Mary COUSIN
Biographie

Cadette d’une famille rurale basse normande de 7 enfants, j’entre dans la vie active par le biais de l’enseignement comme ma mère et ma grand-mère maternelle. L’amour m’amène à tout quitter pour aller travailler aux côtés de mon conjoint restaurateur dans la région parisienne. Ayant atteint la cinquantaine suite à une séparation douloureuse, j’ai éprouvé le besoin de revenir aux sources, avec mes enfants, retrouver mes racines et cette contrée normande au cœur de laquelle s’élève un atypique château, celui d’un mystérieux Seigneur de Carrouges ». Après des années de recherches ardues j’ai osé prendre la plume pour tenter de relater le destin fabuleux de ce fameux chevalier

Mary COUSIN a noté ces livres

5
Les mots filent sans peine sous votre plume agile laissant sur vos feuillets des souvenirs d’antan où la raison s’ennuie, mais le cœur palpite tant ils sont imprégnés de brume et croassements. J’ai demandé à la lune, mais elle ne savait pas, qui était cette mademoiselle Plume qui parlait si bien de trépas. Même l’ami Pierrot ne sut pas éclairer ma chandelle, un corbeau noir ayant volé son plumet de tourterelle, Il me dit seulement qu’en mai, la Plume fait toujours ce qui lui plaît et le vôtre fait de très, très belles nouvelles. Alors bravo Mademoiselle Plume ! Moi, j’ai taillé la mienne au fil de l’épée du Seigneur de Carrouges et j’aimerais bien avoir votre avis éclairé sur les traces qu’elle a laissées sur mes feuillets. Cordialement
Publié le 01 Juin 2016
5
Une démonstration glaçante et implacable sur un monde du travail qui ne propose aucun sens, confine parfois à l'absurde et parvient à fabriquer des monstres. D’ailleurs, c'est ce que nous montre cette fable où vous brossez, un peu à la manière de "La Fontaine", un portrait extrêmement noir de l’entreprise, avide, inhumaine et cynique, avec ses restructurations, surmenages et licenciements qui peuvent même parfois pousser au suicide, mais avec cet humour noir parfois très dérangeant, vous réussissez finalement à nous faire sourire. Chapeau
Publié le 18 Mai 2016
5
On voit que vous vous faites plaisir à jouer avec les patronymes de vos personnages. C'est qu'il y en a une belle collection dans le quartier de votre ami Denis Boutcrotte (1 de Chavignol ou de Rocamadour) Sachant votre goût et don pour les textes courts, je me permets de vous proposer de participer au concours de nouvelles organisé par l’équipe de bénévoles de la Bibliothèque de Carrouges dont je fais partie, pour la première fois cette année, à l'occasion de notre fête communale annuelle, afin de dynamiser notre bibliothèque et faire connaitre notre bourg au-delà de ses murs. Vous trouverez tous les renseignements relatifs à ce concours à l'adresse facebook : concours de nouvelles inédites de Carrouges 2016 ou vous pouvez me joindre par mail à mary-cousin@orange.fr Cordialement Mary COUSIN
Publié le 10 Mai 2016
4
De l’amour, de la tendresse, du mystère et de la remise en question, dans cette nouvelle originale où l’on rencontre des personnages bien croqués et forts attachants...Comme la charmante Alice qu’on découvre à mesure que vous nous ouvrez les portes de sa maison. Je connaissais votre plume, mais je l’ai appréciée avec délice. Cordialement
Publié le 08 Mai 2016
5
Quelle belle ode à l’amour dans cette fiction qui chante vos regrets de ne pas l’avoir trouvé dans la réalité ou votre désespoir qu’il ne soit qu’un mythe. Et vous entretenez ce mythe, à la manière de celui Orphée et d'Eurydice que vous revisitez pour faire croire au lecteur que de tels personnages féminins en l’occurrence Françoise et Pierre, puissent exister dans la vie réelle. En lisant votre prose musicale, je me sentais flattée d’être une femme sentimentale et j’ai refermé votre livre avec moins d'amertume au cœur. Merci @Boissy d'avoir ajouté "Manus Deï" l'Amour à l'épreuve du duel à votre bibliothèque. J'attends votre vote avec impatience et j'espère que vous prendrez autant de plaisir à lire mon ouvrage que moi à savourer votre récit rédigé avec la plume souple et bleutée d’une mouette s'abandonnant au vent. J'ai aimé suivre avec curiosité son vol, tantôt léger et clair s’étirant en longs cercles joyeux sur les vents chauds de l’amour, tantôt pesant et direct en plongeant dans les embruns de vie.
Publié le 01 Mai 2016

Pages