Sandrine C
Présentation

Lectures, toujours et partout … j'aime et je partage !

Sandrine C a noté ces livres

4
J’ai aimé votre récit, son dynamisme, votre manière de le faire avancer, de nous donner envie d’aller jusqu’à la fin. Mais je me demande pourquoi vous êtes passé par un intermédiaire pour raconter son histoire ? Pourquoi avoir créé the english lady ? Pour casser une monotonie ? Cela vous amène à des répliques très écrites, moins spontanées, me semble t-il, que la situation ne le voudrait. En tout cas, on se prend de sympathie pour votre joli roman. Merci pour ce partage.
Publié le 19 Février 2018
5
J’ai eu l’impression de retrouver les livres de mon enfance. C’est hors du temps. Un très beau roman d’aventures qui vient si bien à contre point du tout vite d’aujourd’hui. C’est un conte, une poésie qu’on lit en prenant son temps, une tasse de café à la main, qu’on a envie de donner à ses enfants qu’ils le découvrent, qu’ils se sortent de leurs videos ! Merci pour ce beau partage.
Publié le 15 Février 2018
5
Un vrai roman. D’une vraie romancière. L’histoire n’est pas banale, le caractère marqué des personnages et leur variété les visualisent vraiment bien, l’intrigue avec ce qu’il faut de rebonds nous donne envie d’avancer et de savoir ce qui va se passer juste avant le mot FIN. Oui, un très bon moment dans les vignes du médoc et les rues de Bordeaux.
Publié le 10 Février 2018
5
C’est très beau ce roman de fin d’amour. Ce roman mixte, au féminin et au masculin, où les sentiments de chacun sont si bien traduits. Profond. Très subtile et bien vu. Comme si le vécu prenait pas sur la fiction. Est-ce parce que vous habitez en Amérique du Sud que j’avais des impressions de "Under the volcano" de M. Lowry ? (n’ayant pas vraiment compris la fin queue de poisson, j’en déduis que c’est un extrait, peut-être devriez-vous le dire ? et dire quand viendra la suite qu’on ne peut être que curieux et désireux de découvrir)
Publié le 28 Janvier 2018
5
C’est un très beau moment que vous m’avez fait passer. Nostalgique, bien sûr, d’un temps qu’on a oublié. Celui de la vie rude, des plaisirs simples. Celui où on avait qu’une vie de labeur, et non comme on le lit maintenant plusieurs (pour s’apercevoir qu’on en n’a qu’une !). et vous les dites avec la même simplicité. Vous avez eu raison de rafraichir votre mémoire et je ne doute pas que tous autour de vous ont eu les yeux un peu humides.
Publié le 26 Janvier 2018

Pages

A lire dans les actualités