Mary COUSIN
Biographie

Cadette d’une famille rurale basse normande de 7 enfants, j’entre dans la vie active par le biais de l’enseignement comme ma mère et ma grand-mère maternelle. L’amour m’amène à tout quitter pour aller travailler aux côtés de mon conjoint restaurateur dans la région parisienne. Ayant atteint la cinquantaine suite à une séparation douloureuse, j’ai éprouvé le besoin de revenir aux sources, avec mes enfants, retrouver mes racines et cette contrée normande au cœur de laquelle s’élève un atypique château, celui d’un mystérieux Seigneur de Carrouges ». Après des années de recherches ardues j’ai osé prendre la plume pour tenter de relater le destin fabuleux de ce fameux chevalier

Mary COUSIN a noté ces livres

4
Intimiste et tragique, ce récit sur l'existence humaine plus que sur la mort est bien écrit et se lit bien. Vous avez su rendre les personnages attachants, surtout Hannah qui fait preuve d'une grandeur d'âme à toute épreuve alors que vous ne donnez pas le beau rôle à d’autre comme ses parents, sa sœur et j’en passe. Comme on connait la fin, on vous pardonne !
Publié le 22 Février 2016
5
La fraîcheur, la sensibilité et le naturel de votre plume m’ayant comme aspiré dans votre récit, j’ai été curieuse de savoir qui se cachait derrière « cette rose sans épine » et j’y ai découvert quelqu’un avec qui j’avais beaucoup de points en commun en plus de l’écriture et l’histoire. Déjà, vous portez deux de mes trois prénoms de naissance et nous devons être à peu près du même âge. Mais j’ai vu aussi que vous aviez croisé notre ami Yann Pailleret, animateur du Jeu des 1000 Euros auquel vous avez brillamment participé tandis que moi, je l’ai organisé dans le magnifique château de ma commune lors que j’étais conseillère municipale dans cette contrée perdue de Normandie que vous semblez affectionner si j’en crois vos superbes transcriptions de vos lointains passages dans ma région. Félicitation pour tout. Cordialement.
Publié le 22 Février 2016
5
Un titre accrocheur, un style d'écriture fluide et plein d'humour malgré le thème abordé, rien de bien original sauf que dès les premières lignes, on se fait happer par le récit et on arrive à la fin en un rien de temps sans avoir vu le temps passer. Je n'ai pas l'habitude de lire de thrillers, ni même de policiers, et pourtant, votre histoire de Frenchy, (et Dieu sait que ce genre de personnage me fait peur), je l’ai adorée. Vous sortez des sentiers battus du genre ! Chez vous, il y a de l’intelligence jusque dans les crimes, macabres sans tomber dans le gore, de l’élégance dans la forme et le don subtil d’impliquer le lecteur dans l’enquête. Les dialogues sont soignés. L’alternance entre le discours direct, explicite, et celui indirect des personnages lorsqu'il s'agit d'évoquer leurs sentiments ou leurs relations personnelles est judicieux, riche en informations qui permettent au lecteur de rentrer dans leur tête et tenter de les comprendre et au final de s’y attacher. Du coup, je vous en ai voulu de lui faire tuer Hélen même si ce meurtre macabre est d’une originalité géniale. Par contre, il ne faut pas mettre votre livre dans les mains d’un psychopathe, vous pourriez lui donner des idées et votre fin inattendue ne me contredira pas !!! Si j'avais pu, je vous aurai épinglé une étoile de shérif de plus. Bravo!
Publié le 21 Février 2016
5
"Carminos, mes Amours", ça pourrait-être juste le carnet de voyage d’un pèlerin sur les chemins de Compostelle mais, en fait, c’est plutôt son parcours intérieur, voir initiatique, celui d'un homme qui, bien que n'étant d'aucune religion, découvre la foi... en Dieu, mais surtout et avant tout, en un Dieu qui lui fait croire en lui, en son libre-arbitre, en ses capacités, ses qualités, en son amour pour les autres, sans jamais le juger ... Ce livre est une leçon de vie et d’Amour. Bravo et Merci à vous @Jérôme Amielh, pour ce partage.
Publié le 20 Février 2016
5
Cette nouvelle est un enchantement bien plus merveilleux que ceux du monde de Poudlard, car vous êtes un magicien, Fred Oberson. Seulement votre baguette magique, c’est cette plume qui nous fait revivre le monde merveilleux de la Provence, courir dans la garrigue, respirer tous ses parfums, se réchauffer et aimer sous son soleil incomparable ou plonger avec Henry Pot-de-terre, dans les profondeurs de la terre rouge pour y découvrir des trésors à la portée de tous. Vous êtes un grand conteur ! Il n’y a qu’à voir la vivacité et la justesse du style de ces pages que l’on prend plaisir à feuilleter, puis à relire à haute voix pour nos enfants quels que soient leurs âges véritables. Bravo
Publié le 20 Février 2016

Pages