sorges
Biographie

Mon histoire angevine de l'enfance à l'adolescence au milieu d'une famille laborieuse dans l'immédiat d'après-guerre. Mon père était "perreyeur", c'est-à-dire fendeur-ardoisier, c'est-à-dire, un fendeur au pays de l'ardoise fine, travailleur modeste mais ancré dans les valeurs anciennes du travail bien fait.
Ma mère fut, tantôt buandière, tantôt serveuse de restaurant puis femme de service et enfin, employée communale.
La vie n'était pas drôle tous les jours et, même si nos parents travaillaient rudement, nous profitions des joies simples de la vie de tous les jours : les fêtes familiales sans superflu, les soirées passées au jardin au milieu des légumes, pour certains oubliés de nos jours et surtout, les parties de pêche interminables le long de la Loire, seuls plaisirs d'été.