour vous avez la chance d'ecrie un roman qui est vraiment remarque et se vend a 50000 exemplaires, il est evident que la suite sera beaucoup plus facile, surtout si votre roman est un roman a theme comme un polar ou un SF. La publicite ne fait pas un bon roman c'est certain, mais tres souvent (pas toujojurs) elle fait la difference entre un bon roman qui sera lu par 100000 personne et un bon roman qui sera lu par 10 personnes. C'est un fait
Publié le 26 Janvier 2015
On est loin du talent en effet. Mais bon si la communication permet de vendre et que le lecteur adhère pourquoi pas. ça me donne des idées : je vais peut être cacher un indice qui donne droit à une surprise dans mon prochain roman....
Publié le 26 Janvier 2015
C'est assez typiquement americain, et pourquoi pas. Quand on peut se permettre d'embaucher des boites de publicite, pourquoi s'en priver. Il faut esperer qu'il ne sortira pas un bouquin intitule "la cible" en disant que l'un des acheteurs parmi les 1000 premiers sera donc la cible de l'assassin albinos, borgne et cul de jatte, heros du livre... :) Recemment j'ai lu qu'une auteure americaine deja connue comme productrice, avait sorti un livre et sur son site web, elle vendait aux encheres des objets reels qui avaient une importance particuliere dans son roman, comme une meche de cheveux, un seche cheveu, une enveloppe etc... Quand on voit les prix que ces objets ont atteint, on peut dire qu'elle a reussi son coup!
Publié le 26 Janvier 2015