JE SUIS, DONC JE PENSE ...

36 pages de Didier CHATEAU
JE SUIS, DONC JE PENSE ... Didier CHATEAU
Synopsis

Ce texte, simple et concis, approche les principales étapes de la vie personnelle et sociale, de la naissance à la mort.

Son auteur délivre tout d'abord, sans compromis et sans hypocrisie, un constat personnel sur les dominations, les conditionnements, les conformismes et les croyances qui empêchent les hommes, tout au long de leur vie, de s'épanouir.

Il développe ensuite une vision originale des conditions qui leur permettraient de mieux vivre collectivement et individuellement.

Il révèle enfin, parmi toutes les espérances humaines, celle qui lui semble la meilleure pour cette vie et pour un éventuel au-delà.

Cet essai, lucide ou cynique, visionnaire ou utopique, offre cependant à chaque lecteur l'opportunité de réfléchir à sa propre conception de la vie.

778 lectures depuis la publication le 16 Octobre 2018

Les statistiques du livre

  39 Classement
  503 Lectures
  +8 Progression
  4 / 5 Notation
  8 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

11 commentaires , 4 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@eva verna. Merci pour ce commentaire qui saisit parfaitement l'état d'esprit dans lequel j'ai conçu cet essai.

Publié le 10 Décembre 2018
5
On ne s'ennuie pas. La pensée n'est pas si conventionnelle comme le dit je ne sais plus qui. Elle frise souvent le paradoxe et nous permet justement de nous articuler vs vos choix et selection de pensées. C'est une provocation douce car elle n'engage que vous mais donne toute une matière pour se forger soi même une opinion. Le "Je pense" est bienvenu; il dit votre engagement mais il n'implique aucune autorité de pensée.
Publié le 06 Décembre 2018

Pour comprendre le commentaire de J.Pagliarini, il faut avoir le courage de lire son propre essai ' En attendant la mort ' posté sur le site, qui révèle un mal-être, un désenchantement et une amertume teintée d'agressivité.
La violence inutile de son commentaire témoigne cependant qu'il s'est, malgré tout, senti concerné ou interpellé par sa lecture (sans quoi il n'aurait pas pris la peine de commenter).

Publié le 19 Novembre 2018

Je ne peux même pas dire si c'est vraiment original tant j'ai du mal à le lire (mais ça n'en a pas l'air, mais alors pas du tout, je le confirme...) ! Hors de question que j'écrive de manière aussi chiante...
Comment les gens peuvent-ils préférer lire ça ? Toutes ces phrases pour ne rien dire...

Sans hypocrisie ? Et qui donc a écrit ce synopsis ? Vous parlez de vous à la 3e personne ?
Et quand vous ne commencez pas vos phrases par "je pense", comment savoir si vous pensez ce que vous écrivez ? Doit-on tout admettre de manière indiscutable ?

Et surtout : quelle originalité ?J'ai presque tout lu, une moitié disons... et je n'ai pas envie de lire le reste... C'est même extrême dans le conformisme... jusqu'au pari de boutiquier...
Une vie après la mort ? Pourquoi pas ? Avec un peu de bol...
Je veux dire : c'est un programme politique ? Moi déjà, je ne vote pas pour un type sans humour...

Cynique ? Mais où, quand, comment ?
Utopique ? Qu'est-ce que j'en ai à foutre ?
Lucide ? Je vais être franc : des années-lumières nous séparent...

(Un peu de clash, ça me détend.)

Bonus - bas de page 32 : "Il permet ensuite..." Que c'est mal écrit ! Les phrases longues, ce n'est vraiment pas ton truc.
"...dans d'autres états d'existence éventuels libérés des contingences temporelles." On ne comprend rien, c'est magnifique.

Publié le 18 Novembre 2018
5
J'étais réticente à lire votre essai, bien qu'on me l'ai recommandé, car je craignais d'y trouver des considérations trop intimistes ou trop décalées. Mais j'avais tord, car vous condensez en peu de pages une pensée construite, cohérente et simple sur un sujet particulièrement vaste et difficile qui nous concerne et nous interroge tous. Je ne partage pas la totalité de vos pensées, mais un certain nombre d'entre-elles m'ont interpellé, notamment votre philosophie de la vie face à aux multiples croyances et espérances que sont sensées nous rassurer sur la mort et sur l'au-delà. En fait, votre essai m'a permis de faire le point sur mes propres opinions et de repenser à la vie et la mort qui sont des sujets que j'ai toujours ressenti comme inconfortables et anxiogènes et sur lesquels j'avais du mal à m’appesantir. Votre pari sur le bonheur me paraît séduisant, mais il nécessite quand même de parvenir préalablement au bonheur humain, ce qui n'est pas aussi facile que vous semblez le penser ! En tout cas, bravo pour ce travail intéressant, bien écrit et facile à lire.
Publié le 02 Novembre 2018

Je me trompe certainement de terme mais je nomme forum cette page de commentaire.
Je vais relire ton texte et argumenter. Si c'est trop long, je t'enverrai un email, si ça tient sous forme de commentaire, je le ferai ici.

Publié le 24 Octobre 2018

@Tim.babauta, je suis d'accord pour débattre du contenu de mon essai sur le 'forum' ? ou par e mail : didier.chateau89@orange.fr
Un nouveau texte revu est en ligne.

Publié le 24 Octobre 2018

@Didier CHATEAU, je comprends qu'il est difficile d'enlever des mots sur base d'un commentaire mais il faut que tu saches qu'utiliser le pronom "je" est trompeur car il te touche émotionnellement mais ne produit pas le même effet chez le lecteur. Au contraire, tu lui rappelles que "je" n'est pas le lecteur et tu crée une distance avec le lecteur.
Je pense que ;) tu introduis suffisamment bien tes idées et tes "je pense que" récurrents cinq à sept fois par pages sont superflus et lassants à lire. Tu en mets quasiment à chaque paragraphe. Je te conseille de les effacer (ou si tu insistes, supprimes-en quelques-un) et tu verras que tes propos seront plus parlant même quand tu te reliras. N'essaie pas de plaire à tout le monde, tu explique déjà le but de ton livre. En tout cas, si tu veux te faire éditer, tu devras l'enlever.

Enfin soit, j'aimerais débattre de plusieurs points mais préfères-tu que je t'envoie un mail privé ? ou préfères-tu que j'ouvre le débat sur le forum? ou ni l'un ni l'autre :) ?

En tout cas, au travail, j'ai lancé le débat et je me suis amusé à qualifier chacun de mes collègues de naturellement dominant ou dominé, on s'est bien amusé.

Publié le 23 Octobre 2018

@Tim.babauta Merci pour ton commentaire riche et constructif. Je suis heureux que tu apprécies mon écriture et que tu partages globalement mes pensées.
Je réfléchis effectivement à me faire éditer ou à m' auto-éditer si je ne trouve pas d'éditeur.
Le droit d'enfanter restera toujours un sujet extrêmement sensible. J'explique ma position pour susciter une réflexion, mais libre à chacun, après m'avoir lu, de ne pas y souscrire.
Effectivement, je multiplie volontairement les 'Je pense' pour réaffirmer régulièrement que mes pensées individuelles ne sont ni certaines ni dogmatiques et que je ne fais que les exposer sans avoir ni la prétention ni le désir de convaincre. Peut-être y en a t-il trop, je vais réfléchir à en supprimer, bien que cela ne soit pas aussi facile que cela.
Bon courage pour l'écriture de ton livre.

Publié le 19 Octobre 2018

Bonjour @amalia rodriguez, premièrement je mets les commentaires que je veux: la liberté de pensée et d'écrire! c'est toujours plus facile de critiquer avec sarcasmes et castration les écrits des autres. Où sont les vôtres? Vous vous prenez pour une littré des temps modernes mais ce que vous n'avez pas compris, c'est que l'écriture comme toute oeuvre artistique vient du coeur, des émotions, des sensations et du vécu de chacun tout cela est immanent à chaque individu. Segundo ayant la bonté de cessez votre outrecuidance et votre condescendance de pseudo critique.
Je le vois vous faîtes que ça. Est-ce la frustration d'être une écrivaine non reconnue ou de bas étage? Mais si vous l'étiez votre nom me direz quelque chose.
A bon entendeur c'est GUGLIOTTA

Publié le 17 Octobre 2018

@amalia rodrigez Chère Madame, Merci tout d'abord d'avoir pris la peine de commenter mon texte. J'indique dans son préambule que mes pensées peuvent être banales et que je n'ai ni la prétention ni le désir de convaincre.
J'ai essentiellement écrit cet essai pour me permettre d'exprimer et de synthétiser mes pensées de façon plus cohérente et plus précise que par la voie orale. Je ne le diffuse que parce que cet exercice m'a été profitable et que je pense, peut-être à tord, qu'il peut aussi aider certains lecteurs à mieux cerner leurs convictions ou à leur donner tout simplement l'occasion de réfléchir plus profondément à leur propre conception de la vie, quelle qu’en soit la nature.

Publié le 17 Octobre 2018
2
@Didier CHATEAU Cher Monsieur, je vous reconnais volontiers un certain don pour dégonder les portes déjà ouvertes, j'entends par là que vos réflexions sur l'homme en société n'apportent rien de bien nouveau sous nos cieux. Vous pensez, dites-vous ; vous pensez, répétez-vous (qui cherchez-vous à convaincre ?) ; il vous reste à penser hors des plates-bandes (peut-être en commençant à vous interroger sur le déterminisme qu'engendre dans nos pauvres destinées l'usage des mots, de la langue). Non, ce qui m'inquiète le plus, dans tout ça, c'est ce M. Gugliotto qui vous confie, dans son commentaire, qu'il a vite arboré (sic) votre texte. Quelle sorte d'horreur est-ce là ? PS : Retourner le cogito cartésien est amusant, mais ça ne dépasse guère la plaisanterie de collégien.
Publié le 17 Octobre 2018

J'ai beaucoup aimé ton mini livre Didier ! tu es très sincère, tout le monde devrait écrire comme tu l'as fait. Imprime le en format livre (sur du A5 ca devrait faire un petit livre de 70 pages) et transmet le à ta descendance pour qu'ils gardent une trace de toi...

C'est touchant de lire la photo de tes pensées. Ca donne envie de te connaitre. Sur plusieurs sujets, je suis d'accord avec toi. Mais sur l'idée d'être manipulé concernant la reproduction, je le suis beaucoup moins et je me suis énervé à l'idée que les dominants puissent décider si un dominé ait le droit d'enfanter mais je peux comprendre de part ta profession, que tu as du rencontrer beaucoup de cas difficile.

J'écris aussi un livre sociologique et philologique mais qui sera sous forme de roman. A la lecture du tien, je me demande si je changerai pas la forme. La tienne est tellement plus parlante.

Si je peux me le permettre, ton texte contient beaucoup de répétitions des mots "je pense que". Vu la qualité de ta plume, je ne doute pas que tu le fais exprès mais pourquoi marteler autant le fait que tu penses ce que tu écris: les lecteurs le savent vu que tu es l'auteur :)
Je te conseille de supprimer les répétitions des mots "je pense que" et tu verras que ton texte sera moins lourd et aura plus d'effet. Ces 3 mots sont sûrement parlant pour toi mais superflue pour le lecteur.
Le reste, je n'ai rien à dire, tu écris super bien !

Continue comme ça. Une idée pour la suite : présente nous une alternative de la société d'aujourd'hui :)

Publié le 16 Octobre 2018

Merci @ Nicolas Gugliotta pour votre message agréable et encourageant. Je suis heureux que mon premier commentateur partage globalement ma conception de la vie et ma façon de l'exprimer.
Je pense cependant que mes futurs lecteurs ne partagerons pas tous votre point de vue, car je sais que mon texte peut heurter de nombreuses sensibilités et va probablement aussi déranger ou déplaire !

Publié le 16 Octobre 2018
4
Bonjour @Didier CHATEAU, Je partage beaucoup de points communs avec vous sur ce que vous avez écrit; la lecture est simple et intéressante, c'est sincère. Même si j'ai vite arboré votre texte, j'aime bien ce style de lecture mêlée de philosophie, de psychologie et de sociologie et qui traitent vraiment de ce que nous vivons... C'est très actuel et c'est un texte libertaire: ce que j'aime...D'autant plus, qu'il y a une forme d'optimisme, on voit que vous avez beaucoup réfléchis sur la Vie. Bonne continuation
Publié le 16 Octobre 2018