Mary COUSIN
Biographie

Cadette d’une famille rurale basse normande de 7 enfants, j’entre dans la vie active par le biais de l’enseignement comme ma mère et ma grand-mère maternelle. L’amour m’amène à tout quitter pour aller travailler aux côtés de mon conjoint restaurateur dans la région parisienne. Ayant atteint la cinquantaine suite à une séparation douloureuse, j’ai éprouvé le besoin de revenir aux sources, avec mes enfants, retrouver mes racines et cette contrée normande au cœur de laquelle s’élève un atypique château, celui d’un mystérieux Seigneur de Carrouges ». Après des années de recherches ardues j’ai osé prendre la plume pour tenter de relater le destin fabuleux de ce fameux chevalier

Mary COUSIN a noté ces livres

5
Cinq étoiles bien méritées pour mettre en lumière cette superbe nouvelle, originale dans le thème et la forme, très bien écrite dans un style XIXe qui la replace bien dans le temps. Bravo à vous . (j'ai vu que vous étiez du 11 février, alors nous sommes "Idioméris", j'épelle : I-d-i-o.... , je rigole! je suis donc votre jumeau astral même si je pourrais être votre mère!
Publié le 13 Mars 2016
5
Dévoilé d'une façon décousue sans n’avoir pas toutefois ni queue ni tête, non loin de là, ce livre est un témoignage pour lecteur initié à l’ésotérique et je n’en suis pas un. Pourtant, par curiosité, j’ai pris la peine de le lire. Comme les pensées qui assaillent l’auteur, arrivent en désordre, il faut les mettre en place, comme dans un puzzle et on découvre une femme qui se cherche, mais que l’on sent très seule parmi ses invisibles, même avant le décès de sa mère. Une histoire qui plonge en apnée sous la surface de nos existences terrestres en explorant et exprimant avec intensité les dimensions multiples des sensations ressenties. Sans pour cela être un ouvrage mystique sur le paranormal, c’est un récit qui bouscule, qui heurte, mais qui peut provoquer également certains changements de perspective chez le lecteur. Bravo à l'auteure pour la finesse de sa perception et la qualité de son écriture ! Petit bémol : la présentation : texte non justifié, pas de retrait au retour à la ligne, pas de paragraphes bien séparés. Des petits riens qui rendent la lecture bien plus agréable.
Publié le 01 Mars 2016
5
Quelle plume! C’est un vrai bonheur de voir comment vous jonglez allégrement avec les mots, ça fuse dans tous les sens, mais toujours avec humour. On ne peut que se laisser embarquer dans le jeu plein de malice et de philosophie de votre récit sur ce pauvre homme avare et guigneux comme vous dites, au destin pas ordinaire. J’ai adoré et ne manquerai pas aller voir les autres. Petite précision, s’il lui offre un café par semaine, ça ne fait pas 365, mais 52. Cordialement
Publié le 29 Février 2016
4
Ce n’est pas un roman mais un bien beau témoignage que vous nous rapportez là. C'est dit avec simplicité, vérité et beaucoup d’émotion. On perçoit votre amour de la montagne à chaque page et vous savez très bien nous rapporter les émotions qui vous habitent. Merci de votre partage.
Publié le 29 Février 2016
4
C'est vraiment un poignant témoignage que vous nous rapportez et j'espère que l'écriture contribuera à vous apporter une part de réconfort. C'est dit avec simplicité et sans malice. On perçoit votre âme d'enfant dans cette retranscription de vos mémoires encore visuelles qui gagnerait à être écrit justement comme des mémoires ou un journal, au présent, en partant de votre naissance pour nous faire découvrir votre ressenti vis-à-vis de la perte de vision et l’évolution de la maladie au fur et à mesure des années et donner du corps et de l’intérêt au récit, car on sait que la perte de vision augmente justement la perception sensoriel de l’environnement. Ce n’est jamais que mon point de vue et vous n’êtes pas obligé d’en tenir compte, car je ne suis pas forcément la mieux placée pour vous conseiller même si j’ai une petite idée de ce que vous vivez puisque je suis née avec une grosse myopie qui n’a fait que s’aggraver au cours des années jusqu’à ce qu’une cataracte précoce s’en mêle et que je subisse une opération chirurgicale avec implant ! Depuis je n’ai jamais si bien vu. Alors j'espère qu'un jour, on arrivera à vous soigner Cordialement
Publié le 26 Février 2016

Pages