Actualité
Le 01 sep 2015

Edition indépendante. Kindle Select voudrait-il faire cavalier seul ?

Y’a de l’eau dans le gaz entre Amazon et Smashwords. Ce n’est pas nouveau, mais ça s’accélère… Militant actif de l’indépendance et fondateur de la plateforme d’auto édition californienne, Mark Coker a écrit à Jeff Bezos. Et il ne mâche pas ses mots !
A exiger l’exclusivité, KDP Select n’est-il pas en train de tuer l’univers bouillonnant et créatif des auteurs indépendants ?A exiger l’exclusivité, KDP Select n’est-il pas en train de tuer l’univers bouillonnant et créatif des auteurs indés ?

L’objet du courroux : Amazon empêche les auteurs indépendants de vendre leurs livres ailleurs.

Amazon impose l’exclusivité aux œuvres commercialisées via Kindle Direct Publishing Select (communément appelé KDP Select ou Kindle Select). L’auteur ou l’éditeur doit donc retirer ses livres de tout autre point de vente. S’il ne le fait pas, ils le sont d’office. Et s’il récidive, il est exclu.
L’embrouille entre Amazon et Smashwords est née de la disparition de 200.000 ebooks du catalogue de Smashwords sur la plateforme indienne Flipkart. Les tenants et les aboutissants sont un peu plus complexes, mais si vous voulez en savoir plus, vous pouvez lire l’article de Clément Solym pour Actualitté.

Mark Coker en profite pour attaquer…

« Je crois que KDP Select est toxique pour l’avenir de l’édition indépendante, car cela oblige les auteurs à abandonner les détaillants concurrents, et les fait devenir plus dépendants d’Amazon. Lorsque les revendeurs concurrents perdent l’accès à cet important catalogue d’indés, ils ne peuvent plus exercer de concurrence. » 

… et écrit à Jeff Bezos 

« Le message que vous envoyez aux auteurs est qu’ils risquent la colère et le châtiment d’Amazon, s’ils permettent à vos concurrents de mettre en vente leurs livres. Peut-être que c’est là votre plan. Dans ce cas, il est brillant. Mais il a un défaut, fondamental : il forge un fort ressentiment dans la communauté des auteurs. »
(lire l’intégralité de la lettre sur Smashwords

Et vous, auteurs indépendants, qu’en pensez-vous ? Seriez-vous prêt à abandonner Amazon ?

Isabelle de Gueltzl

Je ne suis que sur Amazon KDP et chez Edilivre pour l'édition papier. J'attends de voir ce que va donner mon dernier polar vintage et baroque qui devrait sortir à la fin du mois chez Edilivre, diffusé sur AMAZON, FNAC et les libraires affiliées... CC
Publié le 14 Septembre 2015
@Patrick Ferrer Effectivement, Smashword n'est quasiment utile que pour les auteurs anglo saxons. Il faut bien savoir que, pour l'instant en tous cas, le transit sur les sites de telechargement de la FNAC ou de Kobo est vraiment anecdotique compare a Amazon. De fait, si vendre sur Amazon est difficile, c'est encore plus difficile sur les 2 autres plateformes. Meme les auteurs indies qui vendent bien sur Kindle avouent en general faire tres peu de ventes sur Kobo. Peut-etre cela ira-t-il en s'ameliorant, mais ca risque de prendre un certain temps. @Aymeric En toute logique (et selon ce qui est ecrit dans les conditions kdp) vous ne pouvez pas avoir un ebook sur kdp select et en meme temps le mettre gratuitement a disposition sur un quelconque site, y compris votre propre site web ou votre blog. Vous avez neanmoins le droit de mettre a disposition gratuitement jusqu'a 10% de votre ebook.
Publié le 02 Septembre 2015
Merci pour ces précisions ! Ça mérite réflexion... Jusqu'ici je me suis tenu à l'écart de kdp select à cause de ce problème d'exclusivité, mais j'essaierai sûrement un jour. Tous ces outils numériques en sont encore à leurs balbutiements, il faut voir aussi comment ça va évoluer...
Publié le 02 Septembre 2015
@Aymeric. Le format propriétaire des liseuses est une aberration et devrait être rendu illégal. C'est comme si quand j'achète un livre publié par Hachette, je ne peux le lire qu'avec des lunettes Lagardère parce que c'est le même groupe financier. Tous les auteurs indépendants sont contre cette guéguerre des formats ebook propriétaires et je dois dire que c'est souvent un facteur de décision anti-exclusivité parce qu'on a tous une nièce ou une amie qui a acheté une liseuse Kobo. Personnellement, j'ai résolu cela en fournissant à tout acheteur qui m'en fait la demande le format adapté à sa liseuse. Mais c'est un problème effectivement. Pour MonBestseller et autres plateformes de lecture gratuite, je ne connais pas d'exemple d'auteur indé qui se soit fait taper sur les doigts par Amazon, à condition de ne pas publier l'oeuvre entière. Je pense qu'ils s'intéressent essentiellement aux autres plateformes de ventes et qu'ils sont également conscients de l'existence de plateformes de piratage donc il y a un degré de tolérance ou d'ignorance des sites gratuits de leur part.
Publié le 02 Septembre 2015
@Patrick Ferrer : je comprends votre raisonnement mais il me semble qu'il y a un autre problème à prendre en compte ; les liseuses kindle utilisent un format à part, donc le fait d'utiliser le site de la fnac permet de proposer en plus son livre en epub pour les liseuses kobo... J'ai par ailleurs une petite question : si mon livre est en lecture gratuite sur MBS, est-ce compatible avec kdp select ?
Publié le 01 Septembre 2015
Je ne connais pas Smashwords, il me semble que c'est surtout pour la distribution de livres en anglais sur le marché américain et peut-être anglo-saxon, mais pour un auteur français, je ne sais pas à quoi ça servirait. Je me trompe peut-être. C'est évident qu'il y a un problème de monopole en ce qui concerne KDP Select mais ça reste un engagement facultatif pour les indépendants. Soit vous accordez l'exclusivité à KDP Select et vous verrez un accroissement de vos ventes et revenus de 33% environ avec de nombreuses mises en avant car Amazon soigne ses auteurs KDP Select, soit vous décidez de passer par un petit diffuseur numérique ou directement via les trois plateformes Kobo, iTunes et Google Play et calculez combien de ventes supplémentaires cela représente pour vous (c'est bien évidemment un surcroît de travail technique, administratif et comptable de gérer différentes plateformes de vente mais si vous vendez plus de livres ainsi, pourquoi pas?). Chaque auteur indépendant est libre de ses choix (c'est le principe de l'auteur indépendant, après tout), certains restent en exclusivité chez Amazon, d'autres visent toutes les plateformes. Généralement, de l'expérience de vétérans de l'auto édition tels Jacques Vandroux ou Jean Philippe Touzeau (des auteurs indépendants qui vendent entre 10 et 20,000 exemplaires de chaque titre et sont maintenant publiés dans plusieurs pays dont les USA), on vend plus quand on est en exclusivité KDP Select mais il y a quelques exceptions. Les auteurs indépendants français qui percent sont généralement en exclusivité KDP Select parce que en concentrant toutes leurs ventes sur une plateforme unique, ils montent plus rapidement dans les classements et plus ils montent dans les classements, plus ils vendent (ça a l'air idiot mais c'est comme ça que ça fonctionne). Donc voulez-vous voir votre livre sur le site de la Fnac même s'il y a une possibilité que vous vendiez moins globalement ou que vous perdiez des places dans les classements (et les ventes qui vont avec) parce que vos quelques lecteurs potentiels (quand vous n'êtes pas très connu) achètent sur douze plateformes différentes ? Un choix personnel, je dirais.
Publié le 01 Septembre 2015
Si je vends mes formats numériques sur Amazon, je n'adhère jamais au KDP Select. Nul ne me dit où je dois vendre mes romans. Pour répondre à la question : oui ! Sans aucun remords.
Publié le 01 Septembre 2015