Actualité
Le 31 mar 2015

Qui sont ces auto-édités qui font l’autoédition ?

Surprise du sondage Odoxa réalisé pour Amazon* sur la relation des Français à l'écriture. Ce sont les jeunes de18-34 ans qui aiment le plus écrire. Ils savent également tirer parti des avantages de l'auto-édition. Portrait robot de l'écrivain autoédité...
Très jeunes et jeunes seniors s'assignent un devoir de mémoire.Ce sont les très jeunes et les jeunes seniors qui écrivent le plus.

Écriture : les femmes d’abord.

Une femme entre 18 et 24 ans... ou de plus de cinquante ans. Ce sont les tranches d'âge les plus représentées. Elles passent plus volontiers à l'acte (sur l’ensemble des autoédités). Elle écrit un roman ou un essai, simplement parce qu'elle aime écrire. Qu'elle a le goût de l'écriture, consciente de la difficulté à être publiée. « Parce que quand on écrit, on a quand même envie d'être lu »- elle s'intéresse à l'autoédition, et à toutes les techniques pour que ses ouvrages soient visibles ou diffusés...

Les 18-24 ans, la réserve de nos auteurs de demain.

De cette étude réalisée début mars 2015 et publiée au moment du Salon du Livre, que doit on retenir ?  Une étude intéressante parce qu'elle raconte qu'au temps du numérique, des tweets, des textos, des mails... de l'écrit simplifié, voire simplificateur, ce sont les plus jeunes, les 18-24 ans, qui sont le plus portés sur l'écriture. 59 % d'entre eux (…) aiment écrire.

Les loisirs et « le temps libre » donnent l’opportunité d’écrire, aux jeunes et aux séniors. 

Un pourcentage qui chute pour les autres tranches d'âge, mais qui remonte à partir de 50 ans, sans atteindre toutefois le taux des plus jeunes. Le goût d'écrire reviendrait-il avec les années ? Jeunes adultes et jeunes seniors ont des envies communes avant d'entrer dans le tourbillon des années travail, enfants, carrière, et après en être sortis.

Ecrire, un travail de mémoire rédempteur.

Ces deux périodes de la vie seraient elles celles où l'on prend le temps de se poser, de s'écouter, et de faire un travail de mémoire ? Oui, de mémoire. Car, curieusement, c'est le second  enseignement étonnant de ce sondage. Ce travail de mémoire, considéré par les sondés comme une vertu, ne serait pas l'apanage des plus vieux. Il est cité par les plus jeunes, à égalité avec le fait de parvenir à décrire ses sentiments. Troisième curiosité enfin, 43 % des sondés masculins, avouent que la première motivation à l’écriture (contre 23 % pour les femmes) est c'est celle de transmettre, devant le simple goût d'écrire. Utilité versus futilité...

Mais, si comme Casanova, vous écrivez simplement pour ne pas vous ennuyer ou comme Jules Renard, écrire est pour vous une façon de parler sans être interrompu, alors une fois de plus, vous ferez mentir les sondages...

Sylvie Arzelier

* Les Français ou le plaisir d'écrire, sondage Odoxa pour Amazon

 

Vive l'écriture libre !
Publié le 31 Mars 2015
Il n'est pas vraiment etonnant que les auteurs auto-edites soient en moyenne plus jeunes puisque auto-edition signifie souvent presence active sur les reseaux sociaux. Sans ca il est difficile d'etre vraiment lu. Et il me semble que ceux qui ont entre 20 et 35 ans sont les plus actifs sur FB, twitter, snapchat et tout ce qui y ressemble et qui permet de se forger une liste de followers qui seront les premiers lecteurs.
Publié le 31 Mars 2015